SS Napoli 3 – 2 OM : les notes de l’illusion

Le MVP du jeu des 7 familles :
Dans la famille Ayew, je voudrais le teigneux. Non pas le jeune qui se fait expulser au bout de 3 minutes, l’autre, le Dédé. Il a lutté envers et contre tous : les Napolitains, le mauvais placement de son équipe, la fatigue, la pression et même contre la disparition de Cheyrou.

La fée Clochette est au chomdû :
Quand on regarde Kassim Abdallah de loin, on croirait voir Patrick Vieira. Quand on le voit jouer de près, on dirait plutôt Averell. Le gars était encore chauffeur-livreur il y a 4 ans et ce soir, il a joué en Ligue des Champions. Comme quoi faut pas toujours croire aux contes de fées.

  • MANDANDA
    Un très bel arrêt en début de match, des sorties à bon escient puis il a été abandonné par les siens sur les 3 buts. Excédé, il a fini par sonner la révolte en soulevant un sourcil. Terrible.
  • ABDALLAH
    Totalement dépassé en début de match, il a fourni de gros efforts pour redresser la barre. Plus attentif défensivement et volontaire dans les montées.
    Mais il n’a pas fait preuve de beaucoup de constance et fait preuve d’une grosse fragilité, notamment dans le placement. D’où le troisième but.
  • DIAWARA
    Une première mi-temps énergique de bon aloi qui a permis de bousculer les Napolitains. Plus discret ensuite, il n’a pas commis d’erreur majeure même si son association avec N’Koulou n’est pas des plus rassurantes.
  • N’KOULOU
    Il a coupé des ballons en jouant en couverture et relancé proprement. Mais sa responsabilité est clairement engagée dans le deuxième but. Dommage.
  • MOREL
    Un match solide face à Callejon qui n’a guère été en vue. Tranchant dans les duels, il a joué en appoint d’Ayew et a permis au Ghanéen de tenter quelques percées.
  • CHEYROU
    Catastrophique en première mi-temps, il a décidé de se cacher en seconde, histoire de ne plus perdre autant de ballons. Pas bête.
  • ROMAO
    Du travail bien fait à la récupération malgré une prestation moins en vue que d’habitude. Mais si l’OM a tenu tête à Naples ce soir et l’a empêché de jouer, Romao y est pour quelque chose.
  • A. AYEW
    Enormissime les 45 premières minutes, il a été un peu en-dedans après la pause avant une fin de match où il s’est démené. Précieux à la récupération, intéressant dans les combinaisons, incisif balle au pied et buteur de la tête. Une prestation de grand standing européen.
  • VALBUENA
    Il a été un relais intéressant pour Ayew mais collé sur l’aile gauche, il n’a pas beaucoup pesé sur le jeu. Il a même perdu beaucoup de ballons, chose assez inhabituelle chez lui. Remplacé à la 56ème minute, on se demande encore pourquoi il a été titularisé ce soir alors qu’il est visiblement sur les rotules.
  • J. AYEW
    Moins alimenté que face à Rennes, il a eu du mal à exister seul en pointe. Et quand il a eu le ballon, il ne l’a pas toujours utilisé à bon escient. Dommage que son jeu en pivot n’a pas été plus exploité par ses partenaires.
  • THAUVIN
    Bien sûr, il y a beaucoup de déchets dans son jeu, notamment des dribbles et des passes ratées. Mais il n’a pas rechigné à se replacer et a eu le grand mérite de se montrer décisif deux fois : d’abord en déposant le ballon sur la tête d’Ayew sur corner et ensuite en égalisant suite à une erreur du défenseur napolitain.
    Une montée en puissance prometteuse.
  • REMPLAÇANTS
    Si Payet s’est montré en jambes et inspiré en offrant l’égalisation à Thauvin, Gignac a raté à peu-près tout ce qu’il a tenté. Quand à Lemina, il se demande encore comment il n’a pas débuté ce match au vu de la prestation de Cheyrou.
  • COACHING
    A mettre à son crédit : une réorganisation tactique en 433 qui a replacé Ayew au coeur du jeu et a considérablement gêné l’adversaire.
    A son discrédit : des titularisations de Valbuena et Cheyrou difficilement compréhensible étant donné leurs prestations à Rennes.
  • ADVERSAIRE
    Excès de confiance ou économie d’énergie en vue de leur match dimanche à la Juve ? Toujours est-il que Naples a frisé la correctionnelle et a fait preuve d’un manque de maîtrise étonnant par rapport au match aller. Toujours est-il que les individualités ont sauvé le match.
  • ARBITRAGE
    Correct dans l’ensemble bien que la faute sur Valbuena aurait due être sifflée en amont du deuxième but napolitain et que Fernandez n’aurait peut-être pas dû finir la partie.
  • AMBIANCE
    Cela n’avait rien d’une affiche pour les tifosi donc le stade sonnait creux et le public ne s’est fait entendre que sur les buts de son équipe. Le reste du temps, on entendait plutôt les chants marseillais.
 
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 954 fois, écrit le par bibpanda Cet article a été posté dans Les notes. Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.