CDM féminine : résultats J3 (2/2)

Troisième et dernière journée de poule pour les groupes D, E et F. Angleterre, Pays-Bas et USA confirment leur 1re place et font carton plein. Le Cameroun se qualifie comme meilleur 3e. Pour l’Écosse, l’Argentine et le Chili, la soirée a viré au cauchemar…

Groupe D

JAPON  0  – 2  ANGLETERRE

 Match pour la 1re place du groupe que le Japon pouvait chiper à l’Angleterre en cas de succès. Il y avait un peu de rotation dans les deux équipes, mais pas trop. Kirby, Parris, Greenwood, Taylor laissées sur le banc chez les Three Lionesses, au bénéfice de Stanway, Duggan – qui faisait enfin ses débuts dans la compétition –, Daly et  White, tandis que Bright, remise de sa blessure contractée contre l’Écosse, revenait en DC, tout comme Bardsley dans les buts, laissée au repos contre l’Argentine… Côté Nadeshiko, Miura et Hasegawa restaient sur le banc…

Comme lors de ses matchs précédents, l’Angleterre démarra pied au plancher et réalisa une très grosse première période, avec très vite un centre dangereux de Rachel Daly – très en vue pendant ces 45 premières minutes -, repoussé de la tête par Ichise (2’)… Après qu’elle eut frappé une première fois au-dessus des cages anglaises (5’), Kumi Yokoyama eut la première grosse occasion de la partie. À l’occasion d’un coup-franc direct à 30m dans l’axe, elle  adressa un tir splendide qui prenait la direction de la lucarne droite de Bardsley, mais la gardienne de Manchester City s’envola à l’horizontale et détourna superbement en corner (9’) ! L’essentiel de cette première période allait ensuite être anglaise, avec tout d’abord deux frappes de Stanway de 20 et 25m, la première détournée en corner (13’), la seconde non cadrée (14’). Dans la foulée, l’Angleterre ouvrit le score : suite à une mauvaise relance de Kumagai, Stanway, à la lutte avec Sugita, taclait le ballon en milieu de terrain, lançant en profondeur sa future coéquipière à Manchester City Ellen White, partie à la limite du hors-jeu. L’attaquante, déjà buteuse dans ce même stade contre l’Écosse, piquait son ballon, et son tir croisait entrait au second poteau, Ichise ne parvenant pas à revenir à temps (14’, 0-1)…
Forte de cette avance, les Anglaises tentaient de faire le break et multipliaient les assauts sur la surface de réparation nippone : tir de Jill Scott des 25m, Yamashita se couchait et détournait en corner (18’)…Frappe de 20m de Stanway, superbe parade de Yamashita, corner (19’)…Centre de Daly, tête de White trop croisée (24’)… Tir de Scott de l’angle de la surface, mais pas assez appuyé pour tromper la gardienne (32’)…Long centre pour Daly dont la frappe de l’intérieur de la surface était détournée du bout des doigts par Yamashita en corner (34’). Sur celui-ci, reprise aux 16m par Bronze, non cadrée…  La pression était énorme, et le Japon – qui défendait fort bien – dut se contenter d’une nouvelle tentative de Yokoyama des 22m, suite à un coup-franc, et bloquée par Bardsley…
A la pause, le Japon était mené 0-1 et pouvait s’estimer assez heureux.

L’Angleterre débuta la seconde période sur le même tempo infernal, avec de nouvelles opportunités : tir de White de l’intérieur de la surface, contré par Kumagai (49’)… Centre de Bronze qui avait débordé à droite, reprise de volée de Duggan, et arrêt exceptionnel de Yamashita (59’) ! Frappe de Stanway des 16m non cadrée (63’)… Et puis, l’heure de jeu passée, le match bascula. Les Anglaises baissèrent en intensité (ce que l’on avait déjà constaté de manière spectaculaire contre l’Écosse et l’Argentine), alors que les Japonaises haussaient considérablement leur niveau de jeu, emmenées par une Mana Iwabuchi déjà très en verve depuis le coup d’envoi, mais maintenant juste intenable, pour ne pas dire éblouissante… Sugasawa, qui venait de remplacer Yokoyama, se mit très vite en évidence avec une première occasion, se faisant taclée à l’ultime seconde par Houghton (65’)… Elle prit ensuite sa chance de 22 mètres, obligeant Barsdley à se coucher (73’)… On vit ensuite une très belle remontée à une touche de balle des Nadeshiko, au bout de laquelle Iwabuchi ouvrit dans la surface pour Sugasawa, trop courte de quelques centimètres (76’)…Iwabuchi continuait à donner le tournis aux Anglaises, tandis que Hina Sugita (Ballon d’Or aux CdM U17 2014 et U 20 2016) nettoyait les ballons au milieu… Shimizu  adressa une passe en profondeur dans la surface pour Sugasawa qui contrôla de la poitrine, avant d’envoyer une volée qui frôla le cadre (78’)… Puis on retrouva une nouvelle fois la grande attaquante des Urawa Red Diamonds, qui devança en extension Bardsley, mais ça fila encore au ras du poteau (84’)… Le Japon jouait de plus en plus vite et étouffait son adversaire… mais c’est à cet instant que les Anglaises frappèrent… Sur une attaque rondement menée, Carney, nouvellement entrée, servit Ellen White dans le dos de Kumagai et l’Anglaise ne se fit pas prier pour fusiller Yamashita, inscrire un doublé, et tuer le match (84’, 0-2)…
Les Nadeshiko ne baissèrent pas les bras pour autant, et Iwabuchi envoya une volée superbe des 16m qui rasa une nouvelle fois  le poteau (86’)… La dernière occasion du match, dans le temps additionnel, fut encore japonaise. Un magnifique mouvement collectif, conclu par un centre de Shimizu et une tête de la remplaçante Saori Takarada (championne du monde U20 l’été dernier en France), un rien trop croisée (90+2’)…

L’Angleterre l’emportait donc 2-0 et confortait ainsi sa première place au classement, le Japon finissant 2e du groupe. Les joueuses de Phil Neville ont encore fortement impressionné durant une bonne heure, avant de baisser de pied, tout en trouvant les ressources et le réalisme pour inscrire un second but. Plus que jamais, cette sélection se pose comme l’un des possibles vainqueurs de ce tournoi. Ses joueuses les plus en vue dans cette rencontre furent la double buteuse White, la paire de défenseures  centrales Bright-Houghton, Stanway et Daly. Sans oublier Bardsley. C’est aussi la première fois que l’Angleterre remporte ses trois matchs de poule en CdM.

Le Japon, lui, confirme ses difficultés à conclure et à marquer (2 buts seulement en 3 matchs, dont un pénalty), mais il est indéniable que la qualité de son jeu s’améliore de partie en partie. Et l’on sait que lorsqu’arrivent les matchs à élimination directe, les Japonaises s’avèrent redoutables… Mana Iwabuchi a survolé les débats, éclaboussant la partie de tout son talent. Avec elle, je relèverai le très bon match de Sameshima, de Sugita, de Sugasawa après son entrée en jeu, et surtout de Yamashita, excellente gardienne.

 Résumé vidéo du match

Mana Iwabuchi (à g.) a perdu le match, n’a pas été élue joueuse FIFA du match, mais elle a clairement gagné les cœurs des spectateurs.

Joueuse FIFA du match : Ellen White (Angleterre)

Ma note globale pour le Japon : 6,5
Ma note globale pour l’Angleterre : 7
Ma note du match : 7

Nice –  14 319 spectateurs

—————————–

ÉCOSSE  3 – 3  ARGENTINE

 [Pas vu le match]

Résumé vidéo du match

Joueuse FIFA du match : Erin Cuthbert (Écosse)

Ma note globale pour l’Écosse : nn
Ma note globale pour l’Argentine : nn
Ma note du match : nn

Paris (Parc des Princes)   – 28 205 spectateurs.

En 8e de finale, l’Angleterre affrontera (dimanche 23 à Valenciennes, 17h30) le Cameroun… Le Japon, lui, sera opposé (mardi 25 à Rennes, 21h) aux Pays-Bas

Argentine et Écosse éliminées.

 


 

Groupe E

PAYS-BAS  2 – 1  CANADA

 Match pour la 1ère place du groupe, détenue au départ par les championnes d’Europe néerlandaises. On passe à quelques centimètres d’un coup de théâtre très rapidement avec un pénalty pour le Canada d’abord sifflé par Stéphanie Frappart, l’arbitre française, suite à une faute sur Fleming. Mais après visionnage de la VAR et la certitude que la faute a été commise en dehors de la surface, le pénalty est transformé en coup-franc qui ne donne rien (4’)… Le Canada est mieux entré dans le match et en domine le début. La future jeune attaquante du PSG, Jordyn Huitema part dans le dos de la défense et marque, mais son but est refusé pour hors-jeu (22’)… C’est tout pour la première demi-heure, et les Pays-Bas commencent alors à prendre le jeu en mains… La Lyonnaise Van de Sanden adresse un centre-tir qui frappe la transversale et retombe devant le but, Labbé se jette dans les pieds de Miedema pour préserver sa cage (30’)… Quelques instants plus tard, Miedema, dos au but réussit un magnifique enchaînement qui lui permet de se retourner en éliminant son adversaire et de frapper. Elle trouve la base du poteau opposé (33’) ! Le Canada tente de réagir par Beckie, dont le tir de 20m finit dans les bras de Van Veenendaal (43’)…

A la pause, le score est toujours vierge, les Pays-Bas dominent, on s’ennuie un peu…

Le match se débloque une dizaine de minutes après la reprise. Un coup-franc tiré de la gauche par la capitaine des Oranje Spitse atterrit sur la tête de la grande défenseure de Montpellier Anouk Dekker qui croise bien sa reprise (57’, 1-0)…
Mais le Canada n’a pas le temps de douter. Trois minutes seulement. La Parisienne Ashley Lawrence adresse un excellent centre de la droite vers le second poteau où la légende Christine Sinclair se jette pour tacler le ballon au fond (60’, 1-1). 182e but en sélection pour la capitaine canadienne, désormais à deux petits buts du record mondial de Wambach. En attendant de l’égaler ou de le battre, elle rejoint dans l’Histoire la Brésilienne  Marta, en ayant marqué dans 5 coupes du monde successives, pour un total de 10 buts… Respect ! Elle peut sortir sous les ovations, remplacée par Adriana Leon. La joueuse de West Ham se met de suite en évidence en tentant une spectaculaire reprise de volée acrobatique (71’)… Mais les Pays-Bas vont reprendre l’avantage par une autre joueuse entrée en jeu seulement cinq minutes avant. L’attaquante du Bayern Munich Lineth Beerensteyn se jette au deuxième poteau pour pousser dans les filets un ballon centré au ras du sol et que n’avait pu capter Stéphanie Labbé (75’, 2-1)…
Le Canada manque une occasion d’égaliser avec une tête de Beckie qui fuit le cadre (83’)… Ce sera la dernière du match qui voit donc les Pays-Bas conserver définitivement la 1re place et le Canada finir 2e.

En 8e de finale, les Pays-Bas affronteront le Japon, tandis que le Canada se frottera à la Suède.

 Résumé vidéo du match

Christine Sinclair : 5 phases finales de CdM, 10 buts et… 182 au total en sélection !

Joueuse FIFA du match : Christine Sinclair (Canada)

Ma note globale pour les Pays-Bas : 5,5
Ma note globale pour le Canada : 5,5
Ma note du match : 6

Reims  –  19 277 spectateurs

——————————–

CAMEROUN  2  – 1  NOUVELLE-ZÉLANDE

 L’enjeu est simple au coup d’envoi. Un match nul élimine les deux équipes. Une victoire qualifie le vainqueur. C’est l’hyper active attaquante nigériane Onguené qui s’offre la première occasion, mais son tir frôle le poteau de Nayler (12’)… Elle reprend sa chance quelques minutes plus tard. Partie seule dans le trou, elle tente de lober la gardienne de Bordeaux, mais celle-ci parvient à s’emparer du ballon (18’)… Les Black Ferns répondent par une bonne remise de la tête de Gregorius pour White dans la surface, mais cette dernière est trop courte pour reprendre (28’)…

La première période se termine sans beaucoup de frissons et d’occasions, laissant les deux formations en position d’éliminées…

Il faut moins d’un quart d’heure pour que le match se débride. Ajara Nchout contrôle en pivot dans la surface néozélandaise, frappe et bat Nayler (57’, 1-0) ! A cet instant, le Cameroun est qualifié… Quelques minutes plus tard, Gregorius est tout près d’égaliser d’une tête plongeante au point de pénalty, de très peu non cadrée (63’)… Dans la minute suivante et de l’autre côté du terrain, Erin Nayler réussit une double parade devant Onguené (64’) ! Puis, le ciel s’abat sur la tête des Camerounaises lorsque sur un ballon anodin, la Dijonnaise Marie-Aurelle Awona se déchire complètement et expédie le ballon dans ses propres cages (80’, 1-1) ! Ce csc est le 6e de ces matchs de poules (il y e naura deux autres plus tard dans la soirée…), soit déjà plus que pour tout le tournoi de 2015… Mais les Camerounaises ne se laissent pourtant pas abattre, à l’image de Onguené qui tente d’enrouler sa frappe des 16m, mais ne la cadre pas (90+2’)… On joue les dernières secondes des cinq minutes de temps additionnel quand l’impensable se produit : Ajara Nchout pénètre dans la surface, réussit un double crochet intérieur-extérieur qui désarçonne son opposante avant d’envoyer avec grand sang-froid une frappe enroulée au 2e poteau, à l’intérieur des filets (90+5, 2-1) !
Avec ce doublé de la joueuse de Vålerenga (Norvège), nouvelle héroïne nationale, le Cameroun se qualifie sur le fil, car l’arbitre siffle la fin de la rencontre dans la foulée, et vous devinez les scènes de liesse… Pour sa 2e participation (consécutive) à une phase finale de CdM, le Cameroun jouera encore une fois les 8es de finale (contre l’Angleterre), réalisant une grande performance. Alors que leurs malheureuses adversaires néozélandaises, elles, n’ont toujours pas gagné le moindre match en 5 participations et 15 matchs…

Résumé vidéo du match

Joueuse FIFA du match : Ajara Nchout (Cameroun)

Malheureuse buteuse contre son camp, la Dijonnaise Marie-Aurelle Awona (11) peut remercier la sauveuse et héroïne du jour Ajara Nchout (3) !

Ma note globale pour le Cameroun : 6
Ma note globale pour la N-Z : 5
Ma note du match : 6

Montpellier  –  8 009 spectateurs

PAYS-BAS, CANADA, CAMEROUN qualifiés.

 


 

Groupe F

SUÈDE  0 – 2  ÉTATS-UNIS

 Toutes leurs adversaires le savent depuis quasiment toujours, car c’est dans leur culture, pour ne pas dire dans leurs gènes, les États-uniennes démarrent toujours leurs matchs à 200 à l’heure. Et si vous n’êtes pas prêtes, vous êtes vite punies. Les Suédoises les connaissent  comme leur poche pour les affronter régulièrement et les mettre souvent en échec, dont une mémorable victoire aux tirs au but en quart de finale des J.O. de Rio 2016… Et pourtant, les Scandinaves se sont fait avoir comme des débutantes. À peine le coup d’envoi donné, elles concèdent vite un corner. Rapinoe le tire de la gauche, tendu, devant le but. La défense suédoise, passive, laisse passer le ballon. Pas Linsdey Horan, en embuscade, qui pousse au fond (3’, 0-1) ! Les USA,  à qui un nul suffit pour terminer en tête du groupe, ne relâche pas la pression. Mewis, des 20m, oblige Lindahl à bloquer son tir (15’). Une minute plus tard, un joli contre est gâché par Morgan qui, une fois n’est pas coutume, vendange (16’, mais normal après tout pour une grande amatrice de bons vins français !)… La Suède réagit par la Montpelliéraine Sofia Jakobssson qui sert superbement Kosovare Asllani dans la surface, mais l’ex-Parisienne n’appuie pas suffisamment sa frappe pour inquiéter Naeher (21’)… On retrouve Asllani pour un centre qui aurait pu être dangereux, mais qui est dégagé en touche (37’)… Alors que les USA ont tendance à monopoliser un ballon qu’elles récupèrent vite, portant le danger rapidement devant par Heath sur son aile, Mewis et Lavelle au milieu, les Suédoises se créent une dernière occasion avec un centre fort de Jakobsson. Naeher est obligée de plonger pour repousser du poing (45+2’)…

À la pause, les USA mènent logiquement au score, ayant dominé cette première période.

La reprise voit la sortie de Morgan, légèrement touchée et son remplacement par Lloyd.
Et les USA débutent la deuxième période comme la première, en poussant très fort, et… en marquant. Tobin Heath, très excentrée sur son aile dans la surface suédoise et angle fermé frappe en force, Jonna Andersson dévie le ballon hors de portée de sa gardienne (50’, 0-2)…
Nouvelle opportunité manquée pour la Suède avec un coup-franc en forme de corner ouvert et très rapproché tiré par Asllani qui ne trouve pas de tête amie (69’)… La dernière action notable du match sera une belle sortie de Lindahl devant Lloyd (90’)…

Les USA s’imposent pour la troisième fois en autant de matchs (comme la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Angleterre) et rencontreront en 8e de finale l’Espagne, avant – peut-être – de croiser la route des Bleues en quart de finale… La Suède, elle, devra se frotter au Canada. Et si la chance lui sourit, elle pourrait affronter en quart sa bête noire, l’Allemagne…

Résumé vidéo du match

La Montpelliéraine Sofia Jakobsson, à gauche, aux prises avec Crystal Dunn, l’une des rares satisfactions suédoises de la soirée.

Joueuse FIFA du match : Tobin Heath (Usa)

Ma note globale pour la Suède : 5
Ma note globale pour les USA : 6
Ma note du match : 6

Le Havre  –  20 051 spectateurs

—————————-

THAÏLANDE  0 – 2  CHILI

  La Thaïlande déjà éliminée après avoir encaissé la bagatelle de 18 buts en deux matchs, le Chili doit impérativement l’emporter par trois buts d’écart s’il veut se qualifier. Et c’est logiquement lui qui se montre le plus actif, avec une grosse occasion dès la 10e minutes, une demi-volée de Lara détournée par une tête thaïe sur le poteau ! Puis Arraya prend sa chance des 20m, mais elle ne cadre pas (18’)… Zamora, elle, effectue une tête du point de pénalty, mais là encore non cadrée (34’)… Les Thaïlandaises ne restent pas inactives, et un tir de Intamee frôle le poteau de Endler (38’)… Puis Sung Ngoen, buteuse très remarquée contre la Suède, tente de lober la grande gardienne chilienne de 25m, l’obligeant à claquer la balle en corner (41’)… Mais juste avant que l’arbitre ne siffle, les Chiliennes touchent du bois pour la deuxième fois par Balmaceda (45+2’).

Ce n’est que partie remise puisque la Roja ouvre vite le score après le repos. Un but en forme de partie de billard avec le ballon qui frappe le poteau (encore !), avant de rebondir sur le pied de la gardienne Waraporn Boonsing et de repartir dans son but (48’, 0-1) !
Les Chiliennes tentent de faire le break, mais la défense thaïlandaise repousse les assauts sud-américains un peu désordonnés… Il ne reste que dix minutes à jouer lorsqu’une tête de Maria-José Urrutia, envoyée du point de pénalty, file au fond (80’, 0-2) ! Le Chili n’est plus qu’à un but d’une historique qualification pour sa première participation à une phase finale… Et cinq minutes plus tard, le Graal se présente à lui sous forme d’un pénalty à transformer, suite à une sortie pied en avant de Boonsing ! Mais la pourtant excellente Francisca Lara envoie sa frappe sur la barre transversale  (85’) ! La balle de qualification est passée. Les 5 minutes de temps réglementaire et les 7 de temps additionnel n’y changeront rien… Le Chili ne s’impose que 2-0 et sort de la compétition avec son adversaire du jour…
Cruel…

Résumé vidéo du match

De l’espoir d’une folle qualification brisé sur une transversale…

… à la solitude la plus désespérée de la pauvre Francisca Lara…

Joueuse FIFA du match : Maria-José Urrutia (Chili)

Ma note globale pour la Thaïlande : 5
Ma note globale pour le Chili : 6
Ma note du match : 6

Rennes   –  13 567 spectateurs

USA et SUÈDE qualifiés

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Philippe Serve


Supporter de l'OM depuis sa finale victorieuse en Coupe de France en 1969. Tombé amoureux du foot féminin, un peu d'abord en 2007 et 2008, définitivement en 2011. Ai suivi pendant 4 ans au plus près l'OM féminin via mon site Olympiennes et Marseillaises. Assume complètement d'être supporter à la fois de l'OM ET de l'OGCN, club de ma ville natale ! Informe au quotidien sur tout le foot féminin, mais aussi sur l'actualité la plus diverse via mon compte perso Twitter @Olympiennes
Article lu 396 fois, écrit le par Philippe Serve Cet article a été posté dans Compte-rendu et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.