1/16 CDF | SAS Épinal – OM : vous avez dit facile ? 

L’OM affrontera mardi 23 janvier à 21h le SAS Épinal en 16e de finale de coupe de France. Si au premier regard ce match semble extrêmement déséquilibré, n’oublions pas que chaque année, un « petit poucet » réussit à écrire l’histoire de cette compétition…


Une vieille connaissance…

Le SAS* Épinal est une équipe au statut amateur qui évolue actuellement en national 2 (ex CFA). Depuis quelques années, elle se maintient à un niveau oscillant entre le championnat de National et le championnat de National 2.

L’OM l’a affrontée deux fois à quelques semaines d’intervalle en Division 2, lors de la 1995-1996, avec pour résultats, une défaite (2-0), et une victoire (3-0).

Le club lorrain a connu une période un peu plus glorieuse – et professionnelle – en deuxième division au début des années 1990. En Coupe de France, le SAS s’est même illustré lors des seizièmes de finale de la saison 2012-2013, en éliminant… l’Olympique Lyonnais ! Excusez du peu !

* pour Stade Athlétique Spinalien

Attention, piège !

Un OM conquérant, une équipe méconnue, quatre divisions d’écart, voilà de quoi envisager une qualification facile des Marseillais ! Pourtant, cette opposition a tout du fameux « match piège ». Le lieu de la rencontre, son contexte et son enjeu sont autant d’éléments qui peuvent briser ou du moins freiner l’actuelle dynamique olympienne.

Ce seizième de finale de Coupe de France se jouera en effet, à Épinal, au stade de la Colombière, fort de 7 500 places et… d’une pelouse « taillée » pour le championnat amateur.

Jouer à 21h dans les Vosges au mois de janvier, c’est assurément se confronter au froid et probablement à un terrain gelé, voire enneigé…

Par ailleurs, depuis que le tirage au sort a eu lieu, tout Épinal est en transe : les cinq cents places en tribune se sont arrachées en un quart d’heure et les premiers fans ont commencé à arriver au guichet à deux heures du matin !

On a même vu une file de supporters de plus de cent mètres de long !

Dans une telle ambiance, « Les Boutons d’or » seront forcément transcendés sur le terrain et voudront briller devant les caméras de télévision déballées pour l’occasion. Enfin, et cet aspect est loin d’être négligeable, les dirigeants de l’Olympique de Marseille ont affiché cette compétition comme une des priorités de la saison.

Par conséquent, être éliminé par une équipe amatrice résonnerait comme un lourd constat d’échec de « l’OM Champion’s Project ». Un projet d’envergure destiné à porter le club pour les années à venir qui peut vite se transformer en cercueil médiatique pour peu que le sort soit cruel …

Défaite interdite !

Depuis la reprise, l’OM a alterné le chaud, avec la très belle victoire à Rennes, et le froid, avec cette qualification en coupe de France acquise dans la douleur contre Valenciennes.

Face à Épinal, les ambitions affichées par Rudy Garcia sont encore plus claires :

« On est l’OM, on doit y aller pour les battre et se qualifier ».  

Son groupe devra donc se comporter en équipe professionnelle et montrer très rapidement sa capacité à « tuer les matches » et, de ce fait, les espoirs adverses.

Une méthode simple et efficace pour préparer le choc contre Monaco cinq jours plus tard !

Faire tourner l’effectif 

Pour sa part, la formation monégasque devra disputer une rencontre de coupe difficile contre l’Olympique Lyonnais. Un affrontement susceptible de laisser des traces chez l’un ou l’autre des concurrents directs de l’OM !

Dans cette perspective, Rudy Garcia n’aura pas droit à l’erreur s’il souhaite avoir une chance de se débarrasser dans la même semaine de ces deux rivaux pour la course à la deuxième place !

Or, la solution pourrait bien être de faire tourner l’effectif un peu plus que d’habitude.

Kostas Mitroglou étant en cruel manque de confiance depuis son arrivée au club, c’est sans doute le bon moment de lui donner sa chance : rien de mieux pour un avant-centre que de marquer des buts, même contre une équipe jugée plus faible

Ainsi, il pourrait enfin lancer sa saison en prouvant qu’il est autre chose que le fantôme de lui-même et en commençant à faire rêver des supporters légitimement impatients à son égard.

Circulez, y a tout à voir !

La rencontre SAS-OM sera diffusée sur Eurosport, ce qui est, à mon sens, profondément malhonnête ; depuis sa création, la Coupe de France constituant, à l’évidence, un évènement populaire où la fête et le partage sont à l’honneur.

Malheureusement, avec l’explosion des droits télévisés et la multiplication des abonnements nécessaires pour suivre notre équipe favorite (C+, C+ Sport, BeIN sport, SFR sport, Eurosport…), la Fédération Française de Football a cédé à ce qu’il faut bien appeler « l’appel du fric » au mépris du supporteur assimilé, stricto sensu, à une vache à lait !

Dès lors, France Télévision – pour laquelle nous payons pourtant tous une redevance – ne pourra plus être le relais des matchs de Coupe de France comme auparavant, alors même que cela correspond pleinement à ses missions de service public…

La logique mercantile qui a peu à peu transformé le football en véritable industrie du sport et du spectacle ne devrait pas s’appliquer à une compétition s’évertuant à célébrer TOUT le football, aussi bien professionnel qu’amateur…

Hélas, le mal est fait et avec la disparition programmée de la Coupe de France des plus modestes écrans de télévision régionaux, c’est aussi une certaine idée du sport qui meurt.

Quoi qu’il en soit, pour l’OM, il faudra obligatoirement repartir avec une bonne image… d’Épinal !

Écrit par Blade83

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Toti


Pixelliste iconoclaste, feuilliste acescent, il gâche le temps libre de tous ceux qui se risquent à lire sa prose et le sien à suivre l'OM.
Article lu 563 fois, écrit le par Toti Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *