EL | KV OSTENDE – OM : il faut conclure, une fois ! 

Nos narines sont agréablement titillées, mais pas encore par le parfum savoureux de la Coupe d’Europe. Non, pour le moment, c’est le fumet des moules-frites qui nous envahit. Pour humer goulûment les fragrances véritables de l’Europa League, il va falloir s’imposer en Belgique et défendre l’avance de deux buts acquise au match aller (4-2).


Le chemin de croix vers l’Europa League

Après un dernier parcours douloureux sur la scène européenne, l’Olympique de Marseille se relance à l’abordage du Vieux Continent. Néanmoins, avant d’espérer voir les joueurs d’Arsenal ou du Milan AC fouler la pelouse du Vélodrome, il y a encore deux obstacles à franchir.

Le premier se nomme KV Ostende et, cette fois, l’opposition aura lieu en Belgique. Pour autant, l’accession au tour suivant semble largement à la portée des Olympiens, car comme l’ordre des choses le laissait supposer, ils se sont plutôt bien débrouillés au match aller.

© SOREN ANDERSSON/AFP

Cela étant, sport et logique ne font pas toujours bon ménage et il faudra faire valoir l’avantage de deux buts obtenu à domicile afin d’assurer l’essentiel de ce troisième tour préliminaire d’Europa League : la qualification.

Ensuite, un tirage au sort désignera un nouvel adversaire et il ne restera qu’une ultime double confrontation pour entrer de plain-pied dans la compétition et disputer la phase de poules.

Des promesses en attaque

Ce premier succès officiel de la saison 2017-2018, l’OM le doit à l’efficacité de Valère Germain en pointe. Magistralement porté par une animation offensive qui a désarçonné les défenseurs belges, l’attaquant marseillais a même signé le premier triplé de sa carrière.

Par ailleurs, cette rencontre revêtait plusieurs enjeux.

D’une part, il y avait l’obligation de gagner et de se mettre dans de bonnes dispositions pour accéder au tour suivant. D’autre part, c’était un excellent test pour jauger la progression des hommes de Rudi Garcia à l’issue de leur préparation estivale.

Si tout n’a pas été parfait et laisse à penser qu’il ne faudra pas se relâcher jeudi soir contre le KV Ostende, ce qu’on a entrevu dans les phases de construction prouve que la patte Garcia commence à peser sur le jeu phocéen. En particulier dans le secteur offensif : du jeu en triangle, des dédoublements, des centres de Payet à destination de Germain qui se déplaçait à merveille dans le dos de ses adversaires, du mouvement…

Voilà ce qu’il faut pour déstabiliser une équipe et qu’on a vu à l’aller. Voilà donc ce que l’on doit retrouver dès le match retour et surtout par la suite, lorsque le niveau de l’opposition s’élèvera.

Quelques lacunes en défense

Malheureusement, deux mois se sont écoulés depuis la fin de la dernière saison et l’arrière-garde olympienne semble toujours aussi déséquilibrée ! Pire, des signes de fébrilité subsistent et il faut espérer qu’à l’Albertparkstadion, face à leur public, les Belges ne frapperont pas là où ça fait mal…

Le ciel n’est cependant pas uniformément sombre puisqu’Adil Rami a livré contre Ostende une bonne prestation et semble être, pour le moment, l’homme sur lequel s’appuyer en défense.

© AFP PHOTO

Par ailleurs, le mercato n’est pas terminé et peut encore permettre d’aplanir les quelques difficultés perçues au Vélodrome lors du match aller. Et face au KVO, il s’est agi, pour l’essentiel, de problèmes d’application et de concentration.

Le mot d’ordre est donc de consolider le collectif.

Un principe a priori simple, qu’il faudra cependant déployer à l’extérieur pour ne pas subir de désillusion.

Allons de l’avant !

Du reste, la devise de l’Olympique de Marseille est bel et bien « Droit au but » et Valère Germain a pris soin de le rappeler aux Belges la semaine dernière. Nous compterons donc sur lui et sur ses compères du front de l’attaque pour le signifier une nouvelle fois, afin de passer au tour suivant et préparer au mieux la réception de Dijon pour le compte de la première journée de la Ligue 1 Conforama.

Il serait, en effet, de bon ton de l’emporter sans équivoque pour éviter de faire monter la moutarde au nez des supporters. Et surtout pour continuer à les faire rêver !

Pour ma part, j’en termine avec la présentation de cette opposition inédite en rappelant qu’il s’agit de la première joute européenne de l’histoire du KV Ostende. D’habitude, nous apprécions l’humour de nos amis belges, mais jeudi soir une mauvaise blague de leur part laisserait un goût très amer après l’apéritif du match aller.

Ce serait même un argument aussi pertinent qu’ostendatoire offert aux détracteurs de l’OM.

Après m’être ainsi acquitté du quota habituel de jeux de mots de mauvais goût sur le nom de notre adversaire du jour, je tiens à préciser que si vous n’avez pas lu cet article avec l’accent belge, vous devez recommencer depuis le début en prenant la voix suave d’Éric Gerets. Une fois !


A lire également...

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Chris Red


Rédacteur pour le plaisir et passionné de l’OM, je suis également auteur de romans et de nouvelles SF/Fantastique et traducteur novice dans le même domaine.


Article lu 660 fois, écrit le par Chris Red Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.