Hommage à Bernard Tapie

Bernard Tapie s’est éteint le 3 octobre 2021 après une lutte acharnée contre un cancer découvert en 2017. L’ancien président de l’Olympique de Marseille, personnage qui n’a jamais laissé indifférent, a laissé une trace indélébile à Marseille, à l’OM, grâce à lui le football français et le club phocéen sont montés sur le toit de l’Europe.  Tout le monde du football lui a rendu hommage. Nous tenions à faire de même.

Bernard Tapie, à jamais Olympien. 


Monsieur Tapie,
Vous êtes mon dernier idole, vous êtes celui qui m’a fait aimer l’Olympique de Marseille. J’avais 10 ans en 1993 et vous m’avez donné le moment le plus heureux de toute ma vie. Grâce à vous, j’ai appris à aimer ce club et cette ville à la deraison. Je n’éprouverai plus jamais ces moments d’hysterie collective ni cette joie à chaque fois que l’OM marquera un but.

S’il y a un souvenir que j aimerai partager, c’est ce fameux mardi soir. Nous étions en 2e Division et nous avons été privés de coupe d’Europe pendant 2 ans. Nous avions fait un match d’anthologie avec un immense Tony Cascarino contre l’Olympiakos. L’ancien Velodrome était un volcan. À la fin du match vous étiez interviewé par TF1, et j’ai senti votre fierté. Vous aviez dit : ce soir on a honoré la devise du club : « Droit au but ». Pour moi c’est ca l’Olympique de Marseille, c’etait un club ou les plus grands exploits et les plus grands rêves étaient permis.

Merci d’avoir fait de nous à jamais les premiers. Merci d’avoir fait parler toute l’Europe Marseillais.

Jusqu’au crepuscule de ma vie, je continuerai à partager aux jeunes générations, les valeurs du grand club que nous avons été. Et j’espère que mes enfants seront un jour supporters de l’OM à leur tour.

Santana (forum)


Merci le Boss, on te doit notre passion et ça n’a pas de prix.

Betsamee (forum)


Je me souviens d’une phrase de Bernard Tapie : « Quand je serai mort, tout le monde se mettra à m’aimer. »

Gwenn (forum)



Il restera de toi
ce que tu as donné.
Ton esprit, du courage,
1986 une ambition,
Cette immense fierté.
Il restera de toi, de ton jardin secret,
Un palmarès unique, la coupe d’Europe tant désirée.

Il restera de toi ce que tu as offert
Des noms : Papin, Giresse, Cantona, Deschamps, Mozer …
Le prestige, la lumière pour la cité de Deferre.
Il restera de toi des moments de télé,
Un face à face avec Le Pen, très marseillais.
De la politique, des chansons et ta nouvelle carrière
La Provence, les médias et franchir ces barrières.

Il restera de toi ce que tu as perdu,
Des procès, une réputation, un bateau, beaucoup de ton éclat.
La longue traversée du désert, un goût amer,
de l’humiliation et la course du temps.
Ce que tu as souffert
Ce putain de cancer

Il restera de toi un parfum de victoire
Dans le Vélodrome ton nom qui résonne
Dans chaque travée, sous chaque tifo
Ton sourire charmeur, ta gouaille, dans nos yeux, dans nos cœurs.
Il restera de toi ce que tu as semé
L’envie d’entreprendre, la fierté retrouvée.

Toi le Parisien devenu Marseillais
Et le Vel en fusion qui chante ton nom
Et son cœur bleu et blanc qui bat en communion
Boss Boss Boss

À jamais le premier, Bernard Tapie 1943-2021

Dad  (rédactrice) (poème inspiré par S.Weil)



Bernard Tapie symbolise parfaitement Marseille, une terre d’accueil pour des gens issus de tous horizons, qui découvrent, tombent amoureux et sont adoptés par la ville et ses habitants. Il est celui qui a porté au firmament la fierté d’être Marseillais, qui a permis à l’OM d’être sur le toit de l’Europe, d’être admis à la table des plus grands. Personne n’est au-dessus de l’institution, mais il est de ceux qui pourraient y prétendre, tout du moins être aussi important que celle-ci.

Je suis lié à jamais avec ce club, j’ai vibré en 1989 en finale de Coupe de France, vous m’avez offert le plus beau des anniversaires un soir de mai 1993, et pour ça, je serai éternellement reconnaissant. Reposez en paix, nous porterons votre héritage, nous parlerons de vous à nos enfants, nos petits enfants, afin que votre nom soit à jamais associé à l’Olympique de Marseille.

Merci Mr Tapie, merci boss, merci Bernard…

Fayçaldinho (rédacteur)


Définir ce que fut Bernard Tapie, ça peut être long. Mais si je ne devais sélectionner que trois mots, ce serait audace, courage et passion.

Ces trois mots, qui ont fait le personnage qu’il fut tout au long de sa vie et qui le définissent si bien sont aussi les caractéristiques qui font de notre club, une entité à part. Le Boss et l’OM ne pouvaient que se rencontrer, s’aimer jusqu’à la passion, avec ses hauts et ses bas. Et c’est avec lui que l’OM a pour le moment connu ses plus beaux moments. Loin des affaires et des suspicions de triches (vraies ou pas, là n’est pas le débat du jour), c’est seulement cette image que nous devons garder : celle d’un dirigeant qui a su illustrer à merveille les caractéristiques et les ambitions de notre club.

Qui a su se battre jusqu’au bout, sans jamais rien lâcher. Après Michel, Pape, Philou, René et bien d’autres encore, c’est un de nos symboles qui nous quitte. Qui nous laisse seuls ? Je ne pense pas. Car comme les autres, c’est une nouvelle étoile, identique à celle que nous arborons fièrement sur nos maillots qui s’en va briller là-haut et nous rappeler un peu plus que grâce à des hommes comme lui, nous sommes à jamais les premiers. Reposez en paix Boss, nous veillerons sur votre OM !

Baccalhao (illustrateur)


J’avais un déjeuner entre amis aujourd’hui. Avec deux amis de longue date supporters du PSG. Le genre d’amis avec qui on se fâche les soirs de Clasico quand ça chauffe un peu trop fort mais avec qui on se rabiboche autour d’une bonne bouteille de pinard en cas de coups durs.
On avait rendez-vous chez le premier, espagnol, qui nous faisait sa paella dans les règles de l’art, j’étais chargé d’amener le dessert et covoiturer le deuxième charge d’amener le pinard.
En arrivant chez le deuxième, il me dit d’emblée: « j’ai été obligé de changer mes plans sur le pinard, vu l’actualité, il me restait une bouteille et j’ai pensé que c’etait la bonne occase de la partager ensemble, ce mec était extraordinaire »
J’en avais les larmes aux yeux…

Remind (forum)


Lorsque en 1986 Gaston Deferre, alors maire de Marseille, contacte Bernard Tapie sur les conseils de son épouse l’académicienne Edmonde Charles-Roux pour la reprise du club, l’OM évolue en D1 dans un anonymat presque complet. Malgré le scepticisme ambiant  dont le mien, BT va en faire en seulement sept ans, le club numéro un en Europe. Son dynamisme, sa capacité unique à entraîner les gens derrière lui, ses choix presque toujours judicieux nous ont permis de vivre les plus grandes heures de l’Olympique de Marseille. Pour cela, merci à jamais.

C’est pourtant un fait qui n’a rien à voir avec le football que je retiendrai de lui. J’aime à me souvenir qu’il est le premier a avoir eu le courage d’affronter Le Pen et ses thèses nauséabondes, quand l’ensemble de la classe politique se planquait derrière de pseudo-prétextes. Pour cela, merci à jamais.

Enfin, comme j’ai eu l’occasion de le tweeter aujourd’hui, il a eu mille vies et nous avions fini par oublier qu’en fait il n’en n’avait qu’une. Il nous quitte un jour de match, et toutes mes pensées vont à son épouse si élégante et discrète, ainsi qu’à ses enfants et à ses proches. Vous resterez notre boss, pour cela, merci à jamais…

JLM265 (rédacteur)



Je suis tombé dans la marmite OM un soir de OM/Dresde en 1987.
Des anecdotes sur l’OM et Tapie, j’en ai énormement mais celle qui me tient à cœur c’est qu’au début des années 90 je traversais une période compliquée… Et la seule chose qui m’ensoleillait l’âme à l’époque c’était de voir jouer l’OM en coupe d’Europe, la bonne vieille coupe d’Europe que l’on aimait tant avec 1er tour et 2e tour qui nous permettait en cas de qualification de « passer l’hiver au chaud »… J’attendais donc ces matchs avec une gourmandise de voir jouer les JPP, Waddle, et consorts les mercredis soirs. Pour rien au monde je n’aurais manqué çà, je m’évadais. Et si j’ai vécu çà c’est grace à Tapie…
Merci Boss de m’avoir fait aimer l’OM. Je n’ai pas toujours été d’accord avec vous, mais ce soir je vous pleure. Merci et RIP BOSS et sincères condoléances à vos proches !

Jack73 (forum)


Je suis né « OM », mais je n’ai commencé à vivre OM réellement quand je fus en âge de m’en souvenir et d’aller au Vél. C’était au début des années Tapie, à l’époque où JPP signifiait « J’en peux plus », et plus tard d’un Anglais que personne ne connaissait et trop cher payé. Beaucoup de paris, de jeunes en devenir, et c’est l’OM qui en fait des Stars et même un Ballon d’Or pour Papin. Le renouveau de l’OM de ces années-là, l’équipe qui allait marcher sur le championnat français, puis apprendre, durement, en Coupe d’Europe (la main de Vata, Bari…). Le caractère de cet OM, c’était aussi le caractère de Bernard Tapie. Un homme qui ne lâche rien, tel un pitbull, allant dans les vestiaires pour remotiver les troupes, indiquer à l’entraîneur quels changements opérer, et si tu n’étais pas content, tu faisais tes valises (n’est-ce pas Eric Cantona ?).

Avec Goethals, face au grand Milan AC, celui de Berlusconi qui rafflait tout à l’époque, qui était la dream team des années 90, vous avez eu le Graal. Vous l’avez fait, tous ensemble. Tout un peuple chavirait sur la tête de Basile. La Coupe aux grandes oreilles était Marseillaise. Gardons les bons moments, ceux-ci resteront de toute façon gravés à jamais dans les coeurs olympiens. 

Jester (rédacteur)


Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de MassaliaLive


MassaliaLive, l'OM vu par des supporteurs, sur un ton décalé et toujours avec une totale liberté. En bref, vous ne lirez pas ceci ailleurs ! MassaliaLive, on annonce la couleur !
Article lu 317 fois, écrit le par MassaliaLive Cet article a été posté dans A la Une, Tribune libre et taggé , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.