D2F | OM (3-2) TEGG : merci Jenny !

Septième journée du championnat de D2, l’OM recevait Thonon Évian Grand Genève, qui ferme la marche au classement, en compagnie de Montauban. Les Olympiennes ont une nouvelle fois joué à se faire peur. Mais Zorro est arrivé, sous les traits non masqués de Jenny Perret.

La défense continue d’inquiéter.

La compo de départ :

Le schéma tactique de type: 3-2-3-2 n\'est pas disponible pour le moment.
Tutoriel complet ici.

Encore nombre d’absentes pour cette rencontre. Boklach, Sow, Conesa, Kbida, Hamidou, Salomon et Diakhaté, toutes potentielles titulaires. Je ne vais pas les accabler pour avoir encaissé cinq buts, contre les dixièmes et onzièmes du classement (Orléans et Thonon), même si neuf buts pris en sept matchs, cela fait beaucoup pour des candidates à la montée. Espérons un retour rapide des absentes pour pouvoir juger correctement, malgré le manque de communication du club sur ces joueuses. Je sais que Sow et Boklach sont blessées… mystère pour les autres.

Une fois de plus, la partie n’était pas retransmise sur le Twitch de l’OM, je ne connais donc pas les circonstances des actions Thononaises.

La rencontre a pourtant débuté tambour battant, avec un but de Jenny Perret, dès la deuxième minute.
Roxane Couasnon déborde sur la droite et centre en direction de Diop, qui laisse passer, car Clark arrive dans son dos. Le ballon est repoussé par une défenseuse et parvient dans les pieds de Perret, proche du point de penalty. La milieu marseillaise place une demi-volée croisée du droit et fait trembler les filets.
OM 1-0 TEGG

Plus de nouvelles, jusqu’à la 28′ et le premier but des visiteuses, inscrit par Tatiana Solanet.
OM 1-1 TEGG

Trois minutes plus tard, nouveau but du TEGG par l’entremise d’Anissa Belkasmi.
OM 1-2 TEGG

Plus rien ne sera marqué avant la pause et les questions sur l’efficacité défensive des Olympiennes demeurent.

Fort heureusement, l’attaque marseillaise ne tarde pas à faire parler la poudre.
À la 57′, sur un corner joué à deux depuis la gauche, Perret passe le ballon à Clark et dédouble derrière l’Américaine. La défenseuse bleue est prise par la combinaison et Jenny s’avance à l’entrée de la surface de réparation. Elle place un enroulé du droit qui lobe Olesya Arsenyeva, la gardienne russe de Thonon, et finit sa course sur dans le petit filet opposé.
OM 2-2 TEGG.

Il était dit que J.P., notre sniper du jour n’en resterait pas là.
Deux minutes plus tard, soit la 59′, Coralie Monguillon déboule sur son aile, repique dans l’axe et sert Jenny Perret dans la surface. Celle-ci s’excentre et effectue ce qui est parfois appelé un centre/tir, en direction de Mama Diop qui s’est isolée au second poteau. L’avant-centre sénégalaise n’a rien à faire, puisque le ballon lobe de nouveau la gardienne et finit sa course dans le petit filet opposé.
OM 3-2 TEGG

Grâce à sa milieu offensive, les Olympiennes ont réussi à renverser un score défavorable. Et se sont montrée forte face à l’adversité. Mais il serait bien pour le cœur des spectateurs de les ménager un peu.

Les Olympiennes auraient pu corser l’addition à la 88′, avec un penalty accordé par l’arbitre. Malheureusement, raté par Mama Diop. La préposée habituelle aux coups de pied de réparations, Ashley Clark était sortie à la 79′.

La bonne nouvelle de la journée est que l’OM possède maintenant trois points d’avance sur Lens, nos prochaines adversaires en championnat.

De son côté, Nantes s’est imposé 2-3 à Montauban, après avoir mené 0-3. La rencontre entre Rodez et Strasbourg a été reportée pour cause d’intempéries.

Ce qui provoque un resserrement en tête du classement, avec trois équipes à seize points (Strasbourg, Nantes et l’OM), en n’oubliant pas le match en retard des Alsaciennes. Lens suit avec treize points devant un peloton à dix points (Le Mans, Nice et Albi).

Avant de se rendre chez les Artésiennes, les Olympiennes devront en découdre avec Saint-Henri pour la coupe de France. Le déplacement n’apparaît pas trop périlleux contre cette équipe de départementale 1, soit quatre divisions en dessous de l’OM.

 

Perret, Giaimo et Couasnon

 

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Kim Nielsen


Je supporte l'OM depuis 1973, ça ne me rajeunit pas ! J'étais présent à Bari et à Munich pour des résultats opposés. J'ai pris goût au foot féminin depuis la coupe du monde en France.
Article lu 352 fois, écrit le par Kim Nielsen Cet article a été posté dans Compte-rendu, Féminines et taggé , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.