J 9 | RCS-OM : gagner, c’est tout !

L’équipe de France s’est qualifiée pour la Coupe du Monde sans que les internationaux marseillais aient eu un rôle à jouer. Voilà une bonne chose de faite pour eux, mais ce qui intéresse les supporteurs de l’OM, c’est le championnat ! Reprenons donc cette compétition là où on l’avait quittée, c’est-à-dire, avec une victoire au forceps à Nice et un match à venir contre Strasbourg au Stade de la Meinau.


Ils sont de retour ! 

Après une trêve internationale, les heureux élus en sélection reviennent à leur quotidien et les entraîneurs guettent souvent avec anxiété l’état de forme de leurs poulains.

Pour l’OM tout va bien – ou presque – et Rudi Garcia va pouvoir souffler.

Parmi les Français, seul Dimitri Payet a joui du privilège d’honorer la tunique bleue pendant quelques minutes. De son côté, Hiroki Sakai n’a pas été utilisé lors du second match du Japon et Konstantinos Mitroglou a retrouvé le chemin des filets en inscrivant trois buts en deux matches.

Il n’y a pas non plus de blessés à déplorer, même chez les jeunes, sachant que Maxime Lopez a chauffé le banc.

Seul bémol, Clinton Njie est retenu au Cameroun pour des raisons administratives. Sa situation devrait cependant rentrer dans l’ordre très rapidement et il est attendu ce jeudi à Marseille.

« Qui c’est qui va porter les bouteilles d’eau ? Clinton ? Valère ? »

En dépit du mauvais classement du Racing Strasbourg, Thierry Laurey pouvait également se ronger les ongles, car certains de ses joueurs étaient convoqués par leurs sélections respectives.

Cela étant, Martin Terrier s’est illustré avec les Espoirs, quant à Nuno Da Costa (Cap-Vert), Bakary Koné (Sénégal), et Idriss Saadi (Algérie), ils sont rentrés sans encombre.

 


Le choix des hommes

Le Fennec du RCS retrouvera d’ailleurs Franck Zambo-Anguissa dimanche soir, puisque le Cameroun et l’Algérie se sont affrontés durant la trêve. En effet, Luiz Gustavo et Lucas Ocampos seront suspendus et la présence du jeune milieu de terrain camerounais dans le onze titulaire paraît inévitable.

Si l’on évoque également le possible retour d’Aymen Abdennour en défense centrale, diverses questions se posent sur la composition de l’OM – notamment dans l’entrejeu – et sur l’animation offensive.

– T’en as pensé quoi de Nice ?
– Yé pas trop aimé la salade niçoise, yé hâte de goûter à la choucroute ! Ou à la flammenküeche, yésite ! Ou les deux !
– Je te parle du match Andoni… Pour savoir si on garde Rudi !
– Yé pas vu le match ! Yé dourmi oun peu, yavais bésoin de diyérer. Yé vou dans lé yournal qu’on avait gagné. Muy bien !

Les bonnes prestations de Kostas Mitroglou en sélection présagent d’une première titularisation face aux Alsaciens, d’autant plus que le joueur semble avoir retrouvé son potentiel physique après des ennuis musculaires tenaces.

Très attendu par les supporteurs comme par les journalistes depuis la fin agitée du mercato estival de l’OM, l’attaquant grec aura sans doute pas mal de pression sur les épaules au moment du coup d’envoi, mais il sait s’en servir comme d’un atout et pour peu que l’équipe tourne correctement, il devrait tirer son épingle du jeu.

« Allo Yohann ? Oui, je t’ai déjà laissé 346 messages. Le réseau doit mal passer en Angleterre.
Si tu veux retrouver l’Équipe de France, rappelle-moi.»

Jeu, tu, ils…

Le jeu, parlons-en justement ! 

Depuis le début de saison, Rudi Garcia essaie, tâtonne, hésite, fait aussi avec certains impondérables, mais si les résultats lui sont plutôt favorables, la manière ne convainc personne et les déculottées invraisemblables infligées à l’OM par Rennes ou Monaco sont encore dans toutes les têtes.

En défense, les choses vont nettement mieux depuis qu’Adil Rami et Jordan Amavi ont relégué sur le banc Grégory Sertic, Matheus Dòria et Patrice Evra. Au milieu, Gustavo et Anguissa ont amené solidité et polyvalence, mais devant, ça coince.

Alternativement seuls en pointe, Clinton Njie ou Valère Germain ne parviennent pas à s’imposer face à des défenses bien organisées. L’un est trop égoïste, trop maladroit ou trop stéréotypé dans ses évolutions, l’autre trop mal servi ou trop souvent oublié pour faire la différence.

Heureusement l’arrivée de Mitroglou pourrait changer la donne, même si personne ne sait comment, les hommes de Rudi Garcia n’ayant encore jamais évolué avec deux attaquants aux avant-postes.

Qui associer à Zambo Anguissa au milieu de terrain ? Quel rôle attribuer à Morgan Sanson ? Comment l’intégrer, lui, ainsi que Valère Germain dans un système plus efficace que le 4-3-3 mis en place en début de saison ?

Autant de questions qui restent en suspens et auxquelles l’ancien technicien de la Roma devra répondre rapidement pour maintenir son équipe sur le podium et, éventuellement, pour conserver son poste ! 

Trouver un équilibre à la Meinau face à un adversaire fébrile ne serait pas une mauvaise idée. Qui sait ? Cela pourrait permettre d’éviter le ridicule dans dix jours, face à l’adversaire que l’on connaît…

Un fauteuil pour… trois !

Afin d’optimiser les performances et confirmer le redressement comptable, Rudi Garcia doit trancher dans le vif et faire des choix solides capables de porter l’équipe jusqu’en mai prochain. Et il a enfin une bonne fenêtre de tir !

Pour la première fois de la saison, l’Olympique de Marseille occupe, en effet, la troisième place du championnat, un rang qui correspond aux ambitions dévoilées par les dirigeants du club dès son rachat en octobre 2016.

De plus, Nice et Lyon ayant tendance à laisser filer de nombreux points face à des formations leur étant supposées inférieures, Marseille a l’opportunité de prendre de l’avance, mais pour cela, il faudra désormais gagner avec la manière !

Avant de recevoir l’ogre parisien, l’occasion est trop belle !

Jugez plutôt.

Lyon accueille Monaco alors que Bordeaux et Nantes se confronteront dans le derby de l’Atlantique.

Strasbourg, avant-dernier au classement, n’a pour sa part remporté qu’un match cette saison (contre Lille, réduit à neuf, lors de la deuxième journée), et semble largement à portée des olympiens avec quatre défaites et deux nuls sur les six derniers matches.

Dans ce contexte, il serait extrêmement regrettable de ne pas accrocher les trois points de la victoire !

Par ailleurs, Paris et Monaco accaparent logiquement les premiers rôles du fait de la qualité de leurs effectifs et de leurs prestations, et en toute logique, concèdent très peu de points à des équipes de bas de tableau.

L’OM doit donc en faire de même pour rester sur le podium et crédibiliser enfin ce qui a été fait depuis un an. Par conséquent, un seul mot me vient à l’esprit : vaincre !


Compositions probables :

Strasbourg
Bi. Kamara – Seka, Mangane, B. Koné, Lala – J. Martin, Aholou, Terrier, Liénard – Da Costa, Saadi

OM
Mandanda – Sakai, Rami, Abdennour, Amavi – Zambo Anguissa, Sertic (ou Kamara) – Thauvin, Payet, Njie – Mitroglou


 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Chris Red


Rédacteur pour le plaisir et passionné de l'OM, je suis également auteur de romans et de nouvelles SF/Fantastique et traducteur novice dans le même domaine.
Article lu 1198 fois, écrit le par Chris Red Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.