OM – SMC (2-3) : honteux !

Que dire après le spectacle offert hier soir ? Le match en lui même n’a pas été soporifique, ça non. Caen a joué, puis encore joué. Sans s’arrêter. Et tout cela au Vélodrome, se baladant parmi des marseillais qui n’ont fait illusion que quelques minutes au final. L’Olympique de Marseille, notre cher OM, menant au score 2-0 puis perdant 3-2 sur son terrain. C’est bel et bien une faute professionnelle. Des images de Bielsa dépité, le regard dans le vide au coup de sifflet final, limite en sanglots à la conférence de presse. De la confiture aux cochons. Rien de plus.

gignac-speich

Gignac sur le banc – Photo de Frédéric Speich

 

Bielsa change ses plans…

Nous, supporters marseillais, étions plutôt confiants en regardant la composition donnée par Marcelo Bielsa :



Mandanda


Mendy


Morel


Fanni


Dja Djédjé


Ayew


Imbula


Thauvin


Payet


Ocampos


Michy

Ayew replacé en milieu aux côtés d’Imbula, c’est ce que nous souhaitions voir. Gignac sur le banc après sa mauvaise série de matchs, remplacé par Michy. Et un trio offensif de plus alléchant pour fournir le belge en bons ballons. Ok, restait la défense peu convaincante depuis l’absence de N’Koulou, mais Bielsa n’a pas mieux à proposer dans son effectif.

Le début de match nous confirme notre impression, on ne laisse pas Caen, meilleure équipe de 2015 au classement, respirer. Un peu plus d’une minute après le coup de sifflet, voilà que Yahia met à terre notre vif attaquant. Pénalty et carton jaune pour le défenseur caenais. Michy veut se faire justice lui-même. Crainte. Michy s’élance et Vercoutre s’interpose. L’OM aurait pu mener 1-0 à la 2ème minute. C’est une belle occasion ratée. Le stade enrage. Allez on y croit tout de même. Après une si belle entame, on ne va pas se perdre en chemin… Ayew replacé en milieu porte souvent renfort à ses compères de l’attaque. Marseille se retrouve souvent avec 5 joueurs offensifs devant la surface adverse. Tout pour l’attaque. Possession de balle très largement en faveur des phocéens dans le premier quart d’heure, ça frise les 80%. Les voyants sont au vert.

Caen se rebiffe… mais l’OM marque

Thauvin, rapidement retombe dans ses habituels travers et perd la balle. Sur le contre, Caen est tout près d’ouvrir le score, mais Mandanda veille au grain (16′). Puis à nouveau offensive et corner pour le SMC (20′). Pire, c’est la transversale qui sauve Mandanda (20′). Rien ne va plus. Caen se fait trop pressant dans les contres et commence à ennuyer sérieusement notre défense. C’est problématique. Et ça continue, à la 24ème, quand Mandanda doit intervenir dans les airs, Nangis en faisant les frais, blessé. Thauvin tente de frapper au but mais dans un angle complètement fermé. Ayew furieux lui fait remarquer qu’il y avait mieux à faire (32′).
Morel, lui tente de nous refaire sa spéciale la minute suivante : Tacle glissé dans la surface, qui rate le ballon et ne touche pas assez l’attaquant pour que l’arbitre siffle pénalty. Mais ce n’était pas loin !  Michy répond lui aussi en attaque, mais sans succès. Ca ne passe pas loin non plus. Pendant ce temps là, Caen perd à nouveau un joueur, sortie de Bazile sur blessure. On se dit qu’on s’en sort finalement bien et que l’on va aborder la seconde période avec un 0-0. Eh bien non, dans les minutes additionnelles, c’est notre battant André Ayew qui va débloquer le compteur. Payet frappe au but, Vercoutre ne peut que dévier du bout des doigts. Le ballon est toujours en jeu et tel un lion affamé, Ayew se jette sur ce ballon pour le chiper à son défenseur et le placer au fond des filets.

1-0 (45’+2)

Les joueurs regagnent les vestiaires en ayant souffert mais satisfaits d’avoir pris l’avantage juste avant la mi-temps.

Caen se sort les tripes…

Et c’est reparti pour la seconde période. Malheureusement, le stade ne comprend rien. Ce n’est pas l’OM qui mène le bal à l’ouverture, mais bel et bien les caenais. Ils construisent et jouent l’offensive au vélodrome : salve sur salve dès l’entame (49′, 50′, 51′). Pire, à la 56′ les nordistes sont tout prêts d’égaliser. Sala tire, Mandanda est battu, mais Mendy revenu sur sa ligne sauve… du mollet. Le stade a retenu son souffle, ce n’est vraiment pas passé loin ! Par contre, l’OM continue de subir, encore et encore. Mandanda s’interpose à nouveau (58′). Terrible constat, c’est Caen qui mène sa barque et l’OM prend l’eau de toutes parts. Bielsa tente alors de redonner du souffle et éviter d’écoper. Michy laisse sa place à Gignac et Ocampos marquant le pas est remplacé par Alessandrini (60′).

Coaching à nouveau gagnant ! Gignac à peine entré en jeu, profite d’une frappe de Mendy, à nouveau détournée par Vercoutre, mais Gignac a suivi et pousse le ballon au fond des filets. Le remake côté droit du premier but.

2-0 (63′)

Le stade exulte. L’OM pourtant malmené a réussi le break. On voit mal comment le match pourrait nous échapper, les supporters voient leur équipe recoller à Lyon et mettre la pression. Oh joie…

Oh désespoir…

Pas le temps de savourer, que sur un corner, plutôt mal tiré, Seube qui devance Mendy reprend et marque pour Caen.

2-1 (67′)

Non, non, non, cela ne va pas recommencer… les 2-2 des derniers matchs commencent à revenir en tête… l’OM joue dans son vélodrome, en face c’est Caen, qui même auréolé de sa belle série, n’a pas à nous faire trembler ! Rond central… c’est reparti. Gérer, gérer. Simple non ? Kanté voit Sala. Kanté donne la balle à Sala. Sala voit un partenaire démarqué à droite, seul. Sala voit Morel. Morel voit Sala. Sala part tout droit. Morel ne voit plus Sala. Sala tire. Mandanda voit le ballon. Le ballon voit les jambes écartées de Mandanda. Sala voit le but. Le vélodrome aussi. Bref, Caen vient d’égaliser.

omcaen

La joie de Sala sur l’égalisation

2-2 (70′)

Le vélodrome est éteint. Abasourdi. Sans réaction. Caen vient d’égaliser alors que son équipe menait 2-0 à la maison. Incroyable. Ubuesque. Esotérique.
Thauvin sort sous les sifflets, remplacé par Romao (78′). Bielsa voit que son équipe ne tient plus le ballon et sombre sur les phases défensives. Action/réaction. Ayew encore lui tente un retourné qui passe non loin du cadre. Dommage (82′). Il se bat mais il est bien le seul avec Mandanda. Que font les autres ? C’est Caen qui dirige, qui impose son jeu, et ils n’abdiquent pas, ils continuent de jouer… eux.

Bénezet entre dans la défense. Dja Djédjé se prend un vent, Mandanda voit le ballon au fond des filets. Il n’aura rien pu faire ce soir malgré ses efforts. Sa défense l’a complètement lâché.

2-3 (87′)

Le cauchemard en direct. Le stade se vide, supporters dépités. Les minutes additionnelles n’y changeront rien. Absolument rien. Caen n’a pas volé sa victoire. Même menés 2-0 alors qu’ils ne le méritaient pas, ils n’ont cessé de jouer, de croire en leur chance, de ne pas craindre un OM friable, avec des joueurs indignes de leur blason, de leur entraîneur. Dignes de leur président peut être et de sa gestion critiquée par les supporters et même son entraineur. L’Olympique de Marseille a non seulement laissé passer 3 points qui lui tendait les bras, mais s’est fait ridiculisé à domicile. Bielsa a de nouveau pris sur lui en défendant ses joueurs. C’est tout à son honneur, mais pas mérité. Honte aux joueurs sur la pelouse hier soir.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Jester


Rédacteur à temps perdu - Passionné par l'OM à mon grand dam (et il est grand mon dam !)
Article lu 2719 fois, écrit le par Jester Cet article a été posté dans Compte-rendu et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.