FCN-OM : Marseille, arbitre du beau jeu

On l’oublierait presque, mais entre deux erreurs d’arbitrage, l’Olympique de Marseille continue à disputer des matchs qui vont conditionner son avenir. L’armada de Bielsa doit absolument renouer avec la victoire.


Pour le podium, c’est loin d’être cuit-cuit-cuit

On passe des gazouillis aux Canaris...

On passe des gazouillis aux Canaris…

Dans un monde sympathique, sans tweet-clashs idiots, sans analyses de Bernard Tapie ou Jean-Claude Dassier, sans débats inutiles sur l’arbitrage, l’OM reprendrait à coup sûr la troisième place du Championnat de France de Ligue 1 vendredi soir. Un match nul suffirait aux Olympiens pour revenir sur le podium à la différence de buts. Mieux, une victoire face à Nantes permettrait de mettre la pression à des Monégasques peut-être usés par le quart de finale aller de C1 qu’ils viennent de perdre contre la Juventus de Turin.

On présente ça comme un désavantage, mais en vrai, on aimerait bien être à leur place. C’est que le dernier match disputé par l’OM à ce stade de la compétition nationale a laissé un goût sacrément amer dans la bouche de nombreux supporters, non rémunérés. Pour goûter à nouveau à la Ligue des Champions, les Marseillais le savent : la troisième place est une condition nécessaire, à défaut d’être suffisante. Cela suffit à en faire l’objectif finalement excitant d’une fin de saison qui aurait certes pu l’être davantage.

Depuis la défaite à Bordeaux dimanche dernier, on a presque l’impression que le championnat est terminé et que Bielsa a conduit son équipe dans le ventre mou du classement ! Après avoir sorti les kleenex tout l’automne pour extérioriser notre satisfaction extrême de voir Jérémy Morel se transformer et gladiateur et André-Pierre Gignac donner l’impression d’être joueur de football par la grâce d’un mystérieux phénomène cosmique venu d’Argentine, voilà que les mouchoirs reviennent au printemps, pour faire le deuil d’un championnat pourtant encore loin d’être raté.

 Le jeu à la marseillaise

Les possibles qualifications européennes de Monaco et Saint-Etienne vont faire du bien au foot français

Les possibles qualifications européennes de Monaco et Saint-Etienne feraient du bien au foot français.

Pris en en étau entre Monaco et Saint-Étienne, deux des moins bonnes attaques de L1, les Phocéens ont le devoir moral de ne pas laisser le « joga mochito » triompher. C’est quand même autrement plus passionnant que les gesticulations adolescentes de Vince la Menace. Ce ne sont pas les supporters nantais, qui ont gagné des titres en développant un jeu magnifique à une touche de balle, qui désapprouveront.

Certes, les Canaris sont désormais entraînés par un technicien qui évoque plus un croisement entre Alain Casanova et Claude Puel qu’entre José Arribas et Jean-Claude Suaudeau, mais gagner à Nantes en restant fidèles aux principes insufflés par El Loco aurait une valeur symbolique. Tandis que le dernier hold-up concédé à Chaban ressemble à une rétrospective de la carrière de Guy Lacombe. Il ne faut pas le dire trop fort hein, que Der Zakarian et Sagnol manquent d’ambitions dans le jeu… En L1, seul le classement compte.

À Marseille de faire honneur à sa devise en démentant la triste tradition franco-française selon laquelle, en matière de football, la meilleure attaque, c’est la défense ! Il faudra y arriver sans Dimitri Payet, son chef d’orchestre, suspendu pour d’obscures raisons. Pour un peu, on se demanderait presque si le Réunionnais, formé à Nantes, n’est pas sanctionné pour excès de zèle offensif et manque de respect vis-à-vis du vénérable « bloc bien en place ».

Romain Alessandrini, la Loire(-Atlantique) de mon père

Ce type est jeune et hyper talentueux. Ce serait bien que l'OM compte ce genre de joueurs dans son effectif.

Ce type est jeune et hyper talentueux. Ce serait bien que l’OM compte ce genre de joueurs dans son effectif.

Bielsa l’a annoncé en conférence de presse. Après une titularisation encourageante pour suppléer André Ayew, Romain Alessandrini va à nouveau démarrer la rencontre face à Nantes. Étant donné le retour aux affaires de l’indispensable ghanéen, c’est cette fois  Florian Thauvin qui sort de l’équipe. Mais si voyons, Florian Thauvin, vous le connaissez. C’est un attaquant de l’OM. Non, pas en réserve, non. Il  a été champion du monde des moins de 20 ans et…oui, voilà, c’est ça, c’est le joueur offensif qui perd tout le temps la balle et qui a coûté un rein à notre club…

À l’opposé, Romain Alessandrini a souvent été convaincant cette saison, lorsque les blessures l’ont laissé s’exprimer. Révélé à Clermont par l’actuel coach nantais, le minot aura forcément à cœur de briller. Alors que les départs de plusieurs cadres sont annoncés cet été côté offensif, l’ancien pensionnaire du centre de formation marseillais à clairement une carte à jouer. Ce serait quand même agréable d’entendre parler de lui pour ses bonnes performances, au lieu de nous farcir les inepties débitées par son agent…

Michy, la bougeotte à la Beaujoire

Les dirigeants de Liverpool n'ont pas besoin de Michy. Ils ont dépensé 15 millions d'euros pour recruter Divock Origi.

Les dirigeants de Liverpool n’ont pas besoin de Michy. Ils ont dépensé 15 millions d’euros pour recruter Divock Origi.

On se moque tous beaucoup du Projet Dortmund de Vincent Labrune. Parfois à juste titre, mais s’il y a bien un joueur de l’effectif qui incarne les promesses de cette stratégie un peu fumeuse, c’est Michy Batshuayi. Jeune, bourré de potentiel, et déjà efficace, l’avant-centre ronge son frein en attendant le départ programmé d’André-Pierre Gignac. Pourtant, les deux hommes sont tout à fait capables de jouer ensemble. Aligné en position de numéro dix lors du dernier match de la phase aller contre Lille, le Belge avait livré un match étincelant.

En l’absence de Payet, c’est à nouveau à lui que va revenir la charge d’animer le jeu marseillais et de casser les lignes adverses. Que l’OM parvienne ou non à disputer la prochaine C1, l’ancien joueur du Standard de Liège incarne un avenir riche en buts. Le Vélodrome n’attend que ça. Et il n’est pas sûr que le public nantais, qui place toute l’année ses espoirs en Serge Gapké, se plaigne de voir à l’œuvre le talent du Diable Rouge.

Si jamais le dépaysement est trop important, la Beaujoire pourra toujours se focaliser sur les contrôles et la conduite de balle pittoresque de son compère de l’attaque…

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
Article lu 2336 fois, écrit le par boodream Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour FCN-OM : Marseille, arbitre du beau jeu

  1. Très bel Avant Match et très justes analyses , merci et bravo .