J 11 | OM-PSG : l’être et le néant !

Rassurez vous, je n’ai pas encore décidé d’égaler Jean-Paul Sartre, mais étrangement, le titre de son Opus Magnum m’a semblé assez adapté au match qui se profile. Jugez-en vous mêmes : un Vélodrome plein comme un oeuf, chauffé à blanc après une saison vierge d’émotion et de public, un OM retrouvé dans les intentions, opposé à un Paris qui trouve la lumière dans les pages people, mais assurément pas dans son jeu. Il y a fort, mais surtout beau, à faire !

Diamonds are Forever

Bien sûr que les diamants sont éternels, et l’OM en est un ! Depuis sa naissance sous les hospices de René Dufaure de Montmirail l’Olympique de Marseille est devenu l’un des joyaux de notre sublime cité phocéenne. Un ciment qui lie invariablement la cité aux supporteurs d’où qu’ils viennent. Admirer la baie, de l’Estaque à Callelongue, trouver Notre Dame de la Garde, trouver la Major, et entre les deux voir le col blanc de Vélodrome se dresser. En ressentir la clameur un soir de match, le sentir trembler sous ses pieds quand l’Olympique fantastique marque un but, l’entendre gronder quand l’adversaire en fait autant.

Décidément, rares sont les villes si littéralement liées à leurs gladiateurs ! Marseille et son OM savent vous faire « voir » le bruit ! Et plus encore quand l’OM est beau ! Et cette année, mon dieu qu’il l’est !

J’avoue qu’après le nul à Rome, je pensais m’être ennuyé devant le match… Mais j’avais tort ! Ce match fut beau, recouvrant un spectre large de jeu et d’émotion. En fait, il ne lui aura manqué qu’un but ! L’OM fut plus qu’intéressant, il fut créatif, débridé, rapide, précis… tout ce qu’on attend de lui !

Et ce Marseille là, il peut emballer le match de ce soir, le rendre épique ! Il a tout ce qu’il lui faut : Un portier qui peine à se faire une place dans le coeur des supporteurs,  mais pourtant décisif et spectaculaire, une défense intéressante, et qui reste debout bien plus qu’elle ne se jette (Laurent Blanc, si tu me lis, c’est une déclaration d’amour au joueur que tu fus !), un milieu qui tel une hydre multiplie les têtes, mais dont chacune des dents est acérée comme un rasoir, des ailiers plus virevoltants qu’un vol d’hirondelle, un numéro 10 qui tel Bucéphale accompagnerait un conquérant jusqu’au bout du monde, et un avant-centre au réalisme froid d’un tireur d’élite !

Vous pensez que j’en fais trop ? Vous êtes sûrs ?! Depuis combien de temps, alors que le football et son âme ploient sous les coups d’institutions avides d’argent, le club que l’on chérit n’a-t-il pas été un tel bonbon, une telle respiration à chaque fois qu’il joue ?

Même quand il perd il est beau, même contre Lens il était beau après la défaite ! L’OM n’est pas un club de football. Cette année, il est LE FOOTBALL ! Ce qu’il devrait être, ce qu’il n’aurait jamais du cesser d’être, et ce qu’il devra trouver encore la force d’être demain !

La vérité, c’est que dans 6 mois, cette équipe sera en haut, ou peut-être pas, que l’on célébrera ou que l’on déplorera, mais les émotions mes amis, les émotions, elles, nous aurons habité ! Elles auront transformé un jeu en spectacle, un spectacle en bouffée d’oxygène, une bouffée d’oxygène en art de vivre !

Rien moins que ça, parce qu’aimer cet OM c’est aussi se souvenir des désastres, des années noires, des cyprès qui brûlent. Oui notre club revient de loin, et il aura encore survécu a une équipée technocrate pour rester ce qu’il a toujours été : le passeur décisif de nos joies, le Dimitri Payet de nos enflammades, le Josip Skoblar de nos explosions en pleine lucarne !

Dr NO

En face, voici que se dresse le méchant du film ! Celui beaucoup trop fort, beaucoup trop équipé pour la « wild card » du scénario !

L’ennemi héréditaire voulu par beaucoup de présidents olympiens, à commencer par Marcel Leclerc en 1970 qui avait déclaré « Nous sommes décidés à ce que le football reparte à Paris ! », puis par le regretté Bernard Tapie, qui avec la complicité de Canal+, placera enfin Paris sur la carte du football français en acceptant de créer une rivalité  qui n’existait pas jusque là.

Opposer la capitale et la « Province » ne fonctionne souvent que si la capitale domine, et à l’époque ce n’était absolument pas le cas ! Et d’ailleurs ce ne l’est toujours pas, puisque la capitale qui domine le football français aujourd’hui n’est pas Paris, mais Doha !

Alors, finalement, il en reste quoi de cette rivalité ? Une forme de prestige peut-être, et encore… On sait que les Parisiens, joueurs et supporteurs, mettent un point d’honneur à gagner ce match. Nous aussi, sans doute, mais avec moins de succès jusqu’ici !

Le bât blesse ? Pas vraiment en réalité, parce que ce qui compte ce n’est pas tant de gagner ou de perdre, mais la manière dont on gagne ou on perd, et depuis plus de dix ans, rares ont été les occasions de se dire que l’on avait même pas essayé !

En face, force est d’admettre que l’étalage de talents donne des sueurs froides… Neymar, Mbappé, Verratti, Hakimi, Messi et caetera… vu à chaud, normalement, ça calme ! D’office ! Mais pourtant…

Pourtant, ce PSG qui pose une fiche technique de Bugatti Chiron devant vos yeux propose encore moins d’émotions qu’une Suzuki Baleno ! Rien à part les égos ne semble exister sur le terrain quand ils jouent.

Messi fait du Messi, mais avec infiniment moins d’implication qu’à Barcelone, comme s’il manquait une pièce dans le moteur. Neymar, à peine trentenaire s’interroge déjà sur sa fin de carrière. Mbappé se rêve tous les soirs en star de Real Madrid. Verratti suit avec plus d’attention la hausse du prix du tabac que l’état de son club.

Thomas Tuchel, depuis son bonheur londonien, torpille la gestion parisienne… et comme ci cela ne suffisait pas, Mauricio Pochettino propose un jeu aussi emballant à regarder qu’une séance d’aquagym pour rombières du troisième âge… Oh que oui mes amis, tout nous oppose !

For our eyes only !

Donc, après ces belles incantations, on fait quoi ?! On prie, on espère ? Non, on espère pas ! On vit ! Parce que je suis convaincu que c’est ce qui va se produire ce soir. Nous allons vivre, et vivre des choses prodigieuses ! L’histoire qui s’annonce est trop belle.

Un jeu enflammé, un public au diapason, qu’est ce qui pourrait mal tourner ? Ah… oui, j’oubliais le facteur X : le vomitif Benoit Bastien qui va sans doute nous rappeler à quel point il aime se montrer aussi inflexible avec nous qu’il aime être souple avec nos adversaires.

Et après ? Doit on vraiment compter sur lui pour quoi que ce soit ? Ils seront 11 sur le terrain, plus de 60 000 dans les tribunes, est-ce vraiment un seul clampin qui fera le match ? Non ! Ces instants vont nous appartenir à tous, l’admiration, la joie, la crainte le bonheur ou la peine ne seront que les nôtres.

Vous savez quoi ? Au fur et à mesure que j’écris ce papier je me relis et je me dis que j’en fais dix fois trop ! Bah j’assume, parce que c’est ce qu’est l’OM pour moi : un excès perpétuel !

Ce soir encore, Jorge Sampaoli posera un onze, qui, sur papier ou sur écran ressemblera à une provocation au licenciement pour faute lourde, mais, encore une fois, quand le théâtre s’animera, on comprendra toute l’imagination et l’intelligence de cet homme pour faire, d’une part, fonctionner onze individualités comme une entité pleine et entière, mais aussi pour nous faire trembler d’aise en nous délectant de la beauté simple et de la simple beauté d’une boule de cuir qui passe de pieds en pieds !

Alors oui, Payet n’est pas Messi, Under n’est pas Neymar, Guendouzi n’est pas Verrati, Milik n’est pas MBappé, Pau n’est pas Donnaruma… et alors ?! Un nom n’est pas une émotion… un pédigrée ne fait pas bander ! Le football n’a jamais représenté ce qu’une personne sait faire seule, mais au contraire ce que onze personnes savent faire ensemble ! Et ça, nous, cette saison, on sait faire ! Paris, non !

Beau match à tous !

Allez l’OM, fais moi vibrer !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Ragnarok


Juriste de raison, confiseur de métier, ancien habitant du bassin parisien repenti en Marseillais pur sucre qui n'a toujours vibré que pour l'OM. Joueur occasionnel au Z5 (option « pieds carrés et contrôles aléatoires » incluse), et désormais fier rédacteur de MassaliaLive !
Article lu 218 fois, écrit le par Ragnarok Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.