Après le champion d’Allemagne, un petit club de Bretagne !

Comme l’a dit Deschamps, s’il faut mettre la musique LDC pour que nos joueurs se bougent le fion on le fera. The champions, tu tu tu tu tu tu. Par contre laissons les maillots orange de côté…

On va se RE-GA-LER !

Si vous essayez de vous souvenir des raisons pour lesquelles vous avez commencé à aimer le football, regardez OM-BREST.

Prenez une équipe de Ligue 1 convalescente, l’OM, qui démarre sa saison comme Jésus Christ son chemin de croix… en traînant des pieds.

Prenez une équipe de Ligue 1 classique, Brest, qui jouera donc le maintien 36 journées sur 38, avant de se découvrir miraculeusement qualifiée pour l’Europa League à 2 journées de la fin.

Mettez tous les ingrédients d’un grand match de Ligue 1 : frilosité offensive, nervosité défensive, déficit technique, déchet dans l’entrejeu, nez dans le guidon, tête dans le cul, yeux dans le brouillard, et vous obtenez la recette d’une grande partie de Ligue 1.

Histoire de vous familiariser avec le vocabulaire journalistique pour commenter ce genre de… match (?), veuillez trouver ci-dessous un petit glossaire des principaux termes que vous entendrez demain :

 » Bien en place » : désigne l’équipe visiteuse, Brest en l’occurrence, qui jouera à 11 derrière tout le match avant d’inquiéter l’OM sur un contre chanceux ou un coup de pied arrêté lointain. Cette tactique prévaut dans 95% des rencontres de L1 et débouche parfois sur des saisons miracles de petits clubs minables réussissant sur un concours de circonstances à faire trembler les grands (Nancy, Auxerre etc.)

« Passivité » : désigne généralement les erreurs de placement et le manque d’agressivité de la défense marseillaise, tant au marquage sur coups de pieds arrêté que dans le jeu.

« Cerf Volant » : rarement utilisé par les journalistes, ce terme me paraît parfaitement correspondre aux oreilles de Charles Kaboré

« Nolan Roux » : sorte de Zidane du nord ouest, Nolan Roux est un vrai joueur de football, ce qui suffit à devenir l’idole du peuple breton, au milieu d’un club qui semble avoir fait le pari audacieux de titulariser 6 COTOREP.

« Philippe BRUETITE » : en hommage à l’inénarrable Philippe BRUET, ancien journaliste important de Canal Plus aujourd’hui mis au placard, ce terme désigne la coupe de cheveu (au singulier) de Bruno Grougi.

« Match de merde » : l’expression favorite des supporters de Marseille, ou des fans de beau jeu, après chaque match cette saison.

Bref, vous l’aurez compris, on va se RE-GA-LER !

Didier Deschamps va devenir ce week-end l’entraîneur ayant dirigé le plus de matchs de l’OM époque contemporaine avec 85 rencontres. Il dépassera Roland Courbis mais restera loin d’Henri Rosseler et ses 136 matchs d’affilée sur le banc marseillais entre 1949 et 1956.

L’entraîneur de Brest Alex Dupont a joué à Dunkerque et Hazebrouck, avant d’entraîner Boulogne, Gueugnon et Laval. S’il n’a pas le talent du vrai Sir Alex, il a le même goût pour les villes de merde.

Franck Ribéry, Claude Makélélé et Stéphane Guivarc’h ont lancé leurs carrières sous le maillot du club breton. Bernard Pardo aussi, mais on s’en fout.

Le père de Gonzalo Higuain, Jorge, a évolué une saison au Stade Brestois. Un sacrifice qui a failli permettre à l’Equipe de France d’attirer le madrilène, né à Brest et détenteur d’un passeport français. Mais bon, c’est Raymond Domenech qui lui a demandé, et le joueur a préféré la sélection argentine.

Ce dimanche, je vais écourter le déjeuner familial, pour regarder le choc entre l’OM et… Brest. Je ne mise pas de gros espoirs sur cette journée. Déjà, comme depuis quelques mois, l’idée de me farcir (au sens figuré, Dieu m’en préserve!) beau-papa et ses blagues lourdes, qui ne manquera pas de rappeler le début chaotique des olympiens presque relégables de « D1 » n’est pas pour me réjouir.

Par contre, farcir belle-maman… Si je fais honneur à la bouteille de rouge, je pourrais me laisser tenter.

Et puis, Olympien, il va falloir le rester, si je me fais chambrer par ces sales beaufs de merde en cas de mauvais résultat.

La deuxième raison à mon manque d’enthousiasme chronique… c’est l’appréhension de me faire chier pendant deux heures (au mieux) ou de me bouffer les couilles (toujours au sens figuré)

si les joueurs de mon équipe favorite retombent dans leurs travers.

Finalement, je ne vois qu’une seule solution, m’enivrer suffisamment pour supporter tout ça. Après tout, c’est Ginette qui prendra les clés pour rentrer!

Bref, je vais passer un dimanche de merde.

Le grand méchant loup.

« Putain après Duhamel ils nous envoient l’autre psychopathe de Chapron qui voit rouge » (peezee, omlive.com)

André Breton, prochaine recrue du mercato.

« 10 arrêts de Mandanda, 4 buts pour nous en 2 occasions. On va leur donner une leçon de suréalisme. » (drogba777, omlive.com)

Non, non, t’inquiète.

« On va sans doute me prendre pour un neuneu, mais j’ai envie d’y croire !

0-1, Roux 90e. » (patoch29, allez-brest.com)

Merci Kévin, tu peux retourner à ta partie de PES.

« dsl les pélos jaime lom mais la mon coeur est brestois on va pe etre les niker 1ào » (paga, allez-brest.com)

Eclair de lucidité

« Cette équipe de Brest est nulle on devrait jouer au curling. » (philoulou gros porc, allez-brest.com)

Bordeaux-Montpellier : N

Tentant le tout pour le tout pour motiver ses joueurs, Gillot titularise Gouffran en espérant un électrochoc. Mais au bout de seulement vingt secondes de jeu, Giroud est trouvé dans la surface, Ciani qui aussi bizarre que cela puisse paraitre a déjà été convoqué avec les Bleus (une fois, comme Jurietti), décide de le laisser partir en lui lançant des bisous. Girard exulte en arborant un t-shirt « dans ton cul le gros de Canal », personne ne comprend le message. A la mi-temps, Jeunechamp tacle un petit ramasseur de balle qui passait par là, les yeux injectés de sang. Malheureusement pour l’équipe de Nicollin, Bordeaux égalisera à la 92ème par l’intermédiaire de Chalmé, pour bien leur mettre les boules.

Paris-Lyon : N

Dugarry débute le match en expliquant que « cette fois-ci ce soir, sans ces conna…copains de marseillais, on va enfin assister à un vrai match de football ». Margotton rigole en cherchant un nom ridicule pour ce match (le Parislyonico sera choisi). Aulas, soi-disant ravi de voir des gars du Qatar racheter le PSG, leur fait de bons gros doigts d’honneur quand Gomis trompe Sirigu d’une frappe en rupture de 40m après un malaise vagal. Pastore nous gratifiera de très beaux gestes techniques, avant de faire connaissance avec les crampons de Lovren, exclu pour ce tacle au niveau du torse. Nenê se charge du coup-franc, marque et court se regarder dans un miroir pour kiffer encore plus. Malgré de nombreuses occasions de chaque côté, le match se terminera sur cette égalité.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de sillicate


Habite En Yourte ! Son Amour Laisse Univoquement Transi, Passant Ostensiblement Tout Obstacle. Caractère Amer Voir Acariâtre. Une Nouvelle Enquête Bientôt Intériorisera Nos Obsessions Utéro-Zygotiques Enflammées ?
Article lu 695 fois, écrit le par sillicate Cet article a été posté dans Avant-match. Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.