Qatari.sg-OM : L’obsolescence programmée

« Nous serons Champions de France, car nous sommes les plus forts… nous serons Champions de France, nous les enfants du Vieux Port »… Ouais, probablement aux alentours de 2080 !

«L’histoire, il y a ceux qui la racontent… et ceux qui la font »

Comme Astérix et tout le village gaulois, les fans de l’OM croyaient pouvoir tout surmonter et ne craignaient qu’une seule chose… que le ciel leur tombe sur la tête. Dieu semble les avoir entendus car, depuis le début de la saison, c’est la voie lactée toute entière qui semble s’être abattue sur les crânes olympiens. Pourtant, l’OM s’était prémuni en mettant la barre très haut depuis des années : En avril 2000, une défaite au Vélodrome contre Gueugnon (3-4) en coupe de la ligue. Plus proche de nous, en janvier 2015, une fabuleuse purge face à Grenoble (3-3 défaite aux t.a.b.) en coupe de France… Cependant, le summum reste quand même ce fameux soir de mars 2008 où Carquefou, équipe de CFA2 dont même Football manager ignorait l’existence, nous a fait mordre la poussière (1-0) avec une prestation mémorable de Ronald « Zubardinho».

"on va marquer l'histoire !"

« on va marquer l’histoire ! »

 « La nature a horreur du vide »

Le célèbre aphorisme d’Aristote pourrait aisément remplacer le fameux «droit au but», un concept obsolète — et surtout mensonger — censé symboliser l’OM. La capacité qu’a ce club à se complaire dans la médiocrité et à repousser les limites du ridicule est consternante. L’équipe actuelle se devait de laisser une empreinte dans toutes les mémoires… c’est désormais chose faite ! Non contents de se faire humilier à domicile par le SCO d’Angers, notre troupeau de bouquetins a réussi le tour de force de perdre contre le Slovan Liberec. Une équipe composée de peintres en bâtiments et de plaquistes dont les noms évoquent à eux seuls des spécialités culinaires de l’est (ou des alcools forts, au choix). C’est bien simple, même Jindrich Trpisovsky — leur coach —  ressemble au vendeur d’écharpes du parvis du vélodrome (si ça se trouve, c’était lui, d’ailleurs !) Le ridicule n’étant pas mortel (mais occasionnant quand même parfois de regrettables pulsions meurtrières) les Olympiens se rendent dimanche soir dans la capitale en clamant haut et fort leur intention de battre le PSG.

"Cinq euros écharpe, trois euros drapeau !"

« Cinq euros écharpe, trois euros drapeau ! »

« Qu’est ce que le culot ? Le culot, c’est ça… »

Il n’est nullement question ici de la légendaire — et non vérifiée — réponse au sujet de Philosophie ayant valu un 20/20 à son auteur. Il est plutôt question de l’aplomb (ou du manque de neurones) avec lequel les joueurs et — surtout — le coach ont répondu aux journalistes, sûrs de leur force : «Liberec a gagné ici, on peut bien gagner au PSG. »@Michel, Sport.fr.

"l'OM qui gagne au Parc dimanche ?"

« l’OM qui gagne au Parc dimanche ? »

Vu sous cet angle, cela semble d’une logique implacable. Friande de torture cérébrale et autres formes d’onanisme mental, la rédaction d’OMlive s’est toutefois penchée (avec précaution) sur les mots du coach au blazer bleu, afin de les analyser plus en profondeur.

Présentant toutes les caractéristiques d’une «punch-line de stand-up», cette déclaration aurait tout aussi bien pu être attribuée à Jamel Debbouze ou Gad Elmaleh. Ce qui nous fait moins rire, c’est qu’elle semble malheureusement relever de la démence, voire de la conviction délirante (signe clinique cardinal de la psychose).

"Faites un maximum de bruit pour... Michel !"

« Faites un maximum de bruit pour… Michel ! »

« Mais de qui se moque t-on ? »

La méthode Coué a ses adeptes, surtout au sein de la direction olympienne et, il faut bien le reconnaître, de certains supporteurs du club, mais elle a aussi ses limites.

arnaque

Le procédé consiste donc à faire croire au peuple marseillais qu’il existe une possibilité de battre Paris cette année. Soit ! Au football, tout est possible. Mais, avec des joueurs qui pleurent dans le bureau du coach pour ne pas jouer en Europa League parce qu’ils sont fatigués… c’est quand même plus dur, non ? Comment imaginer qu’une équipe montée de toute pièce en trois mois, sans fond de jeu, ni défense, dépourvue d’une animation offensive cohérente et  incapable de marquer un but à des amateurs, soit en mesure d’inquiéter les Qataris ?

Paris n’est pas simplement leader du championnat, ils se baladent aussi en ligue des champions. Ils viennent d’infliger un cinglant 3-0 au Shakhtar Donetsk et restent sur sept buts en deux matchs en ligue 1 dont un 3-0 contre Guingamp (qui nous a dominés de la tête et des épaules). Une équipe qui a peu changé depuis trois saisons, avec des principes de jeu clairs, efficaces et, surtout, du talent. D’aucuns brandiront l’argument financier pour justifier un tel écart et ils auront en partie raison : hormis leur gardien de but, le PSG nous est supérieur en qualité dans toutes les lignes et à tous les postes. Il est évidemment plus aisé d’acheter de grands joueurs quand on est milliardaire, on vous l’accorde.

Sauf que ces joueurs affichent une mentalité et une culture de la victoire dont beaucoup devraient s’inspirer. Ce match, on peut être sûr qu’ils vont le jouer à fond et, surtout, avec l’objectif de nous marcher dessus. N’oublions pas que les sept derniers matchs face aux Qataris se sont soldés par autant de défaites. Par conséquent, si les Olympiens pensent empocher la victoire dans la presse à coup de formules « toutes faites », c’est qu’ils se moquent ouvertement de leurs supporters. Être la risée de la France du Football commence à être pesant, attendu que mêmes les fans d’Arles-Avignon ont pitié de nous.

Dimanche, il y a fort à parier que le supporter de l’OM ne cherchera pas à savoir si son équipe peut gagner, il priera surtout pour ne pas prendre une « valise ». C’est en ce sens que la notion de «Classico» n’a plus sa place dans le paysage footballistique hexagonal.

«Olympiens, Olympiennes, on vous spolie… on vous ment !»

"Que ceux qui pensent que le classico est une arnaque lèvent la main !"

« Que ceux qui pensent que le classico est une arnaque lèvent la main ! »

Petit rappel pour les non initiés : le terme Classico ainsi que la rivalité entre Paris et l’OM reposent sur une logique commerciale et un mensonge monté de toute pièce. D’ailleurs, soit dit en passant, le vrai classico est un clásico. Bernard Tapie et Canal+, au début des années quatre-vingt dix se sont entendus pour faire monter la pression autour de l’événement et surtout créer un antagonisme artificiel. Pour les plus jeunes d’entre nous, il faut savoir que le PSG a été fondé en… 1970. Les  vrais rivaux historiques de l’OM étant plutôt St-Etienne et Bordeaux à ce moment là.

La mayonnaise a pris, le public, les télés ainsi que les acteurs se sont également pris au jeu. De là est née cette fameuse « haine »  réciproque, calquée sur le modèle « Real-Barça ». Résultat ? Des audiences en hausse, des dividendes toujours plus importants et des matchs souvent tendus. Ne nous voilons pas la face, nous avons tous adoré ces ambiances électriques, ces tacles à la gorge et ces victoires à la saveur orgasmique.

le-jt-foot-mercato-se-met-a-l-heure-du-classico_115946

« Quoi ? Il est pas frais mon poisson ? »

Sauf que la notion de Classico implique deux équipes de niveau équivalent ou, à tout le moins, un match équilibré avec surtout cette rivalité historique entre deux institutions. Les deux véritables « Clásicos » se jouent en Espagne et en Argentine, avec des matchs enlevés, passionnants et souvent indécis.

Dimanche soir, Canal + tentera comme chaque année de nous amadouer avec son « match de l’année » et sa « piste aux étoiles ». La réalité, c’est que le PSG évolue  dans d’autres sphères et qu’il se préparera de la même manière que si il affrontait Lorient ou Montpellier. On ne va pas se mentir, l’OM est quinzième au classement et semble bien parti pour le rester encore un moment, avec, soyons confiants, de réelles possibilités de se rapprocher de la douzième place. Le seul intérêt de la soirée dominicale sera de voir Christophe Dugarry s’extasier sur les joueurs parisiens et jouir en direct (l’an dernier, on a compté sept orgasmes, ce qui est respectable pour un homme de son âge).

« Y aurait-il anguille sous roche ? »    

Théorie du complot, serpent de mer, utopie ? Il n’empêche que l’’OM en a surpris plus d’un cet été. Une balance des transferts positive avec des comptes équilibrés, des plus-values correctes, un recrutement à faible coût — Cf: le classement de ligue 1 —, la mécanique semblait bien huilée. Puis la machine s’est grippée : le départ soudain de Bielsa, l’ombre de Doyen Sports et les déclarations de Vincent Labrune sur la vente du club ont semé le doute dans les têtes marseillaises. S’en sont ensuivis les événements du match contre Lyon ayant entraîné la fermeture des virages et on apprend maintenant que les têtes pensantes olympiennes négocieraient pour récupérer la gestion des abonnements auprès des associations de supporters… qui seraient d’accord alors qu’elles refusent toute discussion depuis vingt ans ?

Il semble difficile à croire qu’une direction aussi incompétente ait réussi à reprendre le contrôle des gradins sans contrepartie et les semaines à venir confirmeront ou non ce ressenti.

http://rmcsport.bfmtv.com/football/om-le-club-veut-recuperer-les-abonnements-en-virages-918394.html

"L'OM n'est pas à vendre !"

« L’OM n’est pas à vendre ! »

Malgré toutes les questions qui restent en suspens à l’heure actuelle, les faits sont là : nous avons un club ultra médiatique avec des comptes quasiment à l’équilibre, un potentiel marketing immense, un engouement populaire sans équivalent, le plus beau stade de France et une direction qui ne cache plus son désir de céder le club. Ajoutez à cela un fond d’investissement qui semble servir d’intermédiaire et vous possédez tous les ingrédients d’une vente future. En tout cas cela ressemble trait pour trait à l’arrivée de Colony Capital avant le rachat du PSG par les Qataris.

Le supporter lambda se trouve alors devant un choix cornélien : telle Alice, suivre le lapin blanc et foncer au pays des merveilles… au risque de se prendre la porte en pleine face. Ou, comme Saint Thomas attendre de voir avant de croire et de s’enflammer.

"Oh my godness !!!! Zlatan"

« Oh my godness !!!!
Zlatan »

Un avant match sauce aigre douce nous direz-vous ? Absolument ! Nous n’émettons ici qu’une bribe d’ hypothèse, mais il semble bien que nous soyons entrés dans une période de transition avec un bouleversement inévitable à venir. Les Marseillais ne pourront plus accepter longtemps d’être pris en otage et ballotés au gré du vent et des desiderata de la direction. Il est temps pour les incompétents qui nous dirigent de passer la main. Assez de mensonges et de promesses ! Marseille doit redevenir LA place forte du football français et cela ne peut se faire que sans vous ! Depuis plus de cinq ans, vous faites honte à notre ville et salissez notre histoire.

… Allez-vous-en, nous ne vous saluerons pas, Messieurs !

le-carton-rouge-le-plus-insolite-de-lhistoire-du-football-5538d

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de fayçaldinho


Manchot- analphabète - susceptible. Le spécialiste de l'aigreur et de la mauvaise foi. Supporter de l'OM de 1986 à 1999 et depuis je subis... mais JHE pourrait bien changer la donne
Article lu 3164 fois, écrit le par fayçaldinho Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour Qatari.sg-OM : L’obsolescence programmée

  1. avatar De selfmade footix le 4 octobre 2015 à 23h37

    Ca va sans dire, certes, mais ça va mieux en le disant (ça soulage). Et c’est très bien dit par faiç !