Journal de bord d’un ex-coach

Suite à la nomination de Rudi Garcia au poste d’entraîneur de l’OM, Franck Passi, coach déchu et déçu, s’est de nouveau confié à son journal intime. Voici quelques morceaux choisis d’un document d’une rare intensité émotionnelle.

date-octobre

« Cher journal, on dit que dans la vie il ne faut pas louper le train car souvent, il ne passe qu’une fois ! Moi, il vient carrément de me rouler dessus et je suis anéanti ! Je me suis levé ce matin pour aller bosser comme d’habitude et en l’espace de trois minutes, tout a été chamboulé !

M. Eyraud m’a fait passer un bilan de compétence après la séance d’entraînement et il paraît que j’ai le profil pour bosser à la maintenance.

Je lui ai répondu que l’objectif me paraissait raisonnable, mais que j’avais d’autres ambitions que de jouer la “maintenance” en Ligue 1 avec l’OM, car j’ai confiance en cet effectif. Sur le coup, il a marqué un temps d’arrêt comme si il y avait un malentendu.

Il m’a donc expliqué que j’allais être remercié ! J’ai eu beau lui dire que ce n’était pas la peine de me dire merci, que c’était normal et que je faisais juste mon travail consciencieusement, il a tout de même insisté. Ce n’est qu’en voyant Rudi Garcia à la télévision le soir même que j’ai compris qu’on m’avait viré, et que “remercier” était une façon plus courtoise de le dire.

1

Pourtant, d’après l’Équipe, avec six victoires cinq nuls et cinq défaites, j’ai fait mieux que Michel ! Mais le métier d’entraîneur est ingrat, même lorsqu’on est fidèle à un club pendant six ans…

 J’ai appelé Vincent – il est cool Vincent – pour l’informer. Il m’a dit que les grands entraîneurs sont souvent des incompris et je pense qu’il a raison.

Que ce soient Sacchi, Cruyff ou Guardiola, tous ont influencé le football avec des schémas de jeu innovants. Mais moi on ne m’a pas laissé de temps, alors que j’aurai pu faire de Bouna Sarr le latéral droit titulaire de l’équipe de France, j’en suis certain ! »

date-octobre

« Ce matin, je suis passé à la Commanderie pour dire bonjour aux collègues, mais ils n’y avait plus personne. José, “chicots lunghi”, Gunter et Margarita semblent tous avoir disparu comme par enchantement.

À leur place, il y avait un grand barbu que je n’ai pas reconnu tout de suite, mais qui s’est avéré être Andoni Zubizaretta, le formidable goal  de l’Espagne et du Barça. Je l’ai salué, puis j’ai ri intérieurement en montant dans ma voiture. Il y a déjà Pelé et Samba dans l’effectif, ils recrutent un troisième gardien alors qu’on est nuls en défense et c’est moi l’incompétent ?

La nouvelle direction me propose de rester au club, à un poste qui reste à définir, mais moi je veux entraîner. Vincent et José disent que j’ai le profil pour diriger un grand club et il s’y connaissent sacrément en Football.

2

José m’a même affirmé que Bruno Génésio allait se faire virer de Lyon et que je devais me tenir prêt. Il a ajouté que les recrutements de Morel, Valbuena et Nkoulou prouvent que le président Aulas a du nez pour ‘flairer les pépites en difficulté et les faire rebondir’. Si José et Vincent le disent ! »

passi-5

Ouais… On demande juste à ce que « la pépite » aille rebondir un peu beaucoup plus loin et on lui souhaite bonne route.

 

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de fayçaldinho


Manchot- analphabète - susceptible. Le spécialiste de l'aigreur et de la mauvaise foi. Supporter de l'OM de 1986 à 1999 et depuis je subis... mais JHE pourrait bien changer la donne
Article lu 1811 fois, écrit le par fayçaldinho Cet article a été posté dans Echos, Fil infOM et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

6 Réponses pour Journal de bord d’un ex-coach

  1. avatar De selfmade footix le 31 octobre 2016 à 17h49

    Franky ne va pas me manquer, mais son journal si !

  2. Clap de fin pour le journal de Franck. Ciao l’artiste ! Et merci Fayçal pour le journal de bord !

    • Ah mais d’après mes sources, Garcia lui aussi devrait voir ses petites notes personnelles dévoilées de temps en temps… j’ai des relations 😉

  3. Au top ! 😀
    Ave les photos qui vont bien en plus