Oui, mais…

On peut lire ici ou là au lendemain du match Bordeaux-OM que les Olympiens sont en perte de vitesse qu’ils n’ont empoché que peu de points, qu’ils régressent dans le classement et passent « logiquement » derrière Monaco…

Sorry for zisse terribeul arbitredge…

arbitrage

L’Olympique de Marseille ne compte que 57 points, soit un point derrière l’ASM et quatre derrière l’OL après cette 32e journée. De ce fait, les Bielsa boys sont éloignés presque définitivement du titre et auront du mal à retrouver le podium. Ils ne réussissent pas contre les « gros ». Oui, mais…

Sans se la jouer parano ou complotiste, tel n’est pas le sujet, cet édito n’est pas là pour dédouaner l’ensemble des résultats obtenus sportivement par l’OM. Revenons juste un peu sur quelques faits de jeu… pas si lointains. Faits qui semblent s’accumuler ces derniers temps. N’est-il pas ?

Rappelez-vous le match à Saint-Étienne, ce match où l’OM menait à Geoffroy Guichard et allait remporter les trois points de la victoire quand dans les dernières secondes, un stéphanois commettait une énorme faute — reconnue ensuite par les arbitres —  sur Alessandrini, et permettant l’égalisation. Logiquement c’était coup franc pour les Phocéens, et but refusé pour les verts. Résultat : l’OM a perdu deux points sur une erreur avérée de l’arbitre. Allez on va dire que « ça peut arriver« .

CiblOM - LAST  2

Maintenant le fameux but d’Ocampos contre Lyon : les images le prouvent, le ballon était bel et bien rentré. Les arbitres n’avaient rien signalé et laissé jouer l’action dans la continuité. Et pourtant ce match était d’un enjeu crucial, sous tension, au sommet, puisque la tête de la Ligue 1 s’y jouait. Au bout du compte, les deux équipes se sont séparées sur le score de 0-0 alors que ça aurait dû se terminer sur une victoire de l’OM qui avait dominé l’OL au vélodrome contre toute attente. Vous y êtes ? Vous avez fait le compte ? Eh oui, nous en sommes déjà à une différence de points de -4. Ça commence à faire non ?

Contre Bordeaux, tout le monde est d’accord pour dire qu’il y avait penalty sur Alessandrini (même des bordelais présents au stade), la faute est plus qu’évidente, même à vitesse réelle. Qui plus est, le joueur coupable de la faute étant dernier défenseur et annihilant une occasion de but, c’est carton rouge si l’on applique le règlement à lettre. Rien que pour comparer, la veille les Bastiais en ont fait l’expérience face au PSG en finale de la Coupe de la Ligue. Et la faute était bien moins évidente…

sorry

Imaginez Bordeaux, chez lui, qui n’a pas eu une seule occasion de but, rentrer aux vestiaires sur le score de 0-1 en sa défaveur, et réduit à dix. Coup au moral assuré. Vous pensez que le match aurait été le même et qu’ils auraient fini par l’emporter ? J’en doute fortement, surtout que nous avions touché le bois par deux fois (eux aussi, mais une seule fois).

Faisons les comptes… nous avons un écart en notre défaveur entre – 5 et -6 points, selon qu’on suppose Bordeaux capable de revenir au score en infériorité numérique ou pas.

Je ne compte pas la main non sifflée contre le PSG puisque rien ne garantit que nous aurions pu tenir le nul ni celle du Bordelais étant donné qu’elle n’est pas du tout intentionnelle donc pas « sifflable » selon les arbitres interrogés. Soit. Nous sommes généreux et ne souhaitons pas charger la mule. Cadeau, on vous l’emballe ?

Vous souhaitez savoir si l’OM n’attaquerait pas moins que les autres, prendrait moins de risques ou ne serait pas autant offensif ? Jetez un œil sur cet article de Lamarseillaise, chiffres et graphiques à la clé.

Retour vers le futur : « Allô Thiriez ? Y a personne au bout du fil ? »

RVLF

Nous sommes à la 32e journée, l’OM a battu Saint-Étienne chez lui, grosse performance chez un concurrent coriace à jouer. Cependant les Phocéens ont ensuite perdu contre le PSG, le grand rival, qui est cependant plusieurs tons au-dessus malgré leur suffisance dans le jeu. Mais les Marseillais ont ensuite gagné contre Lens, Lyon et a enfin vaincu le signe indien à Chaban Delmas… il compte dorénavant 63 points et devance le PSG qui compte un match en moins pour cause de match de Coupe de la Ligue. La saison s’annonce chaude et le titre peut toujours être en vue ! Les supporters marseillais sont aux anges, les médias s’enthousiasment sur la fraîcheur apportée par Bielsa dans cette L1 moribonde et en quête de foot, de passion. Le suspens est présent dans ce championnat. Le PSG et l’OM se disputent âprement la première place malgré des moyens incomparables. Lyon tient la route et Monaco est en embuscade.

OMjoie

Retour en 2015… de notre réalité

Pensez-vous que les médias crieraient que Bielsa fait moins bien qu’Anigo la saison passée sur cette moitié de saison ? Croyez-vous que l’on entendrait dire que l’OM ne mérite pas sa place de 1er « virtuel » ? Voyons la fourchette basse, l’OM n’a pas gagné à Bordeaux et les Girondins sont revenus en fin de partie, valeureux, à 10 contre 11 face à un OM peu réaliste. Nous croiserions tout de même tranquillement à 62 unités, à égalité de points avec le PSG (qui compte une victoire de plus que nous). Le résultat est sensiblement le même.

Alors, qu’on dise que l’OM est moins fringant qu’en première partie de saison, bien entendu. Le supporter marseillais est assez connaisseur pour le reconnaître. Qu’on dise que la méthode Bielsa ne fonctionne pas, ce ne serait pas dans l’air du temps. Au contraire, on entendrait qu’avec l’effectif dont il dispose, les blessures de N’Koulou, et le reste, il a fait plus que du bon boulot en arrivant à la 32e en étant à égalité de points avec le PSG et devant l’OL et l’ASM.

Voilà à quoi ça se joue parfois. Peu de choses. Mais en définitive, cela bouleverse totalement le championnat côté OM.

Donc, pas de complot, pas de Caliméro en vue, hors de question de se servir de ces « erreurs » comme excuses. Nous savons pertinemment que notre effectif n’est pas parfait. Que nous avons des faiblesses, notamment en défense et sur la manière d’appliquer les consignes de Marcelo Bielsa par nos joueurs. Nous savons aussi qu’une saison est faite de hauts et de bas. Nous avons terminé premiers à la mi-saison, ce n’est pas rien quand on voit la concurrence, notamment celle du Paris Saint germain dont les moyens sont démesurés. Oui, nous avons perdu des points contre des équipes plus faibles, oui nous avons eu notre lot de blessés, suspendus, départs à la CAN…

thiriez

Mais non de non, il faudrait parfois admettre qu’une série d’injustices rien que sur ces trois matches ça fait basculer fortement la balance ! Cette série a de quoi déboussoler, énerver, anéantir les esprits guerriers des Marseillais. Après tant d’efforts consentis depuis le début de la saison, avec un nouvel entraîneur, de nouvelles méthodes, une tactique aux petits oignons et ajustée au millimètre, mettez-vous à leur place. Difficile à encaisser, le venin est difficile à avaler, surtout quand les joueurs n’ont pas la possibilité d’expulser leur désarroi dans les couloirs qui mènent aux vestiaires du fait de caméras indiscrètes. Toute la rage qu’ils peuvent mettre dans les matchs suivants est étouffée dans l’œuf par une décision défavorable supplémentaire qui s’ajoute au mille feuilles. Éreintant.

L’Olympique de Marseille ne mérite pas cela. L’Olympique de Marseille ne demande pas un arbitrage favorable à chaque décision litigieuse, mais que les décisions soient justes et équitables. Apparemment le corps arbitral a bien du mal à ce niveau-là. Et pour être crédible et que les décisions soient acceptées, elles doivent être justes. Ce n’est pas le cas. Ni pour Marseille ni pour d’autres équipes (au hasard, Lorient ou Évian Thonon-Gaillard). Au final, une saison ne tient pas à grand-chose, souvent les titres, les accessions se jouent au point près, voire au goal-average ! Quand il s’agit d’une pelletée de points en handicap c’est lourd, très lourd, dans le décompte à la 38e, comme le dirait notre savant mathématicien Stéphane M’Bia.

L’histoire ne retiendra que le classement final, et le champion. On aura beau clamer que cette saison 2014/15, l’OM a eu fort à faire avec une marée tendant vers le cyclone contre lui, rien n’y fera et le label « L1 made » pourra être tranquillement apposé sur un cru particulièrement indigeste.

Alors oui, mais…

Allez l’OM !

RIP LFP LAST

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Jester


Rédacteur à temps perdu - Passionné par l'OM à mon grand dam (et il est grand mon dam !)
Article lu 3322 fois, écrit le par Jester Cet article a été posté dans Edito et taggé , , . Sauvegarder le lien.

2 Réponses pour Oui, mais…

  1. Merci jeanfred !

  2. Bravo Mr jester! Super edito!