Le retour du Décrassage (partie 2)

Amis du jour, bonjour ! Après la 1ère partie du retour de Décrassage, voici, la 2ème partie que nous intitulerons en toute sobriété « Le retour du retour du Décrassage qui fait son retour ». Après avoir balayé l’actualité de l’été et les débuts de folie de notre équipe préférée, place à présent sur la suite de la saison avec notamment le Classico, le match à rejouer contre le FC Nazillon, le bilan en Ligue Europa et une revue d’effectif après ce premier tiers de la saison.

Le Classico OM-PSG

24 octobre. Premier « Classico » (avec 2 « s » cette fois) pour l’ex-meilleur joueur de tous les temps. L’ambiance était folle même si moi j’ai eu comme l’impression qu’on s’était un peu endormi en 2ème période alors qu’on jouait à 11 conte 10, voire 11 contre 9 quand Neymar était sur la pelouse. Fait marquant du match, un « mastre » est rentré sur le terrain pour prendre à pleine bouche les attributs du nain argentin. Même si le geste est scandaleux, après, il faut être honnête : cet abruti a quand même anéanti une occasion parisienne donc je trouve qu’il aurait quand même mérité un petit 5/10 dans l’Equipe.

Score final : 0-0. Frustrant car il y avait vraiment la place de faire mieux. Les médias nationaux, par contre, se sont très vite mis en ordre de marche pour expliquer cette contre-performance du club de l’Etat du Qatar, c’est à dire de n’avoir pas gagné contre leur rival avec un budget supérieur au PIB de la Somalie. Ainsi, à en croire certaines groupies médiatiques, le match aurait dû être interrompu et perdu 30-0 sur tapis oriental (c’est comme une défaite sur tapis vert mais comme c’est le Qatar, ça vaut 10 fois plus). Heureusement, la presse étrangère (notamment les médias espagnols et argentins) n’a eu d’yeux que pour l’ambiance et les tifos du Vélodrome qu’ils ont qualifié de meilleure ambiance d’Europe. Les supporters « Qatarix » ont eux crié à l’arbitrage en réclamant un pénalty sur le formidable geste défensif de Saliba sur MBappé. Bon faut dire, les gestes défensifs, ils n’ont pas trop l’habitude, ils ne savent pas ce que c’est, donc on les excuse.

Match à rejouer contre le FC Nazillon

21 octobre. Match à rejouer contre Nice à huis clos et à Troyes même si finalement il se jouera étrangement à 11 contre 11 (Tu l’as ?). La 1ère tentative de match s’était soldée le 22 août par un envahissement de terrain car Payet avait un peu trop « excité », avec sa jupe trop courte, un sombre groupe de nerveux au bras tendu facile. L’OM ne voulait pas rejouer ce match et ça s’est vu : ils ne l’ont pas joué ! Le match se terminant sur un piteux 1-1 après notamment une 1ère période dégueulasse où on aurait pu en prendre 4 mais où on égalise au contraire grâce à un hold-up de Payet. Les 2 équipes prennent donc un point mais l’Histoire retiendra que l’OM en a perdu 2 car la Ligue n’a pas osé appliquer le règlement de son championnat, règlement qui aurait été pour une fois favorable aux Marseillais. Ceci explique peut-être cela.

Multiples incidents en tribune

Conséquence de la frilosité de la LFP à vouloir sanctionner Nice d’une défaite en début de saison pour l’envahissement de terrain ainsi que les jets de bouteilles de ses supporters, comme prévue, la tendance cette saison est le débordement en tribune et aux abords du stade.

Ainsi on a eu un envahissement des supporters à Lens, un jet de bouteille sur Rongier à Montpellier, une bagarre à coup de barres de fer entre supporters bordelais et montpelliérains à Montpellier, une bagarre entre supporters marseillais et angevins à Angers, une tentative d’envahissement de terrain des supporters messins après un match volé par le PSG, un report de plus d’une heure du coup d’envoi du St Etienne-Angers, après un spectacle pyrotechnique improvisé des supporters des verts causant la destruction des filets de but, un envahissement de terrain de « Daltons » à Lyon, une bagarre entre supporters parisiens en marge du match contre Leipzig, et enfin, une coupe de champagne à 1500 euros renversée au Parc des Princes. Seul Monaco est à féliciter où les 5 spectateurs de Louis II se verront remettre un prix pour leur fair-play et leur calme.

Résultat des courses : plusieurs tribunes fermées et des huis clos prononcés notamment pour l’OM qui jouera dans un stade vide contre Troyes, après avoir joué à Troyes dans un stade également vide tout en ayant joué quand même à 11 (Tu l’as encore ? Oui, je sais, je suis lourd, mais si tu voulais du contenu de qualité, tu ne serais pas là hein ?). Bref. Même si c’est scandaleux, on se dit tous que ça aurait pu être pire puisque dans le barème concernant l’OM, normalement, un jet de pizza sur le terrain ça aurait été rétrogradation administrative en Ligue 2 Domino’s Pizza quand cet annonceur était encore sponsor officiel de la Ligue 2 il y a un an. On l’a donc échappé belle !

Europa Ligue : L’essentiel c’est les…1 point !

Dans un groupe plus que relevé (pas comme celui du FC Lyon avec des équipes où les joueurs doivent poser un jour de congé pour jouer leurs matchs européens), les quatre premiers matchs de poule des Olympiens se soldent par le même constat : on est l’équipe qui a pratiqué le plus beau football, qui a dominé à chaque fois mais pourtant tout ça n’a abouti que sur quatre nuls. Quand je dis « quatre nuls », je ne parle pas d’Harit, Henrique, Lirola et De la Fuente qui eux n’ont pas marqué de points sur ces quatre rencontres. L’OM avec 4 points garde toujours son destin entre les mains pour se qualifier. Il faudra pour cela une victoire en Turquie contre Galatasaray et une autre au Vélodrome contre le Lokomotiv. Il sera donc urgent d’invoquer l’esprit de Villas-Boas ou celui de Deschamps pour troquer le beau jeu et la domination contre l’efficacité cette fois.

Un premier bilan de l’effectif marseillais

Depuis le début de la saison, malgré l’un des effectifs les plus jeunes que l’OM ait connu ces dernières années, c’est papy Payet qui, du haut de ses 34 ans, a tenu l’équipe à bout de bras, réalisant l’un des meilleurs début de saison de sa carrière (7 buts et 2 passes décisives en 13 matchs).

Pau Lopez, lui, a eu à subir les foudres des « amis de Di Meco » (à prononcer comme AVB à l’époque) qui lui ont reproché de prendre la place de leur pote mais il a finalement donné satisfaction reléguant la légende olympienne sur le banc. Alors, oui, je sais, ça fait quelque chose à certains de tourner petit à petit la page « Mandanda ». Et bien voyez-vous moi, c’est pareil. Quand ils ont remplacé RAIDERS par TWIX au début des années 90, au départ j’étais révolté puis j’ai vite vu que c’était grosso-modo la même merde, que ça changeait pas grand chose et j’en ai pas fait toute une histoire.

A ma grande surprise, ce n’est pas l’attaque mais la défense olympienne (2ème meilleure défense de Ligue 1) qui est la grande satisfaction de ce premier tiers du championnat avec notamment un patron de 20 ans nommé Saliba à sa commande. Luan Peres, lui aussi, est une vraie révélation qui aligne les records : une tentative d’étranglement (à Nice), un cambriolage (pendant le match contre Bordeaux) et 1 but contre son camp pour son 1er match en Ligue 1 ! La 3ème place dans la défense centrale se jouant entre Balerdi (mon couscous-boulettes préféré) , Alvaro Cojones et Caleta-Car, ex-Caleta-Caravane, qui a enfin laissé à la maison la caravane qu’il se traînait depuis son transfert avorté à Liverpool en janvier dernier.

Que dire du milieu où on a enfin trouvé notre aboyeur avec Guendouzi ? Une sorte de Lorik Cana qui aurait découvert les joies du fer à friser de chez Jacques Dessanges. Kamara, lui, même s’il a des envies de départ nous montre toujours qu’il est indispensable et Rongier, lui, montre enfin à toute la Ligue 1 quel joueur intelligent il est avec ce poste hybride de « latéral droit – milieu défensif » qu’il a été le seul à maîtriser à la perfection dans l’effectif marseillais.

Côté attaque, outre Payet, Underqui en plus d’avoir lui aussi des « spéciales », a montré qu’il savait aussi centrer (contrairement à son prédécesseur Florian Tigrou). Avec une option d’achat à 8M d’euros pour un joueur côté encore 18M, Longoria a encore réalisé le hold-up parfait. Bamba Dieng a montré lui, qu’il pouvait être une bonne alternative à Milik avec son doublé contre Monaco. A 4000 euros de salaire brut par mois, il espère désormais pouvoir négocier des tickets restos en plus de son salaire (Pour rappel, Messi, c’est 80 millions d’euros brut / an, soit 2000 fois plus que Dieng, et ceci pour 0 but en Ligue 1 !)

Du côté des déceptions pour le moment, on a bien sûr Milik. On se réjouissait du retour de notre « grantatakan » mais on n’a paradoxalement jamais aussi peu marqué que depuis celui-ci est revenu. Là encore, Longoria a fait très fort : dégoûter les grosses écuries européennes (comme la Juventus) de recruter l’attaquant polonais en faisant croire qu’il a le niveau de Valère Germain, ceci pour pouvoir le conserver durablement. Lirola, dont le transfert définitif était tant attendu quand on cherchait un latéral droit l’est hélas beaucoup moins dès lors que l’on ne joue plus sans un poste de vrai latéral droit. De la Fuente, après des débuts en fanfare, accuse désormais le coup. L’ancien de la Masia du FC Barcelone qui n’avait pas encore le niveau pour l’équipe A, a désormais tout à fait le niveau du Barça actuel, ce qui n’est pas pour nous rassurer.

Gueye, lui, doit se ressaisir pour être enfin une alternative crédible à Kamara. Amine Harit, s’il continue d’avoir ce niveau et la condition physique d’un asthmatique, va devoir bientôt rembourser Alvaro, Balerdi et Lirola qui ont accepté de différer leurs salaires pour rendre possible son transfert. La grosse énigme vient de Gerson. Le meilleur joueur du dernier championnat brésilien devait être la tête d’affiche de Sampaoli qui a supplié Longoria de le signer (ce dernier a dû se résoudre à vendre l’un de ses propres reins pour payer le montant du transfert du Brésilien) et pourtant, malgré des qualités évidentes, le numéro 8 marseillais joue peu ou très mal.

Voilà, les z’amis, en entendant le retour à un rythme hebdomadaire dès la semaine prochaine, je vous laisse sur un message de prévention contre l’alcool :


(Note aux Benêts : cette 2ème partie est encore dédiée à la mémoire de Philousports, du Boss et de Tonton René qui se poilent toujours avec vous et se poileront désormais avec nous pour l’éternité !)

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Le Décrassage


Supporter insupportable du club phocéen depuis plus de 40 ans. Recordman de titres de champion du monde interdépartemental de la Ligue 2 du LOL. Et désormais plus gros salaire bénévole de MassaliaLive (Prends ça F. Thauvin !)
Article lu 123 fois, écrit le par Le Décrassage Cet article a été posté dans A la Une, Decrassage et taggé , , , , , , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.