J 12 | OM – SM Caen : quel visage montrer ?

Les journées s’enchaînent mais ne se ressemblent pas. Ainsi, les interrogations subsistent et le manque d’engouement autour de l’Olympique de Marseille se fait toujours ressentir. La réception de Caen au stade Vélodrome permettra peut-être à l’OM de montrer un visage plus harmonieux que lors des deux dernières rencontres.


Un blason à redorer

Sans aucun doute, l’Olympique de Marseille souffre. Un mal profond et incurable le ronge depuis des années. Frank McCourt et Jacques-Henri Eyraud espéraient exorciser cette malédiction peu de temps après leur arrivée. Pourtant, l’abcès semble bien enraciné. L’affaire qui a concerné Patrice Evra et une frange de supporteurs olympiens n’a fait qu’accentuer le climat qui règne autour du club.

« Esprit de Joséééé ! Sors de ce corps ! »

Le chantier ne concerne pas uniquement le cœur de l’arène mais se situe également dans les travées du stade Vélodrome. L’image de l’Olympique de Marseille se ternit semaine après semaine, sans que les capitaines du navire ne paraissent réellement en maîtriser la direction. Enfin, il se murmurerait que le président souhaite donner un coup de pied dans la fourmilière et remettre à leur place les supporteurs les plus teigneux.

« Un jour, un gamin du quartier a raccompagné ma mère jusqu’à la maison pour lui rapporter les courses. Vous savez pourquoi ? Par respect. »

Sur le fond, il est difficile de lui donner tort. Néanmoins, en agissant de la sorte, il promet de s’engager sur un sentier truffé d’embûches. Il devra réaliser des compromis s’il veut préserver l’ambiance parfois volcanique qui embrase le stade, une atmosphère que l’on aimerait tous revoir mais qui se fait ardemment désirer. Les enjeux sont importants. L’avenir de l’Olympique de Marseille sera tributaire des choix qui seront faits.

Et le jeu dans tout ça ?

En outre, la qualité du jeu pratiqué actuellement par l’équipe ne permet pas de fermer les yeux sur les incidents dignes d’une cour de récréation qui polluent l’environnement du club phocéen. Rudi Garcia peine toujours à façonner un fonds de jeu cohérent et à instaurer un bloc défensif solide. Un équilibre précaire permet à l’équipe de glaner des points en championnat, mais que tout cela semble fragile ! Les victoires sont acquises à l’arrachée et les joueurs qui se mettent régulièrement en évidence sont Luiz Gustavo et Steve Mandanda. Une incapacité alarmante de maîtriser son sujet et de mettre le pied sur le ballon caractérise le onze marseillais.

Mandanda, trop souvent mis sous le feu des projecteurs.

Les rotations effectuées par Rudi Garcia ne portent pas vraiment leurs fruits. Sa volonté de donner du temps de jeu à une grande partie de son effectif est louable. En raison du niveau homogène de ses troupes, il met au point une gestion humaine qui vise à maintenir impliqués un maximum de joueurs et à offrir l’occasion à certains de se relancer. Pourtant, Morgan Sanson paraît déterminé à tout faire de travers alors que Maxime Lopez a perdu son insouciance et sa fougue qui instillaient un vent de fraîcheur la saison dernière. Le meilleur passeur de Ligue 1 en 2016/2017 et le minot semblent souffrir du départ de Bafétimbi Gomis.

« Rudi, je suis un huit, pas un dix, un huit. Regarde, c’est écrit en gros. »

En attaque, Valère Germain démontre à chacune de ses prestations son inaptitude à évoluer en pointe dans le système mis au point par l’entraîneur et surtout dans une équipe qui ne parvient que trop peu à s’installer dans le camp adverse. Ce même problème altère également les performances de Kostas Mitroglou lorsqu’il est aligné. Quand tout le monde se demande quel visage exposerait l’équipe si les deux attaquants étaient associés, Rudi Garcia persiste à utiliser un 4-2-3-1, le seul système qui a permis aux olympiens de s’illustrer convenablement. En attendant, l’entraîneur olympien est privé de Dimitri Payet, forfait. Le meneur de jeu donnait du sens à ce dispositif tactique, un poids bien lourd à assumer pour ses remplaçants.

Par ailleurs, les défenseurs marseillais recroiseront le chemin de Jan Repas, un des Slovènes qui les avaient tant perturbés lorsqu’il étrennait les couleurs de Domžale. Face à une équipe comptant des joueurs dotés de qualités, notamment Julien Féret et Ivan Santini, l’arrière-garde olympienne devra se montrer concentrée et intraitable.

À défaut de briller, il faut gagner !

C’est dans ce contexte paradoxal que l’OM reçoit le SM Caen. La manière n’y est pas mais l’OM possède pourtant sept points de plus que l’an dernier au même moment de la saison. La perspective de répondre à l’objectif fixé par les dirigeants, à savoir terminer dans les quatre premiers, est plus que d’actualité, alors que le rêve de finir troisième n’est pas encore hors de portée. Pas encore.

En revanche, l’ambition d’occuper une des deux premières places relève clairement de l’utopie. Le leader, le Paris-SG, s’est déjà envolé, suivi par son fidèle dauphin, l’AS Monaco qui ne semble pas enclin à quitter le podium. Le club de la Principauté a montré quelques signes de fatigue et perdu un peu d’altitude, mais il semble se reprendre depuis quelques journées, comme peut en attester sa victoire probante contre l’EAG hier soir (6-0). D’ailleurs, la réception de son rival fin novembre peut le laisser espérer combler son retard.

Le classement de la L1 avant OM-SMC

Cela dit, revenons à nos moutons. À la suite de la trêve internationale, l’Olympique de Marseille se déplacera à Bordeaux, une ville où la victoire se refuse à nos joueurs depuis 1977 ! Pour tout vous dire, je n’étais même pas né. Inutile donc de préciser que la victoire sera précieuse ce soir face aux normands pour rester dans le wagon des équipes qui vont se battre pour les places européennes. Pour corroborer le tout, notre adversaire du jour pourrait nous rejoindre au classement en cas de victoire sur notre terrain.

Si l’on n’ose plus trop espérer assister à une prestation sereine de la part de nos joueurs, on peut quand même croire en une victoire qui permettrait au coach de gagner du temps dans la construction de son équipe.

Allez l’OM !

Compositions probables :

OM : Mandanda – Sakai, Rami, Rolando, Amavi – Anguissa, Gustavo – Thauvin, Sanson, Ocampos – Mitroglou
SM Caen : Vercoutre – Guilbert, Sankoh, Da Silva, Mbengue – Kouakou, Delaplace, Féret, Repas – Rodelin, Santini

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Chris Red


Rédacteur pour le plaisir et passionné de l'OM, je suis également auteur de romans et de nouvelles SF/Fantastique et traducteur novice dans le même domaine.
Article lu 524 fois, écrit le par Chris Red Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *