CR OM 0-0 ASSE : le Grand Soir est toujours pour demain…

Avant-match : température agréable, public sympathique et débonnaire, stade pourri et en travaux, du charbon plein la tribune visiteurs…

Les équipes :

OM : Pedobear sous anxiolitiques – Aspic à couettes- Party boy- N’koulou (dans la case) – François Morel – The Sentinel de l’espace – Dumbo – Ramucho Gonzalez – Petit vélo – Tête dans le guidon – Thierry Henry

Saint Etienne : La muraille de Chine, sans le côté folklorique mais avec 11 mongols.

Conditions de jeu : parce qu’il fallait jouer au football ???

Le résumé :

Pour faire un grand match, il faut être deux selon l’expression consacrée. Or dimanche soir, une bien pâle équipe de l’OM ne pouvait rien
faire face à 11 mineurs arc-boutés sur leur ligne de but.

Benoît Cheyrou, traditionnellement bizuté (humilié) par Deschamps qui lui préfère Charly Kaboré dès qu’il en a l’occasion (l’homme sans cesse freiné dans ses inspirations par de grandes oreilles et un petit mental) reprenait sa place sur le banc, au nom de la sacro sainte solidité défensive, élevée dans le championnat de France au rang d’horizon indépassable du « jeu ».

Oubliez les ambitions, oubliez Barcelone, oubliez le football champagne, en France, on pratique le football total : totalement soporifique, totalement insipide, totalement défensif.

Pour illustrer cette absence totale de bonne volonté, parlons des Stéphanois. Le Stéphanois va au match comme il va à la mine : les épaules voûtées du travailleur s’abaissent pour amortir les chocs et plier sous la tempête (qui n’est jamais venue), la vision (du jeu) est inexistante, la seule ambition est de survivre à la soirée sans penser au lendemain.

Dans ce germinal des temps modernes, l’OM n’a jamais semé les graines du succès qui lui auraient permis de marquer un but et d’enfin obtenir 3 points salvateurs pour le moral, et (on y pense déjà), le classement. Vraiment un match à se gratter les couilles contre du crépis.

Bien alerté par Lucho au terme du seul mouvement collectif digne de ce nom, Rémy frappera le poteau en première mi-temps. Gignac, servi sur Corner par Little Bicycle trouvera sur son chemin un excellent et décisif Ruffier.

C’est à peu près tout pour une partie totalement exécrable, dans laquelle l’inconsistance et l’inconstance marseillaise se seront heurtées à l’absence d’ambitions offensives des Verts de peur pour le coup. Les Stéphanois sont même passés à 2 doigts (vous ne voulez pas un whisky d’abord ?) du hold up en contre, mais se sont heurtés à la barre d’un Steve Mandanda qui n’aura pas vu cette occasion, succombant à ce moment là à une crise de narcolepsie… Sa 12ème du match et sa 250 ème depuis 6 mois.

On a aimé :

Voir Charles Kaboré ridicule sur le terrain

C’est purement gratuit, c’est même méchant de se repaître des déboires de Charly, mais on espère que ça permettra à Cheyrou, un vrai joueur de football, de revenir sur la pelouse.

La défense centrale marseillaise

L’homme au nom tout droit sorti du sketch TV Magouilles des inconnus (N’Koulou dans la case) a démontré qu’il valait mieux que sa cagade d’Auxerre, tandis que Souley Diawara a prouvé qu’en jouant à jeun (ou presque) et après 8 heures de sommeil, il était tout à fait capable de placer quelques tacles, un soupçon d’accélérations et même de jouer un petit peu au football.

On n’a pas aimé :

André Ayew

Depuis qu’il est annoncé en Angleterre, le fils d’Abedi se prend vraiment pour Pelé. Tête dans le guidon, attitude nonchalante et égoïste sur le terrain, le petit André semble transformé en calque d’Hatem Ben Arfa des mauvais jours. Temporairement, on l’espère.

Le coaching.

En ce moment, le DD Deschamps est farceur. Après Kaboré à l’aile gauche contre Auxerre, le coach Marseillais a essayé de gagner un match en ne faisant pas entrer Cheyrou, en titularisant Kaboré pour un match à Domicile, en maintenant sur la pelouse durant 70 minutes un André Ayew
totalement apathique pour finir par un changement inutile (Fanni pour Azpi).

On aimerait bien :

Du beau jeu ET des résultats. Dans notre optimisme béât, on pense que c’est possible…

 
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 1228 fois, écrit le par bibpanda Cet article a été posté dans Compte-rendu. Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.