EAG – OM : reprendre la marche En Avant

Michel au pays de Coco Michel. Voilà le programme, sauce nineties, avant une mini-trêve internationale qui doit permettre au nouvel entraîneur marseillais de prendre ses marques.

En compagnie de son staff. Et pourquoi pas, aussi, de la demi-douzaine de renforts que Vincent Labrune est capable d’aller chercher en prêt le soir du 31 août pour boucler le recrutement et remplacer des départs imprévus. Car on ne va pas se mentir, ce qui focalise toute l’attention des supporters en ce moment, c’est le dénouement d’un mercato estival dont le déroulement ferait passer un épisode de la série « 24 » pour un extrait particulièrement contemplatif d’un film d’auteur islandais. Qui vendre ? Qui acheter ? Et l’éternel « Grantatakan », il est où ?

Sur le terrain peut-être, si l’on se donne de la peine d’y jeter un œil pour y voir un Michy nettement au-dessus de la mêlée pour peu qu’il soit un minimum en confiance. C’est vrai que, parfois, on l’oublierait presque, le terrain. Déjà évaporée, l’euphorie du set inaugural infligé aux Troyens par le membre éminent de « la quinta del cuistre del Real Madrid », comme dirait Luis Fernandez.

À juste titre, sans doute. Car les pions ne sont pas des points, et les six buts inscrits pendant l’opération « portes ouvertes » organisée par Jean-Marc Furlan ne suffisent pas à rattraper les six longueurs d’avance prises par l’incontournable émirat parisien.

Vincent Labrune, en pleine réflexion tactique d'avant-match

Vincent Labrune, en pleine réflexion tactique d’avant-match

Feu de paille ou début de série ?

Commencer la saison en ayant la quasi-assurance de ne pas pouvoir accéder au titre ne doit pas empêcher les Olympiens de faire de leur mieux. La saison dernière en est une preuve douloureuse. L’urgence est donc moins de surveiller les SMS présidentiels que de glaner des points. D’autant plus que l’adversaire du soir en a également cruellement besoin.

Jocelyn Gourvennec a beau être un coach ouvert et joueur, ce n’est pas un dogmatique du foot à la troyenne. Pas très loin en Bretagne, remiser toute ambition footballistique vient d’ailleurs de permettre à son homologue rennais Philippe Montanier d’empocher trois points à Lyon. De quoi lui donner des idées, et inciter un OM encore convalescent à se méfier.

Pour se rassurer, l’idéal serait évidemment de reconduire un onze gagnant. Mais la tendance naturelle d’Abdel Barrada à se blesser toutes les 8 minutes en moyenne laisse planer une incertitude. Tandis que le retour de suspension de Romao laisse planer… un regard vide, ce qui fera un copain à Mario Lemina.

En passant, le champion du monde U20, auteur d’une bonne prestation dimanche dernier, disputera peut-être son dernier match sous les couleurs phocéennes. La destination dont on parle, c’est l’Italie, où son époustouflante intelligence tactique ferait merveille. En attendant, son association avec Lassana Diarra a livré des promesses qui ne demandent qu’à se confirmer au Stade du Roudoudou qui signifie « gué » en breton. De circonstance, puisque entre les révolutions de banc de touche et les lessives d’effectif, l’OM se trouve justement en pleine traversée.

Officiel : l'OM finit fort le mercato et recrute un international espoir Brésilien

Officiel : l’OM finit fort le mercato et recrute un international espoir Brésilien

Droit aux points

Si ce match est important, c’est aussi parce qu’il va conditionner la « véritable » reprise du championnat. Une victoire est absolument indispensable pour entrer de la meilleure manière possible dans le vif du sujet. Entre l’Europa League et l’Olympique Lyonnais qui s’annoncent, la bande à Steve Mandanda (mouhaha) ne peut plus se permettre un nouveau retard à l’allumage. D’autant moins qu’à son niveau normal, l’Olympique de Marseille, malgré tout ce qu’on peut dire, a évidemment le niveau pour disposer tranquillement de clubs comme Caen, Reims ou Guingamp. Un faux pas serait inquiétant, moins pour des raisons comptables que pour ce qu’il dirait du manque d’investissement de l’équipe.

Tout le travail de Michel est de faire adhérer son groupe sur la durée. Parce que les sourires, le plaisir à l’entraînement et les petits jeux, ça avait aussi bien fonctionné sous Albert Emon. Un temps. La vraie curiosité autour du coach espagnol ne réside pas autour du style de ses vestes, ou même dans son carnet d’adresses mercatique, mais bien dans la manière dont il fera jouer au foot cet OM version « année de transition version 875.2 ».

La meilleure réponse à apporter, c’est celle du jeu. Ce sera le cas chaque semaine, peu importe l’adversaire. Et si l’ancien Madrilène pige quoi que ce soit au club qui signe désormais ses chèques de salaire mensuels, il a déjà compris cela depuis bien longtemps.

Les Marseillais aimeraient bien utiliser les mêmes ingrédients que contre Troyes

Les Marseillais aimeraient bien utiliser les mêmes ingrédients que contre Troyes

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 2128 fois, écrit le par boodream Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

2 Réponses pour EAG – OM : reprendre la marche En Avant

  1. avatar De selfmade footix le 28 août 2015 à 13h56

    boodream monte au filet et c’est un passing shot sur la ligne.

  2. Excellent AM ! 🙂