CDM féminine : présentation de la 2e journée de poules (1/2)

On démarre déjà la 2e journée de poules ce mercredi 12 juin. Pas encore la dernière chance pour les battues de la première, mais cette fois il ne faudra vraiment pas se rater ! Quant aux vainqueurs, un seul objectif : confirmer et , si possible, assurer déjà sa qualification pour les 8es… Première partie avec les groupes A, B et C.

Groupe A

Mercredi 12 – 15h – Grenoble
NIGERIA  –  CORÉE DU SUD

Le match des – nettes – vaincues du premier jour. Les Super Falcons nigérianes n’ont guère existé face à la Norvège (0-3), tandis que les Taegeuk Nangjia ont bu le bouillon préparé par les Bleues en match d’ouverture (0-4)… L’enjeu est donc simple : l’équipe qui s’inclinera une nouvelle fois aura toutes les chances de se considérer comme virtuellement éliminée, vu ce qui l’attendra au dernier match où il sera bien difficile de se refaire une santé… Si le Nigeria a moins sombré que la Corée, celle-ci ne parait cependant pas moins armée pour l’emporter, loin de là. Sans trop s’arrêter à leurs classements FIFA respectifs (38e pour les Championnes d’Afrique, 14e pour les représentantes de l’Asie), il faudra cependant qu’elles retrouvent de l’allant, et que leurs meilleures joueuses (Oshoala et Oparanozie d’un côté, Ji Soyun et Cho Sohyun de l’autre) montrent enfin tout le talent dont elles sont capables… Dans tous les cas, un match très attendu aux accents dramatiques possibles…

Joueuses à surveiller :

Nigeria : Oshoala (n°8, Barça), Oparanozie (n°9, Guingamp), Ordega (n°17, Shanghai), Ebi (n°5, Henan Huishang).
Corée : Ji Soyun (n°10, Chelsea), Cho Sohyun, la capitaine (n°8, West-Ham), Lee Mina (n°7, INAC Kobe), Yeo Minji (n°13, Suwon).

Prono : Corée

—————————-

Mercredi 12 – 21h – Nice
FRANCE  –  NORVÈGE

Après le match des vaincues, celui des vainqueurs. Avantage au classement à nos Bleues grâce à une – toute petite – différence de buts favorable (+4 contre +3). Un nul suffirait donc pour conserver la tête de la poule, mais pas pour l’assurer in fine. Certes, une victoire non plus, sauf par un score très large. Mais disons qu’un succès donnerait quand même de très, très bonnes chances à nos représentantes de remporter la poule, car on les imagine mal s’incliner au dernier match contre le Nigeria à Rennes cinq jours plus tard…
Les deux pays ne se sont affrontés qu’une fois en CM par le passé, et la Norvège s’était imposée 1-0. Mais c’était il y a longtemps (2003), les Tricolores jouaient leur premier mondial dans l’indifférence générale, alors que la Norvège était déjà championne du monde (1995), d’Europe (1987 et 1993) et olympique (2000)… Depuis, en 9 rencontres (dont deux aux Euros 2005 et 2009), la France ne s’est plus inclinée, le bilan étant de 5 victoires (dont quatre par 1-0, et 4 nuls, tous 1-1 ,dont les deux européens). La dernière opposition, amicale, en juillet 2017, juste après l’Euro catastrophique pour la Norvège et plus que décevant pour la France, s’était soldée par un de ces nuls à Sedan. Il y avait ce jour-là 11 663 spectateurs. Cette fois, ils seront 35 000, le match étant annoncé à guichets fermés à l’Allianz Riviera. Toutes les Bleuessont d’attaque, et Corinne Diacre a annoncé que le 11 de départ devrait être le même que cel i ayant débuté contre la Corée, à savoir :

Bouhaddi
Torrent      M’Bock    Renard   Majri
Henry                         Bussaglia
Cascarino            Thiney            Le Sommer
Diani

Joueuses à surveiller :

France : Renard (n°3, Lyon, double buteuse de la tête contre la Corée), Henry, la capitaine (n°8, Lyon), Le Sommer (n°9, Lyon), Diani (n°11, PSG, qui nous doit une revanche après son match raté contre la Corée). Et Bouhaddi, la gardienne (n°16, Lyon) qui, cette fois, sera à la tâche.
Norvège : Hansen (n°10, Barça la saison prochaine), Reiten (n°16, Lilleström, joueuse FIFA contre le Nigeria), Herlovsen (n°9, Kolbotn). Et attention à la capitaine Mjelde (n°6, Chelsea) qui avait égalisé contre les Bleues à la 84’ en 2017, et a éliminé le PSG en 1/4 F de la LdC cette saison en marquant un but décisif dans le temps additionnel. Une joueuse qui aime bien la France, et à surveiller jusqu’à l’ultime seconde. Et attention à ses coup-francs !

Prono : France

 


 

Groupe B

 Mercredi 12 – 18h – Valenciennes
ALLEMAGNE  –  ESPAGNE

Encore un match entre vainqueurs de la première journée et qui pourrait déterminer qui sortira en tête de la poule au soir du 3e et dernier match, évitant ainsi sans doute… les USA en 8e ! On mesure donc pleinement l’importance de la rencontre. D’autant qu’en cas d’exploit contre les USA, ce serait alors probablement la France qui attendrait ce vaincu du jour en 1/4 de finale… Même en se préservant de tirer des plans sur la comète, les enjeux sont assez simples comme ça : gagner.
Aucune des deux équipes n’a pleinement convaincu lors de son premier match. Les Allemandes se sont fait peur contre la Chine (1-0), et l’Espagne a dû batailler pour revenir au score contre l’Afrique du Sud, puis l’emporter via deux penaltys et une grosse faute d’arbitrage en leur faveur (3-1). Mais si la Frauen NationalMannschaft n’a guère brillé, jouant en mode diesel – une de ses habitudes en début de tournois -, elle n’a pas affiché pour autant de grandes faiblesses notables. Cependant, elle ne pourra profiter du talent exceptionnel de sa meneuse de jeu, la Lyonnaise Dzsenifer Marozsan, victime d’une fracture d’un orteil et d’ores et déjà forfait pour les deux prochains matchs… en attendant peut-être pire !
La Roja a fait naître bien des inquiétudes quant à sa défense, souvent aux abois et en totale désorganisation face aux rapides contre-attaquantes sud-africaines, et a toujours autant de mal à concrétiser par des buts dans le jeu sa possession de balle
Les deux équipes se sont rencontrées en novembre dernier à Erfurt en amical. Résultat : un score nul et vierge (0-0). Espérons que les spectateurs valenciennois aient plus de chance et voient des buts.

Joueuses à surveiller :

Allemagne : Popp, la capitaine (n°11, Wolfsburg), Däbritz (n°13, PSG la saison prochaine), Gwinn (n°15, Bayern la saison prochaine, unique buteuse contre la Chine et joueuse FIFA du match), Lea Schüller (n°7, Essen).
Espagne : Hermoso (n°10, Barça la saison prochaine, double buteuse sur penalty contre le Nigeria), Putellas (n°11, Barça), Guijarro, (n°12, Barça), Paredes (n°4, PSG).

Prono : Allemagne ou nul.

———————————

Jeudi 13  – 21h – Paris (Parc des Princes)
CHINE  –  AFRIQUE DU SUD

 Comme dans le groupe A. entre la Corée et le Nigeria, ce match entre les Roses d’Acier et les Banyana Banyana se teintera à n’en pas douter d’accents dramatiques. Si une élimination dès le premier tour ne serait pas vécue comme une tragédie pour les débutantes que sont à ce niveau les Sud-Africaines, venues pour progresser, il en irait différemment pour les Chinoises. Hors de question pour celles-ci de faire moins bien qu’en 2015 (quart de finalistes), surtout après leur belle 3e place au championnat d’Asie 2017… La Chine a joué un bon match contre l’Allemagne et aurait pu décrocher le nul, voire l’emporter (un poteau trouvé à 0-0). Sa défense et son organisation générale, sa solidarité ont paru bien au point. Il ne manquait qu’un peu de puissance offensive. Question : Whang Shuang débutera-t-elle à nouveau sur le banc ? Vu son entrée en jeu peu convaincante contre l’Allemagne, on peut le penser… L’Afrique du Sud, elle aussi, a cru longtemps pouvoir accrocher les Espagnoles et ont montré des qualités certaines en contre… Le match pourrait s’avérer débridé et spectaculaire… Mais gare aux vaincues…

Joueuses à surveiller :

Chine : Wang Shuang (n°7, PSG), Wang Shanshan (n°11,  Dalian), Gu (n°17, Beijing), Peng, la gardienne (n°12, Jangsu).
Afrique du Sud : Van Wyk, la capitaine (n°5, JVW), Kgatlana (n°11, Beijing, superbe buteuse contre l’Espagne), Motlhalo (n°10, Beijing), Smeda (n°17, Vitsjö).

Prono : Chine


 

Groupe C

 Jeudi 13 – 18h00 – Montpellier
AUSTRALIE  –  BRÉSIL

 Attention, gros choc ! Dans un groupe qui semble devoir se révéler le traditionnel « de la mort », faire le moindre pronostic sur qui terminera aux trois premières places semble bien hasardeux. La raison ? La première surprise de ce mondial est venue de ce groupe avec la défaite des doubles vice-championnes d’Asie en titre, les Matildas australiennes face à l’Italie (1-2). Un revers qui hypothèque forcément les chances d’un des plus sérieux outsiders au titre et ne laisse plus le droit au moindre échec. Si les Australiennes ne s’inclinèrent qu’au bout du temps additionnel face aux Transalpines, on ne peut pas dire que cette défaite fut illogique, tant la sélection des Antipodes a affiché de faiblesses, notamment en défense où c’était journée portes ouvertes. Face aux rapides et percutantes Brésiliennes, emmenées par la triple buteuse du premier match Cristiane, et à la menace permanente des coups de génie de Marta qui devrait faire ses débuts dans la compétition, il y a tout à craindre… On se souvient alors soudain que lors de ses trois matchs de préparation,  les Matildas avaient déjà encaissé 11 buts… Reste le souvenir d’une victoire sur le Brésil il y a un peu moins d’un an (juillet 2018) au Tournament of Nations, aux USA (3-1), mais l’Australie avait été bien secouée par le Brésil, « trahi » ce jour-là par deux énormes erreurs de sa défenseure Poliana…
De toute façon, s’il ne fallait qu’une seule raison pour trouver ce match excitant par anticipation : Marta, et la recomposition de son duo avec Cristiane. Un  duo qui éblouit et convertit au football féminin l’auteur de ces lignes en 20017 (CM) et 2008 (J.O.)… Allez, encore un tour de piste, les artistes !

Joueuses à surveiller :

Australie : Kerr (n°20, Chicago, très décevante contre l’Italie), Carpenter (n°21, Portland, la meilleure Australienne contre l’Italie), Foord (n°9, Portland), De Vanna (n°11, Sydney).
Brésil : Marta, la capitaine (n°10, Orlando), Formiga (n°8, PSG, je rappelle qu’elle a 41 ans et joue sa 7e CM…), Cristiane (n°11,  Sao Paulo, coup du chapeau contre la Jamaïque), Barbara, la gardienne (n°1, Kindermann Avai).

Prono : Bien malin qui peut le dire…

—————————–

Vendredi 14 – 18h00 – Reims
JAMAÏQUE  –  ITALIE

Pour leur retour en phase finale après 20 ans tout juste d’absence, les Italiennes ont frappé un très grand coup en mettant à terre l’Australie qui partait largement favorite. Du coup, voilà les Azzure qui rêvent non seulement de qualification (déjà le cas avant même le début de la compétition), mais pourquoi pas d’une première place de groupe qui leur assurerait un 8e très abordable ! Elle pourra compter une fois de plus sur sa double buteuse du premier match, l’élégante Barbara Bonansea pour se défaire d’une Jamaïque qui, certes, s’est largement inclinée face à un excellent Brésil (0-3) – et ça aurait même pu être pire sans l’éblouissante partie de sa toute jeune gardienne Sidney Schneider -, mais qui a aussi montré un réel potentiel offensif avec sa pépite Khadija Bunny Shaw. Il sera très intéressant de voir comment se comportera la future Girondine face à la solide défense italienne…

Joueuses à surveiller :

Jamaïque : Shaw (n°11, Bordeaux après la CM), Schneider, la gardienne (n°1, Univ. North Carolina), Plummer, la capitaine (n°5, UCF Knights), Swaby (n°4, Univ. Rutgers).
Italie : Bonansea (n°11, Juventus), Giuliani, la gardienne (n°1, Juventus), Gama, la capitaine (n°3, Juventus), Linari (n°5, Atletico Madrid)

Prono : Italie.

 

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Philippe Serve


Supporter de l'OM depuis sa finale victorieuse en Coupe de France en 1969. Tombé amoureux du foot féminin, un peu d'abord en 2007 et 2008, définitivement en 2011. Ai suivi pendant 4 ans au plus près l'OM féminin via mon site Olympiennes et Marseillaises. Assume complètement d'être supporter à la fois de l'OM ET de l'OGCN, club de ma ville natale ! Informe au quotidien sur tout le foot féminin, mais aussi sur l'actualité la plus diverse via mon compte perso Twitter @Olympiennes
Article lu 392 fois, écrit le par Philippe Serve Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.