Zapping : épisode 2

Notre grande revue d’effectif en solde continue avant le mercato estival.


Épisode 2 : Les intermittents du spectacle

Ils ont eu leur utilité dans cette saison de transition (la vraie, enfin). Ils ont presque tous répondu présent quand on a fait appel à eux et il faut admettre que l’état d’esprit du groupe a globalement été remarquable. Mais franchement, vous les imaginez tous jouer les premiers rôles dans une superproduction ?

Pour vous aider à y voir plus clair, on sort la loupe.

« Pousse-toi de là, petit ! Eh, mais euh ! Pas avec le ballon ! »

ZAMBO ANGUISSA : Arrested development ou Limitless ?

  • Tékitoi ?

Doté d’une stature au-dessus de la moyenne, le jeune camerounais reste une énigme (son physique fait facilement oublier qu’il n’a que 21 ans). Régulièrement raillé pour son niveau technique et tactique qui devrait tempérer ses tentatives de dribles alambiqués, il réussit pourtant, et de façon continue, à s’améliorer juste ce qu’il faut pour rester dans le groupe.

Après avoir écarté Khaoui et Machach et pris la place de Diarra au pied levé (très haut), il a continué à être régulièrement utilisé, voire titularisé par Rudi Garcia. Mieux, nombreux sont les supporteurs à réclamer son entrée lorsque le duo Sanson/Lopez est en difficulté face à une équipe accrocheuse.

Pourtant, à le voir jouer, son impact physique ne crève pas l’écran. Alors pourquoi ? On a du mal à l’expliquer clairement, c’est plus de l’ordre du ressenti, mais il semble parfois équilibrer notre milieu. De plus, sa progression lente, mais constante fait qu’il est régulièrement à un niveau où on ne l’attendait pas.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Parce que son nom se prête à quantité de jeux de mots lourdingues comme on les aime. Parce qu’on est curieux de voir quand il atteindra son plafond de compétence, s’il l’atteint un jour. Parce que sa marge de progression peut encore être énorme. Pour en faire un nouvel Imbula, en moins doué, mais moins con.

Parce qu’à l’OM on a toujours aimé les joueurs de devoir qui donnent tout sans tricher et font sans rechigner ce que l’entraîneur demande (sauf quand cet entraîneur est Passi). Et ce, même s’ils ne sont que des noms qui défilent à toute vitesse au générique de fin.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce que, comme il le déclarait lui-même : « J’ai besoin de progresser, de travailler tactiquement, je le reconnais. Je pense que je suis avec la bonne personne au bon endroit pour y arriver ». Belle preuve de lucidité et d’humilité. Qualités qui font de lui un joueur de complément modèle, en attendant plus.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce qu’il semble un peu trop timoré et lymphatique pour être le caïd de notre milieu ou son exécuteur des basses œuvres, façon Romao. Et quand on envisage de recruter des Strootman ou des Sissoko, on l’imagine difficilement progresser au point de leur disputer du temps de jeu.


« Je mets mon grain de sel, ça fait monter la sauce. »

Dória: Better call salt

  • Tékitoi ?

Football Manager le vendait comme la future star des défenseurs brésiliens. Notre ex-président bien aimé ne pouvait y être insensible. International espoir auriverde dans la vraie vie, il débarque in extremis, en fanfare et en avion en toute fin de mercato 2014.

Objet d’un montage financier abracadabrant de Labrune et du courroux de Bielsa, il va traverser moult mises à l’écart et prêts infructueux. Avant que Passi, peu après l’apéro, ne voie en lui l’avenir de notre défense.

Las, lent et certainement affligé d’une malformation des pieds si on en juge par ses relances, il ne s’imposera jamais au sein d’un secteur pléthorique, mais dont la qualité reste pourtant toute théorique. Sympathique, il se rendra utile en dépannage dans le couloir gauche malgré les courants d’air qu’il y laissera en oubliant systématiquement de fermer la porte.

Il marquera plus les esprits par un but chanceux, mais important face à Lyon (d’ailleurs suivi d’une célébration aussi originale que ridicule), que par son travail défensif ou l’orthodoxie de son placement sur le terrain.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Oui, hein, pourquoi ? On se le demande bien. Parce qu’il est rigolo ? On en a tant d’autres. Parce qu’il est brésilien ? Ça ne se voit guère que sur son passeport. Pourtant il entre, paraît-il, dans les plans de Garcia…

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce que tous les clubs qui l’ont eu en prêt se sont empressés de nous le renvoyer. Il part, découvre et revient, d’où son surnom — vous l’attendiez tous — de « Dória l’exploratrice » !

Parce que son agent trouve qu’il a « fait sa meilleure saison en Europe » et que « sa valeur a augmenté ». Ah, ces Brésiliens ! Je ne sais pas ce qu’ils fument, mais ça doit être de la bonne.

  • Pourquoi ne pas le garder ?

Parce que sa pointe de vitesse d’escargot asthmatique et son sens du placement qui tient de la désorientation spatiale chez le malade atteint d’Alzheimer ne lui permettront jamais d’atteindre le niveau L1, sans parler de Seleção…

Pour ne plus revoir ses continuelles remises à plat sur Rekik ou vers son gardien, sachant qu’il est physiquement incapable d’une relance correcte. Parce que le nouvel OM aura besoin d’une VRAIE défense. Parce qu’en plus, il n’est pas exclu de trouver des pigeons pour nous en donner un prix raisonnable. Quoi, Jacques-Henri ? Mais non, je ne l’ai pas dit.


REKIK : Blind spot

  • Tékitoi ?

Est-ce véritablement un souhait de Bielsa exaucé à retardement par Labrune ? Mystère, pour autant l’inénarrable Karim est arrivé dans l’enthousiasme général, auréolé d’un titre de champion d’Eredivisie (le championnat des Pays-Bas), et accompagné d’une vidéo dans laquelle il chantait… à sa propre gloire !

Las, lent et certainement affligé d’une malformation des pieds si on en juge par ses relances, il ne s’imposera jamais au sein d’un secteur pléthorique, mais dont la qualité reste pourtant toute théorique. Sympathique, il se rendra utile en dépannage dans le couloir gauche malgré les courants d’air… Houlà ! Je viens d’avoir comme une grosse impression de déjà-vu.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Pour rigoler de ses énormes bourdes défensives. Pour se marrer quand il cherche ses lentilles dans la pelouse en plein match. Pour ses tacles de boucher-charcutier qui font même se dresser les cheveux sur la tête de Di Meco et saliver des arbitres comme Clément Turpin ou Nicolas Rainville.

Donc, en bref, si on aime les saucisses aux lentilles, c’est l’idéal et c’est sûrement pourquoi le Hertha Berlin envisage de l’enrôler. Ses spécialités peuvent cependant laisser un arrière-goût amer.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce que le Vélodrome est désormais « Orange », comme les South Winners, ce qui aurait dû mettre à l’aise tout international néerlandais. Parce qu’il est venu dans un pays dont le président s’appelait Hollande. Nous aurons tout fait pour qu’il se sente chez lui. On sait recevoir, dans le midi !

Pour entendre un jour le Vélodrome entonner en chœur sa chanson : « Karim Rekik, Karim Rekiki… »

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce que tant qu’à bien recevoir un défenseur batave, ne pourrait-on pas être surclassés et avoir De Vrij ? Pour ne jamais entendre le Vél’ se ridiculiser en scandant « Rekiki, rekiki » !

Parce que sa pointe de vitesse de tortue arthritique et sons sens du placement qui tient de la désorientation spatiale chez le mal voyant atteint de vertige paroxystique… Euh… N’aurait-il pas un demi-frère brésilien, par hasard ?

Pour ne plus revoir ses continuelles remises à plat sur Dória ou vers son gardien, sachant qu’il est physiquement incapable d’une relance correcte. Tiens ! Le déjà-vu, encore. Du déjà-vu déjà vu ?

Parce qu’en plus, il n’est pas exclu de trouver des pigeons allemands pour nous en donner un prix raisonnable. Quoi, Jacques-Henri ? Mais non, voyons !


Un match de routine pour Tomáš.

HUBOČAN: Spartacus, blood and grass

  • Tékitoi ?

Encore un défenseur international, slovaque celui-ci. Encore une saison qu’on qualifiera de « mitigée » pour rester poli… Longtemps, Passi s’est entêté à l’utiliser dans l’axe où il n’était pas à l’aise, alors qu’on bricolait sur le flanc gauche de la défense. Hubočan est pourtant un latéral de formation. C’est également le poste qu’il occupe en sélection.

Très malheureux sur une double bévue qui coûte cher à l’équipe lors du match contre Rennes, on ne le verra plus guère jusqu’au départ de « la mouche du coach » Passi et l’arrivée de Garcia. Lui l’utilisera à gauche avec plus de réussite et même à droite contre Bordeaux en fin de saison.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Car ce garçon est un défenseur polyvalent et non, ça n’est pas un gros mot. Appliqué, combatif, il peut rendre de grands services dans la rotation d’une équipe en palliant les absences des titulaires à trois voire quatre postes. Ce qui pourrait bien lui valoir son billet pour le début du « Champions Project ».

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce qu’après la Slovaquie et la Russie, les rives de la Méditerranée doivent lui apparaître comme le paradis. Parce qu’il nous doit une revanche. Parce qu’il donne tout chaque fois qu’il entre sur la pelouse.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce qu’une bourde de même ampleur que celle de Rennes lors d’un Clasico ou d’un Olympico pourrait lui valoir un billet en « Classe Éco » pour un « on le lynchico ». Parce qu’on espère tous beaucoup mieux pour la saison à venir. Mais il ne faut pas rêver, on aura encore besoin d’intermittents et sa mentalité de gladiateur permet de lui accorder le bénéfice du doute.


« Trop swag*, non ? Et encore, là, vous ne voyez pas ma coupe. »

CABELLA : Braindead

  • Tékitoi ?

Pépite montpelliéraine, vainqueur de la coupe Gambardella avec le MHSC, il est parti trop tôt à Newcastle et en est revenu la queue entre les jambes – en même temps, n’est-ce pas l’emplacement le plus commode ? Il a ensuite été prêté à l’OM en 2015 avant d’être définitivement transféré.

Doté d’un regard enfantin reflétant parfois le vide intersidéral, adepte des coupes de cheveux ridicules et fan de Jul (vous avez remarqué que les trois vont souvent de pair ?), il a tendance à faire montre de la même intelligence sur un terrain de football. Ce qui a largement contribué à freiner sa progression.

Gris-gris inutiles, dribbles superflus, propension à tenter le passage en force au lieu de passer sa balle à un partenaire mieux placé, il a par moments développé la panoplie complète du Lapin Crétin de haut vol. Pourtant, quand il simplifie son jeu et joue collectif, il déploie des facilités techniques intéressantes et son intérim à la pointe de l’attaque à démontré qu’il peut même être décisif.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

Parce que des trois pieds nickelés servant de doublures en attaque, il reste plus prometteur que Sarr et plus impliqué que Njie. Parce que si Rudi Garcia sait le canaliser et lui inculquer quelques préceptes de jeu simple et direct, il pourrait comme Thauvin finir par passer un cap. Peut-être pas le Cap Corse. Mais si l’on est optimiste, celui de Bonne Espérance, qui sait ?

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Pour être au plus près de son idole musicale et artistique. Parce que pour un Corse, vivre dans la plus grande ville corse du monde avec son île quasiment en face de sa fenêtre, c’est un remède au mal du pays. Parce qu’il a déjà annoncé qu’il voulait rester.

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce que pour atteindre le niveau que son potentiel lui permet d’espérer, l’ingrédient nécessaire est l’intelligence, de jeu tout au moins. Et manque de bol, il n’en a pas beaucoup montré sur les terrains. Nous ne nous permettrons pas de juger l’homme dans sa vie personnelle, nous ne le connaissons pas. Mais bon, il est fan de Jul, ce qui n’est jamais bon signe…

*équivalent de « trop stylé » ou « trop classe ».


« Hein ? Que je retourne à l’Olympique ? Comprends pas, j’y suis, non ? »

CLINTON : À la Maison-Blanche

  • Tékitoi ?

« Njie, where will it lead us from here ? » chantait Mick Jagger…  Oui, alors, où va-t-on que fait-on, au juste ? Que faire d’un garçon indubitablement assez doué, mais dont l’implication et l’envie posent question ? Sans compter une intelligence de jeu qui se résume à courir et frapper au but trois fois par match, ce qui rendrait Cabella brillant par contraste !

Un joueur qui rappelons-le, est venu à l’OM, dans notre prestigieuse maison blanche, en traînant les pieds voire en se faisant tirer l’oreille, poussé vers la sortie par les Tottenham Hot Spurs, alors très désireux de l’échanger contre NKoudou. Ce peut être vexant, on le conçoit, mais ça n’excuse rien.

Un ex-Lyonnais, qui donne en outre la désagréable impression d’être là en retenue et de surveiller l’horloge en espérant l’heure de la sortie.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

S’il faut vraiment lui trouver des vertus, disons : parce que contrairement à son prestigieux homonyme, il ne force pas les stagiaires de son institution à fumer le cigare par le mauvais orifice. Ce qui est une bonne chose au vu des ravages du tabagisme passif, surtout chez des sportifs.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce qu’il a l’air terriblement impliqué dans le projet. Parce qu’on est si bien ensemble. Parce qu’il a été « la cerise » de notre dernier mercato, et que celle-ci doit rester sur le gâteau.

Je fais de mon mieux, mais je manque quelque peu de conviction, là. Vous ne voulez pas m’aider ?

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Pour tous les autres motifs. Ce qui fait beaucoup.

Le problème est que personne en dehors du club ne semble sûr de son statut exact. Prêt simple ? Auquel cas la situation est claire : au revoir et merci.

S’il s’agit au contraire d’une « option d’achat obligatoire » (merci Labrune…), c’est-à-dire d’un achat à crédit déguisé, on devra soit faire avec lui, soit lui trouver un point de chute qui le motive un peu plus. Mais quoi ? Le Real, Chelsea ? Lyon ? Même Aulas n’est pas encore gâteux à ce point !


«  Coach, y’a une couille dans le potage. »

SARR : The affair ou Dix pour cent

  • Tékitoi ?

Arrivé de Metz à la surprise navrée des supporteurs incrédules, il était présenté par l’ancienne direction comme une bonne affaire, un investissement sans grand risque à 1,5 million d’euros. Comme quand votre femme rentre à la maison avec une 2465e paire de chaussures dont elle n’a aucun besoin, et vous sort l’argument qui tue : « mais elles étaient en soldes ! »

Après être apparu comme une bonne surprise lors des matchs de préparation, il a peu à peu perdu pied, supplanté par un GK NKoudou, pas forcément meilleur, mais plus efficace ou plus en réussite.

Cette année, il a dû se contenter de courtes apparitions en fin de matchs, en alternance avec Njie, lors desquelles il a été d’une remarquable discrétion.

  • Pourquoi devrait-on le garder ?

C’est une bonne question, je ne vous remercie pas de me l’avoir posée.

  • Pourquoi devrait-il rester ?

Parce que s’il veut « poser ses cou****», une place est libre depuis le départ d’Anigo. Pour nous dévoiler les dessous de ses affaires, ce que José ne fera jamais à moins qu’un juge ne l’y contraigne…

  • Pourquoi ne devrait-on pas le garder ?

Parce que la visibilité que lui a conféré son arrivée à l’OM est la seule chose qui ait pu augmenter sa valeur sur le marché, contrairement à son rendement. Nous pouvons donc logiquement craindre qu’une année supplémentaire à être transparent ne la fasse redescendre.

Parce que sa valeur sur Transfermarkt© actuelle étant de deux millions, il peut tout à fait être encore une bonne affaire avec trente pour cent de bénéfice potentiel. À condition de le vendre maintenant. Vite ! S’il vous plait…


À suivre… là :

Zapping : épisode 3

Et le début était ici :

Zapping : épisode 1

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de selfmade footix


Artiste sur le terrain, viril mais correct dans la vie. Ou le contraire, ça dépend. Amoureux de la vie, de l'amour, du beau jeu et de l'amour du beau jeu. Accro aux parenthèses et autres digressions. Loisir : Lapins crétins spotting sur les pelouses de France et de Navarre.
Article lu 932 fois, écrit le par selfmade footix Cet article a été posté dans Mercato et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.