GF38-OM : à l’abordage !

Éliminé de la Coupe de la Ligue, mais champion d’automne, l’OM effectuera sa reprise dès demain soir face à Grenoble au Stade des Alpes, pour les 32es de finale de Coupe de France. Comme toujours, les supporters n’accepteront qu’une qualification…

Nouveau cap

En six mois, l’Olympique de Marseille aura effectué deux révolutions : la première autour du soleil évidemment, et la seconde autour de La Commanderie.

L’arrivée de Marcelo Bielsa au sein du club phocéen a, en effet, coïncidé avec un renouveau majeur dans son histoire. Staff, mentalités, méthodes, discours, technologies, professionnalisation, résultats… tout est inédit !

Le changement avec la saison passée est d’ailleurs tel que plus personne ne regarde en arrière, malgré les tempêtes médiatiques qui se sont déchaînées autour de la gestion de Vincent Labrune, des méthodes et de la communication de l’entraîneur argentin, de l’ambition globale du projet en regard de la qualité de l’effectif et des affaires réelles ou supposées entourant le club…

1

Au grand dam d’un certain nombre de journalistes et pour le plus grand plaisir des supporters, le navire olympien a même trouvé rapidement sa vitesse de croisière à quelques encablures devant le PSG et l’OL, avec une première place occupée presque sans interruption depuis la sixième journée de Ligue 1, et qui a transformé les plus vives critiques en bordées inoffensives !

Caillebotis

En l’absence d’André Ayew et de Nicolas N’Koulou, retenus par leurs sélections respectives pour la CAN 2015 — qui se déroulera au Ghana du 17 janvier au 8 février — l’OM devra cependant naviguer prudemment et maintenir cette belle allure pour arriver à bon port à l’issue de la saison (en assurant une place en Ligue des Champions).

Parallèlement, Jacques Alayxis-Romao, a été convoqué le 15 janvier prochain par la Commission de discipline pour son tacle assassin sur Idrissa Gueye lors de la dix-neuvième journée et encourt une sanction sérieuse (son carton jaune ayant été provisoirement retiré).

2

Une éventuelle suspension du milieu défensif marseillais obligerait sans doute Marcelo Bielsa a revoir ses plans, car Lyon, Monaco et Saint-Étienne sont dans le sillage de l’OM, prêts à prendre les commandes du championnat à la moindre erreur, tandis que Paris, trop sûr de sa force passée, semble marquer le pas, du moins à court terme.

À l’évidence, l’effectif marseillais qui manque d’expérience, de régularité et parfois de mordant, ne pourra donc pas se permettre de faillir à mi-parcours d’autant moins que certaines options entrevues en début de saison semblent s’éloigner un peu plus chaque jour (Dória).

Horizons lointains

Le technicien argentin ayant en outre pour habitude de ne pas changer une équipe qui gagne, les éventuels écueils se révèlent souvent pénalisants pour le collectif (absences, suspensions, blessures), et les doutes pourraient s’installer rapidement dans le groupe à en croire certains observateurs.

Or, cette apparente faiblesse constitue paradoxalement le point d’ancrage de son dialogue avec les joueurs, car le prix d’une place de titulaire ne se monnaye qu’à la performance individuelle pendant les entraînements.

Dernière victime en date de cette gestion impitoyable, mais terriblement efficace : Dimitri Payet.

Médiocre lors des derniers matches et des confrontations internes, le meneur de jeu de l’OM a prématurément été envoyé en vacances à l’orée de la trêve hivernale. « Tu te crois indispensable ? Tu peux partir en vacances et tu reviendras le 29 décembre » lui aurait ainsi lancé le bouillant entraîneur sud-américain.

Son absence lors du duel face à Lille n’a pourtant eu aucune incidence sur le résultat de la rencontre, Michy Batshuayi s’étant révélé aussi bon devant les buts adverses que dans l’animation offensive de l’escouade olympienne.

4

Concomitamment, le joueur réunionnais aurait accepté la sanction très naturellement, conscient de l’indigence de ses dernières prestations.

Les choses ont donc bel et bien changé à l’OM et, grâce à Marcelo Bielsa et son staff, ce qui aurait déclenché un incident diplomatique sérieux il y a encore quelques mois s’inscrit désormais dans la dynamique d’un club qui a enfin renoué avec son essence (et son public) : le spectacle et la gagne !

Florian Thauvin, Abdelaziz Barrada, Mario Lemina, Benjamin Mendy, et Romain Alessandrini devront toutefois se montrer plus convaincants et réguliers lors de la suite de la saison pour que la promesse esquissée par six premiers mois brillants se transforme en rêve éveillé au mois de mai (titre), ou en véritable exploit (doublé). Quant à André-Pierre Gignac, en manque de réussite depuis plusieurs matches, il lui faudra retrouver rapidement le chemin des buts !

Langueurs océanes

Pour l’heure, le GF 38 occupe sans doute l’esprit du staff et des joueurs marseillais qui ont repris le chemin des terrains dès le 29 décembre. Le défi est simple pour l’OM : se qualifier avec la manière dans une compétition où les clubs de Ligue 1 sont souvent malmenés par des écuries plus modestes…

Les propos des uns et des autres rivalisent d’ailleurs de prudence alors qu’à l’heure où ces lignes sont rédigées, Nice et Lorient viennent de tomber respectivement contre Valenciennes (L2) et Avranches (National) :

• « Les matches de coupe sont pour nous. Nous avons tous envie de jouer ce type de rencontre. Le GF38 est un adversaire à ne pas prendre à la légère même s’il n’évolue pas dans la même division. Il faut les prendre comme une équipe normale, ne pas les sous-estimer. Ils vont tout donner. Ils n’ont pas tous les jours l’occasion d’affronter une équipe de Ligue 1. À nous d’imposer notre jeu dès la première minute » (Michy Batshuayi).

• « On doit avant toute chose bien commencer l’année, et le premier match est bien sûr toujours très important. Il peut influencer la suite, surtout qu’on est donc leader en championnat et qu’on ne doit pas se relâcher. Tout pourrait aller très vite par la suite. On s’est aussi fait éliminer dès le premier tour de la Coupe de la Ligue cette saison à Rennes. On entend rattraper le coup en Coupe de France, pour le club, pour nous, pour les fans. On aimerait bien faire quelque chose. Ce serait bien de ramener un trophée sur le Vieux-Port cette année. » (Jacques Alayxis-Romao, ancien Grenoblois).

• « C’est un réel atout de jouer à domicile devant dix-neuf mille personnes […] Je pense que j’aurai peut-être des frissons, mais je n’ai pas encore eu le temps d’y penser. Cela me fera forcément quelque chose, on verra le Jour J. Ce serait un exploit de gagner face à Marseille d’autant plus que nous sommes dans “l’ère Bielsa” avec un OM prospère. Je suis du sud, donc je soutiens beaucoup l’Olympique de Marseille, mais je suis au GF38 et je le dis : mon cœur est grenoblois ! » (Samir Diri, numéro 10 du GF38)

3

De fait, la tâche de la formation de Marcelo Bielsa sera sans doute moins aisée qu’on pourrait le croire sur un terrain labouré par des rugbymen la veille de la rencontre et face à un solide club de CFA poussé par un public en liesse dans un stade comble (les 20 000 places du Stade des Alpes auraient déjà été vendues).

Souquez ferme moussaillons, souquez ferme !

 

 

 

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Toti


Pixelliste iconoclaste, feuilliste acescent, il gâche le temps libre de tous ceux qui se risquent à lire sa prose et le sien à suivre l'OM.
Article lu 1900 fois, écrit le par Toti Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.