OL-OM : une femme au sifflet et alors ?!

Aujourd’hui, je reprends mon clavier me servant de plume numérique, non pas pour écrire un avant-match mais pour pousser un coup de gueule. Vous me direz sans doute que je prends les choses trop à cœur mais non ! Non et encore non ! À l’aube du classico OL-OM ce dimanche 4 octobre 2020, une annonce a semé le chaos et a réveillé tous les machos, sexistes et misogynes présents sur la twittosphère et d’autres réseaux sociaux.

Et non vous ne rêvez pas, c’est bel et bien une femme qui arbitrera cette rencontre.

♫♫♫ Hey et alors !
Mais qu’est-ce que ça t’fait ?
Si une femme arbitre un match
Et qu’elle dirige vingt-deux hommes ♫♫♫

Il faut croire que cela en a ébranlé plus d’un d’apprendre que Stéphanie Frappart sera au sifflet pour cette affiche de la 6e journée de Ligue 1. Ça vous la coupe hein ? … la chique ! Ne vous méprenez pas messieurs, qu’on soit bien d’accord.

À en croire certains twittos (les filles, regardez que d’un œil, ça pique) :

  • « Le fait qu’une femme arbitre fera de cette rencontre un match d’anthologie
  • Ça gâche le mouvement à vouloir mettre des femmes partout. Les femmes doivent arbitrer les femmes et les hommes… les hommes
  • Ça gâcherait même l’égalité hommes/femmes
  • Une femme n’a rien à faire dans le football
  • Elle va faire les sandwichs
  • Elle va laver les maillots à la fin du match
  • … »

Non mais… à l’eau quoi !

Parce qu’on a bien trop souvent donné une étiquette aux femmes en leur disant de faire la cuisine ou encore de faire la vaisselle, le ménage… (j’en passe et des meilleures), il faut casser les codes et arrêter d’avoir la vision que nos ancêtres avaient au Moyen Âge ! Nous sommes au 21e siècle, il serait enfin temps de dire stop aux stéréotypes ! Quand c’est trop, c’est trop(ico) !

Alors pour rester dans la tendance du moment, avec celui dont on ne veut plus entendre le nom suite à l’annonce d’absence de sanction, j’ai tout simplement envie de vous dire deux mots « SEXISMO, NO !! ». Rhooooo mais quel dommage, je n’étais pas filmée. Néanmoins, je peux vous garantir que ce sont bien les propos que j’ai tenus. Avec ou sans images, la LFP (Ligue de Fans Parisiens ?) ne pourra pas me sanctionner… ouf !

Revenons à mon coup de gueule du moment même si le sujet Neymar me fait aussi faire des bonds. Expliquez-moi pourquoi cela vous dérange autant qu’une femme dirige la rencontre OL-OM ? Parce que c’est bien joli de dire « retourne en cuisine », mais pour quelle raison nous, les femmes, nous n’avons pas notre place dans un stade, sur la pelouse ou dans les tribunes et virages ?

Vous me direz que je m’écarte du sujet… oui et non puisque la place de la femme en tribunes est aussi remise en question. Voir les réactions suite à l’annonce de la désignation de Stéphanie Frappart à l’arbitrage, m’a ramené à ce fameux 28 janvier 2017 dans les tribunes du stade lyonnais, où l’on a très nettement vu d’honteuses banderoles (déployées lors du match OL-Lille). Pour ceux qui auraient la mémoire courte, je vous propose un petit rafraîchissement. Vous ne m’en voudrez pas, mais je ne trinquerai pas avec vous, tout simplement vous l’aurez sans doute compris, car je ne cautionne aucunement ces comportements sexistes.

C’est d’ailleurs une joueuse de football professionnelle de Lyon qui avait tiré la sonnette d’alarme : Wendie Renard. Ces banderoles avaient fait polémique de part le cliché qu’elles véhiculaient en toute impunité : la place de la femme est avant tout dans sa cuisine et non dans un stade. Les hommes au stade, les femmes en cuisine. Et puis quoi encore ?!?

Que l’on soit bien clairs, les règles du jeu, qu’il s’agisse de football féminin ou masculin, sont strictement les mêmes ! Alors si elle peut arbitrer des femmes, elle peut tout autant arbitrer des hommes. J’ai pu lire qu’une femme s’insurgeait car elle ne comprenait pas que Stéphanie Frappart n’arbitre pas les femmes au prétexte qu’il y a suffisamment d’arbitres hommes pour le foot masculin.

Est-ce une raison suffisante pour qu’une femme n’arbitre pas un match d’hommes ? Je veux bien qu’il faille de la testostérone lorsqu’on est face à des joueurs au caractère bien trempé mais quand même ! Elle a choisi ce métier, ce n’est pas par pur hasard mais par choix de sa part, tout en sachant les difficultés auxquelles elle pourrait être confrontée.

Ne croyez-vous pas que ce sont des deux zigotos qui seront dans le bus de la VAR dont il faut avoir peur plutôt que de la femme qui mènera au sifflet deux équipes de onze hommes, toutes deux en quête d’une victoire après des débuts plus que laborieux ? Pour ceux qui ne seraient pas au courant, les deux arbitres assistants vidéo seront Benoît Bastien et Ruddy Buquet. Je dis ça, je dis rien…

Pourquoi une femme ne saurait-elle pas se faire respecter tout autant et si ce n’est plus dans un match même à tension ? Pourquoi serait-elle plus incompétente qu’un homme ?

Nous avons tous en mémoire le dernier classico PSG-OM au cours duquel Jérôme Brisard était aux manettes. Vous voulez parler d’incompétences d’arbitrage ? Je pense que l’on ne peut pas mieux trouver comme meilleur exemple de ce début de saison 2020/2021. Pour des raisons que tout le monde ignore encore, le 2e but de l’OM valable a été annulé. Ce qui était totalement incompréhensible pour André Villas-Boas comme pour nous tous.

Leonardo s’était quant à lui exprimé de manière plus virulente à l’issue du match : « 14 jaunes et cinq rouges, ça veut dire que le match était hors de contrôle, je ne vais pas défendre des comportements indéfendables, je ne comprends pas. […] je ne comprends pas pourquoi tu n’as pas Turpin ou Buquet, on choisit un arbitre de 34 ans qui n’a pas l’expérience pour un match comme ça. C’est pas le moment de faire un classico, on avait Turpin, on a besoin d’arbitres comme ça pour des matchs de ce niveau. On a perdu la tête. […] C’était un match sans contrôle. Turpin ou Buquet auraient dû être là. »

Alors oui, certains pourront dire que Stéphanie Frappart nous avait oublié un pénalty contre Toulouse lorsque notre cher Germain s’est effondré dans la surface de réparation après un duel. Payet s’était d’ailleurs entretenu avec elle au sujet d’une éventuelle faute sur Germain sans qu’elle ne bronche pour autant. C’est d’ailleurs le premier match de l’OM qu’elle a arbitré le 8 février 2020 au Vélodrome qui s’était d’ailleurs soldé par une victoire 1 à 0 après un but de Payet à la 51e minute.

Comme quoi, vous voyez, femme ou non, un arbitre peut faire des erreurs et avec notre équipe, cela fait tellement partie des coutumes de nos jours, qu’on finit par s’y habituer peu à peu, malgré nous. Je vais vous décevoir (il y en a encore qui pensent qu’il faut avoir un pénis pour arbitrer un match), mais ce n’est pas parce qu’elle n’a rien qui pend entre les jambes qu’elle sera, de fait, incompétente.

Je vous rappelle (encore désolée pour la gente masculine) qu’une femme est tout aussi professionnelle qu’un homme, parfois plus. Et cela ne vaut pas seulement pour le foot ! Et Stéphanie Frappart l’a été bien plus que certains arbitres masculins. Pour ceux qui se permettent de la juger sans la connaître,  c’est une pionnière dans son domaine. Elle a été élue en 2019 meilleure arbitre féminine du monde de l’année par la Fédération internationale de l’histoire du football et de la statistique (IFFHS). Elle est devenue la première tricolore à obtenir cette distinction qui a été créée en 2012.

Quel homme parmi les arbitres français peut se vanter d’une telle récompense ? Tic tac, tic tac. Je vous imagine déjà en train de vous creuser les méninges… Arrêtez tout de suite, ne les faites pas chauffer pour rien, la question elle est vite répondue : AUCUN !

C’est déjà un exploit qu’un homme soit arbitre dans une Coupe du monde, alors être élu meilleur arbitre masculin, ce n’est pas demain la veille. Allez ne vous en faites pas, ça viendra un jour ou l’autre…

À l’heure où l’on parle de l’égalité hommes/femmes, voici le résultat du sondage que nous avions lancé :

La question du sondage a fait parler, le résultat rassure un peu (il y a tout de même plus de 25% qui ont voté mauvais choix).

Bref, il faut revenir à l’instant présent et cesser de penser qu’on est au temps de la préhistoire ou encore du Moyen Âge. Les femmes n’ont plus rien à prouver aujourd’hui, peu importe la discipline. Quand vous arriverez à comprendre qu’une femme est tout autant capable d’un homme et qu’elle peut avoir plusieurs « casquettes », les mentalités pourront enfin évoluer. Ce sera alors un petit pas pour l’homme, un grand pour l’Humanité !

Alors cessez s’il vous plaît vos « va arroser les plantes, t’y connais quoi en football ? Va à la cuisine… etc. » et au lieu d’être contre l’arbitrage féminin, soyez contre les femmes (comme Sacha Guitry), tout contre. Et pour ceux qui ne seraient pas au fait, c’est elle qui a arbitré Liverpool-Chelsea  à l’occasion de la Supercoupe de l’UEFA l’année dernière.

Que notre onze de cœur redore son blason durant ce classico en brillant de mille feux et en nous faisant vibrer devant notre écran ! Allez l’OM et bon mois d’octobre à toutes et à tous ! Prenez bien soin de vous et de tous ceux qui sont chers à vos yeux !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Fleurdelyss13


Parce que je l'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, plus que tout, Marseille est le seul Olympique qui fait battre mon coeur
Article lu 650 fois, écrit le par Fleurdelyss13 Cet article a été posté dans A la Une, Tribune libre et taggé , , . Sauvegarder le lien.

3 Réponses pour OL-OM : une femme au sifflet et alors ?!

  1. @DOlympico je suis pas macho non de dieu au contraire je suis content qu’une femme arbitre en L1

  2. La seule question qui mérite d’être posée est : est-ce que l’arbitre qui officiera a les compétences… https://t.co/utOXV4R2Sx

  3. Bravo trois millions de fois ! quelle époque que celles où une certaine catégorie voudrait ramener les femmes au Moyen äge , mais on est habituées à se battre pour être respectées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.