J 37 | EAG-OM : allez, trinquons !

Quelle fin de saison mes amis ! Nul doute que même en se basant sur une conception toute marseillaise des espoirs (c’est à dire un tantinet exagérée…), prédire que l’OM serait encore en lutte pour une qualification directe en Ligue des Champions et un titre européen, nous aurait fait passer pour des doux dingues. Et pourtant, voici qu’au matin de l’avant dernière journée qui nous verra affronter Guingamp sur ses terres, c’est une réalité !


« Allez Trincamp ! »

En avant !

En préambule de cet avant-match, le rédacteur, qui espère exprimer une voix majoritaire chez les supporteurs de ce club si cher à notre cœur, tient à adresser ses remerciements à l’En Avant de Guingamp et à son président Arnaud Desplat pour leur élégance, qui les à conduit à accepter de bonne grâce que notre opposition soit avancée de vingt-quatre heures, dans le but de nous permettre d’aller défier l’Atlético Madrid mercredi prochain, avec le plus de fraîcheur possible. Le geste peut paraître anodin, voire logique, mais nul doute que certains de nos autres adversaires se seraient fait un plaisir de refuser. À ce titre, Getafe, sorte de club satellite du Real Madrid (et dont le président actuel Angel Torres ne se cache même pas d’être socio du club Merengue), à quant à lui, au nom de la rivalité avec l’Atlético, refusé de décaler leur opposition. Le geste se devait donc d’être mis en lumière !

Néanmoins, tous élégants qu’ils soient, nos adversaires ne devront pas s’attendre à une quelconque mansuétude sur le terrain, de même qu’ils n’en auront probablement pas ! En effet, bien que leurs chances d’accrocher une qualification en Europa League soient plus que minces, elles ne sont pas nulles pour les bretons (il faudrait malgré tout un sacré concours de circonstances). Or s’il y a bien quelque chose de prévisible dans le football, c’est justement son caractère imprévisible, et si beaucoup de choses paraissent figées, bien malin celui qui saura donner l’exact classement de cette bonne vieille Ligue 1 au soir de la trente-huitième journée.

Si notre adversaire peut donc encore (avec une conviction de haute volée) croire en ses chances d’accrocher un accessit européen, gageons qu’il ne se leurre pas non plus. Au delà de ces considérations comptables, les Guingampais, adeptes des gros matchs face aux équipes de haut de tableau (Monaco et Paris peuvent en témoigner, même si les circonstances de ces oppositions récentes furent particulières) ni ne peuvent, ni ne doivent être considérés comme un adversaire facile, englué dans le ventre mou du championnat et n’ayant plus rien d’autre à faire qu’attendre la fin de la saison en vue de préparer la prochaine.

Dans l’optique de cet affrontement au Roudourou, c’est une formation marseillaise qui aura bénéficié, une fois n’est pas coutume, d’un repos de cinq jours, qui aura la lourde tâche de relever le gant pour rester en vie dans la course aux places qualificatives pour la prochaine Ligue des Champions. Bien qu’ayant déjà par deux fois (face à Montpellier et Angers), laissé échapper de précieux points dans cette bataille, les ciels et blancs ont tout de même eu le bon goût, comme leur esprit guerrier le leur impose, de ne pas concéder la défaite lors de ces deux faux pas ! Avec quatre points de retard face à Lyon et trois face à Monaco, nos possibilités seraient bien moins ouvertes. Nous avons donc, comme ce fut le cas tout au long de la saison, et dans toutes les compétitions auxquelles nous avons pris part, notre destin entre les mains !

Du beurre dans les épinards ?

Loin du rédacteur l’idée d’imager son paragraphe par un titre faisant référence à la production bretonne de produit laitier (quoique…), mais force est d’admettre que si certains à la rédaction (dont je tairais les noms) restent persuadés que tout se jouera lors de l’ultime journée, les autres oppositions de la trente septième journée notamment celles concernant nos deux lièvres que sont Lyon et Monaco, pourraient accoucher de résultats favorables à l’OM : l’ASM, dont on a récemment pu constater les difficultés et qui a gagné dans la douleur face à Caen dimanche dernier, grâce, il est vrai à une nouvelle bourde incroyable de l’improbable Rémy Vercoutre, recevra un ASSE d’autant plus dangereux qu’il sera revanchard après l’interruption de sa belle série de treize matchs sans défaite entamée en janvier dernier.

Du côté de l’ennemi Lyonnais, même si la dynamique semble être nettement plus favorable, certains éléments sont de nature à laisser quelques espoirs aux environs de la Canebière : son prochain adversaire n’est autre que Strasbourg, déjà tombeur du PSG à l’automne dernier, et qui surtout, est au bord de la zone de relégation. Quand on connaît la combativité des Alsaciens, et leur public, cette situation ne saurait être qualifiée de confortable pour les joueurs rhodaniens.

C’est, en plus, sans compter les petites friandises offertes par une FFF nettement moins arrangeante que la LFP à la formation de Jean-Michel Aulas : d’abord épargnés par les sanctions suite aux heurts lors du match OM-OL du 18 mars dernier, Diakhaby et Marcelo ont finalement écopé d’un match de suspension ferme chacun, ce qui privera leur équipe de leur charnière défensive, sans oublier que la cage sera gardée par Gorgelin, et non par Anthony Lopes, toujours suspendu. Le match qui attend les lyonnais sera donc tout sauf une promenade de santé !

Un dolmen où nous serons rois !

Néanmoins, il ne faudrait pas considérer que c’est un OM en pleine possession de ses moyens qui va se déplacer en pays celte pour aller chercher une victoire qui ne fera pas débat car le coach marseillais devra aussi composer avec une charnière défensive inédite : Adil Rami et Luiz Gustavo étant suspendus, il aurait pu se replier sur Rolando, hélas, trois fois hélas, le héros de Salzbourg, qui revenait alors de blessure, a du, une nouvelle fois, jeter l’éponge après la première période face à Nice après avoir ressenti une gène au mollet. S’il se pourrait qu’il soit opérationnel le 16 mai, sa participation face à Guingamp est hautement improbable.

Nous devrions avoir l’opportunité (si l’on peut dire…) de voir une charnière centrale inédite devant Steve Mandanda pour juguler les offensives bretonnes : qui de Gregory Sertic, Aymen Abdennour (avouez que vous l’aviez presque oublié), Boubacar Kamara, voire Hiroki Sakai de retour à l’entrainement depuis lundi devra monter au front pour défendre la cage marseillaise ?

La bonne rentrée de Sertic face à Nice ainsi que les bonnes performances de Kamara à ce poste semblent plaider en faveur de cette option, néanmoins, lors du match face à Leipzig au Vélodrome, Sakai avait aussi très bien occupé l’axe avant de devoir reprendre son couloir suite à la sortie de Sarr. Mais est-il complètement rétabli ?

Reste l’énigme Abdennour, joueur qui eut été jadis, dans un effectif tel que celui de l’OM, pratiquement incontournable, mais qui ne semble plus qu’être l’ombre de lui même depuis qu’il a revêtu la tunique blanche.

L’absence de Gustavo ampute la charnière défensive, mais pas seulement, car avant de faire les beaux jours de notre arrière garde, il ne faudrait pas oublier qu’il fut et reste l’empereur du milieu. Au rang de ses exploits il faut donc ajouter celui de prouver qu’un seul homme peut-être absent deux fois en un même lieu et même instant, bien qu’il faille reconnaître que ce haut fait, nous aurions de bonne grâce accepté de nous en passer !

Fort heureusement, les solutions de repli efficaces existent pour palier à l’absence de l’icone brésilienne : les récentes prestations de Zambo-Anguissa ont prouvé qu’il a bien appris auprès de son aîné, au point qu’il soit désormais capable de s’insérer dans un milieu quand l’auriverde est absent, et surtout d’y faire merveille. Son activité face aux aiglons a été particulièrement bénéfique à l’équilibre de l’équipe. Dès lors un milieu où il serait associé à Maxime Lopez ou Morgan Sanson serait une option tout à fait valable, à moins que, jamais avare de surprises, Rudi Garcia ne décide d’associer les deux derniers cités, dont les profils plus offensifs pourraient créer plus de déséquilibres dans l’arrière garde guingampaise, rarement louée pour sa rapidité de réponse aux renversements de jeu et au jeu entre les lignes.

En parlant d’offensive, si Dimitri Payet est littéralement en feu comme en témoigne ses statistiques depuis janvier, et Lucas Ocampos toujours aussi engagé, voire hargneux quand il s’agit d’aller gratter les ballons et de les remonter, son pendant droit, Florian Thauvin, semble lui un peu accuser le coup. Même si sa volonté de bien faire est indéniable, la fatigue due à l’enchainement des matchs semble avoir altéré sa lucidité notamment dans les derniers gestes, avec le retour de cette tendance un peu agaçante à « croquer » les ballons. L’arrière garde bretonne ne brillant pas nécessairement par sa technique balle au pied, et encore moins par sa vitesse, lui opposer un Clinton Njie, certes inconstant, mais bagarreur et rapide, pourrait faire l’affaire et permettre à Florian de recouvrer ses capacités en vue de la finale d’Europa League.

A moins que Rudi Garcia préfére aligner le camerounais en pointe, car malgré son but face à Nice, les performances de Valère Germain sont toujours sujettes à caution (et Kostas Mitroglou est toujours blessé). Quoi qu’il en soit, l’entraîneur olympien est habitué, depuis quelques mois maintenant, à jongler avec les absences, et force est d’admettre, qu’en matière de numéro d’équilibriste, il s’en sort plus que brillamment. Aidé, il est vrai, par un collectif incroyablement sain et soudé, au sein duquel l’entraide et le bien commun semblent avoir été érigés en valeurs cardinales.

Quels que soient les choix et les questionnements, nous sommes tous convaincus d’une chose  : l’histoire est trop belle, trop intense pour que les guerriers qui montent sur les terrains de France et d’Europe ornés de nos couleurs depuis des mois, et qui refusent la défaite comme peu savent le faire, laissent filer l’occasion, ne serait ce que furtive, de remonter sur le podium du championnat pour mettre la pression sur ses concurrents directs ! Allez seul Olympique ! Allez notre fierté ! Allez notre orgueil ! Allez nos guerriers ! Allez l’OM !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Ragnarok


Juriste de raison, confiseur de métier, ancien habitant du bassin parisien repenti en Marseillais pur sucre qui n'a toujours vibré que pour l'OM. Joueur occasionnel au Z5 (option « pieds carrés et contrôles aléatoires » incluse), et désormais fier rédacteur de Massalia Live !
Article lu 661 fois, écrit le par Ragnarok Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour J 37 | EAG-OM : allez, trinquons !

  1. Bel avant match, merci