Psychanalyse des contes de fées marseillais

Il n’y a pas 10 jours, Elie Baup annonce après un nul face à Rennes « c’est un bon point », « c’est bien d’avoir pris un point ».

Pendant ce temps, Spinosi se fait suspendre pour insultes à base de « va te faire enculer ».

De son coté, Passi, l’œil bovin, se demande en permanence s’il doit porter la casquette ou les couilles, et fout des tapes au cul des joueurs lors des changements en match.

Alors maintenant, psychanalysons.

Freud nous dit qu’il y a trois stades de développement de l’enfant : le stade oral (0-1 an), le stade anal (1-3 ans), et le stade phallique (3-5 ans).

Prenons le premier stade chez l’enfant, le stade oral. La bouche est alors la principale source de plaisir. Nous ne parlerons ici pas de Gignac, étant entendu que nous n’allons pas faire la psychanalyses des conna…des joueurs de l’OM.

Difficile d’évaluer Passi sur ce critère, on ne le voit jamais ouvrir la bouche.
Baup, lui, passe son temps après les matchs à nous dire « c’est un bon point de pris contre une redoutable équipe de Rennes », « c’est dommage, on n’est pas passé loin, on a mis 2 buts quand même, dommage d’en prendre 3 ». Le tout débité avec l’entrain, l’emphase, le dynamisme, l’enthousiasme d’un Droopy sous xanax en train de regarder un débat entre deux membres de la commission européenne sur le marché régulé des visières de casquettes sportives. Ardu de trouver du plaisir dans ses propos.

Spinosi, lui aimer parler. Gueuler. Insulter. Tout le temps. Même les arbitres. Multi-récidivistes, il a déjà été condamné par le passé. pour avoir traité Duhamel de « pédé », « enculé ». Cependant, même si ces insultes relèvent du stade anal, Spinosi semble prendre un tel plaisir a les sortir de sa bouche qu’on ne peut lui renier le fait d’être bloqué au stade d’un gosse d’un an.

le second stade chez l’enfant est le stade anal. l’enfant apprend alors à contrôler ses sphincters, à retenir ou relâcher ses étrons.

Qui représente mieux ce stade que Passi ? Sa seule fonction visible à l’OM est celle de préparer les changements de joueurs en match. Se concentrer très fort avant de décider qui sortir. Puis donner les dernières consignes avant de relâcher l’étr…le joueur sur la pelouse. Et soudain, en lisant Freud, les changements tardifs en match prennent leur sens : Sigmund nous dit que « la rétention procure en elle-même une excitation agréable de la muqueuse anale, d’autre part le plaisir de l’expulsion se trouve augmenté ». Tout s’explique !

le troisième stade de développement est le stade phallique. A ce niveau du développement de notre papier, il ne reste qu’Elie Baup en lice pour ce stade. Le phallus est le symbole de l’autorité. Non, il n’est pas l’autorité, juste un symbole. Élancé, sans poil au bout, toujours accompagné par ses deux couilles. Cette description, c’est Baup. Et en plus, il fait de la prévention pour les jeunes. Il leur montre l’exemple en portant la capote sur le crâne.

Le stade phallique voit aussi l’apparition du complexe d’œdipe. Le gars qui s’est crevé les yeux. Et là encore, Elie colle parfaitement au personnage. Lui non plus refuse de voir le monde tel qu’il est, et se déclare « content de prendre un bon point qui va amener un bonne spirale positive » ou d’avoir « fait de belles choses malgré la défaite ».

tout ce développement chez l’enfant lui permet d’affirmer son ego, en opposition à son moi inconscient et son surmoi subconscient. baup par ses dénégations de la médiocrité de ses joueurs doit être l’inconscient. Passi et Spinosi semblent peu aidé par leur intellect, ils seraient donc sous conscients. Et le tout est dirigé par l’ego, directeur sportif d’un OM aux portes de la mort.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 990 fois, écrit le par bibpanda Cet article a été posté dans Avant-match, Edito. Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.