LDC | OM (0-3) Manchester City : 3 p’tits buts et puis s’en vont

Logique. Partant dans le statut d’outsider avant le match, Marseille n’aura rien su vraiment proposer face à des Mancuniens de niveau LDC. Et au bout des 90 minutes, le score sans appel représentait bien l’écart de niveau entre les deux formations. En effet, malgré un nouveau dispositif tactique de l’entraîneur olympien en 5-3-2, l’OM n’aura que trop peu réussi à se projeter vers l’avant… En atteste la pauvre statistique de deux tirs tentés seulement durant l’intégralité du match.

Après un but cadeau offert par Rongier (18e), City frappait par deux fois dans le dernier quart d’heure du match par Gundogan puis Sterling (75e, 81e). Nous voici bons derniers du groupe avec 0 point en 2 matchs, et 11 défaites d’affilée dans la prestigieuse compétition européenne…


L’analyse d’AVB après la rencontre :

« On a eu un peu de malchance quand même. En première période, on a manqué de sérénité, on a eu du mal à sortir de la pression de City. Rongier n’a pas eu de chance, il a voulu bien sortir avec le ballon et on prend ce but. On a commencé à maîtriser un peu mieux en deuxième période, on a eu plus de confiance, mais le deuxième but nous a tués. Il y avait aussi la fatigue, parce qu’on a beaucoup défendu, et on prend le troisième but. La défaite est lourde. On a été correct mais on a eu de la malchance de prendre ce deuxième but à ce moment-là. » […]

« Les équipes jouent à cinq contre City, parce que City maîtrise le jeu et la largeur et à cinq tu maîtrises mieux la largeur. On a choisi ce système pour contrôler la largeur, mais on a perdu ce ballon facile, ils ont eu un pressing agressif. On savait comment sont les matches contre City. C’est une équipe qui maîtrise le ballon, tu as deux ou trois occasions. C’est toujours comme ça. » […]

« Quand j’ai tenté quelque chose de différent contre une équipe de ce niveau (le PSG), on a pris 4-0 et vous m’avez massacré. Il ne faut pas abuser, City est City, ils ont dépensé un milliard, ils jouent bien, leur coach est un phénomène qui joue la possession, toujours. Marseille n’a pas d’argent pour faire venir Guardiola ici, malheureusement vous avez AVB avec cette tactique. » […]

« C’était lié à la stratégie du match, de rentrer dans le dos de l’adversaire, avec la défense à cinq. On a mis devant Thauvin, qui est dans une bonne période, et Radonjic, pour sa vitesse. On a eu du mal à sortir du contre-pressing en première période, mais c’était ça qu’on voulait, chercher le dos de l’adversaire avec de la vitesse. »

« On est à zéro point, donc la double journée contre Porto devient déterminante. Le mieux, ce serait que City gagne ses deux matches contre Olympiakos. Nos deux matches contre Porto deviennent fondamentaux. On s’est qualifié en C1 pour jouer ces matches, c’est la première expérience pour beaucoup de joueurs, on prend de l’expérience pour faire mieux encore, les joueurs et l’entraîneur inclus. »

Florian Thauvin, abattu après cette nouvelle défaite :

« C’est une défaite difficile à encaisser. On savait qu’ils allaient avoir la maîtrise du ballon, on avait décidé de jouer avec un bloc bas, de les prendre en contre-attaque. Malheureusement, on n’a pas réussi à mettre en place ce qu’on voulait. C’est un autre niveau, il faut être honnêtes. On doit apprendre de ces matchs et progresser, mais c’est une défaite difficile, on en prend trois, c’est dur à encaisser. La seconde période a été meilleure, on a réussi à se créer plus de situations. Quand on est partis en contre-attaque, on était plus dans leur camp, mais on n’a pas réussi à concrétiser nos occasions. » […]

« Pour être honnête, quand vous passez tout le match à 30 mètres de votre but et qu’il vous reste 70 mètres à parcourir pour aller mettre un but en contre-attaque, c’est difficile d’avoir les jambes. Il va falloir que l’on progresse dans l’utilisation du ballon et dans nos contre-attaques. Ce sont des matchs qui doivent nous faire progresser. Porto ? C’est le match de la dernière chance. Ce qui nous fait mal, c’est cette défaite contre l’Olympiakos (0-1). On doit faire mieux, c’est la Ligue des champions, ça fait 7 ans que l’on n’y a pas participé. On ne peut pas se cacher derrière ça mais on doit apprendre et faire mieux tous ensemble. »

À contrario, Pep Guardiola était ravi de la prestation de ses joueurs :

« On a fait un bon match. On a obtenu trois corners dans les cinq premières minutes, ce qui montre qu’on a été offensifs et que ce que l’on a mis en place offensivement a payé. C’est difficile de trouver des espaces face à une défense à cinq. Je pense que la performance a été bonne, tout comme le résultat. Mais c’est surtout la performance, parce qu’on n’a pas beaucoup concédé d’occasion dans le jeu. Je suis content sur cet aspect-là. »

Sur le début de la seconde période :

« Durant dix à quinze minutes, on a un peu souffert. Mais pas tant que ça. On a été en retard sur quelques positionnements, ils ont eu quelques mouvements avec Thauvin et Cuisance. Ils ont eu de bons déplacements au milieu. Il faut accorder du crédit à Marseille pour cette bonne période de dix à quinze minutes. »

Concernant les choix tactiques de Villas Boas :

« Ce n’est pas parce qu’on joue à cinq derrière qu’on est forcément défensif. Je ne me souviens pas combien de fois André (Villas-Boas) a joué à cinq derrière, mais s’il l’a fait, c’est qu’il avait ses raisons. S’ils n’ont pas été offensifs, c’est aussi dû à notre performance. On a vu en seconde période que même à cinq derrière, ils ont réussi à beaucoup mieux jouer. Ils ont été patients pour trouver les bons espaces. Même à cinq derrière, il faut donner du crédit à l’OM, puisqu’ils ont réussi à être plus offensifs en deuxième mi-temps. Ce qui prouve qu’on n’est pas forcément défensifs à cinq derrière. »


Derrière, Marseille s’est logiquement fait charrier sur les réseaux sociaux :

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 760 fois, écrit le par Kelyann Cet article a été posté dans Compte-rendu et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.