J 24 | OM-FC Metz : gare à l’excès de confiance !

Pour entamer un mois de février qui s’annonce surchargé avec l’Europe League, l’OM recevra, ce vendredi, le FC Metz en ouverture de la vingt-quatrième journée de Ligue 1. De quoi relancer la bonne dynamique du club phocéen après le nul face à Monaco !


Dire, c’est prévenir…

Metz végète en fond de classement après un début de saison difficile et le limogeage de Philippe Hinschberger qui avait la responsabilité de l’équipe professionnelle. Appelé pour remplacer son confrère fin octobre 2017, Frédéric Hantz a lui-même connu des semaines éprouvantes.

Toutefois, l’année 2018 semble avoir commencé sous de bons auspices pour la lanterne rouge du championnat avec quatre victoires en six matches, un nul et une seule défaite (contre Monaco).

Mieux, les Messins sont également venus à bout de l’US Dunkerque et du FC Tours atteignant ainsi les huitièmes de finale de Coupe de France où ils affronteront Caen.

De toute évidence, cette légère embellie ne suffit pas à se rassurer ni même à s’éloigner de la zone de relégation ; pas encore.

Pour autant, la victoire acquise à domicile face à Nice le week-end dernier et ponctuée par un doublé d’un Nolan Roux que l’on n’avait plus vu à ce niveau depuis ses débuts brestois prouve que les Grenats ont changé d’attitude et se défendront bec et ongles jusqu’en mai.

Si sur le papier, les deux affectifs n’ont rien de comparable, l’OM a donc tout intérêt à se méfier d’un club qui joue, certes le maintien, mais scrute vaillamment l’horizon de la L1 plutôt que de baisser les yeux vers la division inférieure…


Statuts et perspectives

Du côté de Marseille, les premières semaines ont également été difficiles.

Rudi Garcia et ses hommes ont cependant trouvé leur vitesse de croisière et naviguent sereinement en compagnie des Lyonnais et des Monégasques dans le sillage des Parisiens.

Une situation indécise qui donne du sel aux confrontations directes et, malgré l’engagement, le nombre d’occasions et la domination des débats, Marseille n’a pas réussi à s’imposer au Stade Vélodrome face à une belle équipe de Monaco le week-end dernier.

Ex æquo avec l’OL sur la deuxième marche du podium (en excluant une moins bonne différence de buts), l’OM conserve ainsi un point d’avance sur l’ASM.

Les plus optimistes observeront que désormais, la formation olympienne tient tête aux grosses cylindrées de la compétition. Les autres souligneront qu’elle ne les bat toujours pas…

Avec six rencontres en février, dont un seizième de finale aller-retour en Europa League contre Braga, l’OM aura d’ailleurs fort à faire pour préserver ce classement.

Le repos des cadres sera donc crucial afin d’éviter les blessures liées à l’accumulation des matches et au travail foncier très exigeant de Pablo Rongoni.


Jeu de rôles

Cela étant, à quelques jours de retrouver le club lorrain, les enjeux sont différents et Marseille devra seulement « faire le boulot pour s’imposer », tout en préservant ses forces vives en vue de la suite de la saison.

Un défi quotidien pour l’ancien technicien de la Roma en regard du manque de profondeur de banc de son OM (qui ne s’étoffera probablement pas avant l’été prochain).

De fait, il devrait reconduire le même onze ou quasiment, car les automatismes entre les joueurs semblent désormais établis et Jordan Amavi est encore en phase de reprise.

Face à un bloc messin qui jouera certainement très bas (comme beaucoup d’équipes au Vélodrome…), le travail de Germain sur le front de l’attaque devrait peser.

Au moins dans un premier temps, quitte à faire ensuite appel à la vitesse de Clinton Njie si d’aventure le score n’évoluait pas en faveur de l’OM.

Au milieu, Morgan Sanson accompagnera sans doute Luiz Gustavo pour offrir au groupe une touche technique plus riche que celle de Frank Zambo-Anguissa, même si le Camerounais est actuellement en excellente forme.

Sur les ailes, Ocampos et sa générosité sont en balance avec Njie, mais l’apport défensif de l’Argentin soulage Hiroki Sakai, qui dépanne provisoirement sur le côté gauche.

Pour les deux derniers postes, les présences de Thauvin et de Payet sont assurées, conditions sine qua non à une animation offensive de qualité.


Prévenir, c’est vaincre !

L’OM devrait fort logiquement s’imposer face aux Grenats. Du reste, eu égard aux ambitions révélées à l’orée de l’exercice, le club sudiste n’a plus le choix  : il faut gagner et gagner encore !

En cas de bonne performance, les Olympiens mettraient la pression sur leurs adversaires et éviteraient aux supporters marseillais de connaître, à nouveau, l’angoisse qui accompagne le doute.

Et avec un peu de chance, les deux concurrents directs des Olympiens dans la course à la deuxième place pourraient se neutraliser. Car entre-temps, les joueurs de la Principauté de Monaco et ceux de la capitale des Gaules s’affronteront au Stade Louis II…

Par conséquent, ce week-end nous aurons deux matches à suivre pour le prix d’un ! Ça fait bien deux bonnes raisons d’être confiant.

Allez l’OM !


Écrit par GigiLaPelota


Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Toti


Pixelliste iconoclaste, feuilliste acescent, il gâche le temps libre de tous ceux qui se risquent à lire sa prose et le sien à suivre l'OM.
Article lu 927 fois, écrit le par Toti Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.