CDM féminine : résultats J1 (2/2)

Suite de la première journée de poules avec les matchs joués de dimanche à mardi dans les groupes D, E et F. Un derby 100% britannique au bord de la Promenade des Anglais, des Nadeshiko en panne d’allumage, un Canada petit bras

Groupe D

ANGLETERRE  2 – 1  ÉCOSSE

L’Allianz Riviera de Nice avait beau n’être empli qu’à moins de la moitié de sa capacité, l’ambiance était chaude grâce aux supporters des deux équipes venus en nombre pour ce premier derby 100% britanniques de la Coupe du Monde féminine (ainsi que par un ciel très lourd et sans un brin d’air), et les débuts historiques des  Écossaises pour une phase finale… La première période s’avère entièrement à l’avantage des Anglaises, 3e nation mondiale, qui dominent dans tous les compartiments du jeu, remportant systématiquement les duels, jouant très vite, en mouvement, en percussion et avec technicité. Et la rapide ouverture du score, même obtenue sur pénalty, se révèle logique. Une main de Docherty, et la future Lyonnaise Nikita  Parris – très impressionnante pendant 45 minutes – transforme en force (14’, 1-0)… Les Three Lionesses continuent d’appuyer sur l’accélérateur pour faire le break face à des Écossaises dépassées et où aucun ballon ne parvient à leur meneuse de jeu et capitaine (ainsi que d’Arsenal)  Kim Little… Lee Alexander, la gardienne, multiplie les interventions décisives devant White ou Mead, et retarde l’échéance. Mais à cinq minutes de la pause, l’ex-Pailladine Jennifer Beattie relance mal, l’excellente latérale gauche anglaise Alex Greenwood intercepte et sert dans l’axe Ellen White qui envoie un tir puissant au fond des filets ! 2-0 à l’heure des citrons, et l’on se demande à ce moment si le cauchemar de 2017 qui avait vu les Écossaises se faire étriller 6-0 par leurs amies anglaises pour leurs débuts en phase finale d’un Euro, ne va pas se répéter…
Mais non, car à la reprise l’Écosse revient avec d’autres intentions et les Anglaises baissent considérablement de rythme, semblant vouloir gérer leur avance. On voit bien davantage Little, et surtout Claire Emslie qui percute à tout va sur son aile droite. Le match a vraiment changé de physionomie, mais la récompense pour les Écossaises arrive un peu tard. La capitaine anglaise Steph Houghton perd le ballon, Lisa Evans le récupère, percute et sert l’intenable Emslie qui ne laisse aucune chance à Karen Barsdley (79’, 2-1). Le onze au chardon pousse encore dans les dernières minutes, mais en vain, et le score en reste là…
Si l’Angleterre joue ses prochains matchs comme sa première période, elle ira très loin. Et si l’Écosse montre la même détermination qu’en deuxième, elle peut rêver aller au second tour…

Résumé vidéo du match

Nikita Parris (à dr.) la future Lyonnaise, aura fait bien des misères aux Ecossaises, ici Kirsty Smith.

Joueuse FIFA du match : Nikita Parris (Angleterre).

Ma note globale pour l’Angleterre : 8 en 1re période, 5 en 2e.
Ma note globale pour l’Écosse : 3 en 1re période, 7 en 2e.
Ma note du match : 7

Nice – 13 188  spectateurs

——————————-

JAPON  0 – 0  ARGENTINE

 On attendait avec une curiosité impatiente les débuts des Nadeshiko, au palmarès récent éblouissant, mais en pleine reconstruction et dont l’objectif est clairement les J.O. de Tokyo l’an prochain. Le moins qu’on puisse dire est que la déception a été au rendez-vous. Le Japon, malgré une large domination, s’est montré incapable de trouver le chemin des filets et a permis à l’Argentine de décrocher un premier point historique en Coupe du Monde après six défaites (3 en 2003, 3 en 2007).  Les Japonaises ont cruellement manqué de présence dans la surface adverse, se heurtant à des Sud-Américaines sans génie, mais à la grinta bien chevillée au corps. Je vois cependant mal les coéquipières de la talentueuse Estafania Banini inquiéter leurs prochaines adversaires, d’autant qu’elles ont dépensé énormément d’énergie, et pourraient se trouver un peu « rincées »… A voir…

Résumé vidéo du match

Yui Hasegawa (à dr.) ne marquera pas, et les Nadeshiko devront se contenter du nul…

Joueuse FIFA du match : Estefania  Banini (Argentine)

Ma note globale pour le Japon :  5,5
Ma note globale pour l’Argentine : 5,5
Ma note du match : 5,5

Paris (Parc des Princes) – 25 055 spectateurs


Groupe E

CANADA  1  – 0  CAMEROUN

Décidément, ce lundi n’était pas le meilleur jour pour la suite de cette première journée de Coupe du Monde. Après le très moyen Japon-Argentine de début de soirée, on devait assister à un assez soporifique Canada-Cameroun en ouverture du groupe D. Tout le monde guettait des buts de Christine Sinclair, la légende des Canucks à la chasse au record mondial de buts en sélection (tous sexes confondus). Un petit triplé – comme Cristiane la veille – et hop ! il aurait été égalé à 184 pions. Hélas, Sincy ne parvint pas à inscrire le seul but du match. Celui-ci fut l’œuvre de la défenseure de Lyon Kadeisha Buchanan qui, totalement oubliée sur corner, eut tout loisir de venir déposer une jolie tête au second poteau, et ce juste avant la pause (45′, 1-0). Le but récompensait certes une énorme domination canadienne, mais sans vraies grosses occasions… La deuxième période se montra peu ou prou à l’image de la première. Jeanine Beckie, puis Deanne Rose une fois entrée en jeu, tentèrent bien d’insuffler davantage d’énergie au jeu canadien, mais sans réussite. Côté Cameroun, on faisait l’effort de bien défendre et c’était à peu près tout (merci à la bonne gardienne Annette Ngo Ndom), la dynamique Gabriella Onguené étant livrée à elle-même sur son aile…
Le Canada a fait le minimum, comme il y a quatre ans, chez lui. Mais il lui faudra se montrer bien plus convaincant lors de ses prochains rendez-vous. Et la remarque vaut tout aussi bien pour un Cameroun déjà un peu le dos au mur…

Résumé vidéo du match

La photo est trompeuse. Jeanette Yango, la Camerounaise de Saint-Malo (D2) ne s’est pas envolée très haut dans ce match. Et les autres non plus..

Joueuse FIFA du match : Kadeisha Buchanan (Canada)

Ma note globale pour le Canada : 5
Ma note globale pour le Cameroun : 4
Ma note du match : 4,5

Montpellier  –  10 710 spectateurs

A défaut d’autre chose, le prix de la photo officielle la plus originale pour le Cameroun !

——————————–

NOUVELLE-ZÉLANDE  0 – 1  PAYS-BAS

Une première période animée entre deux nations qui s’étaient déjà affrontées en poule en 2015 (victoire des P-B 1-0). Les Néo-Zélandaises rêvaient de battre les championnes d’Europe en titre et, par la même occasion, de remporter leur première victoire en phase finale de CM après 12 tentatives malheureuses (4 éliminations au 1er tour, dont les trois derniers tournois). Martens et Miedema se créaient chacune une occasion dans les 20 premières minutes, mais la première grosse opportunité était pour la NéoZed Olivia Chance. Profitant d’une erreur de Bloodsworth, l’attaquante d’Everton trouvait la barre transversale de Van Veenendaal. Un peu plus tard, c’est Rosie White qui des 25 mètres obligeait la gardienne oranje  à détourner en corner sur une belle frappe tendue, avant un énorme raté de Bloodworth seule devant la cage néozed… 0-0 à la pause… De nouvelles occasions de part et d’autre en seconde mi-temps pour Gregorius d’un côté, Martens et surtout Miedema à deux reprises, de l’autre. Les Néerlandaises poussaient de plus en plus et étouffaient leurs adversaires. Il faudra finalement attendre le temps additionnel pour voir Jill Roord, la néo-Gunner d’Arsenal, placer un coup de tête au second poteau et délivrer les Championnes d’Europe (90+1’, 1-0)… Toujours pas de victoire pour la Nouvelle-Zélande en Coupe du Monde…

Résumé vidéo du match

La future ex-gardienne d’Arsenal Sari Van Veneendaal a brillé à plusieurs reprises dans les buts des Pays-Bas.

Joueuse FIFA du match : Lieke Martens (Pays-Bas)

Ma note globale pour la N-Z : 6
Ma note globale pour les P-B : 6
Ma note du match : 6,5

Le Havre  – 10 654  spectateurs

 


 

Groupe F

CHILI  0 – 2  SUÈDE

 La Suède domine d’entrée en proposant un jeu intéressant, mais le Chili défend très bien. Christiane Endler, la capitaine et gardienne chilienne se met en valeur avec une parade exceptionnelle au sol sur une reprise de près de Fischer (26’). Dix minutes plus tard, la gardienne du PSG se met encore en évidence avec une belle sortie dans les pieds de l’ex-Pailladine Blackstenius (à noter qu’il y avait au coup d’envoi 6 actuelles ou ex- joueuses de D1 dans l’équipe suédoise !). À la pause, les Chiliennes tenaient toujours le 0-0… A peu près le même scénario en deuxième période, mais avec des Suédoises de plus en plus brouillonnes, et un véritable déluge  s’abattant sur le Rohazon Park de Rennes et forçant l’arbitre à interrompre le match à une vingtaine de minutes de la fin pour cause de dangerosité pour l’intégrité des joueuses… La rencontre reprenait près d’une demi-heure plus tard avec toujours la même domination suédoise, mais sans imagination… jusqu’à l’entrée en jeu de la remplaçante Madelen Janogy. La joueuse de Pitea se retrouvait à l’origine d’un cafouillage dans la surface chilienne qui se terminait par un but à bout portant de l’ex-Parisienne Kosovare Asllani (85’). En toute fin de rencontre, Janogy allait perforer la défense sud-américaine pour doubler la mise… 2-0, la Suède a fait le principal, a vu ses efforts récompensés, mais devra faire mieux à l’avenir, notamment face aux USA… Quant aux Chiliennes, le sort est un peu cruelle pour elles, mais elles n’ont pas à rougir de leurs débuts en CM.

Résumé vidéo du match

Malgré ses beaux arrêts, dont cette sublime parade au sol, la capitaine chilienne Christiane Endler n’a pu empêcher la défaite à son équipe.

Joueuse FIFA du match : Kosovare Asllani (Suède)

Ma note globale pour le Chili : 5,5
Ma note globale pour la Suède : 6
Ma note du match : 6

Rennes –  15 875 spectateurs

—————————-

 ÉTATS-UNIS  13 – 0  THAÏLANDE

 Match forcément très déséquilibré avec des États-Unis qui démarrent pied au plancher comme à leur habitude avec un but logiquement refusé à Alex Morgan pour hors-jeu (5’). Partie remise seulement puisque quelques minutes plus tard, la même Morgan reprend de la tête et comme à la parade un centre venu de la droite (1-0). C’est ensuite au tour de Rose Lavelle de prendre sa chance des 18m plein axe, le cuir file en coin (19’, 2-0). Puis Lindsey Horan catapulte le cuir au fond à bout portant à la suite d’un coup-franc (31’, 3-0)… En seconde période, l’avalanche se déclenche d’entrée : doublé pour Samantha Mewis et Lavelle, quintuplé pour Morgan (son 5e est superbe), plus des buts de Rapinoe qui, à 9-0,  le fête démesurément, un peu insultant envers l’adversaire, non ? Mallory Pugh et Carli Lloyd permettent d’établir un nouveau record en phase finale de CM à 13-0, l’ancien datait de 2007 (11-0 pour l’Allemagne contre l’Argentine). Ce match était ridicule par l’écart entre les deux équipes, et franchement écœurant par les manifestations totalement déplacées des joueuses US, vrai manque de respect pour les pauvres Thaïlandaises.

Résumé vidéo du match

Alex Morgan a plané sur la rencontre et, avec son quintuplé (plus trois passes décisives), prend la tête au classement des buteuses.

Joueuse FIFA du match : Alex Morgan (USA)

Ma note globale pour les USA : 10 (mais ça ne veut rien dire, vu l’opposition)
Ma note globale pour la Thaïlande : 0
Ma note du match : zzzzzzzzzzzzzzz

Reims – 18 591  spectateurs

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Philippe Serve


Supporter de l'OM depuis sa finale victorieuse en Coupe de France en 1969. Tombé amoureux du foot féminin, un peu d'abord en 2007 et 2008, définitivement en 2011. Ai suivi pendant 4 ans au plus près l'OM féminin via mon site Olympiennes et Marseillaises. Assume complètement d'être supporter à la fois de l'OM ET de l'OGCN, club de ma ville natale ! Informe au quotidien sur tout le foot féminin, mais aussi sur l'actualité la plus diverse via mon compte perso Twitter @Olympiennes
Article lu 292 fois, écrit le par Philippe Serve Cet article a été posté dans Compte-rendu et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.