J 3 | OM-ASCO : jamais deux sans trois !

Ce dimanche, Marseille recevra Angers pour le compte de la troisième journée de championnat et fait évidemment figure de favori. Sur le terrain, la tâche les olympiens s’annonce cependant ardue, face à une équipe courageuse, disciplinée, solide et efficace !


Honneur aux visiteurs

Tout supporteur de foot vous dira qu’il aime certaines équipes, qu’il en déteste d’autres et que d’autres encore le laissent indifférent, quelles qu’en soient les raisons. Il y a aussi des petites formations qui suscitent la sympathie. C’est le cas d’Angers comme d’un certain nombre d’institutions à petit budget.

« Les p’tits clubs sont nos amis, il faut les aimer aussi ! »

Des clubs qui redorent le blason du football populaire, travaillent avec abnégation pour faire vibrer de plaisir des villes de province et luttent à armes inégales avec les grosses écuries afin de se maintenir à flot.

Ainsi, en mai 2017, le SCO arborait fièrement ses couleurs au Stade de France face à l’ogre parisien en finale de la Coupe de France. Un match tellement déséquilibré qu’il en devenait presque irréel dans l’absolu. Défaits, les Angevins tinrent néanmoins tête au favori avant de craquer en toute fin de rencontre.

Dommage pour eux, l’histoire aurait été belle et la leçon instructive, même si ce soir-là, à défaut de coupe, ils gagnèrent définitivement le respect de tous les amoureux du football.

Le SCO, cru 2017-2018

À bien y regarder, l’effectif angevin est assez jeune et ses doyens flirtent tout juste avec la trentaine. Une fraîcheur souvent décisive dans le sport de haut niveau. Pourtant, si la fougue de la jeunesse peut parfois accomplir des miracles, le manque de maturité occasionne quelques désillusions.

Or si le groupe s’est à ce jour enrichi de sept nouveaux éléments et conserve finalement Mangani, il s’est parallèlement allégé de valeurs sûres comme Pepe, Ndoye et Diedhiou. Par ailleurs, ce mercato timide ne pourra compenser les carences d’un effectif limité à vingt joueurs de champ…

De quoi donner la migraine à l’entraîneur, Stéphane Moulin, estimant à juste titre que c’est insuffisant pour finaliser sa mission !

Au sein des petites équipes, le maintien dans l’élite peut en effet être vécu comme un chemin de croix, pour peu que les circonstances soient défavorables : fatigue, blessures ou encore erreurs d’arbitrage, sachant qu’en Ligue 1, certaines traditions se perpétuent, hélas !

Pour autant, à la faveur d’un match nul face à Bordeaux et d’une victoire contre Amiens, les Angevins réalisent un début de championnat plutôt encourageant.

Suffisant pour inquiéter l’armada phocéenne en pleine réussite estivale ? Pas forcément puisque l’Orange Vélodrome est redevenu une forteresse difficilement prenable, mais les Marseillais devront batailler ferme pour l’emporter !

Des paroles aux actes…

Cette saison doit permettre à l’Olympique de Marseille de retrouver ses couleurs et ses valeurs. Pour arriver à ses fins, le club s’est renforcé qualitativement. Cependant, un doute persiste quant à la taille de l’effectif et tout dépendra de la double confrontation avec le NK Domžale en Europa League.

En cas de qualification, le calendrier olympien grossirait considérablement et le club serait obligé de recruter encore quelques joueurs. Dans le cas contraire, les enjeux seraient bien moindres et les ambitions, largement revues à la baisse…

Quoi qu’il advienne, la L1 demeure prioritaire et s’il n’est pas question de renoncer à ses objectifs, les opportunités se raréfient d’autant que la fin de la période des transferts se rapproche…

Une angoisse pour les supporteurs comme pour les observateurs, même si l’équipe dirigeante forte jusqu’ici d’un parcours très convaincant, semble tenir solidement le cap qu’elle s’est fixé et que les médias ont pris un malin plaisir à déformer ou réinterpréter…

Du reste, le groupe phocéen est un peu amoindri du fait des blessures de Payet et de Rolando à l’heure d’enchaîner joute européenne et match de championnat. L’équilibre est donc fragile et ces confrontations rapprochées s’avèrent déjà décisives alors que la saison vient tout juste de commencer.

Pour l’OM, ce sera ainsi le sixième match officiel de la saison. Pour le SCO, le troisième seulement.

De toute évidence, et à moins de vouloir vivre une saison très risquée, l’équipe de Rudi Garcia a besoin de deux ou trois nouveaux titulaires et de meilleurs remplaçants, parce que ses lignes d’attaque et de défense sont insuffisamment garnies en qualité comme en quantité, et parce qu’il manque encore un joueur chevronné pour asseoir l’entrejeu.

Germain trop seul, Lopez trop tendre, Evra trop vieux, Rolando trop faible, banc trop étriqué, l’OM actuel ne tient pas la comparaison avec les grosses cylindrées de Ligue 1 ou celles d’Europa League !

Soyons réalistes.

Il reste toutefois quinze jours avant la clôture du marché des transferts. Quinze jours cruciaux !

Place aux jokers !

Forts de deux succès à l’issue de deux journées de compétition, les Ciel et Blanc peuvent malgré tout s’appuyer sur des joueurs aussi prometteurs qu’inattendus : Clinton N’Jié et Lucas Ocampos.

Évoqués partants il y a quelques semaines encore, ils ont su convaincre l’entraîneur marseillais de les intégrer au système de jeu et se sont montrés décisifs lors des victoires contre Dijon et Nantes. Remplaçants au coup de sifflet d’ouverture, ils ont ensuite offert six précieux points à l’OM.

Saluons leur volonté et leur implication, l’état d’esprit général du groupe et la perspicacité de Rudi Garcia, autant d’ingrédients ayant permis le meilleur départ possible en championnat, car il faudra pouvoir compter sur tout le monde !

En dépit de l’absence de Dimitri Payet, l’équipe marseillaise a d’ores et déjà fait le plein de confiance et aborde dans de bonnes conditions la réception d’Angers pour la passe de trois. Il faudra cependant plus que de la bonne volonté pour venir à bout du SCO et rester dans les équipes de tête de la L1. Les Olympiens sont prévenus !

ALLEZ L’OM

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Toti


Pixelliste iconoclaste, feuilliste acescent, il gâche le temps libre de tous ceux qui se risquent à lire sa prose et le sien à suivre l'OM.
Article lu 1054 fois, écrit le par Toti Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.