J 32 | OM-MHSC : pas de repos pour les braves

La défaite de jeudi en Europa League à peine digérée, les Olympiens enchaînent dimanche soir avec la réception de Montpellier, dans un sprint final haletant, où ils savent qu’il faudra serrer les dents. Entre les blessures, la fatigue et des Lyonnais, en embuscade, guettant le moindre faux pas pour passer devant, il n’ y a d’autre alternative que la victoire !


La minute santé !

Alors que l’infirmerie du club pourra bientôt monter un onze compétitif avec tous les blessés qui s’accumulent, Rudi Garcia se retrouve dans l’obligation de bricoler des compositions d’équipe pour le moins audacieuses, forçant l’admiration du grand Mc Gyver en personne.

S’il s’en sont bien sortis contre Liepzig, en l’état actuel, les Olympiens ne tiendront jamais la distance jusqu’à la fin de saison. Les Marseillais retiennent donc leur souffle et prient chaque jour pour que l’hécatombe cesse enfin : Mandanda, Rami, Rolando, Thauvin sont sur le flanc, soit plus d’un tiers des titulaires habituels. Si on y ajoute les pépins physiques qu’ont connu Payet, Mitroglou, Sanson ou Amavi, on s’aperçoit que l’OM n’a guère été épargné par les blessures cette saison.

Si les joueurs de champ doivent revenir sous peu (Rolando et Thauvin sont encore justes pour dimanche, mais tiendront probablement leur place jeudi contre Leipzig), le véritable coup dur concerne le poste de gardien de but, car  il semble désormais acquis que Mandanda sera « out » jusqu’à la fin de la saison. Sa déchirure au quadriceps signifie au moins cinq semaines d’arrêt, et nul doute que la rééducation et la préparation physique qu’il va suivre lui serviront à être sur pied… pour le mondial en Russie !

A-t-il repris trop tôt ? On ne le saura jamais, mais se blesser à la même cuisse à moins de deux mois d’intervalle laisse quand même dubitatif. Quoi qu’il en soit, il va falloir faire sans lui et c’est Yohann Pelé qui assurera l’intérim dans les buts Olympiens.

Si à la vue de ces informations, vous ne présentez pas encore de symptômes dépressifs, nous vous invitons à lire l’analyse qui va suivre.


Le gardien du temple

S’il est surnommé « l’Albatros » en raison de son envergure impressionnante, Pelé ressemble beaucoup plus à un gabian cette saison. Spécialiste de la boulette (qu’il pratique à haut niveau), il a la particularité d’être myope/astigmate… des mains ! Le but qu’il encaisse contre Leipzig est un excellent exemple du niveau auquel évolue actuellement le gardien olympien.

Mais s’il est raillé de toute part, n’oublions pas que la cinquième place de l’an dernier lui est en grande partie imputable. Multipliant les parades décisives, il nous a sorti de situations mal engagées, à de nombreuses reprises. Doté d’un bon jeu au pied, souverain dans les airs et capable de se coucher très rapidement, il semblait avoir retrouvé le niveau qui en fit jadis un grand espoir français à son poste.

L’arrivée de Mandanda semble l’avoir brisé psychologiquement. Bien qu’il ait accepté le challenge en connaissance de cause, on sent qu’il n’ y est plus. Sa sortie ratée contre Saint-Etienne, qui amène l’égalisation de Beric en est le parfait exemple. Depuis, on le sent fébrile sur chaque action, il ne sort quasiment plus sur les ballons aériens et il possède la statistique alarmante d’avoir encaissé cinq but… sur les cinq derniers tirs cadrés.

Rudi Garcia va avoir un énorme travail pour remettre en confiance un joueur en manque de repères, mais qui est surtout la clé de voûte d’une fin de saison au dénouement incertain. Espérons pour nous que le coach soit un fin psychologue !


L’adversaire du jour

Invaincu en championnat depuis Février (trois victoires et cinq nuls), Montpellier fait partie de ces équipes qu’il ne fait pas bon rencontrer quand on ne dispose pas de toutes ses forces vives. Cinquièmes du classement à égalité avec Nice, les Héraultais ont tout de l’équipe « hérisson », capable de faire le dos rond et de piquer l’adversaire en contre. Deuxième défense du championnat (vingt-six buts encaissés), le MHSC reste sur un probant succès à Caen (1-3). À l’image de leur coach, Michel Der Zakarian, les Pailladins sont accrocheurs, solides dans les duels, disciplinés et parviennent à faire déjouer leurs adversaires en leur laissant la possession du ballon… pour mieux les punir !

Parmi les joueurs à surveiller, citons Giovanni Sio, dix buts au compteur et qui reste sur un doublé, mais qui a surtout pris la fâcheuse habitude de marquer contre l’OM. Gare aussi à Sambia, déjà auteur de cinq passes décisives et très à l’aise au milieu. Enfin, attention à la ligne défensive montpelliéraine, une forteresse composée de cinq éléments, dont le vétéran Hilton qu’on ne présente plus, mais aussi Mukiele, grand espoir au poste de défenseur central, qui commence à affoler les grosses écuries de Ligue 1 (dont l’OM), et européennes au rang desquelles figure Benfica.

Ajoutez à cela que les héraultais n’ont perdu qu’un seul de leur cinq derniers matchs à l’extérieur (4-0 à Paris, leur dernière défaite en ligue 1) et vous comprendrez que les battre ne sera pas chose aisée.


L’obligation de résultat



Pelé


Amavi


Kamara


Sertic


Sakai


Gustavo


Zambo-Anguissa


Ocampos


Payet


Sarr (Njie)


Germain

La composition probable 

Comme annoncé précédemment, la cascade de blessures qui touche l’effectif ne laisse pas vraiment de latitude à un Rudi Garcia qui devrait reconduire le onze qui a débuté jeudi en Allemagne… avec quelques ajustements cependant. Gageons que Luiz Gustavo retrouvera son poste au milieu après un intérim plus que probant en défense centrale. Sertic devrait probablement être associé à Kamara en défense centrale, et Germain débuter au poste d’avant-centre.

Les olympiens n’ont pas le choix. La défaite contre Lyon il y a trois semaines a complètement relancé la course à la C1, et dimanche les Marseillais pourraient même être quatrièmes au coup d’envoi, en cas de victoire Lyonnaise à Metz. Face à une défense à cinq, regroupée et hargneuse, il faudra exploiter les ailes au maximum afin d’étirer le bloc héraultais, mais surtout faire preuve d’une grande efficacité, ce qui a trop souvent manqué à l’équipe cette saison. Rappelons qu’au match aller, l’OM avait eu le plus grand mal à arracher le nul au stade de la Mosson et avait été mis à mal par une équipe montpelliéraine joueuse.

Pour couronner le tout, sur décision de la LFP, des parties du virage Nord (Dodgers) et du Sud (Ultras) seront fermées, amoindrissant l’avantage que nous confère l’ambiance assourdissante du Vélodrome, et qui permet en général d’apporter ce supplément d’âme dans les moments difficiles. Gageons que la direction mettra à disposition des suspendus la partie haute de Ganay à un tarif abordable, afin qu’ils participent à la fête… ce qui ne sera pas du luxe !


Vous l’aurez donc compris, si d’aventure les Olympiens ne gagnaient pas dimanche soir, et qu’ils étaient éliminés de la Ligue Europa le jeudi suivant, ils mettraient en péril tout le travail accompli durant la saison. Désormais, chaque match sera une finale, chaque occasion ratée comptera double, chaque passe manquée et chaque erreur de placement pourront être fatales.

La direction a voulu jouer sur tous les tableaux et les supporteurs ont suivi. Contre vents et marées, en dépit de désaccords parfois profonds, ils n’ont jamais lâché et ont décidé de faire confiance. Il s’agit maintenant de leur montrer qu’ils n’ont pas eu tort… vous avez dit pression ?

Allez l’OM !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de fayçaldinho


Manchot- analphabète - susceptible. Le spécialiste de l'aigreur et de la mauvaise foi. Supporter de l'OM de 1986 à 1999 et depuis je subis... mais JHE pourrait bien changer la donne
Article lu 262 fois, écrit le par fayçaldinho Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour J 32 | OM-MHSC : pas de repos pour les braves

  1. Merci pour cet avant match lucide . Super boulot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *