DFCO-OM : voyage en terre promue

Après la réception de Nancy marquée par une large victoire, l’OM affronte de nouveau un club mal classé en se déplaçant à Dijon. Marseille, qui doit désormais aligner les performances dignes de son rang, a l’occasion de faire d’une pierre deux coups en enchaînant deux victoires à la suite et en gagnant à l’extérieur. Deux performances encore inédites cette saison. Rendez-vous est donc donné ce vendredi soir au stade Gaston Gérard de Dijon, théâtre d’un match comptant pour la 17e journée de championnat.


Contexte

Que connaît-on réellement de Dijon, capitale de la Bourgogne ? En dehors du fait que ma tante y habite, que des millions d’escargots y vivent dans une terrifiante insécurité, qu’on y fait du vin, de la moutarde et de la mayonnaise pour agrémenter ce fameux bœuf que beaucoup de Français dégustent régulièrement le dimanche en famille… rien ! »

Cette gastronomie révèle d’ailleurs que le climat y est aussi rugueux qu’un défenseur de Ligue 1. Du reste et à l’exception de ma tante, de moi et des œnologues, n’est-il pas diablement difficile pour beaucoup d’entre nous de situer Dijon sur une carte de France ?

Si bien sûr.1

De plus, lorsqu’on parle football et qu’on évoque la Bourgogne, on pense d’abord à l’AJ Auxerre. Club phare du championnat des années quatre-vingt-dix, l’AJA a connu ses plus grandes heures sous la houlette de  Guy Roux, l’emblématique entraîneur devenu consultant. Grâce à un bonnet fétiche en guise de gri-gri et à la consommation quotidienne d’eau pure et cristalline (eh oui), ses joueurs, souvent formés au club, ont porté Auxerre vers de nombreux titres nationaux.

Malheureusement, le bonnet est usé et la source tarie :  Auxerre végète à ce jour dans les bas fonds de la Ligue 2… C’est donc au Dijon Football Côte d’Or que revient l’insigne honneur de représenter le blason régional dans l’élite du football français ! Allez hop, sortez les tire-bouchons !

Un promu, des promesses

Après une première accession en Ligue 1 en 2011, Dijon redescend à l’échelon inférieur aussitôt la saison terminée. Certainement pour parfaire ses gammes et pour accompagner psychologiquement Auxerre, club rival et voisin qui vient de mettre un terme à trente-deux années de présence au plus haut niveau. Belle solidarité !

En 2016, le Dijon Football Côte d’Or obtient à nouveau le droit de revenir parmi l’élite avec la ferme intention de s’y acclimater. Pour preuve, la belle victoire emportée dès la 3e journée de championnat face à Lyon (4-2).

Abonnés au chiffre trois, les Dijonnais ont réalisé trois matchs nuls sur le score de 3-3 (Caen, Guingamp et Montpellier), puis perdu à trois reprises en ayant encaissé trois buts (Bordeaux, Paris et Angers). En seize journées ils ont gagné trois matchs et affichent une différence de buts de moins trois…

5

 

Ces chiffres montrent que l’équipe aime les buts, que ce soit pour en marquer ou pour en prendre. Cela crée du spectacle et en Ligue 1, c’est une denrée rare !

Par ailleurs, les deux derniers résultats de l’équipe prouvent l’abnégation dont sont capables les joueurs bourguignons. Ils ont en effet obtenu un nul honorable à domicile contre la machine monégasque et sont revenus à trois partout lors du déplacement à Caen après avoir été menés 3-1 en infériorité numérique.

La défense de Dijon est certes fébrile (vingt-cinq buts encaissés), mais son secteur offensif, mené par le jeune et efficace Diony (cinq réalisations), est loin d’être ridicule pour un promu : vingt-deux buts en seize journées.

De son côté, même si elle a montré des signes encourageants contre Nancy, l’attaque marseillaise n’en est pas encore là…

Retour aux sources

Rudi Garcia revient à Dijon où il a débuté sa carrière d’entraîneur principal au niveau professionnel. S ’il a fait ses armes en Bourgogne, elles sont aujourd’hui à disposition des Marseillais. Des armes à affûter cependant, notamment en attaque puisque depuis son arrivée, l’OM n’a inscrit que sept buts :  deux buts en coupe de la Ligue et cinq buts en championnat… dont trois à domicile face à Nancy lors du match précédent.

Après la claque reçue à Monaco et la navrante stérilité offensive constatée à Saint Étienne – en dépit de réels progrès aperçus dans le jeu – le club phocéen a enfin été convaincant contre Nancy. Ce succès obtenu sur un score de 3-0 vient à point nommé tant cela faisait longtemps que les supporteurs marseillais se languissaient d’une victoire aussi probante.

6

Dès lors, il faut impérativement enchaîner les victoires afin de passer la trêve hivernale au chaud sous la couette douillette de la première partie de tableau. Pour cela Rudi Garcia est tenu de tirer le meilleur parti de son effectif et de proposer une mise en place tactique fluide et percutante. Quant au groupe, il doit redoubler d’efforts pour que le travail des dernières semaines paye et que le club sudiste se rapproche peu à peu des places qualificatives en Europa League.

Heureusement, le calendrier de l’Olympique de Marseille est plutôt clément jusqu’à la trêve. Face à des équipes présumées plus faibles, l’escouade marseillaise peut en outre faire preuve de jeu et d’efficacité. D’autant plus qu’elle a trouvé son leader technique en la personne de Maxime Lopez.

En continuant sur la bonne voie qui semble être la sienne, le jeune joueur marseillais devrait ainsi pouvoir dénouer la rencontre.

Mieux.

7

Avec un abattage digne d’un professionnel chevronné, il est en mesure d’offrir régulièrement des occasions de buts aux attaquants olympiens. Sinon, pourquoi ne pas marquer lui-même ? Ce serait une belle et juste récompense pour lui et un plaisir immense pour tous les fans de l’OM.

Par ailleurs, avec Thauvin et Gomis qui recommencent à marquer et le regain de forme de Vainqueur, tous les espoirs sont permis.

Par conséquent, chez des supporteurs on attend la confirmation des attentes placées en Garcia et on espère un retour sur investissement très rapide, notamment face des équipes comme Dijon, largement à notre portée. Une deuxième réussite d’affilée à l’extérieur serait jubilatoire. Mais attention quand même aux dangers qui minent la pelouse de Dijon. Rien n’est encore joué.

Tacles et spectacle

La présence d’un Florent Balmont dans l’équipe de Dijon fait toujours trembler tibias et genoux. Les soigneurs de l’équipe adverse subissent de fortes crises d’angoisse à l’approche du match et vérifient à maintes reprises le contenu de leurs trousses à pharmacie. De source – minérale – tout aussi fiable, on dit que les services d’urgence des hôpitaux dijonnais doublent leurs effectifs les soirs de match au stade Gaston Gérard…

Pour autant, l’équipe hôte dispose aussi de joueurs techniques qui peuvent assurer le spectacle. Notamment Sammaritano, déjà auteur de trois buts sous le maillot rouge.

9

Le gardien de but, Baptiste Reynet, est quant à lui capable de parades spectaculaires et salvatrices. Enfin, avec Diony en buteur maison, mais aussi passeur décisif*, il faudra se méfier de ces joueurs comme de l’eau qui dort !

* avec cinq passes décisives à son actif, il  le 3e meilleur passeur du championnat

Ils l’ont dit ! Ou pas…

Pour adoucir une année ô combien éprouvante pour tous les supporteurs, je propose un petit jeu de devinette… Retrouvez les auteurs des saillies qui suivent et vous aurez mérité de vous reposer en 2017 !

1 • « Dijon je ne connais pas la ville, mais j’adore leur pinard même au petit déj’ ! » :

A – Gérard Depardieu

B – Claude Evin

C – Paul Gascoigne

 

2 • « J’ai été maladroit. Les actions étaient belles, mais je me suis précipité. Il y avait un peu de fatigue. Je n’étais pas assez lucide pour les mettre au fond » :

A – Julio Tavares (joueur de Dijon)

B – Rocco Siffredi

C – Brandão

3 • « Dijon, oui j’aime bien, la ville est belle, les gens sont sympas et tout, mais sinon l’été c’est quand ? » :

A -Rudi Garcia

B- Brice de Nice

C- n’importe quel Dijonnais

2

4 • « Dijon j’y suis né, c’est en y grandissant que j’ai eu l’idée de Koh Lanta » :

A – ma tante

B – Denis Brogniart

C – Stéphane Courbit

5 • « Les escargots au beurre aillé c’est délicieux, mais courir après ces bestioles ce n’est pas du gâteau ! » :

A – Maïté

B – Jean Luc Petitrenaud

C – Karim Rekik

6 • « On ne joue pas non plus notre championnat là-dessus, mais ça peut être un tournant important » :

A – Jean Alési

B – Unai Emery

C – Olivier Dall’Oglio

7 • « N’est ce pas avec une bonne sauce Thauvin qu’on mange le bœuf bourguignon ? » :

A – Laurent Ruquier

B – José Anigo

C – moi

Bon match à tous et allez l’OM !

Écrit par Guib

4

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de MassaliaLive


MassaliaLive, l'OM vu par des supporters, sur un ton décalé et toujours avec une totale liberté. En bref, vous ne lirez pas ceci ailleurs !
Article lu 997 fois, écrit le par MassaliaLive Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

2 Réponses pour DFCO-OM : voyage en terre promue

  1. avatar De selfmade footix le 7 décembre 2016 à 18h51

    Bienvenu au p’tit nouveau de la rédac’ qui a déjà pris ses marques au sein du collectif, sans longue période d’acclimatation.

  2. Excellent AM à la fois savoureux et piquant ! 🙂