OM 1-0 Metz : les notes

Marseille et Metz sont capables du pire comme du moyen (et non du meilleur). Ce soir, nous avons eu droit au moyen. Deux équipes faibles défensivement, et avec des qualités offensives gâchées par l’individualisme de certains de leurs attaquants.


N


6

Pele
3

Bedimo
4

Doria
5

Fanni
2
2

Sakai
7

Vainqueur
6

Diarra
2
17

Sarr
4

Njié
5
26

Thauvin
7

Gomis
4,6

Moyenne
5

Entraîneur
6

Arbitre

Les remplaçants

Iseka (62e à la place de Sarr) =>  6

Lopez (68e à la place de Vainqueur) => 6

Hubocan (90e à la place de Njié) => NN


 

Ce soir, nous n’avons pas vu un grand match. L’OM a globalement dominé la première période, et Metz la deuxième.

La première période

Les Marseillais commencent bien en étant portés vers l’attaque, mais soit Gomis rate le cadre, soit Thauvin et Njié tentent de dribbler toute l’équipe messine et finissent par perdre la balle ou tirer de loin, sans être dangereux. Jusqu’à un corner de Thauvin, sur lequel Gomis marque du pied après une tête repoussée par le gardien adverse. L’OM mène 1-0 dès la treizième minute. Cependant, la faiblesse défensive, et les montées des latéraux Sakai et Bedimo, offrent à Metz la possibilité de marquer. Heureusement, quand Erding ne frappe pas au dessus des cages, Pelé réalise son seul arrêt du match.

Marseille attaque, et Metz recule en attendant des ballons de récupération pour jouer le contre.

La deuxième période

En deuxième période, les rôles semblent inversés. Les Messins sont ceux qui attaquent et possèdent le ballon, les Marseillais subissent et tentent de marquer sur des contres. Avec un peu d’imagination, on pourrait croire que les joueurs des deux équipes ont échangé leur maillot à la mi-temps.

Les seuls faits notables de cette période sont la faute non sifflée de Gomis sur la ligne de notre surface de réparation, et la blessure de Vainqueur. A cette occasion, Franck Passi a de nouveau tenté un remplacement culotté : remplacer le milieu défensif le plus efficace de l’équipe ce soir par un minot de dix-neuf ans habitué à jouer milieu offensif voire attaquant.

… et la dernière des Louis-Dreyfus

Ce soir, l’OM a affronté une équipe très faible. Par le passé, Metz avait joué de vilains tours à notre équipe grâce à de jeunes joueurs. Des Pires ou Ribery avaient mené des offensives ridiculisant les défenseurs phocéens. Cette année, l’attaquant messin est Erding. S’il y avait un concours du joueur offensif le plus individualiste, il ridiculiserait nos attaquants. Et pourtant, en première période, Thauvin et Njié ont tout fait pour se distinguer.

 

Le plus important reste les points de la victoire, pour deux raisons : l’OM va avoir une série de matchs difficiles dans le mois à venir, et l’ère des Louis-Dreyfus vient (presque) officiellement de se terminer. Champagne !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de sillicate


Habite En Yourte ! Son Amour Laisse Univoquement Transi, Passant Ostensiblement Tout Obstacle. Caractère Amer Voir Acariâtre. Une Nouvelle Enquête Bientôt Intériorisera Nos Obsessions Utéro-Zygotiques Enflammées ?
Article lu 1382 fois, écrit le par sillicate Cet article a été posté dans Les notes et taggé , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.