OM-TFC : Braithwaiting ou breathtaking ?*

Après avoir vaillamment affronté et vaincu le terrible club de CFA2 qu’est l’US Granville,  l’OM parviendra-t-il a gagner une deuxième fois dans la même semaine face au terrible club de presque L2 qu’est le Toulouse FC ?

Comment joue Toulouse ?

Ou plutôt, « comment Toulouse ne joue pas ». Dix-neuvième équipe du classement, le TFC a dix points de retard sur le dix-septième. Parmi les clubs qui ont déjà affronté les Violets à deux reprises cette année, seuls Ajaccio, Nantes, et Reims n’ont pas gagné au moins une fois. Et l’OM, bien sûr.

Un nul au match aller et une défaite en quart de finale de la « Coupe Moustache », aussi appelée Coupe de la Ligue. Cette victoire contre les Marseillais le 13 janvier de cette année est la dernière des Toulousains. Il faudra donc faire attention. D’autant plus que les joueurs du Téf’ sont aussi dangereux à domicile qu’à l’extérieur : ils totalisent le nombre incroyable de deux victoires chez eux et autant en déplacement ! Voilà une belle statistique qui servira de préparation au discours d’excuses de Michel en cas de défaite ce dimanche.

Pour revenir à la question initiale du jeu toulousain, il faut écouter leur nouvel entraineur. Dominique Arribagé a démissionné suite à la défaite de la journée précédente et Olivier Sadran a décidé de confier son équipe à un coach qui a réussi les montées de la CFA2 à la CFA, de la CFA au National, du National à la L2 et de la L2 à la L1 : le Bielsa d’Annemasse, le Simeone de Haute-Savoie, le Guardiola des eaux minérales, j’ai nommé… Pascal Dupraz !

Tel ses illustres homologues, Dupraz a parlé tactique et uniquement tactique lors de sa première conférence de presse. Et la tactique chez lui se résume en un mot : l’enthousiasme ! En étant « enthousiastes », « réaliste mais optimiste », il pense réussir à créer autour de ses joueurs « l’atmosphère qui sied aux exploits ». Rien que ça. Un vrai discours d’entraineur de L2, National, CFA ou CFA2 qui motiverait ses troupes à la veille d’un match de coupe face à une L1. Cela peut fonctionner sur quelques confrontations, comme en Coupe de France, mais n’est pas Calais qui veut…

Conclusion : Toulouse ne jouera pas en équipe avec des schémas de jeu établis sur une occupation du terrain ou une possession de balle importantes. Non, Toulouse jouera avec onze joueurs conditionnés à attendre la faute de l’adversaire pour tenter de marquer un but en contre. Chouette…

MDDeux entraîneurs qui ne se moquent pas du football, juste des supporters…

Comment joue l’OM ?

Ou plutôt, à quoi joue l’OM ? Pour ses dirigeants, nous avons une hypothèse. Ils jouent au Calimero musical. C’est un peu comme les chaises musicales, mais avec des journalistes en guise de chaise et des déclarations « extraordinaires » pour l’habillage musical.

Ce jeu fut créé par le duo Deschamps et Anigo il y a quelques années. Il s’agissait pour eux de déclarer au plus grand nombre de médias possible, être la pauvre victime des manigances de l’autre. Le jeu a évolué depuis et nos dirigeants ne s’en servent plus pour se taper dessus, mais pour taper sur les supporters, les internautes, la « pression insoutenable » du Vélodrome, voire le fantôme de Bielsa.

Le Président Labrune, fatigué, épuisé, rincé, lessivé, exténué, brisééreintéharassé – (je vous invite à trouver d’autres synonyme en « é » dans les commentaires) – courbatuà boutà platlasmortmouluramolli, exsangue et comme toujours, abasourdi, a déclaré à RMC qu’il a pris la courageuse décision de ne pas lâcher son poste de Président, mais qu’il le ferait dès qu’un hypotétique acquéreur se présenterait.

Il se murmure dans certains milieux que José Anigo aurait eu la larme à l’oeil suite à ce discours. Et tandis que José se félicitait de ses réussites en tant que Directeur Sportif (Kaboré, Gragnic et Raspentino resteront à jamais dans nos coeurs), Vincent s’est félicité d’avoir « créé les conditions pour que le club soit attractif »… La baisse de fréquentation du stade, le déficit et le recrutement « low cost » annoncés – et chroniques – en sont-ils des signes visibles ?

L’entraineur Michel a déclaré cette semaine, le plus sérieusement du monde, qu’il comptait rester à l’OM la saison prochaine et qu’il se verrait bien entrainer le Real Madrid ensuite (réalisé sans trucages). Le pauvre homme semble encore croire en ses capacités.

Il en a peut-être remarquez, mais pas pour entrainer un club de haut niveau. Avec 32% de victoire en L1 ( 41% en comptant les trois coupes disputées), il continue à se cacher derrière les deux défaites du début de saison quand Bielsa était encore là !

Conclusion : quel est le jeu de l’OM ? Nous ne le savons pas vraiment, toutefois nous doutons de plus en plus que ce soit du football.

1

 

Les causes de la victoire de l’OM

  • Toulouse est avant-dernier de L1.
  • Dupraz est nul en tactique.
  • Le buteur de Toulouse, Ben Yedder, n’a inscrit que trois buts en L1 cette saison.
  • Diarra pourra jouer.

Les causes de la défaite de l’OM

  • En changeant d’entraineur, les joueurs toulousains vont avoir leur sursaut d’orgueil contre nous et gagner au Vélodrome avant d’enchainer neuf défaites.
  • Michel est nul en tactique.
  • Ben Yedder n’ayant mis que trois buts cette saison, il va réussir le but de l’année contre nous et convaincre Vincent Labrune de le recruter pour la saison à venir.
  • Thauvin, Alessandrini et Cabella pourraient jouer ensemble. C’est à dire, être présents en même temps sur le terrain.

Les causes du nul

Le match nul est la spécialité de Michel. Quarante-huit pour cent des matchs qu’il a dirigé en L1 se sont terminés de cette manière…

 

*Braithwaitien ou incroyable ?

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de sillicate


Habite En Yourte ! Son Amour Laisse Univoquement Transi, Passant Ostensiblement Tout Obstacle. Caractère Amer Voir Acariâtre. Une Nouvelle Enquête Bientôt Intériorisera Nos Obsessions Utéro-Zygotiques Enflammées ?
Article lu 789 fois, écrit le par sillicate Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.