Zapping : épisode 1

Et voilà ! Une autre saison riche en émotions s’achève. Le championnat est un peu comme une série TV. Fondu au noir sur un OM redevenu Européen contre toute attente. On va enfin pouvoir planter le décor du fameux « OM Champions Project » sur des bases saines et avec un enjeu immédiat. Mais avant de réunir le casting cinq étoiles espéré par les fans pour la saison à venir, il va falloir faire place nette sur le plateau.

Dès lors, les nouveaux showrunners vont devoir fomenter un vrai massacre. Le groupe existant devrait se trouver décimé. Alors, parmi les nombreux acteurs en fin de contrat ou de cycle, qui reviendra la saison prochaine ? Qui disparaîtra de nos écrans ?

Car, comme dans les meilleurs feuilletons, aucune considération morale ni sentimentale ne peut, ni ne doit, se mettre en travers de la dramaturgie. C’est à ce prix que l’histoire pourra atteindre un nouveau climax la saison prochaine.

Les figurants

Ils ne font que traverser furtivement l’écran, mais certains ont une « gueule », un charisme qui nous fait les remarquer et nous attacher à eux. Alors, lesquels vont disparaître ? Lesquels vont voir leur rôle prendre de l’épaisseur ? Et quelle série leur correspond le mieux ? Revue d’effectif.

Je le tiens, je ne le lâche pas, mon contrat pré-retraite

BEDIMO : Six feet under ou The walking dead

  • Tékitoi ?

Arrivé au dernier mercato, son recrutement avait rassuré pas mal de supporteurs. Vétéran du tour de France des clubs de L1 à 32 ans, l’expérimenté latéral gauche semblait apporter des garanties pour compenser le départ de Benjamin Mendy.

Pourtant, hors de forme et longtemps blessé, il n’a pas confirmé cet  a priori favorable. Ce qui a eu comme conséquence « positive », si l’on veut absolument l’être, de fournir du temps de jeu à Rekik, Doria ou Hubocan. Pour ma part, j’ai assez vite renoncé à positiver en voyant jouer ces trois-là.

Son âge ayant été avancé pour expliquer sa contre-performance, on s’est donc empressés de recruter dès le mercato d’hiver… Pat Evra, de quatre ans son aîné. Besoin, cohérence.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Parce qu’il a montré sur la fin qu’il pouvait peut-être revenir en forme. Parce que de toute façon, il dispose d’un contrat avantageux pour encore deux ans qui nous coûterait cher en résiliation.

Pour nous éviter d’investir sur un énième espoir qui nous décevra avant d’aller exploser ailleurs. Pour rester dans la tradition de la malédiction du latéral gauche qui frappe ce club depuis des temps immémoriaux.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce qu’il dispose chez nous d’un excellent contrat pré-retraite que peu de clubs pourraient lui offrir.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce qu’aux côtés d’un des meilleurs et plus expérimentés spécialistes du poste, la fameuse « cohérence » voudrait que l’on installe un jeune en devenir qu’il formerait pour prendre sa succession dans un an (vous avez compris que je parlais de Tonton Pat, là, hein ?). Mais bien sûr, il n’y aura pas moyen. Putain de malédiction ! À moins que l’éclosion d’un talent en interne ne nous sauve…


Pourquoi j’ai pas un maillot en or, moi aussi ? Président, venez voir…

KAMARA : Follow the money ou Entourage

  • Tékitoi ?

Jeune pousse du centre de formation, il a tapé dans l’œil de nombreux observateurs et serait très courtisé. Déjà comparé aux plus grands, comme un millier d’autres espoirs disparus depuis, il semble convaincu de sa propre valeur. En tout cas son entourage l’est pour lui, bien décidés qu’ils sont à le vendre au plus offrant, telle la virginité d’une gagneuse pré-pubère dans un bordel du siècle dernier.

Et ce, quitte à briser sa carrière en l’envoyant trop tôt se perdre parmi la réserve de n’importe quel club de Premier League qui alignera suffisamment de zéros sur le chèque. L’argent pourrit tout, tout le monde vous le dira. Surtout ceux qui n’en ont pas.

  • Pourquoi devrait-on le garder

Parce que, comme Lopez, il serait un symbole du renouveau de la formation à l’OM et un signal fort envoyé aux futurs candidats à l’intégration du centre.

Parce qu’on se mordrait les doigts de le voir devenir ailleurs le nouveau Blanc, mais noir. Et ce, sans porter notre maillot… blanc (ça va ? Vous suivez ?). Pour en finir avec les ratés à la Flamini ou Benatia.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

A l’évidence, pour continuer sa formation par paliers, au contact des grands pros qui devraient être recrutés en charnière centrale pour la saison à venir. Pour intégrer progressivement le haut niveau au sein d’un club où il sera chouchouté, aimé et assuré de jouer au lieu d’être jeté aux oubliettes dans l’anonymat d’une quelconque réserve étrangère, loin de sa famille (bon, ça, c’est peut-être un contre-argument en fait).

Par reconnaissance envers ce club qui a cru en lui et lui a permis de grandir au sein d’une prestigieuse institution. Mais qui sommes-nous pour donner un conseil au lieu d’un chèque, hein ? Pourtant, une carrière bien menée lui rapporterait infiniment plus qu’un gros contrat initial débouchant sur un parcours médiocre.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Pour affirmer bien fort que l’institution OM est au-dessus des caprices de starlettes qui n’ont encore jamais joué en Ligue 1 ou montré qu’elles avaient plus qu’un « potentiel » pour y réussir. Et comme une mentalité de professionnel et un minimum d’humilité – au moins pendant l’apprentissage – sont les armes les plus utiles pour atteindre ce but…

Parce que céder à des exigences hors normes, avant même d’avoir la moindre garantie qu’il pourra franchir le palier suivant, créerait un fâcheux précédent qui nous reviendrait dans la gueule à chaque signature d’un espoir du centre.

Malgré tout, si après avoir négocié au mieux son contrat, il s’arrête sur des prétentions acceptables et finit par s’engager… bienvenue minot !

Petit aparté à destination des instances nationales et européennes du football (qui ne nous lisent pas et n’en ont rien à faire, mais quand même…) : à quand un règlement imposant à tout jeune joueur voulant passer professionnel de signer son premier contrat pro avec son club formateur ?


             
Eh, les gars ! Chiche qu’on remet les boys bands à la mode.

ALOE et SPARAGNA : Twin piquets ou Hair

  • Tékitoi ?

Un temps adoubés par San Marcelo – lors de ses phases maniaques, sûrement – ces deux presque purs produits de notre centre de formation n’ont jamais fait montre d’une solidité défensive au niveau de leurs ambitions capillaires. Aussi rassurants que deux piquets plantés dans la pelouse.

Les précédentes saisons, au sein d’un effectif pourtant pauvre tant en qualité qu’en nombre, ils ne se sont jamais rendus indispensables. Pire encore, prêtés pour s’aguerrir dans des clubs de niveau inférieur, ils ne se sont pas imposés en titulaires indiscutables.

  • Pourquoi devrait-on les garder ?

Pour obtenir un bon contrat de sponsoring maillot en faisant monter les enchères entre Gillette et Wilkinson. Pour faire plein de jeux de mots capillotractés et rasoirs à base d’Aloe vera et de sparadrap. Pour démontrer par l’exemple pourquoi il est risqué d’offrir des sommes indécentes à Kamara avant qu’il n’ait montré quoi que ce soit en L1.

  • Pourquoi devraient-ils rester ?

Pour que les médias parisiens puissent continuer à gloser sur la formation à la marseillaise. Pour empêcher Bielsa de les prendre pour le LOSC et d’en faire de vrais défenseurs – il a bien réussi avec Morel !

  • Pourquoi ne devrait-on pas les garder ?

Pour que Bielsa les prenne au LOSC et en fasse sa charnière centrale, histoire de rire un peu. Le coup de Morel, ça ne marche qu’une fois. Et il nous a bien fait enrôler Rekik et Ocampos après tout, le salaud !

Dernière minute : On me signale que, dans la même catégorie, j’oubliais Andonian. La série serait donc plutôt « Les triplés ». Toutes mes excuses.


       
Un ballon pour deux. 

KHAOUI et MACHACH : The young turks

  • Tékitoi ?

Je sais, ils ne sont pas turcs. Il s’agit juste d’une expression anglo-saxonne désignant des jeunes rebelles ou désireux de bousculer l’ordre établi. Ces deux-là ont un profil assez similaire.

Tous deux milieux de terrain et à l’aise techniquement, ils ont été embarqués dans la galère OM de l’année dernière par une direction aux abois, sans moyens ni imagination. Les deux espéraient sortir de l’ombre grâce à la médiatique lumière des projecteurs du Vélodrome.

Le premier est recruté définitivement en provenance de Tours où l’entraîneur Marco « en voiture » Simone vantait ses mérites… sans toutefois le titulariser. Il a fait une bonne préparation et intéresse Rudi Garcia qui a refusé de le prêter lors du mercato hivernal.

Le second n’était que prêté par Toulouse où son comportement en avait fait la tête de turc (vous voyez, on y revient : cohérence, toujours.) de Dupraz . Ce qui nous le rendrait plutôt sympathique, me direz-vous ? Oui, mais non !

  • Pourquoi devrait-on les garder ?

C’est là tout leur problème et tout notre bonheur : il n’y a plus aucune raison de s’encombrer de ce type de joueurs qui nous ont tant irrités ces dernières saisons. Pourtant, leurs situations sont assez différentes.

Faisant preuve d’un bon état d’esprit même si la marche L2 / OM s’est avérée un peu haute pour lui, Saif Eddine pourrait avoir une chance de rester dans la rotation en tant que « nouveau Barrada ». Jouer en équipe première, par contre, c’est moins sûr au vu de la concurrence déjà féroce au milieu de terrain, et ce avant même le recrutement estival.

L’ex-minot de notre centre de formation se repose quant à lui un peu trop sur ses facilités techniques pour intégrer une équipe ambitieuse et désormais professionnelle. Clap de fin à peu près certain pour le « nouveau Ziz… » euh, non, rien. J’ai failli blasphémer le nom du Messi marseillais.

  • Pourquoi devraient-ils rester ?

Parce l’OM était la chance de leur vie ? Probablement.

  • Pourquoi ne devrait-on pas les garder ?

Parce que n’ayant pas pu ou su saisir la chance de leur vie, ils ont prouvé qu’ils n’avaient pas le niveau requis pour cet OM en kit Ikea dont Passi et Labrune ont perdu la notice de montage. On les imagine donc mal faire partie des meubles de style que le club devrait installer dans le nouveau décor.


Qui a encore joué avec ma poupée vaudou ? C’est pas drôle, les mecs !

DIABY : Abou de souffle

  • Tékitoi ?

Tiens, parlant de kit Ikea… Notre spécialiste de la balnéo, grand squatteur d’infirmeries. L’alibi social solidaire de Labrune. Et puis non… je n’ai même pas le cœur à en rire. On ne tire pas sur une ambulance, alors sur un blessé intransportable…

L’un des tout meilleurs mondiaux à son poste il y a une dizaine d’années, l’ancien Gunner a vu sa carrière freinée puis brisée par des blessures à répétition. Venu se relancer à l’OM sur un pari fou de notre ancien président, il aura disputé en tout six matchs en deux saisons. Et quels matchs !

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

On a déjà fait toutes les vannes possibles à base de « jouer à Dr Maboul ». Ça suffit. Et on respecte trop le bonhomme pour parler de charité ou de quota d’handicapés COTOREP. Ou alors, juste un tout petit peu.

Alors, parce que : quel plaisir c’eût été de le voir retrouver son niveau au sein de notre milieu de terrain ! Parce qu’en le payant au match joué, il ne risque pas de ruiner Franck McCourt.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce que l’OM a, paraît-il, l’un des meilleurs services médicaux en France, même si le Dr Baudot est parti à l’OL. Parce que les personnes à mobilité réduite ont, encore de nos jours, du mal à trouver un employeur.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

On a parié, on a perdu. La plaisanterie a assez duré. Il est peut-être temps pour Abou de mettre un terme définitif à sa carrière et de s’atteler à la rédaction d’un guide des infirmeries des clubs de Ligue 1 ou de collaborer avec « Que choisir ? » sur leur classement des hôpitaux de France.

Et au cas où vous vous poseriez la question, oui, j’ai honte de ce chapitre !


Je vais chercher le ballon à pied ou en bus ?

LEYA ISEKA : Brotherhood ou Band of Brothers

  • Tékitoi ?

Bien accueilli à son arrivée grâce à l’étiquette « petit frère de Michy » collée sur ses bagages, on avait là encore un a priori plutôt favorable. Il faut se méfier des a priori, on ne le dira jamais assez.

Stéphane Pauwells, le spécialiste belge, le louait pour ses prédispositions mais prévenait qu’il manquait de maturité. Doux euphémisme ! Dès les matchs de préparation, on pouvait voir que le gamin avait effectivement quelques facilités, sur certains gestes qui ne trompaient pas. Mais son don le plus abouti pour l’instant semble être celui de disparaître en plein match pour devenir invisible.

Il a gaspillé le peu de crédit qu’il avait auprès de Garcia en se trompant de point de ralliement pour aller jouer à Montpellier un jour de novembre. Il a raté ce match pour lequel le poste d’avant-centre titulaire lui tendait les bras et depuis, écarté du groupe pro, il végète en CFA, où il ne semble pas plus en réussite. Manque de talent ou d’investissement ? L’avenir le dira. Ou pas.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Parce qu’on sent malgré tout chez ce gamin un « quelque chose », qui fait penser qu’il a ce qu’il faut pour devenir un buteur. Parce qu’il paye pêle-mêle la comparaison avec son frère, son jeune âge, un contrat de prêt made in Labrune avec des conditions spécieuses et un procès d’intention.

L’auteur de ces lignes pense qu’avec un peu de maturité et d’investissement, on pourrait voir émerger un attaquant de race. Ou pas.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce qu’Anderlecht n’ont guère l’air pressés de le récupérer. Malgré le prêt sans option d’achat, ils l’ont laissé aux objets trouvés. Pour apprendre la différence entre car et avion avant son voyage de retour en Belgique, tant il est dangereux de laisser un enfant voyager seul sans une bonne préparation. Il pourrait se faire enlever par un grand club. Ou pas.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce qu’il s’est définitivement grillé auprès de son entraîneur comme des supporteurs. Demandez son opinion à René Malleville. Parce qu’entre son frère, fan de Bob l’éponge, et lui qui va à Montpellier en avion, on peut légitimement se demander ce qui ne tourne pas rond dans les gènes familiaux.

Parce que n’ayant pour l’instant rien montré de plus que Rabillard ou Porsan Clemente, autant consommer local. Ou pas.


Caramba ! Encore raté !

OCAMPOS : Les arpents verts ou Footballers wives

  • Tékitoi ?

Recruté sur les instances insistantes de Marcelo Bielsa, l’ex-futur prodige argentin venu de River Plate via Monaco a lui aussi débuté par un flop retentissant à Marseille. Dans une équipe où les concurrents à son poste étaient un Thauvin qui n’avait pas encore appris à lever la tête pour voir ses coéquipiers et un Alessandrini – bref, Alessandrini, quoi ! – Lucas ne s’est jamais montré supérieur à ses collègues.

Il a donc été prêté en Italie pour s’aguerrir, à Gênes. Et a Gênes, il n’y a pas de plaisir, c’est bien connu. Flop retentissant, encore. Le Genoa a donc passé le mistigri en cours de saison aux Lombards de l’AC Milan. Ils en ont vite eu assez, Milan. Flop retentissant et retour à l’envoyeur inévitable.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Pour jouer à « Trouvez le poste de Lucas ». Personne n’a encore pu découvrir en quelle position sur le terrain Bielsa pensait qu’il serait un bon footballeur. Le mystère s’épaissit de saison en saison. Personnellement, je mise sur « en tribune Ganay », mais ça n’est que mon avis.

Pour avoir notre quota d’argentins. C’est exotique. Lucas Ocampos fait donc toujours plus rêver le footix que Dédé Deschamps, au hasard. Pourtant… Et puis l’argentin, c’est la grinta, non ? Ben non, pas toujours !

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce qu’il a une copine très agréable à voir en tribunes. Jurisprudence Thauvin. Et d’ailleurs, qui nous dit qu’il ne va pas nous faire une Thauvin, justement, et laisser éclater son supposé talent pour son retour.

Parce que si même le Milan – le seul club qui pourrait prendre des leçons de Vincent Labrune sur la gestion d’un mercato – ne s’est pas fait avoir, on va avoir du mal à le refourguer.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce qu’il a la poisse ! Privé d’un but historique face à Lyon qui l’aurait fait entrer dans les annales du club par une décision de M.Jaffredo directement dans les voies anales, Lucas n’est pas aidé par le sort. Ni par le sport, visiblement, étant donné ses aptitudes.


SAMBA, FABRI, NLATE, SANE, TUILOMA, RABILLARD, PORSAN-CLEMENTE : Sept à la maison

Toutes ces jeunes pousses sont au centre de formation depuis longtemps, TRÈS longtemps, trop peut-être ? Ils sont tous passés professionnels avec le label OM, ont pu occasionnellement rendre des services, mais n’ont pas, jusqu’ici, montré qu’ils avaient la stature pour franchir l’ultime étape au sein de l’équipe première.

Avec le recrutement XXL annoncé pour ce mercato, leur avenir devrait s’inscrire dans d’autres foyers de Ligue 1, voire aux étages inférieurs. Le cas étant particulièrement parlant pour les gardiens : entre un probable retour de Mandanda, un excellent Pelé en doublure, et le prometteur Escalles qui monte en puissance, ils auront du mal à trouver leur place dans la fratrie.

Mais plus largement, aucun de ces charmants bambins ne devrait avoir sa chambre réservée dans la nouvelle maison OM. De plus, les parents Rudi et JH ont probablement très envie de les voir partir voler de leurs propres ailes sous d’autres cieux. Histoire de passer de « Sept à la maison » à « La fête à la maison ».


À suivre ici :

Zapping : épisode 2

 

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de selfmade footix


Artiste sur le terrain, viril mais correct dans la vie. Ou le contraire, ça dépend. Amoureux de la vie, de l'amour, du beau jeu et de l'amour du beau jeu. Accro aux parenthèses et autres digressions. Loisir : Lapins crétins spotting sur les pelouses de France et de Navarre.
Article lu 1421 fois, écrit le par selfmade footix Cet article a été posté dans Mercato et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.