Le retour du Décrassage (partie 1)

Amis du jour, bonjour ! Ça va vous ? La dernière fois qu’on s’était parlé, on s’était quitté heureux sur un quadruplé inespéré au vue des péripéties de la saison : OM qualifié en Europa League, QSG éliminé de la LDC, Lyon pas qualifié en LDC, et QSG pas champion de France ! Alors j’ai loupé quoi les amis ? Il paraît que tous les projecteurs du monde entier se sont braqués sur notre ligue des fermiers préférée et pas forcément à cause de l’arrivée du passe-partout argentin. Alors du coup, pour fêter mon retour, on va se faire un petit décrassage des événements marquants depuis cet été.

Bon on ne va se mentir, il s’en est passé des choses depuis l’été…

Don Pablo, le baron du Mercato !

Tandis que certains français sont descendus dans la rue pour manifester pour leur liberté d’aller se pochetronner dans les bars sans être vaccinés, Don Pablo Longoria, lui, n’a pas chômé et a assuré un mercato de folie avec des bouts de ficelles. Alors oui, vous allez me dire : « Comment ça se fait qu’on ait pas une thune alors que selon Mytho Merguezirian, les Saoudiens ont déjà racheté le club ? ». Et bien c’est simple : les Saoudiens, en plus de pas être « ouf » sur les droits de l’Homme, ça reste de gros radins. Et donc, Don Pablo, avec un budget LIDL a réussi à faire venir pas moins de 11 joueurs : Pau Lopez, Saliba, Under, Ben Seghir (Harit si vous avez le même ophtalmo que Jacques Bayle), Luan Peres, Balerdi, Guendouzi, Harit (Ben Seghir si vous avez toujours le même ophtalmo que Jacques Bayle), Gerson, De La Fuente et Lirola. Et tout ça en employant la bonne vieille technique de l’étudiant fauché de Fac, à savoir, en se faisant prêter tous ces trucs et en sortant le moins de fric possible. D’ici à ce que Pablo finisse par passer au tabac roulé et à obliger les joueurs à bouffer au Resto U du CROUS pour 3€ le repas à midi, il n’y a qu’un pas.

La saison du Melon écourtée !

Le début de l’été aura aussi été marqué par l’Euro 2020, qui s’est donc déroulé du 11 juin au 11 juillet 2021. Un Euro 2020 qui se déroule en 2021, déjà, y avait une couille dans le beurre comme on dit. Mais c’était sans compter l’humilité à la française. Ainsi avant l’Euro, le journal l’Equipe titrait « Tous les pays nous les envient » en parlant de l’attaque Benzema-MBappé-Griezmann, la FFF lançait fièrement son « hymne des bleus », tous les suiveurs de l’EDF parlaient alors d’un doublé historique qui ne pouvait échapper aux joueurs français, bref on se serait cru en 2002. Et comme en 2002, le Karma s’est chargé vite de nous ramener sur terre et la saison du Melon a été finalement plus courte que prévue. Saleté de météo. Bref, un Euro 2020 qui a lieu en 2021 avec un air de 2002. À l’image de la situation sanitaire en France : un beau bordel. Finalement, Longoria avait tort. Les entraineurs français ont bien un style particulier : celui de faire toujours des contre-performances avec l’un des meilleurs viviers de talents au monde.

La fin du Romantisme

9 août. C’est le drame…

Celui qui était encore considéré peut-être comme le meilleur joueur de tous les temps est désormais officiellement devenu aussi petit que sa taille. Lionel Messi, puisque c’est de lui dont il s’agit, signe dans le club de l’Etat du Qatar pour le challenge sportif, à savoir toucher plus de 41 millions d’euros net par an (sans compter les primes) après avoir refusé de diviser son salaire par deux à Barcelone et toucher seulement 30 millions.

L’Histoire retiendra que Messi aura pris sa retraite à 34 ans comme Zidane. Et elle retiendra également qu’en quittant le club de son cœur, celui qui lui a tout donné, Messi restera un grand joueur mais plus que jamais un petit homme.

Et moi vous voyez, même si dans le foot, j’ai toujours été contre les idoles, même si j’ai pour habitude de ne jamais floquer un maillot au nom d’un joueur de peur d’être déçu dans ce sport où les joueurs embrassent autant d’écussons différents dans leur carrière que de meufs dans une soirée, voir Messi chez les Qataris, ça m’a fait quelque chose. Désormais, je sais que l’argent peut tout acheter, même une certaine idée du football romantique. Que Messi quitte le club qui lui a tout donné, ok. Mais lui qui est déjà milliardaire, qui a déjà mis à l’abri toute sa famille sur 3 générations, aurait pu finir sa carrière dans son pays, à Rosario, chez Newells pour un salaire dérisoire et rentrer définitivement dans la légende par ce geste altruiste. Mais non, au lieu de ça, son image sera salie à jamais.

Et tout ceci en dépit du storytelling mise en place par son entourage et les médias français : on nous chante que « Messi arrive gratuit ». Punaise ! Et dire que moi, j’ai acheté 4 croissants ce matin pour 4 euros alors que pour 0 euro, j’aurais pu m’offrir Messi. Je suis vraiment trop con. En tout cas, moi je vais vous dire une bonne chose : Messi ou pas Messi en Ligue 1, ça ne nous empêchera pas désormais de l’insulter comme un vulgaire Fabrice Fiorèse !

Un début de saison contre indiqué pour les cardiaques !

L’OM débute sa saison le 8 août 2021 et les premiers matchs sont oufs : une victoire de folie à Montpellier (2-3) après avoir été mené 2-0 jusqu’à la 68ème minute suivi d’un match nul contre Bordeaux (2-2) le futur fiché à la banque de France après avoir mené 2-0. Comme prévu avec le style de jeu de Sampaoli, on regardera le match jusqu’au coup de sifflet final avec le palpitant à 180 sans jamais être serein. On pourra marquer 10 buts mais aussi en prendre 10. Une chose est certaine : on ne s’ennuiera jamais.

Et après avoir étrillé St Etienne (3-1) au Vélodrome et Monaco (0-2) à Louis II (à ce sujet, il faudra penser prévenir les dirigeants monégasques que la situation sanitaire leur permet désormais d’accueillir du public à nouveau hein !), le premier coup d’arrêt de cette superbe dynamique a lieu lors du 1er match d’Europa Ligue contre le Lokomotiv Moscou. Alors que les Marseillais étouffent leur adversaire et réalisent un récital parfait pendant presque 90 minutes, les moscovites, pourtant réduits à 10, égalisent à la dernière minute sur leur seule occasion. Dépité, les marseillais, reviennent avec seulement 1 point. Malgré, un bon rebond contre Rennes (2-0), ce scénario d’efforts, de large domination pour ne pas être récompensé à la fin se reproduira plusieurs fois par la suite contre Angers (0-0), Galatasaray (0-0), la Lazio par deux fois (0-0 puis 2-2), et Metz (0-0). Une attaque stérile malgré le retour de Milik, l’éclosion de Dieng, un Payet en feu et un Under qui a fait très vite oublier Florian Tigrou.

Nice où le match de la honte !

Dimanche 23 août. Nice reçoit l’OM dans son stade de l’Anschluss Arena. Crânes rasés, drapeaux suprémacistes, saluts Nazi traditionnels, bref tout le folklore local habituel est réuni pour que la fête soit grandiose et que le Football sorte gagnant de ce derby. Mandanda est chaleureusement accueilli par les supporters niçois qui en guise de bienvenue, lui offrent plusieurs bouteilles de grands crus dès l’échauffement en les balançant dans sa surface. Nice parvient à ouvrir le score en début de 2ème mi-temps, fêtant le but avec ses supporters qui descendent naturellement sur le terrain pour vérifier l’état de la pelouse. Les stadiers font des doigts d’honneur aux joueurs marseillais. Bref, l’ambiance est bon enfant et le match se passe bien selon le prisme du trio infernal Estrosi-Ciotti-Rivère.

Et puis à la 75ème minute, alors que l’OM est justement dans un temps fort avec de multiples occasions franches de buts, voilà que sur un corner, Payet qui vient de recevoir une énième bouteille dans la tête, décide alors d’aguicher les supporters niçois avec sa jupe trop courte, déclenchant naturellement un envahissement de terrain aussi fâcheux que soudain. Le match est alors arrêté naturellement par l’arbitre, les joueurs rentrant aux vestiaires.

On découvre alors qu’Amazon, en plus de diffuser désormais des matchs de foot, se met à diffuser des émissions de happening politique puisque pendant près d’une heure, politiciens niçois, LFP et président de l’OGC Nice vont alors faire pression pour reprendre le match alors que l’arbitre de la rencontre Benoit Bastien, Longoria et ses joueurs ne le souhaitent pas, la sécurité n’étant pas plus assurée. Finalement, le sport… heu… le business sortant toujours vainqueur : l’arbitre décide finalement, à la surprise générale, de reprendre le match au moment où il s’était arrêté, à savoir sur le corner de Payet mais sans Payet et les joueurs de l’OM ce qui est plus simple pour les joueurs Niçois qui remportent donc ce match de la honte, l’arbitre sifflant la fin de la rencontre dans la foulée.

Les images de ce scandale vont alors faire le tour du Monde. Le rêve de la LFP est désormais devenu réalité : la Ligue 1 tient son coup de projecteur à l’international et ceci pas grâce à Messi, qui lui, pense à réfléchir à casser son contrat, humilié de se retrouver dans l’anonymat général en venant dans le championnat français. La presse sportive étrangère salue le geste des Marseillais, réclame une victoire des Marseillais sur tapis vert pour laver l’honneur du sport et trouve scandaleux que la LFP ait décidé de faire reprendre le match.

Et en France me direz-vous ? Et bien en France, la presse sportive est partagée parce que bon, Nice, c’est quand même une ville sympa pour y implanter sa résidence secondaire. Et puis Payet, là, il l’a un peu cherché avec sa jupe courte non ? Et Sampaoli, quelle honte, il était tout rouge et parlait en espagnol, ça ne se fait pas. Et que dire de l’attitude d’Alvaro et Guendouzi ? Selon le président de l’OGC Nice, l’Espagnol aurait pu tuer un bébé de 2 mois en balançant un ballon dans la tribune des Ultras niçois remplie de femmes enceintes, de familles et de nouveau-nés comme chacun sait. Quant au milieu français, il se serait auto-étranglé pour aggraver la situation. Le président niçois poussant alors le vice jusqu’à accuser Pablo Longoria, 1m32, 34kg, petite moustache à la virilité difficile, d’avoir frappé tout le monde en tribune présidentielle et tenter de violer son épouse. Si si.

Bref, tu l’as deviné, ami supporter, on assiste alors à un grand n’importe quoi dont les instances du foot français ont le secret. La farce s’achevant alors par la décision de la LFP qui décide de faire rejouer le match ultérieurement, sanctionne seulement Nice d’un retrait de point et de 3 matchs à huis clos mais prend soin de punir la victime Payet d’un match de suspension avec sursis, Alvaro de deux matchs fermes pour avoir été Alvaro et Pablo Fernandez, de 10 mois de suspension de banc de touche pour avoir initié un combat de MMA pendant l’interruption, pour s’occuper car il trouvait le temps long.

 

Voilà les zamis pour cette 1ère partie de Décrassage, rendez-vous vendredi pour la suite ! 😁😁

 


(Note aux benêts : cet article est dédié à la mémoire de Philousports, du Boss et de Tonton René qui se poilent avec vous mais de là-haut car ils ne font jamais les choses comme tout le monde !)

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Le Décrassage


Supporter insupportable du club phocéen depuis plus de 40 ans. Recordman de titres de champion du monde interdépartemental de la Ligue 2 du LOL. Et désormais plus gros salaire bénévole de MassaliaLive (Prends ça F. Thauvin !)
Article lu 243 fois, écrit le par Le Décrassage Cet article a été posté dans Decrassage et taggé , , , , , , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour Le retour du Décrassage (partie 1)

  1. avatar De Patmarseillaise le 17 novembre 2021 à 22h46

    Vous m’aviez manqué 😁😁 je suis toujours aussi charmée et quel humour !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.