L’affaire Morel

Après Morgan Amalfitano, la seconde recrue olympienne de cet été 2011 se nomme Jérémy Morel. Non, Christian Gourcuff n’a pas remplacé Didier Deschamps en catimini. L’OM a simplement décidé de faire confiance a une valeur sure de la Ligue 1, dont le recrutement rappelle celui de Laurent Bonnart.

Fiche d’identité

Jérémy Morel
né le 2 avril 1984 à Lorient
1m72
71kg
Arrière gauche
12 buts en 233 matchs

Son parcours:
Lorientais pur sucre, Jérémy Morel n’a connu que son club formateur, dont il est devenu l’un des cadres au fil du temps, sur le terrain comme en dehors.
Attaquant à ses débuts, puis ayant évolué en tant que milieu défensif au cours de sa formation, Morel se fixe finalement au poste de latéral gauche, qu’il n’a plus quitté depuis, bien qu’il présente un profil plutôt polyvalent puisqu’il est également capable de jouer un cran plus haut sur la gauche mais aussi en défense centrale en cas de besoin.

Après des débuts professionnels en 2003, il gagne rapidement sa place dans le 11 lorientais et participe activement à la remontée du club en Ligue 1 en 2006. Il est depuis l’un des artisans de la solide installation des merlus au sein de l’élite.
Ses prestations solides finissent par être remarquées, et Lille est à un moment tout proche de le faire signer, mais est alors refroidi par la condition physique du joueur, qui a connu plusieurs blessures handicapant sa progression. Il rempile finalement à Lorient, où il réalise lors du dernier exercice une saison de qualité, qui ravive l’intérêt des Nordistes mais aussi et surtout de Rennes, à qui il donne son accord de principe avant de changer d’avis suite à l’offre de l’OM.

Son jeu :

Joueur vif, solide dans les duels, prompt à apporter le surnombre et doté d’une bonne technique, son profil rappelle à bien des égards celui de son prédécesseur Taye Taiwo. S’il n’en a pas les qualités athlétiques et physiques, ce qui reste d’ailleurs la principale inconnue concernant son recrutement dans un club jouant la Ligue des Champions, il est en revanche à priori doté d’une meilleure intelligence tactique, école Gourcuff oblige.
Soyons clairs : s’il n’apparaît pas que cette arrivée renforce l’effectif de manière spectaculaire, l’OM tient néanmoins avec Morel une recrue dont on a toutes les raisons de penser qu’elle fera le job, et qu’elle le fera bien.

Si son futur statut à Marseille est encore un peu flou et dépendra sans doute de la suite du recrutement de l’OM et de la concurrence qu’il affrontera sur son côté gauche, Morel s’est déjà affirmé, à 27 ans, comme l’un des meilleurs joueurs du championnat de France à un poste de latéral gauche où les éléments de qualité sont une denrée rare. Son intégration à l’effectif phocéen ressemble donc fortement à un bon coup, d’autant plus que son arrivée s’est conclue à un tarif abordable compte tenu des prix actuels du marché. L’OM a en effet déboursé moins de 3 millions d’Euros, bonus inclus, pour convaincre les dirigeants Bretons de lâcher le Réunionnais. On peut noter que les joueurs ayant le mieux réussi à Marseille ces dernières années sont d’ailleurs rarement ceux qui ont été acheté au prix fort…

Ses ambitions :

Alors qu’il devait signer à Rennes dans les prochaines heures, après son retour des Etats-Unis où il était en vacances, Morel s’est rétracté à la seconde où José Anigo, qui suit le joueur depuis longtemps, est revenu vers lui avec une offre ferme. Morel répète depuis de longues semaines que le challenge olympien est son premier choix, et sa motivation ne semble faire aucun doute, qu’elle que soit sa situation hiérarchique en début de saison.

A l’OM, il retrouvera Morgan Amalfitano, mais également André Ayew, et, s’il reste au club, André-Pierre Gignac, qui ont porté les couleurs lorientaises. Gageons que cela facilite son adaptation, qui devra être rapide : si Didier Deschamps a donné son feu vert à la concrétisation d’un dossier qu’il ne jugeait pas forcément prioritaire au départ, c’est sûrement en partie parce qu’il souhaite pouvoir bénéficier d’un latéral gauche le plus tôt possible dans un secteur de jeu en reconstruction où les automatismes sont particulièrement importants.
Il nous reste donc à souhaiter à Jérémy Morel la bienvenue, en espérant qu’il s’inspire de Fabrice Abriel à son arrivée, et en souhaitant que la suite de sa carrière olympienne soit par contre autrement plus sérieuse…

L’arrivée de Morel en images :

Morel va finalement peut-être aller à Rennes…pour prendre l’avion jusqu’à Marseille.


L’arrivée peu onéreuse de Morel est une bonne nouvelle au moment où l’OM tente de réunir l’argent nécessaire au versement de la première semaine du futur salaire d’A.Diarra

Pourquoi il fallait le prendre :

– Parce que ça fait chier à la fois Rennes et Bordeaux
– Parce que dans un contexte financier délicat, on s’assure un renfort intéressant à moindre coût.
– Parce qu’avec son gabarit de poche, on a peut-être trouvé un ami à Valbuena, ce qui permet d’espérer une fermeture de son site internet

Pourquoi il ne fallait pas le prendre :

– Parce que José Anigo le voulait absolument
– Parce qu’Antonio Pintus pense qu’on le recrute pour les moins de 16 ans compte tenue de sa morphologie
– Parce qu’il a le potentiel pour remplacer Julien Rodriguez dans le cœur des kinés du club, et que ça nous effraie un peu.[/info]

 
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 747 fois, écrit le par bibpanda Cet article a été posté dans Mercato. Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.