Le décrassage de la semaine

Amis du jour, bonjour ! À l’heure où vous lisez ces lignes, le monde du football ne parle plus de sport mais de business. À cause d’une poignée de cupides qui ne veulent pas partager le gâteau, le foot est en passe d’être placé en soins intensifs. Comme dans la société, le COVID devait être l’occasion de prendre du recul, de réfléchir et remettre tout sur la table pour analyser l’évolution de notre sport préféré. Comme dans la société, on s’aperçoit que « le monde d’après » n’a pas changé et que ça reste de la merde.

Lundi 12 avril : encore une belle plus-value de 4,50€

– 8H03 –
Devant une tasse de café, je repense au match nul de samedi contre Montpellier. Avec le recul, la frustration a laissé place au plaisir d’avoir vu un bon match, avec des retournements de situation, du suspense et de l’émotion.

– 14H24 –
Maxime Lopez est officiellement transféré à Sassuolo. Bon vent à l’Iniesta de Wish, joueur sympa et élégant à voir jouer. Si on réinvestit intelligemment cette plus-value de 4,50€ faite sur le transfert du minot marseillais, y a moyen de faire quelque chose sur le prochain mercato. À nous de bien utiliser cet argent.

Mardi 13 avril : l’interview de Longoria à EL PAIS

– 10H26 –
Pablo Longoria annonce l’arrivée prochaine d’un bras droit, Pedro Iriondo, qui va devenir directeur général de la stratégie. Espérons que ça nous change de son prédécesseur Hugues Ouvrard qui lui, avait plutôt le rôle de « bras d’honneur » de Jacques-Henri Eyraud.

Le président de l’OM accorde également une interview au journal espagnol EL PAIS pour évoquer son choix de recruter Sampaoli. Il donne aussi sa vision du « joueur français » et de la formation à la française, article qui va passer inaperçu jusqu’à ce qu’il arrive aux oreilles d’entraineurs français « illettrés » qui ne l’ont pas lu mais qui vont quand même en parler et donner leur avis sur le président marseillais. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler un peu plus bas.

Mercredi 14 avril : la Ligue Du Covid continue

– 8H42 –
La veille, le PSG s’est qualifié pour les 1/2 finales de la LDC. L’équipe B du Bayern malgré sa victoire 1-0 n’a rien pu faire. Des centaines de supporters parisiens sans masque, ont accompagné le bus des joueurs parisiens jusqu’au Parc, et ceci au mépris de toutes les règles sanitaires et du confinement. Heureusement, comme ils n’étaient pas en train de boire un verre de rosé sur une plage en province, ils ont échappé à cette amende de 450 euros qu’a pris ce couple avec leur fille sur une plage près de Montpellier pour mise en danger de la vie d’autrui.

À l’issue du match, beaucoup de supporters du club de la capitale et certains médias français (ayant autant de culture foot qu’un rétroviseur de Renault Fuego) ont appris avec surprise que la C1 existait avant l’arrivée du Qatar et que de ce fait, le PSG n’est pas le  premier club français à faire deux 1/2 finales consécutives mais qu’il y a eu l’OM (1989-90, 1990-91) et St Etienne (1974-75, 1975-76) avant. Il n’est jamais trop tard pour apprendre. Moi-même j’ai appris le même jour que l’on peut atteindre deux années de suite une demi-finale de LDC grâce aux effets collatéraux d’un virus d’origine chinoise.

– 12H –
On apprend que l’UEFA veut supprimer le bonus du but marqué à l’extérieur en prolongation, ce qui est une bonne chose puisque ça bénéficiait à l’équipe « visiteuse » au retour avec cet avantage potentiel pendant 120 minutes au lieu de 90 pour celle qui reçoit.
Après avoir supprimé la C2, supprimé la philosophie de la Ligue des Champions en ouvrant la compétition à ceux qui ne sont pas « champions » mais qui ont du pognon, après avoir réduit les aléas de matchs à élimination directe, après s’être caché derrière l’arrêt Bosman pour mettre un coup de chevrotine dans la notion de club, voilà que l’UEFA décide de supprimer le but à l’extérieur en prolongation. Cela dit pour une fois, c’est une suppression qui va dans le sens de l’équité sportive. Avec l’UEFA, on était pas habitué, ça fait tout drôle.

– 23H01 –
Tiens, puisqu’on parle d’équité, Manchester City rejoint donc le PSG en 1/2 finale pour un duel entre frères ennemis dans un match que les spécialistes vont devoir baptiser « L’ethiquito » tant cela est beau, à ce stade de la compétition, d’avoir deux clubs qui se sont bâtis, années après années, sur le travail et les valeurs du sport. A l’heure où je vous parle, Pierre de Coubertin s’est resservi un 10ème whisky dans sa tombe.

Jeudi 15 avril : le bilan de Milik après 10 matchs

– 8H03 –
La commission de discipline a rendu son verdict concernant la suspension de Caleta-Car qui prend deux matchs pour son carton rouge contre Montpellier. C’est donc autant que Neymar qui a poussé, donné des claques et mis un coup de pied en douce à un joueur devant l’arbitre contre Lille. On s’en sort donc bien. Avec le barème habituel de la LFP, pour un joueur de l’OM, normalement, c’était 5 ans de prison ferme.

– 10H01 –
On nous parle ce matin du bilan de Milik à l’OM après ses 10 premiers matchs. Ainsi, depuis 2010, avec 5 buts, il est le 3ème attaquant le plus prolifique derrière Gomis (6 buts) comme Benedetto (5 buts) et Germain (5 buts). Une statistique qui veut donc pas dire grand chose. Après Arkadiouche, il va peut-être avoir l’occasion de battre le record de Balotelli (8 buts en 15 matchs) c’est à dire, devenir l’attaquant le plus prolifique lors de son passage éclair dans le club et là, on ça voudra tout dire hélas. Il lui reste 6 matchs.

– 15H01 –
On apprend que l’AS St Etienne est officiellement à vendre sur le Bon Coin, ce qui permet à certains chez nous, membres permanents de la fameuse « Secte de la chose dont on ne doit pas prononcer le nom », de remettre une pièce dans la machine. Ainsi, pendant que certains voient déjà les Stéphanois souffler les Saoudiens aux Olympiens (le drapeaux de l’Arabie Saoudite étant vert, ça amène une certaine proximité) d’autres voient un lien entre Longoria qui s’intéresse à l’épisode des Minots et une vente certaine du club phocéen prochainement.

Vendredi 16 avril : « C’est qui Longoria ? »

– 13H –
Je vous en parlais un peu plus haut, Pablo Longoria a donné une interview à EL PAIS pour parler de sa vision du football, notamment sur le plan du jeu. Ainsi, il a évoqué que la France, bien qu’elle soit le premier pays exportateur de joueurs au monde, le joueur de foot formé en France ne l’est pas dans un projet de jeu collectif, mais plutôt individualiste. Comment lui donner tort puisque la base du modèle économique d’un club français, c’est justement de valoriser au plus vite un joueur pour le vendre à l’étranger au tarif le plus élevé qu’il soit dès que cela est possible. On appelle ça du « trading » pour faire bien, moi, j’appelle ça de « la traite de jeune ». Le joueur devient une marchandise sur laquelle on parie et spécule.

Dans tous les cas, même si on ne partage pas l’avis de Longoria, il est peut-être judicieux de mettre le débat sur la table dans un pays qui est seulement classé 8e par rapport à la performance de ses clubs en compétitions européennes, derrière les Pays-Bas, le Portugal et l’Écosse. Mais non, en France, au lieu de ça, ce qui se fait de mieux en matière d’entraîneur français en terme d’expertise, à savoir, Antoine Kombouaré, Bruno Génério, Frédéric Antonetti et Raymond Domenech ont traduit ça par l’affirmation « Les entraîneurs français sont nuls ». Bien qu’on ne puisse pas donner totalement tort à cette phrase dont les offusqués du jour en seraient les dignes représentants, il n’en va pas moins qu’il s’agit encore une fois d’un raccourci et d’une mauvaise interprétation des propos de Longoria par des coachs « illettrés » qui n’ont pas lu un mot de l’article d’EL PAIS et qui réagissent à chaud à des propos déformés par leur entourage. On a l’habitude dans l’espace médiatique du football français. Longoria a parlé de « Jeu » mais aucun de ces grands techniciens n’a répondu sur le fond préférant attaquer la personne à coup de « C’est qui Longoria ? » ou « Qu’est-ce qu’il y connait lui, il a jamais joué au foot de sa vie ! ».

Mention spéciale pour Bruno Génésio-Caliméro qui a déclaré sans bégayer que les entraineurs français n’étaient pas assez valorisés en France, notamment par les médias, au contraire des étrangers. Quant on sait comment Bielsa, AVB et aujourd’hui Sampaoli ont été accueillis par la presse française, on a de quoi sourire. Ce cher Bruno qui vient d’ailleurs de signer à Rennes, en remplacement d’un coach français, lui aussi, n’a d’ailleurs gagné comme trophée qu’une Eusebio Cup en plein mois de juillet malgré 20 ans de carrière et 250M de budget avec son club.

Mention spéciale aussi à Antoine Kombouaré qui s’englobe dans le triplé de Zidane en LDC et la victoire de Deschamps en Coupe du monde 2018 avec un mémorable « On a le record de victoires consécutives en LDC et on est champions du monde ». Deux entraîneurs pris en référence par l’homme dont la prophétie dit que « lorsque tu fais appel à lui comme entraîneur, tu descends à l’étage inférieur ». Deux entraineurs qui sont des « modèles de jeu » à en faire pâlir les Sacchi, Guardiola, Cruyf ou même Suaudeau, c’est bien connu.

Mais bon, le corporatisme des entraîneurs français et leur consanguinité, ce n’est pas nouveau, on connaissait. Non, cette polémique aura eu au moins le mérite de nous apprendre que Hubert Fournier était DTN (Si, si j’vous jure) et que Rolland Courbis votait vraisemblablement « Rassemblement National ». C’est déjà ça.

Samedi 17 avril : OM-Lorient 3-2

– 17H –
L’OM reçoit les Merlus. Alvaro et Caleta-Camping-Car ne sont pas là. Le premier est suspendu, le deuxième avait une compétition de MMA. Résultat, Sampaoli nous pond une défense à trois Sakai-Balerdi-Perrin avec Lirola en piston droit et pour déconner, Thauvin en piston gauche. C’est un choc pour le « meilleur statisticien » du club qui ne s’est jamais aventuré sur le côté gauche dans sa vie. Et ce qui devait arriver arriva : c’est du grand n’importe quoi pendant toute une mi-temps et Lorient ouvre le score (0-1, 19ème)

-18H01-
Début de la 2ème mi-temps, Sampaoli a compris que dans la vie, il y avait 45 minutes pour déconner et 45 minutes pour travailler. Il décide donc de sacrifier Perrin pour faire rentrer Henrique comme piston gauche. Il décide aussi de dire à Thauvin d’aller se faire voir sur le côté droit. Et là, tout de suite, on se remet à voir du football : Kamara adresse une longue ouverture à Milik qui remet de la tête pour Payet qui reprend d’une somptueuse reprise de volée en pleine course et égalise (1-1, 53ème). Et le rêve continue, on se met à voir des passes redoublées, du pressing et Milik remise pour Thauvin qui lance Lirola en profondeur qui va marquer son premier but sur les couleurs phocéenne (2-1, 56ème) .


Alors que la VAR applique le règlement à la lettre (voir image ci-dessus) en ne sifflant pas un pénalty évident pour une main d’un Lorientais, les olympiens, eux, sont en feu, on se dit alors que ça va finir sur un score honorable de 10-1. Hélas, Payet se rappelle à notre bon souvenir qu’il est trop gourmand que ce soit en dehors ou sur le terrain, fait le dribble de trop et loupe immanquablement la balle du break. Thauvin, toujours dans cet esprit de compétition effrénée avec le Réunionais décide alors lui aussi de se rappeler à notre bon souvenir en nous montrant qu’il peut être comme son rival, parfois une des pires merdes, en adressant une superbe transversale à… un Lorientais qui va alors lancer Moffi pour l’égalisation (2-2, 70ème)

Michael Cuit-Cuisance sort alors et regagne directement le vestiaire du Bayern en Allemagne, remplacé par Khaoui, ce qui s’avère dangereux par grand vent alors que personne n’a pensé à lester le Tunisien au sol. Mais Sampaoli aime les risques et nous confirme qu’à défaut de pas être trop au point dans le jeu, son équipe est au point dans les émotions : Lirola, prend alors ses responsabilités, les pose sur la table comme on dit, s’engouffre dans la défense des Merlus et s’en va marquer un doublé et signer la victoire de l’OM dans les arrêts de jeu. (3-2, 91e)

Alors certes, tout n’est pas parfait mais personnellement, ça fait longtemps que je m’étais pas cogné au plafond sur un but de l’OM et rien que pour ça, même si mon placo ne le remercie pas, mon coeur, lui, remercie Jorge Sampaoli.

Dimanche 18 avril : la Ligue du Pognon

– 13H43 –
Pendant que Milik publie une vidéo Instagram où on le voit faire de la musculation, Pipa Benedetto se tape un énième barbecue en compagnie d’Alvaro. 2 salles, 2 ambiances, 2 visions du professionnalisme. Après, les gens voient le mal partout. Au vue de la taille des morceaux de bidoche que soulève l’argentin dans la vidéo, si ça se trouve, lui aussi, il travaille biceps et pectoraux.

– 18H04 –
La nouvelle est tombée et fait l’effet d’une bombe. Le New York Times qui selon Daniel Riolo écoute l’AFTER RMC tous les soirs (rires) nous apprend que 12 clubs européens (Real, FC Barcelone, Atlético, Juve, Milan, Inter, City, Man U, Arsenal, Tottenham, Liverpool, Chelsea) vont officialiser la création d’une SuperLeague fermée et dissidente de l’UEFA, pour l’amour du jeu, du sport et accessoirement des millions d’euros que cela pourrait générer.

Pour le moment, les clubs allemands et les clubs français ne sont pas de la partie, ce qui permet au PSG de donner des leçons d’équité sportive au monde entier et de dénoncer les dérives du business dans le foot. C’est un peu comme si Michel Fourniret dénonçait la violence dans la société, Pierre Ménès le sexisme dans le journalisme, et comme si Jacques-Henri Eyraud parlait football.

La FIFA et l’UEFA crient donc au scandale et veulent frapper fort en excluant ces clubs (et les joueurs qui les composent) des compétitions qu’ils organisent au nom des valeurs du football. Notez bien qu’ils crient moins fort (ou alors c’est moi qui est dur d’oreille) lorsqu’il s’agit de désigner, comme pays hôtes pour leur compétition, des dictatures ou des pays qui ne respectent pas les droits de l’Homme. Finalement, Morgan Sanson et Maxime Lopez avaient fait le bon choix en rejoignant Aston Villa et Sassuolo puisqu’ils risquent bien de finir champions  de Premier League et de Série A très vite.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Le Décrassage


Supporter insupportable du club phocéen depuis plus de 40 ans. Recordman de titres de champion du monde interdépartemental de la Ligue 2 du LOL. Et désormais plus gros salaire bénévole de MassaliaLive (Prends ça F. Thauvin !)
Article lu 1529 fois, écrit le par Le Décrassage Cet article a été posté dans Decrassage et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.