CDL : Rennes – OM : un cadeau empoisonné

À l’approche de Noël,  se déplacer à Rennes, l’une des deux seules équipes à avoir battu l’OM en championnat, c’est aussi se demander si les boules n’ont pas été soigneusement tripotées lors du tirage au sort. L’entrée en Coupe de la Ligue rime souvent avec un match à l’extérieur sur des terrains gelés en plein hiver (pas toujours aisé pour une équipe faite de bric et de broc), et il n’est pas sûr que cette rencontre échappe à la règle.

Silence, on tourne !

Non, vraiment pas sûr du tout. Si Rudi Garcia n’a jamais hésité à opérer des rotations lors des rencontres d’Europa League situées en pleine semaine, il serait étonnant que le coach marseillais ne procède pas à une revue d’effectif, quatre jours avant un déplacement explosif au Parc OL. La priorité, on la connaît, c’est le championnat. C’est la réalité à laquelle nous sommes confrontés chaque semaine et c’est celle qui récompensera, on l’espère, l’équipe en fin d’année. La Coupe de la Ligue fait partie de ces petites gourmandises qui nous tenteraient bien, à l’image des chocolats de Noël, mais on survivra si on n’y goûte pas. Au contraire, on pourrait même souffrir  de maux de ventre et les recracher le lendemain.

Afin de lutter jusqu’au bout pour une place sur le podium face à l’AS Monaco et le FC Lyon, il faudra que l’entraîneur phocéen parvienne à gérer son groupe avec intelligence. Sans compter qu’avec le tirage au sort des seizièmes de finale de l’Europa League, bon nombre de supporteurs marseillais vont espérer franchir au moins un tour de plus (quoiqu’il faudra se sortir les doigts des fesses pour éliminer Braga, le quatrième de la Liga NOS). Mais revenons à ce qui nous préoccupe.

« Bouna, monte d’un cran en soutien de Rolando. Yohann, reste au milieu ! T’inquiètes, Aymen, fais confiance à tes mains. Avec un peu de chance, t’auras pas à t’en servir ! »

Oui, il y a d’autres priorités. La trêve est proche et arrive à point nommé pour reposer des organismes peu épargnés ces dernières semaines. Luiz Gustavo et Florian Thauvin, deux joueurs cruciaux du onze titulaire, vont notamment commencer à avoir les articulations qui sifflent à force d’être sollicités. Tel un dobermann usagé, le feu follet marseillais commence à tirer sérieusement la langue, et contre Rennes, il serait de bon ton de mettre un maximum de joueurs au repos. Ce qui pourrait faire l’affaire des jeunes pousses ou de certains cadavres en décomposition.

Rudi Garcia n’a pas toujours été tendre avec les minots, leur reprochant parfois un certain manque de motivation et de détermination à représenter l’institution olympienne… à juste titre semble-t-il. Toutefois, il serait dommage de ne pas saisir l’opportunité de leur offrir du temps de jeu et l’occasion de faire valoir leurs qualités, avant d’être éventuellement prêtés lors du mercato d’hiver. Rocchia et Sari sont, bien entendu, les deux principaux concernés.

Dans cette compétition, seule la victoire est belle

Après avoir relancé Valère Germain en Ligue 1, Rudi Garcia aura l’embarras du choix entre Njie et Mitroglou pour animer l’attaque olympienne. Il s’agit d’un luxe dont ne jouira pas Sabri Lamouchi, le nouvel entraîneur rennais. Cette rencontre permettra donc de croiser le chemin de l’ancien joueur phocéen, qui a laissé de bons souvenirs lors de son court passage dans les Bouches-du-Rhône. Il succède à Christian Gourcuff, l’homme qui, à la tête de la horde de bretons survoltés, était venus mettre en évidence les lacunes physiques de Patrice Evra lors de la dernière opposition entre les deux clubs.

Les enjeux ne sont pas légion. Si ce n’est celui de franchir les tours en espérant se rapprocher de la finale… ou de croiser Salma Hayek pour un match dans le match avec la mythique Pamela Anderson.

« Pamela who ? »

Il faut savoir que cette compétition reste une énigme. Supprimée en Allemagne, absente en Italie et en Espagne, seules la France et l’Angleterre la disputent encore. Elle n’est pas bien ancrée dans les cultures ni aussi respectée que la Coupe de France, symbole de la lutte des classes entre les amateurs et les professionnels. En-dehors du fait que cette Coupe rajoute des matches dans une saison suffisamment chargée, elle ne revêt pas l’importance qui tend à donner du rêve aux supporteurs (du moins pas dans les premiers tours). Pourtant, une fois que l’on se retrouve en finale au stade de France, on a tous tendance à réviser notre jugement. Un match devant 80 000 personnes, ça se gagne et ce serait l’occasion de faire vibrer la Canebière.

Le programme des huitièmes de finale

Une coupe nationale ne serait pas de trop dans le palmarès de l’OM, notamment parce que le PSG a tendance à ne laisser que des miettes aux autres équipes françaises. Cela ne ferait pas non plus de mal à la crédibilité du nouveau projet dirigé par John McCourt.

Mais on en est encore loin puisque les gros bras de la Ligue 1 font à peine leur entrée en jeu dans cette compétition, alors qu’il ne reste déjà plus qu’une seule équipe de Ligue 2, à savoir Tours. En outre, la coupe semble promise depuis quelques années à l’ogre Qatari, et il faudra en plus compter dès le mois de janvier avec l’apparition des matches de Coupe de France dans le calendrier de l’OM.

Ce match sent le sapin et pourtant si les remplaçants parvenaient à enrouler des guirlandes autour des joueurs bretons, on ne cracherait pas dans la soupe, quitte à voir l’agenda s’alourdir lors de la deuxième partie de saison.

Compo suggérée à Rudi Garcia :



Pelé


Rocchia


Abdennour


Rolando


Sarr


Anguissa


Lopez


Njie


Sanson


Ocampos


Mitroglou

Allez l’OM ! Et comme dirait Salma, Droit au bout et non pas aux pouts !

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Chris Red


Rédacteur pour le plaisir et passionné de l'OM, je suis également auteur de romans et de nouvelles SF/Fantastique et traducteur novice dans le même domaine.
Article lu 557 fois, écrit le par Chris Red Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.