CdF | LOSC (4-2) OM : pas de miracle

Ce dimanche après-midi, les Olympiennes ont affronté les dogues lilloises pour les huitièmes de finales de la coupe de France féminine. Après une rencontre assez heurtée, avec beaucoup d’arrêts de jeu, le LOSC s’est imposé par le score de quatre buts à deux. Résultat assez logique, même si les Marseillaises ont pu faire illusion en première période.

 

 

La compo de départ :


Hatchi

Hatchi

Sow

Sow

Tchakounte

Tchakounte

Giaimo

Giaimo

Khezami

Khezami

Perret

Perret

Kbida

Kbida

Couasnon

Couasnon

Diop

Diop

Clark

Clark

Monguillon

Monguillon

 

Avant même l’entame de la rencontre, Carla Giaimo a remplacé Coline Gouineau au poste de stoppeuse droit dans une défense à trois unités. Le commentateur ne s’en est pas aperçu et s’est trompé de nom, tant que Giaimo a été présente sur la pelouse synthétique, soit, toute la première période.

Les joueuses lilloises ouvraient la marque assez rapidement, par l’intermédiaire d’Aurore Paprzycki à la 8′ en détournant un corner au premier poteau.
LOSC 1-0 OM

À la 16′, les Marseillaises bénéficient d’un coup franc sur la droite, parfaitement tiré par Ashley Clark sur Anaëlle Tchakounté qui trompe Taylor Beitz, la gardienne nordiste, d’une tête décroisée.
LOSC 1-1 OM

Il était dit qu’au cours de cette première période, les deux équipes allaient se rendre coup pour coup.

Il faut attendre la 20′ pour que les Lilloises passent devant au score, sur un csc de Mbayang Sow, qui détourne dans ses buts un centre de Pian.
LOSC 2-1 OM.

Les Olympiennes réagissent bien et à la 26′ Roxane Coasnon effectue un centre depuis l’aile droite. Clark prend le dessus sur Doukouré et après un crochet, peut placer le ballon dans la lucarne de Beitz.
LOSC 2-2 OM.

On pensait que les deux équipes allaient rentrer au vestiaire sur ce score, mais c’était sans compter sur Anaïs Ribeyra qui pousse un ballon du plat du pied à trois mètres des buts et trompe Hatchi pour la troisième fois, à la 45′.
LOSC 3-2 OM.

La pause est sifflée sur ce score.

À la reprise, Carla Giaimo est remplacée par Coumba Dembele.

Cette seconde période a été assez heurtée, pas violente, mais les fautes et les arrêts de jeu se sont succédé de part et d’autre, rendant le fil du match assez chaotique.

Les Marseillaises ne se sont pas montrées aussi tranchantes qu’en première mi-temps. Les maladresses des deux côtés se sont accumulées et la partie n’a pas été de grande qualité.

Habituées aux joutes de la D1, les nordistes ont pris l’ascendant, sans toutefois accomplir des miracles.

Elles ont obtenu un avantage définitif à la 73′ suite à un centre de Boucly qui trouve la tête de Ribeyra au second poteau, qui score, à trois mètres des buts.
LOSC 4-2 OM.

Difficile de tirer des conclusions de ce match, même s’il m’a semblé voir des manquements que je souligne depuis le début de la saison, à savoir une défense qui ne transpire pas la sérénité. Trop de buts encaissés. Et des relances depuis sa ligne qui ne servent qu’à apporter le danger à notre équipe.

Pour l’aspect défensif, nous avons assisté à un combat d’infirmes, tant les deux clubs étaient en souffrance dans ce secteur de jeu.

Le choix de Yacine Guesmia de placer Mama Diop en numéro dix ne m’a pas paru très judicieux. Sa taille et son instinct de buteuse ont manqué à l’attaque. Salomon aurait été plus indiquée dans cette position, voire Clark.

Enfin, beaucoup d’approximations techniques, mais là, c’était des deux côtés, ce qui nous a donné un match assez pauvre, alors que les Lilloises étaient prenables.

L’arbitrage n’a pas posé de problème, malgré la propension d’Audrey Gerbel à beaucoup siffler. Je n’ai pas remarqué d’erreur de sa part.

Maintenant, il faudra se remettre en selle dès samedi prochain 3 février à 14 h 30. Pour le compte de la onzième journée de championnat, l’OM recevra les presque voisines niçoises. Et c’en sera fini des matchs aller.

 

Le résumé du match sur FFFtv

 

Déception de Kbida et Tchakounte

 

 

 

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Kim Nielsen


Je supporte l'OM depuis 1973, ça ne me rajeunit pas ! J'étais présent à Bari et à Munich pour des résultats opposés. J'ai pris goût au foot féminin depuis la coupe du monde en France.
Article lu 256 fois, écrit le par Kim Nielsen Cet article a été posté dans Compte-rendu, Féminines et taggé , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.