AgoraOM : quel avenir pour le club et les supporters ?

Le communiqué de l’OM est tombé hier, sur les coups de 19h et a fait l’effet d’une bombe pour tous les amoureux du club. Retour, avec des supporters olympiens sur ce texte, qui pourrait marquer un tournant dans l’Histoire du club phocéen.

Après le OM Champions Projet, le OM Prime, les buts qui comptent double, la tisane, les powerpoint,… Jacques-Henry Eyraud, illustre président de notre club nous sort cette fois un « AgoraOM ».

Mais qu’est-ce donc ? À l’heure où cet article est publié vous savez tous ce qu’ il en est, mais revenons tout d’abord sur ce qu’est une Agora…

Dans la Grèce Antique, l’Agora était la grande place publique, où se menaient bon nombre de débats. Et bien on peut dire qu’avec ce projet instauré par JHE, il va y en avoir des choses à dire.

Pour faire simple, le président du plus grand club français souhaite faire participer tous les supporters du club à des « groupes de travail , sous formes de plateformes d’échanges d’idées et d’appels à projets (…) Ce projet permettra à tous les amoureux du foot et de l’OM de se réapproprier le terme de supporter pour que celui-ci ne soit plus capté par des bandes violentes » (communiqué du club).

Se lancerait-il sur un brainstorming d’idées pour élaborer une nouvelle stratégie ? Stratégie qui ressemble beaucoup trop à la gestion d’une entreprise lambda. Mais c’est le foot actuel, c’est ce à quoi tend ce sport que nous aimons : de l’argent et du show (coucou la Ligue fermée). Est-ce adapté à la gestion d’un club de foot et de ses supporters ?

Voici l’avis que partage Jonathan : « Avec cette Agora, le club demande l’avis de tous et ce sera un club aseptisé qui ne tolérera plus la critique, où on ne vivra plus le football mais où on le consommera, comme pour un match NBA, avec un show à la mi-temps, où on vient manger son sandwich et regarder les spectacles de sons et lumières avant le match ».

Pour Azir, ce projet « est une tentative de destruction de l’âme de ce club : les supporters. Si ce club tient encore debout malgré les mauvais résultats, les déboires, les périodes de disettes, c’est grâce à ses supporters. L’OM est reconnu en France et en Europe grâce à l’ambiance, l’animation, les tifos, la passion engendrée par ses supporters. Ces dernières saisons, il se passe peu de choses sur le terrain mais dans les tribunes, des femmes et des hommes tiennent leur rang, par amour ».

L’amour justement, revenons-y : oui, dans cette période si spéciale on perd peu à peu l’amour pour ce sport et pour notre club, du moins on s’en détache : les stades sont vides, les ambiances moroses. Vous savez ces belles ambiances qui faisaient la gloire de notre club et dont se félicitait JHE lui-même, après les matches contre Lyon, Leipzig ou Paris.

Ces matches où, peu importe notre origine, notre placement dans le stade, nos idées politiques, on se retrouvait tous à encourager notre OM, à le pousser dans ses efforts, afin de nous embraser et de nous faire vibrer pour qu’on puisse passer des jours agréables enfin. L’unité des supporters était belle, était grande, était la fierté de Marseille. Mais, avec ce projet, Eyraud ne chercherait-il pas à casser cette unité ?

Valentino en est lui convaincu : « Tout est fait pour nous diviser, parler de « bande violente » alors qu’on a certainement la plus grosse base de supporters à Marseille et en France, et qu’il y a très peu d’incidents/bagarres comme on pourrait le faire croire. Parler de familles et d’enfants qui veulent aller au stade, alors que n’importe qui que ce soit enfants ou parents d’un certain âge rentrent en virage (…) Ils veulent diviser, ils veulent inventer une fausse pensée. La plupart des supporters vont au Vélodrome pour l’ambiance : sans les groupes, le stade et l’identité du club sont morts. Ils veulent faire croire que les groupes sont les méchants, violents, empêcheraient limite qu’on ait une grosse équipe. Alors qu’on peut avoir les 2. »

À l’heure où le club est en plein marasme sportif, où les joueurs sont totalement perdus sur le terrain, où le déficit abyssal du club risque de l’emmener tout droit en faillite, où la situation sanitaire empêche des revenus au club, mais aussi et surtout aux gens de venir exprimer leur passion, ce communiqué vient allumer la mèche d’une situation déjà brûlante.

Dans quel but faire tout ça ? Pourquoi ? Maintenant ? L’érudit de Harvard aurait-il une idée derrière la tête ?

Belmel, en est certain et déclare : «  Ce que j’en pense c’est que c’est une manière déguisée de mettre fin aux groupes de supporters, un peu comme le plan Leproux à Paris. Est ce que c’est annonciateur d’une future vente du club histoire de faire place nette? Je n’en sais rien mais c’est une hypothèse qui se tient. JHE est en rupture totale avec l’ensemble des supporters, il le sait pertinemment mais il garde le cap. Tous les groupes sont unanimes, le dialogue est totalement rompu. Les événements de la Commanderie ont simplement servi de prétexte pour pouvoir s’en prendre aux groupes de façon frontale, à croire même que c’était prémédité puisque le club avait eu vent d’un rassemblement mais n’avait pris aucune mesure en terme de sécurité. »

Cette vente, qui revient comme un serpent de mer, ou plutôt comme Drogba à tous les mercatos, elle est dans notre coin de tête à tous et toutes. Mais McCourt veut-il vraiment vendre ? Que veut-il faire de notre club ? De notre passion ? De notre Histoire ?

Déjà que Monsieur Eyraud n’était plus en odeur de sainteté auprès de la majorité des supporters, ce communiqué sonne comme une ultime provocation à l’ensemble des groupes et ça la majorité des supporters semblent être d’accord.

Cependant, certains semblent avoir un avis très différent sur la question.

« Beaucoup de supporters se sont montrés amers et tristes de la proportion que cette affaire a prise. Beaucoup ne se sont pas reconnus dedans. Être Marseillais c’est avoir une certaine image en France comme en Europe, c’est avoir le sang chaud, le verbe haut, la passion mais est-ce que cela veut dire être casseur ? Démolir pour tout reconstruire ? Non ! Mille fois non ! » fustige « Tonton », taxi pendant 30 ans à Marseille et longtemps membre des Yankees. « Personnellement, je suis fier d’avoir pu mener mes gosses et ceux des autres d’ailleurs au stade sans avoir peur d’un déchainement de violence. Oui il y a des matchs plus chauds que d’autres, ça a pu gueuler, manifester, brandir des banderoles, faire la grève, dos tourné ou faire courir des chèvres dans les tribunes. Ça a toujours été plus ou moins subtils, cash mais toujours bon enfant.

Je condamne ce qui s’est passé à la Commanderie. Ce n’est pas ça supporter. Bien sûr les torts sont partagés : les joueurs pourris gâtés qui ne font pas le taff, les dirigeants gèrent le club comme Disney Land mais Eyraud est dans son rôle. C’est lui qui a les clés de la barraque, on lui crame, il porte plainte ! Logique. Il représente l’institution. Ils croyaient quoi ? Qu’il était complètement Mickey ? L’OM ce n’est pas que les supporters, c’est aussi les dirigeants qu’on les aime ou pas, les joueurs qu’on les aime ou pas, tout le staff. Il va bien falloir que les esprits se calment et qu’on retrouve un peu de raison. En tout cas le coup de poing contre la commanderie c’est comme faire mal à sa famille. ».

Interrogé sur l’AgoraOM, « Tonton » s’esclaffe. « C’est quoi encore ce truc ? Voilà le management à l’américaine. Ecoute si c’est pour vraiment donner la parole aux supporters pourquoi pas ? Mais si c’est un guide de bonne conduite alors je crois que c’est peine perdue. J’ai 71 ans cette année, ce n’est pas Eyraud qui va m’expliquer comment aimer ce club. Par contre, lui, il est en train d’apprendre aux Marseillais qu’à ce jeu là, internet, les réseaux sociaux, la publicité et tout ça, il n’est pas mauvais alors méfi ! Gardons le dialogue avec lui. »

Philippe, également supporter depuis de longues années :

« Supporter de l’OM depuis 1969, ce club et tout ce qui l’entoure (dirigeants, joueurs, supporters) commence à me fatiguer au plus haut point. Les événements de ces dernières semaines ont dépassé (et continuent de dépasser) les bornes acceptables. Je crois qu’il faudrait revenir à la base, à l’essence même de la raison pour laquelle on aime l’OM. Pas parce que c’est un club de basket ou de hand, mais de FOOTBALL. Et donc revenir au concept de base du foot : un sport, un jeu, un spectacle. Hélas, depuis maintenant trop longtemps, le foot est aussi devenu l’un des bras armés du capitalisme financier et du néo-libéralisme. Le fric a tout envahi et devient l’objectif n°1 de TOUS les clubs. L’OM ne fait pas et ne fera jamais plus exception.

Et c’est bien là le désastre. Ce qui me désole est de voir la communauté OM ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Les groupes de supporters s’accrochent à leur mantra (« L’OM, c’est nous, et nous en défendons la culture ») sans comprendre qu’ils participent pleinement et volontairement à la destruction du football, et par là à celle du club. En reprenant les abonnements, en achetant – bon gogos – chaque année le nouveau maillot ou autres équipements, en payant au prix fort ses abonnements TV pour voir les seuls matchs de l’OM (car il se fout des autres, et aime davantage l’OM que le football lui-même), etc., le supporter soutient et encourage la dérive du foot. Et ce n’est pas en adoptant des comportements de voyous, en assiégeant et cassant la Commanderie, en insultant et menaçant dirigeants et joueurs (tous largement responsables de la situation, cela va sans dire) que les problèmes se régleront. Ce qui s’est passé est juste inadmissible, inexcusable.

Honteux. Le club a réagi en deux temps. Le projet Agora et la mise en demeure. Sur la deuxième, je suis abasourdi de voir la TeamOM pousser des hurlements sur la forme (bâclée, oui !) de la mise en demeure, chaque supporter étant soudain devenu un expert pointilleux en libellé juridique, au détriment des arguments présentés dans ce communiqué. Sans doute car ces arguments sont incontestables. Comment la direction, n’importe quelle direction, une sympathique ou une antipathique comme la présente, pourrait réagir différemment que de constater la rupture de confiance entre groupes de supporters et elle, et souhaiter remettre en question les conventions les unissant ? Si la culture du club est liée à celle des supporters, l’institution OM est défendue (bien ou mal, ce n’est pas le problème) par ceux qui ont en charge de la diriger. Et L’OM appartient en premier lieu, que cela fasse plaisir ou pas, a celui qui l’a acheté et y investit son argent.

Tant que l’OM ne fonctionnera pas en mode socios (et ce n’est pas demain la veille…), ce sera ainsi. Alors oui, la mise en demeure est pleinement justifiée et les supporters ou prétendus tels qui ont franchi la ligne rouge doivent assumer et accepter les conséquences de leurs actes. Je rajoute que si les groupes de supps sont formidablement précieux à l’OM plus qu’ailleurs, pour leur travail d’animation du stade, leur soutien inconditionnel, leur lutte contre les discriminations et le racisme, ils ne sont pas pour autant et ne doivent pas se substituer au club lui-même, ni prétendre parler au nom de tous les supporters de l’OM qui existent dans le monde entier, très souvent sans aucune attache personnelle à Marseille autre que leur amour de l’OM. En d’autres termes, les clubs de supps devraient se montrer plus humbles. Et surtout savoir raison garder. Surtout – et le paradoxe n’est qu’apparent – quand son proprio et son président sont si nuls.

Sur le premier point (Agora), je trouve personnellement l’idée intéressante. Justement parce qu’elle remet (du moins dans ses déclarations d’intention, et ce serait bien d’éviter les procès d’intention) TOUS les supporters dans le jeu et dans le vie de l’OM. Le projet propose un dialogue général et pourquoi en refuser l’idée au prétexte que ce serait la porte ouverte à la suppression des groupes officiels ? Je ne vois pas pourquoi ils disparaîtraient. Mais qu’ils aient une influence réduite, sans doute. Et alors ? Nous savons tous comment divers groupes (certains plus que d’autres) se sont comportés dans le passé, et comment la tentation hégémonique qui tend au monopole de la représentation des amoureux de l’OM a trop souvent pourri l’atmosphère, exacerbée par les errements des diverses directions à la tête du club et les collusions entre groupes et directions ou entre groupes et candidats à la direction.

Le club est malade depuis le pêché originel des malversations Tapie-Bernès qui ont terni son image. Régulièrement, on assiste à des crises d’hystérisation, alimentées par les médias, les politiques (règlements de comptes à gogo) et aujourd’hui les réseaux sociaux. Ça doit cesser. Il faut devenir adultes. Arrêter de vivre dans le passé (« A jamais les premiers ! »), arrêter de se croire le plus grand club du monde, arrêter de subir les manipulations ridicules et qui alimentent les réflexes chauvins à l’excès (enfin, qui ne sait que la haine OM-PSG – car il s’agit bien de haine, ne faisons pas semblant – n’est que la résultante d’une opération conjointe menée par Tapie et Denisot/C+, copains comme cochons, pour faire plus d’audience et de fric, et ça continue 30 ans plus tard, alors que les yeux sont dessillés depuis longtemps, sommes-nous stupides au point de devenir des moutons sans cerveaux ?). Bref, il faut se calmer, revenir à la raison et, bien sûr, réclamer les départs de McCourt et JHE… sans grandes illusions sur les éventuels successeurs car, encore une fois, le football tout entier est entré dans un monde qui l’a d’ores et déjà profondément dénaturé. »

Tout cela, montre bien une chose à travers les témoignages des divers intervenants de l’article, que ce club que nous chérissons tant, que nous aimons de tout notre corps et notre être, qui nous a fait trembler, pleurer, rire, s’offusquer. Ce club, qui, depuis toujours, est dans nos vies et le restera, et bien ce club il nous colle à la peau, et on ne veut pour rien au monde qu’il change, malgré tout ce qu’il représente, malgré ses crises annuelles, malgré ses joueurs en bois, malgré ses 485 années sans victoire à Bordeaux.

Je laisse d’ailleurs la fin de cet article à Belmel, qui illustre ma pensée par ces mots : « Nous ne devons pas vendre notre âme sous prétexte d’avoir de grands joueurs ou tutoyer les sommets, la passion des supporters doit aller de pair avec un nouveau projet quel qu’il soit ! Forza OM ! On en a vu d’autres »

Merci à Jonathan, Azir, Valentino, Belmel, Philippe et « Tonton » pour leurs témoignages (article modifié 17/02, 16:45)

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 493 fois, écrit le par MaxLaPelota Cet article a été posté dans Edito et taggé , , , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.