J 30 | OM-SCO : il était une fois dans l’Ouest

Le Sporting Club de l’Ouest se rend à Marseille ce samedi pour la 30e journée de Ligue 1. Les Olympiens reçoivent des Angevins, souvent empêcheurs de tourner en rond. Alors que s’achève cette, trop longue, trêve internationale il est désormais l’heure de retrouver notre OM dans ce qui est désormais le money-time du championnat. À l’aube de cette cavalcade, les phocéens ont leur destin en main mais se doivent d’éviter les écueils pour aborder l’importantissime OM-Lyon de la 36e journée dans les meilleures dispositions.

Chasseurs de primes

Le premier obstacle de cette série de neuf matchs jusqu’au terme du championnat réside donc dans la réception de ces coriaces angevins. Sortes de bandits de grands chemins aimant accrocher des noms ronflants à leur tableau de chasse.

Nous avons peine à y croire mais les statistiques des confrontations entre ces deux équipes sont plutôt équilibrées : l’OM affiche un bilan légèrement favorable de 22 victoires pour 16 nuls et 17 défaites en 55 matchs, toutes compétitions confondues (dont une rencontre de l’obscure coupe Charles Drago, sorte de coupe des perdants).

On l’a vu au match aller et depuis leur remontée dans l’élite, quand bien même la ville d’Angers héberge le Musée Jean Lurçat, les joueurs du SCO sont loin d’être des peintres. Les scoïstes sont de vraies teignes. La discipline des joueurs de Stéphane Moulin et leur sens du sacrifice font des miracles année après année. Parfaite illustration de la fameuse « dalle angevine ». La rugueuse défense Pavlovic-Traoré va cependant être remaniée, Pavlovic étant suspendu. Elle va toutefois offrir un joli défi physique à Super Mario (qui est lui aussi un sacré client). Le milieu Cheick N’doye-Mangani-Santamaria est robuste et filou. En attaque, Flavien Tait réalise depuis quelques semaines de très belles prestations et devra faire oublier Bahoken, qui avait confirmé quant à lui sa bonne saison dernière avec Strasbourg en pointant à neuf buts en Ligue 1. Mais ce dernier fait aussi partie des absents (blessé à la cuisse) pour la rencontre.

Les Angevins, même amoindris, ne sont donc pas à prendre à la légère et les Marseillais le savent déjà. Ils ont peut être livré à l’aller leur plus mauvais match de la saison. Il y avait pourtant déjà quelques références épiques cette année qu’on préfèrerait avoir oubliées… L’OM n’a dû son salut qu’à un but tardif (et chanceux) de Bouna Sarr après une rencontre que pourrait résumer le mot « purge ».

Et l’ange vint

Mais depuis tout à changé !

Alors qu’il végétait dans la baie des anges, Super Mario Balotelli est sorti tel un diable de sa boîte pour se mettre tout Marseille dans la poche avec déjà 5 buts en 8 matchs et le tout sans penalty s’il vous plaît. Balo the Kid is back. Le buteur italien n’est pas toujours très bien servi, mais pèse sur les arrières-gardes et a trouvé en Valère Germain le parfait porte-flingue pour dégommer les défenses adverses. Nous espérons qu’il mettra dans le mille dès que l’occasion se présentera.

La conquête de l’Ouest

Ce match de reprise marque aussi le retour de trois bannis, tels le bon, la brute et le truand. Pelé, Rami et Amavi sont en effet attendus titulaires ce samedi au vélodrome.

Oui, Amavi est bien un truand puisqu’il nous a tous mit une carotte en nous faisant croire qu’il était un bon défenseur. Rami quant à lui est devenu une brute épaisse depuis qu’il a clamé s’être mis à la boxe pour outrepasser son burn-out. Enfin, le bon Yohann Pelé étendra ses grandes ailes d’albatros dans la surface, en ne prenant pas exemple de la dernière action catastrophique de Mandanda.

Albatros ? Albatross ? Albatroce ?

Steve, la légende, devient malheureusement un fenomeno de médiocrité. Par sa sortie comme un desperado, le portier a plombé la rencontre et enterré les derniers espoirs d’un match qui a montré un certain manque d’expérience. Un vrai scénario de western après le but hold-up en fin de première période. Il y a en effet fort à parier que Luis Gustavo ou Kevin Strootman auraient eu le métier de casser la contre-attaque beaucoup plus efficacement que Bouna Sarr. Ce dernier a d’ailleurs confirmé sa propension à donner des buts au PSG puisqu’il est souvent dans les mauvais coups. Heureusement en face ce sera Angers.

À avoir voulu insister avec la même équipe contre Paris que lors des dernières rencontres, le coach marseillais tient désormais un levier pour relancer les dés dans le jeu des titulaires. Cette rencontre est peut-être l’occasion à ne pas rater pour les cadres de l’équipe de reprendre de l’importance pour la fin de saison. Il est également temps de permettre au vélodrome de pouvoir se délecter d’un duo Payet-Balotelli en action sur la pelouse. D’autant que le fantasque italien marque plus souvent à la maison. Autant qu’il soit bien servi.

Pour une poignée de dollars

Il est maintenant temps d’être droit dans ses bottes pour repartir à l’assaut de ce trésor qu’est devenu le podium de la Ligue 1 et surtout du magot que représente la Ligue des Champions. Alors que JHE a annoncé cette semaine une fin de cycle pour cet effectif et un renouvellement à venir, il faut désormais jeter les dernières armes dans la bataille. Le funeste Champions Project dépend aussi d’une bonne fin de saison de ces vieux briscards qu’on préférerait voir partir dans une fin avec un soleil couchant, plus que comme des mercenaires.

Finalement, le foot c’est comme dans les westerns, à la fin, tout ce qui compte c’est la bourse ou la vie.

Allez l’OM bloody hell !

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Louis Gustave


Mieux vaut éviter les tacles à la gorge, ça s'appelle une cravate et c'est bien trop sérieux.
Article lu 798 fois, écrit le par Louis Gustave Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour J 30 | OM-SCO : il était une fois dans l’Ouest

  1. Merci, d’ avoir sondé les mystères de l Ouest pour nous