OM 2-1 LOSC : le titre de champion d’automne vu des Internets

/ !\ Disclaimer / Avertissement

Cet article contient de l’anglais et de l’humour douteux d’internet, pas nécessairement lié au football, ni au match d’hier, et parfois ni même à l’humour. Attachez votre ceinture, c’est parti, et bon voyage !

 

Pour le dernier match de la saison, cette affiche entre l’OM et Lille était intéressante à bien des égards. Tout d’abord, elle permettait aux marseillais de remporter le titre honorifique de champion d’automne en cas de victoire, mais elle était aussi une opposition de style entre le jeu offensif et généreux de Marcelo Bielsa, devenu l’idole de tout le peuple phocéen, et le Joga Mochito de son homologue lillois, René Girard, adepte de la bétonnière. Les supporters eux aussi avaient flairé le bon coup. Ils étaient 62.408 à s’être rendus au stade, pour donner de la voix et supporter la formation olympienne en 4-2-3-1 avec, comme grosse surprise, la première titularisation de Michy Batshuayi (qu’on appellera Michy ou le Belge (mais pas Francis), parce que c’est plus simple) à un poste de neuf et demi entre les lignes, en lieu et place de Dimitri Payet, parti plus tôt que ses copains en vacances. Pour le reste, défense à quatre classique, Imbula et Lemina à la récupération, Ayew et Thauvin sur les ailes, et Gignac en pointe.

 



Un OM avec 4 attaquants, contre Dogue Fort. Deux visions du football.

 

Une entame canon !

Le début de match fait plaisir à voir. Comme à son habitude, les Olympiens démarrent la rencontre le couteau entre les dents, et prennent à la gorge leurs adversaires grâce au pressing de tous, à commencer par les attaquants. Michy déclenche les hostilités à la deuxième minute, mais sa frappe est détournée par une jambe lilloise en corner. A la quatrième, après une récupération de Gignac à droite, Ayew et Michy se gênent et la frappe du Belge ne trouve pas le cadre. A la onzième minute, après un centre raté de Michy, Kjaer encore convalescent de la gastro de la semaine se chie et relance directement sur Gignac. Le buteur marseillais bien que tout seul se précipite et tire à côté.

Après 15 minutes, les olympiens se sont procurés 3 occasions franches, et ont confisqué le ballon (70% de possession de balle). La domination se poursuit, et, à la 22ème minute, Ayew profite d’une intervention pas très « Kjaer » du défenseur danois, mais sa tentative et repoussée sur la ligne. A la vingt-septième, le raid solitaire de Michy se conclue par une frappe de ce dernier qui frôle les cages. Les problèmes de finition de l’OM sont récurrents depuis des semaines…

Attention à ne pas trop vendanger, on pourrait le regretter...

 

En face, pas grand chose à se mettre sous la dent à part quelques percées solitaires de Mendes ou Origi, mais les attaquants lillois sont dans un mauvais soir. Pour le reste, Mandanda veille au grain. A la trente-et-unième, à la suite d’un énième corner mal frappé par Thauvin, Nolan Roux, l’attaquant lillois réalise un geste difficile dans un angle impossible et parvient malgré tout à tromper la vigilance de son propre gardien. L’OM mène enfin au score grâce à l’aide de son adversaire Roux, comme quoi, tous les préjugés ne sont pas justifiés.


Oui, les Roux ont une âme…

Merci Nolan. La première mi-temps a été à sens unique. L’OM a obtenu plus de dix corners et frappé plus de dix fois au but. La défense a aussi été rassurante, avec une charnière solide, un Dja Djédjé en jambes et Mendy, remuant. Côté lillois, on a peiné à trouver la solution ; pire, on s’est même attrapé entre Girard et ses joueurs.

Une seconde mi-temps moins aboutie

Au retour des vestiaires, les Lillois sont un peu moins désemparés et font jeu égal avec un OM moins tranchant. A la soixante-et-unième minute, sur un ballon perdu par Gignac, les Lillois partent en contre, et Gueye se retrouve servi dans la surface. Sa frappe, détournée par Dja Djédjé, trompe la vigilance du portier marseillais et finit sa course au fond des filets. Un but partout, rageant!


Si vous ne vouliez pas perdre votre avance au score, il aurait fallu marquer plus de buts. Merci Captain Hindsight !

Malgré la douche froide, l’OM ne baisse pas les bras et continue à aller de l’avant. Dja Djédjé en position d’ailier, décalé par Thauvin est même à deux doigts de marquer, mais sa frappe fuit elle aussi le cadre. La délivrance arrivera deux minutes plus tard, à la soixante-huitième minute, sur un débordement coté gauche de Thauvin qui trouve Batshuayi dans la surface. Ce dernier pivote, se retourne tout en puissance, et fusille Enyeama d’une frappe qui finit sa course dans la lucarne. 2-1 pour l’OM. Le stade exulte comme on ne l’avait plus vu depuis longtemps ! C’est mérité, autant pour l’équipe que pour le jeune attaquant. Le reste du match sera plus heurté et l’OM tentera de conserver son score, et son titre honorifique. Seul moment marquant de cette fin de match, la rentrée de Romao à la soixante-quatorzième qui, sur sa première action, arrache le genou de Gueye avant même de toucher son premier ballon. Du travail de pro, qui aurait mérité un rouge direct.


La reconversion de Gueye s’annonce difficile.

Victoire de l’OM, la treizième de la saison en championnat, de quoi mettre tout le monde d’accord. Tout le monde, sauf René Girard qui déclarera que l’OM ne les a pas si mal malmenés que ça.

Mais oui René, tu méritais de gagner, et de marquer plein de buts !

Quoi qu’il en soit, l’OM est champion d’automne avec 41 points, 2 de plus que Lyon, et 3 que Paris. En exclusivité, voici la réaction de Nasser.


On peut s’attendre à un mercato mouvementé du côté du PSG cet hiver.

Allez, pendant qu’on le peut encore, une petite chanson pour nos rivaux de la capitale.

http://youtu.be/sTSA_sWGM44

Bonnes fêtes à tous !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 3588 fois, écrit le par FabMars Cet article a été posté dans Compte-rendu et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.