ASSE-OM : Marseille en Terre Sainte

Ce dimanche, l’Olympique de Marseille se déplace à Saint-Etienne dans le cadre de la vingt-sixième journée, un match couperet qui pourrait décider du visage que prendra la fin de saison pour l’équipe. Cette semaine, Bielsa a répété à ses joueurs qu’il ne leur mentait pas et qu’il attendait la même chose en retour. Ce dimanche, nous aurons le premier élément de réponse à cette question : les joueurs ont-ils lâché leur coach ?

Moi Gignac, l’apôtre de la vendange.

Sainteté, faites que les verts passent à côté

On aurait pu penser que l’année 2015 allait être celle du Graal, au lendemain d’un titre de champion d’automne, absolument inespéré lorsque le coup d’envoi de la ligue 1 avait été donné en août 2014.

L’équipe marseillaise nous étonnait en produisant un jeu de qualité, se battait sur le terrain en affichant une grande solidarité, emmenée par cet entraineur Argentin ne lâchant rien et guidant ses troupes tel le Messie.

Malheureusement, toutes les belles histoires ont une fin et celle-ci fait très mal à l’heure du bilan sur les deux premiers mois de l’année en cours. Cela se résume à six matchs, huit points pris sur dix-huit. Et malgré tout, avec une moyenne d’un peu plus d’un point par match, l’OM reste deuxième au classement. Un vrai Miracle appelé Ligue 1.

Le match face aux Verts revêt une grande importance pour plusieurs raisons. Il s’agit de conserver notre avance au classement sur cet adversaire (huit points séparent actuellement les deux équipes), mais aussi de voir enfin l’équipe gagner loin de ses bases, ce qui n’est plus arrivé depuis octobre 2014, une éternité. Avec une victoire dans le Forez, les joueurs pourraient retrouver une confiance effritée par les mauvais résultats actuels.

En revanche, en cas de contre-performance, on risque d’assister à une crucifixion douloureuse à n’en pas douter, la patience des fans ayant des limites et encore plus à Marseille.

Aujourd’hui réduits à espérer un faux pas de l’adversaire, les supporters marseillais se désespèrent de voir à nouveau ce jeu brillant et fluide qui donnait envie de pousser l’équipe par des encouragements, toujours aussi bruyants au demeurant. Mais force est de constater que l’allant et la ferveur retrouvés des fans sont en train de retomber. La faute à un OM qui depuis trois mois propose un jeu ennuyeux, combiné à des résultats en dents de scie et des joueurs qui semblent plus concernés par leur petite personne que par le sort de l’équipe. Mais comment pourrait-il en être autrement lorsqu’un tiers de l’équipe titulaire est composée de joueurs en fin de contrat en juin ? Qu’on le veuille ou non, Gignac, Fanni, Morel et Ayew doivent être plus préoccupés de trouver un nouveau club que d’apporter leur pierre à l’édifice. Seul Ayew aujourd’hui donne l’impression d’être toujours impliqué, comme il l’a toujours été au fond. Cela fait beaucoup trop pour se permettre de penser que les portes du paradis seront grandes ouvertes en mai pour l’équipe et de rêver à un possible sacre final. On pourra allumer tous les cierges possibles dans la basilique Notre Dame de la Garde, cela ne changera rien tant que les joueurs n’afficheront pas la même volonté aperçue il y a encore quelques mois. Sans solidarité ni envie commune, cette équipe n’existe plus.

Malheureusement, les derniers résultats ne nous donnent pas de lueurs d’espoirs, bien au contraire. L’OM n’avance plus, l’OM ne marque plus, ou peu, et continue à encaisser trop de buts (en six matchs, huit buts contre et huit pour) et l’OM, surtout, ne nous fait plus rêver. La défense est constamment chamboulée au gré des blessures ou suspensions, le cœur du jeu est absent avec en tête un Imbula, prêchant et errant au milieu du carré vert, perdu à ne plus savoir où se positionner. Quant à l’attaque, elle n’est pas en reste et entre une apparition temporaire de la vierge Payet, un Gignac vendangeur comme jamais, et des ailiers toujours aussi peu décisifs, il faut simplement être un pratiquant très croyant pour s’attendre à des jours meilleurs, à une lueur d’espoir.

Il est vrai qu’actuellement c’est la croix et la bannière pour obtenir une victoire avec la manière pour les Marseillais, mais que dire de Saint-Etienne qui, depuis 2015, est également méconnaissable dans son jeu en ayant pris trois points sur les cinq derniers matchs.

En effet, à la sortie d’une défaite à Bordeaux le week-end dernier, la troisième en cinq matchs, Galtier apparut fataliste en conférence de presse, déclarant avec ironie qu’en ce moment, l’équipe faisait un bon sparring-partner. Il faudra se méfier car les Verts vont vouloir montrer leur capacité à rebondir et, généralement, l’équipe Marseillaise est plutôt bonne dans cet exercice qui consiste à redonner confiance aux équipes adverses. Mais au fond, quand deux sparring-partners s’affrontent, il y a fort à parier que les deux se quitteront sur un score nul, et ce n’est pas l’historique des résultats qui nous fera mentir.

En analysant de plus près les confrontations entre les deux équipes en terre ligérienne, cela associé à un manque de confiance certain pour les deux clubs, ce match ne promet pas un grand spectacle, hormis peut-être en tribune.

Effectivement, entre 2009 et 2014, les deux équipes ont partagé les points à quatre reprises, pour une victoire stéphanoise et une marseillaise en 2009, date du dernier succès en championnat des Phocéens dans le bouillant chaudron. Les débats sont très équilibrés et il n’y a aucune raison pour que cela change cette année.

Un enfer promis aux marseillais?

En cas de défaite dimanche, les joueurs devront faire pénitence auprès des supporters qui ne manqueront certainement pas de manifester leur mécontentement dès le prochain match.

Pourtant, en bon fidèles que nous sommes, nous n’abandonnerons jamais l’idée de croire en notre équipe et à voir des signes positifs pour des futurs jours heureux.

Moi Fidèl(e), je continue de croire en mon OM

Un fidèle est, au sens strict, une personne qui adhère à une religion et la pratique et qui, par conséquent, recherche la foi.

Cette définition colle parfaitement aux fans que nous sommes. Notre religion est l’OM, que nous pratiquons certainement depuis notre plus jeune âge pour la plupart d’entre nous. Ce club nous a bercés, nous l’avons vu grandir et malgré toutes les tempêtes et souffrances que nous avons pu connaître, nous sommes toujours là à encourager notre équipe, même quand celle-ci est dirigée par des incompétents et que les résultats ne sont pas au rendez-vous.

L’objectif pour le club cette année est de se qualifier en ligue de champion. Parler de titre serait utopique quand on sait que celui-ci est certainement réservé à l’ogre parisien qui ne devrait plus tarder à sortir de sa longue période de jeûne. Et que dire de la jeunesse lyonnaise, qui fait preuve de plus de maturité que nos joueurs dans la gestion de leurs matchs.

Alors, lorsque le plaisir d’un supporter s’atténue au gré des contre-performances, celui-ci persiste en se raccrochant à tout signe positif, à toute lueur d’espoir qui lui permette de continuer à garder la foi. Mais quels sont-ils ? Ils ne sont pas nombreux, mais en creusant bien, il est possible de trouver des branches auxquelles se raccrocher.

La première certitude, et pas des moindres, est la chance qu’ont les Marseillais de jouer dans un championnat relativement faible. En effet, entre les contre-performances à Rennes et à Reims, l’OM a eu la veine de voir ses concurrents directs ne pas prendre leurs distances. Paris et Lyon ont marqué autant de points que les Phocéens lors des deux dernières journées. A l’heure actuelle, Marseille, à égalité avec Paris, est toujours à deux petites longueurs du leader lyonnais. Rappelons pourtant que l’OM, depuis 2015, avance à une moyenne de 1,33 point par match, un rythme de milieu de tableau.

Par surcroît, les matchs du week-end dernier ont également permis à l’équipe de maintenir un écart assez conséquent avec ses poursuivants. Quatrième, Saint-Etienne compte huit points de retard sur l’OM et Monaco, neuf unités. Autant avancer que l’on se dirige vers une lutte à trois pour le titre.

Outre le bon classement actuel de l’équipe, les joueurs semblent montrer de nets progrès dans leur capacité à réagir lorsqu’ils sont menés (à Rennes ou face à Reims), ce qui pourrait être salvateur pour les prochaines échéances à venir. Cette lumière semble venir avant tout du dernier arrivé, Lucas Ocampos, qui a apporté un nouveau souffle à l’équipe et mis sous pression les joueurs avec qui il est en concurrence directe. Très à l’aise, l’Argentin pourrait très vite être propulsé titulaire à la place d’un Alessandrini guère à son avantage, notamment si le positionnement d’Ayew en milieu central venait à se confirmer.

En évoquant ce dernier, on peut également trouver des raisons de satisfaction et d’espoir, le retour des Africains offrant plus de solutions à Bielsa, et surtout plus de leadership dans l’équipe. Entre Ayew et Nkoulou (lorsqu’il sera rétabli un jour de sa blessure au genou), l’équipe aura un tout autre visage et sera beaucoup plus rassurante.

Avec un peu de fantaisie, on pourrait même penser que Galtier sera le futur entraineur de l’Olympique de Marseille, au départ de Bielsa. Une condition à prendre en compte car il pourrait demander à ses joueurs de lâcher le match pour permettre aux marseillais de se rapprocher un peu plus d’une qualification en ligue des champions et pour lui permettre de découvrir enfin cette compétition. Quand on vous dit que tout est bon pour rassurer un supporter ayant la foi en son club.

Tous ces éléments positifs peuvent permettre à l’OM de reprendre confiance dans le but de retrouver un collectif plus abouti et le chemin de la victoire. Car s’il y a eu de nettes améliorations en Bretagne avec un match nul et au Vélodrome face à Reims, les Marseillais restent loin du niveau affiché avant la trêve, celui qui avait permis aux supporters de croire à un possible sacrement fin mai.

A force de prières, DD a fini par devenir champion avec l’OM en 2010. Les joueurs devraient s’en inspirer.

L’avis des spécialistes:

  • Si avec ça on ne gagne pas: Voilà, j’ai posté un message dans l’avant match. Dédicace à Gabriel Pingeot. @ Gigi.
  • L’omliver who knows: Vu l’accumulation de brêles intergalactiques devant de part et d’autre, ça va être tendu d’éviter un magnifique 0-0 des familles pur Figue 1 style @peeezee
  • L’infidèle: Défaite 2-1… malheureusement @Jack73
  • Bien monté le mec: Je sens que Galtier va nous sortir son 352 @Randoulou
  • Après le gros tournant: Premier gros gros tournant pour la fin de saison @Taye3
  • Le Barman: on a pas de pression particulière @Meknes

Allez l’OM !

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de jeanfred


Footeux du dimanche pour la gagne et la troisième mi-temps, mais aussi passionné de l'OM au quotidien, il trempe sa plume dans le vitriol des stats et fait saigner WordPress pratiquement sans assistance. Le plus tendre de tous et donc le plus féroce aussi ! Plutôt aboyant que mordant.
Article lu 1979 fois, écrit le par jeanfred Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.