(D1F) Résultats et analyse de la 10e journée

Tandis que l’OM, battu à Dijon, s’enfonce encore un peu plus, trois des quatre premiers du classement s’imposent (le MHSC joue mercredi). Le PFC perd encore et Fleury grimpe à la 5e place. Résumés, commentaires, analyses, vidéos des buts, tout est là !

Samedi 23 novembre

Dijon 1 – 0 Marseille
Metz 0 – 2 Fleury
Montpellier – Guingamp (reporté à mercredi)
Paris FC 0 – 3 Bordeaux
Reims 1 – 3 PSG

Dimanche 24 novembre

Soyaux 0 – 4 Lyon

——————————–

 DIJON  1  – 0  MARSEILLE

 Elles devaient absolument gagner. Elles ont perdu. Encore. Après avoir pourtant évolué la dernière demi-heure en supériorité numérique. Menées au score, à 11 contre 10, elles se sont pourtant montrées incapables de porter le danger un tant soit peu devant le but adverse. Les Olympiennes ont perdu quand elles devaient gagner ou, au minimum, ne pas perdre. Et la situation s’aggrave. Elles seront encore relégables à la fin des matchs aller (la semaine prochaine), puisque possédant désormais quatre longueurs de retard sur leur adversaire de ce samedi, mais aussi sur leur prochain qu’elles recevront dans une semaine, Soyaux…
Si la situation n’est pas encore désespérée – à l’inverse du FC Metz, dernier, cinq points derrière et qui en accuse donc neuf sur Dijon et Soyaux –, elle devient très problématique. Une impression de déjà vu pour les supporters et observateurs.
Il aura suffi d’un but pour plonger l’OM dans les affres du doute sur un avenir bien sombre.
Un but inscrit très vite par la désormais ex-internationale et capitaine du DFCO Élise Bussaglia qui, profitant de la passivité défensive de Zhaot et du manque d’agressivité de Coudon, envoya une frappe des 18 mètres que Blandine Joly, très attentiste, regarda filer dans le coin opposé de son but (5e, 1-0)…

Élise Bussaglia, peu attaquée par Sarah Zahot et Marine Coudon, va marquer l’unique but de la rencontre…

Si l’OM réagit quelque peu en début de seconde période, il s’éteignit très paradoxalement une fois l’équipe en supériorité numérique, suite au deuxième carton jaune récolté par la défenseure dijonnaise Ophélie Cuynet, dix minutes après un premier (54e et 65e), et le DFCO n’eut guère de mal à tenir son score et la victoire.

Un succès qui permet aux Bourguignonnes de mettre quatre longueurs entre elles et leur adversaire du jour, premier relégable, et de porter leur série à 6 matchs consécutifs sans défaite, avant de se rendre à Guingamp, puis à Lyon.

L’OM, lui, s’enfonce donc au classement, faute d’avoir su remporter le match qu’il ne fallait surtout pas perdre. La réception de Soyaux samedi prochain s’annonce comme un nouveau rendez-vous crucial, avant un autre match à la maison, plus difficile encore, face à Bordeaux. Quel sera le retard des Olympiennes à la trêve sur la ligne de flottaison ?

À noter : la sortie sur blessure en première période de l’Olympienne Nora Coton-Pélagie.

Buts : Elise Bussaglia (5e)

Spectateurs : 718

Galerie photo du  match : https://www.dfco.fr/albums/259FBD0D-C31B-4770-99CF-3975A28633A6

 

———————————

METZ  0 – 2  FLEURY

Touchées, coulées ? Comment ne pas le penser après la 9e défaite en dix matchs des Messines qui comptent aujourd’hui neuf points de retard sur les premières équipes non relégables ? Sans aucune victoire dans la musette depuis le début du championnat, privées de leur meilleure attaquante, la Turque Melike Pekel, jusqu’à la fin de saison (croisés), on ne voit pas par quel miracles les Lorraines pourraient éviter un énième ascenseur en mouvement descente …
C’est Kelly Gadéa qui ouvrait le score dix minutes après la reprise d’une demi-volée de près, suite à une déviation de la tête de Makanza, consécutive à un centre de Corboz (55e, 0-1). Fleury n’attendait pas longtemps pour enfoncer le clou. Six minutes plus tard, on retrouvait Daphné Corboz au départ de l’action, et dont l’ouverture en profondeur par-dessus la défense messine était pleinement exploitée par la passeuse décisive du but précédent et meilleure buteuse du club Marina Makanza qui, malgré Godard, ne laissait aucune chance à Justine Lerond (61e, 0-2). La néo-Floriacumoise inscrivait là son 5e but de la saison, et pourrait bien se rappeler au bon souvenir de Corinne Diacre dans les mois qui viennent.

Fleury monte à la 5e place du classement en attendant le match (décalé à mercredi) de Guingamp à Montpellier, une position commençant à correspondre aux ambitions du club pour cette saison. Le derby essonnien face au PFC samedi prochain, puis le déplacement à Soyaux pourraient lui permettre de conforter ce classement avant la trêve.

On en dira hélas autant pour Metz avec son déplacement à Lyon, puis sa réception de Montpellier…

Buts : Kelly Gadéa (55e), Marina Makanza (61e).

Spectateurs : 152

 

——————————–

MHSC    –   GUINGAMP

[Reporté à mercredi pour raisons météorologiques]

———————————-

PARIS FC  0 – 3  BORDEAUX

Dure saison que celle du Paris FC avec une nouvelle grosse déconvenue à domicile. Après l’échec devant Montpellier (2-5), voilà que c’est face à Bordeaux que les Parisiennes prennent une déculottée. Cette défaite survient aussi après celle de la semaine dernière à Guingamp (0-2). Cela en fait surtout cinq sur les dix derniers matchs, avec pour conséquence inévitable un sévère recul au classement. Voilà le PFC, candidat au podium en début de saison, englué dans la deuxième moitié du tableau (7e), à 8 points du Top 4, potentiellement à 10 lorsque le MHSC aura joué son match en retard. Plus grave encore, ne serait-ce que pour le prestige du club, la ligne rouge de relégation n’est qu’à cinq longueurs derrière…
Le PFC n’y arrive pas, et le fait que sa joueuse emblématique, Gaétane Thiney, n’ait trouvé qu’une seule fois le chemin des filets depuis le début de la saison en est certainement un digne révélateur.
Bordeaux, à l’inverse, poursuit son bonhomme de chemin vers le but assigné : le podium au minimum, la 2e place si possible. Après les cartons face à Soyaux et à Metz (4-1 et 4-0), les Girondines ont encore fait parler la poudre, pliant le match en l’espace de 7 minutes par son duo d’attaque. Ce dut d’abord sa buteuse patentée, la star jamaïcaine Khadija Shaw qui reprenait de la tête un centre de Chatelain (34e, 0-1), inscrivant ainsi son 9e but de la saison, qui fait d’elle la 2e buteuse du championnat derrière la Lyonnaise Hergerberg (11).
On retrouvait Shaw sur un contre plein axe. La buteuse servait parfaitement Viviane Asseyi sur sa gauche. L’ex-Olympienne n’avait plus ensuite qu’à ouvrir son pied pour tromper Pecharman (41e, 0-2)…
Le troisième but survenait en forme de coup du sort pour le PFC, puisque c’est sa propre défenseure Marith Müller-Priessen qui propulsait elle-même le ballon au fond de ses propres filets sur un centre tendu devant le but d’Asseyi (73e, 0-3).

Il reste au Paris FC deux derbys bien compliqués avant d’aller se reposer pendant la trêve : à Fleury, puis face au PSG…

Les Bordelaises, elles, affronteront les deux promues, recevant Reims et se déplaçant à Marseille…

Buts : Khadija Shaw (34e), Viviane Asseyi (41e), Müller-Priessen (73e csc).

Spectateurs : 349

 

———————-

REIMS  1 – 3  PSG

Une semaine après sa défaite à Lyon (0-1), le PSG – qui n’a plus droit à aucun joker – s’est fait peur, mené pendant 25 minutes sur le terrain d’un promu n’ayant encore pas réussi à remporter le moindre succès à domicile. C’est la jeune championne d’Europe U19 Naomie Feller qui, contre toute attente, ouvrit le score sur une course en contre de plus de 60 mètres, au bout de laquelle elle s’imposa face à Dudek avant de tromper Endler d’un tir croisé (25e, 1-0). Étonnante Feller qui, pour rappel, avait déjà inscrit un doublé lors de la 1re journée face à Lyon !
Échouant à recoller au score avant la pause, les Parisiennes, privées de Formiga et avec Morroni et Nadim sur le banc, parvinrent néanmoins à rapidement égaliser après la reprise. L’Allemande Sara Däbritz déposait un coup franc tiré de la droite sur la tête la Polonaise Paulina Dudek qui déviait le ballon au fond, se rattrapant ainsi de n’avoir pu empêcher Feller de marquer un peu plus tôt (49e, 1-1).
Un quart d’heure plus tard, le match basculait. Diallo – qui remplaçait Formiga – ouvrait en profondeur sur Grace Geyoro. La jeune internationale, en pleine forme en ce moment, entrait dans la surface à droite et trompait Tullis-Joyce d’un tir croisé que la gardienne états-unienne touchait sans pouvoir le sortir (64e, 1-2).
Un autre quart d’heure passa avant que le PSG n’enfonce définitivement et logiquement le clou. La Canadienne Ashley Lawrence adressait de son côté gauche un long centre au second poteau que Kadidiatou Diani parvenait à reprendre de volée assez acrobatiquement grâce à une belle extension (78e, 1-3). Ce but – superbe – était son 8e de la saison.

Si Reims a subi sa 5e défaite à domicile en autant de matchs joués, l’équipe continue à montrer son habituel culot et sa volonté de jouer. Les deux matchs qui l’attendent avant les fêtes de fin d’année se jouant tous deux à l’extérieur, où les Champenoises ont déjà pris la bagatelle de 10 points sur 15 possibles, les verront-elles réussir de nouvelles performances qui leur permettraient de s’éloigner encore un peu plus de la zone de relégation (à quatre longueurs actuellement) ? Réponses à Bordeaux, puis à Guingamp…

Le PSG reste à 3 points de Lyon et tentera d’y être encore pour Noël après la délicate réception de Montpellier, puis le déplacement chez le voisin du PFC…

Buts : Naomie Feller (25e) / Paulina Dudek (49e), Grace Geyoro (64e), Kadidiatou Diani (78e).

Spectateurs : 2009

———————–

SOYAUX  0 – 4  LYON

Comme Reims, Soyaux n’avait toujours pas gagné à domicile avant la réception du leader lyonnais. Et, sans surprise, il ne l’a toujours pas fait après. Mais si le score est sévère (et habituel entre ces deux formations), il n’en reste pas moins un peu trompeur, tant les Sojaldiciennes ont su offrir une belle résistance et même mieux, se créant de franches occasions. Mais l’implacable réalisme lyonnais l’a tout de même emporté au bout du compte.
Comme souvent, les Fenottes ouvrirent vite le score avec un but des plus classiques pour cette saison : un centre de la meilleure passeuse du championnat, l’Allemande Dzsenifer Marozsan, pour la tête de la meilleure buteuse, la Norvégienne Ada Hegerberg, idéalement placée au second poteau (10e, 0-1).
Lyon doublait la mise après la demi-heure de jeu. L’Anglaise Nikita Parris, servie par Renard, frappait d’une vingtaine de mètres. Le ballon était touché par M’Bassidjé, mais poursuivait sa course au fond (36e, 0-2).
Dans ce cas de figure si fréquent avec l’OL, le problème est d’éviter l’avalanche de buts juste avant le repos. Non seulement Soyaux réussit à tenir, mais ce sont les Charentaises qui se montrèrent les plus dangereuses en début de deuxième période. Elles auraient même pu revenir au score. Une première fois par Sarah Cambot qui se heurtait à Bouhaddi avant de voir sa deuxième tentative frôler le poteau. Puis par Kimberley Cazeau qui ratait son un contre un avec la gardienne de l’équipe de France.
La chance des locales était passée, et le réalisme lyonnais allait encore frapper.
Dzsenifer Marozsan profitait d’une certaine passivité de la défense adverse pour déclencher une frappe des 18 mètres qui trompait la jeune Cassandra Moinet, toujours remplaçante de la titulaire Romane Munich, blessée (68e, 0-3).
Revenait à la capitaine des Bleues Amandine Henry de clôturer le score en reprenant de près une tête de Hegerberg sur un corner de l’inévitable Marozsan (89e, 0-4).

Soyaux s’apprête maintenant à jouer un match crucial à Marseille, puisque l’ASJ – premier relégable – devance l’OM de 4 points. Une victoire dans les Bouches-du-Rhône offrirait aux anciennes Olympiennes Anaïs M’Bassidjé et Hawa Cissoko une assez confortable avance avant de finir l’année en recevant Fleury…

Lyon devrait terminer l’année 2019 en roue assez libre. On voit mal les ogresses de l’OL lâcher des points à domicile face aux dernières de la classe du FC Metz et devant Dijon…

Buts : Ada Hegerberg (25e), Nikita Parris (36e), Dzsenifer Marozsan (68e), Amandine Henry (89e).

Spectateurs : 1 149

 

————–

Crédit photo : Meyline Linard/DFCP, FFF

Crédit vidéo : FFF

 

 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Philippe Serve


Supporter de l'OM depuis sa finale victorieuse en Coupe de France en 1969. Tombé amoureux du foot féminin, un peu d'abord en 2007 et 2008, définitivement en 2011. Ai suivi pendant 4 ans au plus près l'OM féminin via mon site Olympiennes et Marseillaises. Assume complètement d'être supporter à la fois de l'OM ET de l'OGCN, club de ma ville natale ! Informe au quotidien sur tout le foot féminin, mais aussi sur l'actualité la plus diverse via mon compte perso Twitter @Olympiennes
Article lu 474 fois, écrit le par Philippe Serve Cet article a été posté dans Compte-rendu, Féminines et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.