Le décrassage de la semaine

Amis du jour, bonjour ! La fin du championnat approche. Dans 3 journées, on peut avoir un OM européen, un PSG pas champion, éliminé de la LDC et un Lyon pas qualifié en LDC pour la deuxième année consécutive. On peut avoir aussi tout l’inverse. Et nous demander de choisir entre l’échec de nos rivaux et une maigre consolation européenne, c’est comme demander l’heure à Philippe Croizon, ça ne se fait pas.

Lundi 26 avril : Roudi la GOAT

– 9H –
Lyon, 2ème budget de France, 1 match par semaine cette saison, un effectif avec des Depay, Slimani, Paqueta, ou Aouar a donc perdu 3-2 sur sa pelouse contre Lille alors qu’ils menaient 2-0 en première période. Et ça, on le doit à une seule personne, un magicien, le GOAT (traduisez bien par « chèvre » là, pas Greatest Of All Time) Rouuuudiiiii Garciaaaa !!

Le gars va peut-être réussir l’exploit de ne pas qualifier le FC Lyon pour la 2ème fois consécutive en LDC après avoir échoué 3 fois avec l’OM et claqué 200M d’euros dans des Sertic, Abdennour, Germain ou Mitroglou. Le gars aurait un nom étranger, des tatouages ou s’assiérait sur une glacière pendant les matchs, il y a longtemps qu’il aurait été exécuté sur la place médiatique française mais non, là, ça passe crème. Et le pire, c’est qu’il retrouvera un autre club en fin de saison car même si nous Marseillais, on l’espère très fort, il y a peu de chance que le père Aulas le prolonge.

Mardi 27 avril : 42 balais mais toujours 7 dans la tête !

– 8H –
Put’ 42 balais dont au moins sûrement 35 ans à supporter l’OM ! Ça nous rajeunit pas. Je ne sais pas vous mais moi, mon premier souvenir concernant le club phocéen, ça doit être la finale de coupe de France en 1989 avec le fameux triplé de JPP. Le lendemain, au club de foot avec les copains, on voulait tous un maillot avec le fameux numéro 9, même moi qui était un piètre arrière latéral. Bref, on vieillit mais la passion pour notre club reste encore là, et même si on essaie de prendre du recul avec la maturité, on ne peut pas s’empêcher de réagir comme un gamin de 7 ans à chaque match de l’OM : sauter partout quand ça gagne, bouder quand ça perd. L’Olympique de Marseille, c’est notre bain de jouvence à tous, le seul remède contre la vieillesse. L’abonnement au stade devrait être remboursé par la Sécurité Sociale.

– 11h –
On apprend que Jordan Amavi, absent pour blessure depuis le XVIème siècle, a enfin repris l’entraînement collectif. Si tout va bien, il devrait être disponible dans 4 matchs. C’est cool pour lui, c’est toujours chiant d’être blessé pendant les vacances d’été. C’est relou pour allumer un barbecue ou faire un ping-pong quand ça te tire sur la cuisse. Et je ne parle même pas de se baisser pour ramasser les boules de pétanque.

Mercredi 28 avril : Conférence de presse de Longoria

– 11h30 –
Conférence de presse de Pablo Longoria. Ça y est ! C’est officiel, l’OM est vend…. Heu, non. Etrangement, Pablo est venu sans Al-Walid ben Talal. J’imagine que le prince saoudien a dû louper son vol privé, et que son jet a décollé sans lui. Toujours est-il que Pablo, lui, se démonte pas et déroule sa conférence de presse comme s’il était et allait rester président du club l’année prochaine alors que Antaré-du-13 et d’autres hurluluberlulu, forts de leur BEP comptabilité, ont analysé les dernières publications sur www.societe.com et eux, savent.

Pablo a donc donné sa vision de « son futur OM » avec la volonté de recruter les meilleurs talents de la région et des joueurs à forte personnalité, compatibles avec la mentalité du club. Il a aussi rappelé son souhait de conserver Lirola et Balerdi mais aussi hélas, de prolonger Amavi et Thauvin. Il a aussi noté que les salaires doivent tenir compte du contexte financier et sanitaire. Si ça se trouve, les deux gugusses qui ont refusé il y a quelques mois une première prolongation car jugeant la valorisation proposée par Longoria indigne de leur « statut » vont se retrouver obligés d’accepter un salaire finalement plus bas que leur rémunération actuelle, faute de propositions ailleurs. Comment on dit déjà ?? Ah oui, CHEH !

– 21h15 –
Les Qatarix parisiens font les malins et se voient déjà en finale après avoir ouvert le score en demi-finale de LDC face à City.

– 22h45
Fin du match. City a finalement marché sur Paris en 2ème période et remporte le match 2-1. Paris a fini à 10, les joueurs ont changé 3 fois de shorts en fin de match et le pressing devra encore tourner à plein régime.

Jeudi 29 avril : On s’est bien fait n***** !!

– 9h03 –
Retour sur la défaite de Paris à domicile hier soir. C’est leur 8ème défaite au Parc des Princes cette saison, ce qui ne leur était pas arrivé depuis la saison 2006-2007. Les Qataris ont donc mis 2 milliards d’euros d’investissement dans ce club pour revenir à la période où leur attaquant s’appelait Pierre-Alain Frau, joueur qui avait au passage la particularité physique de pouvoir fumer facilement sous la douche. Ça valait le coup.

– 13h –
Conférence de Presse. Rongier revient sur le fameux match de Rennes de décembre perdu 2-1 (celui où Turpin expulse Gueye et nous flingue peut-être la saison) en balançant un bon vieux « Ouais, on s’est bien fait n***** !! » venant tout droit du fond du coeur. Comment lui donner tort ? A ce moment là, avec nos deux matchs de retard, on est quasi sûr à 100% d’être champion en fin de saison, d’autant plus qu’on a fait exprès de lâcher la Ligue des Champions et la qualification en Europa Ligue pour nous concentrer sur cet unique objectif.

– 13h26 –
Pendant sa conférence de presse, Jorge Sampaoli lui, déclare à propos de Payet « qu’il faut que le football soit à la hauteur de ses diverses autres tentations ». Comprenez : Jorge doit faire une mise en place tactique qui lui donne plus envie que le Rougail-Saucisse. Ce n’est donc pas gagné.

Vendredi 30 avril : Le bus à la française

– 21h00 –
L’OM reçoit Strasbourg dans un match capital pour la qualification européenne. Et je dois dire qu’il y a 15 jours, j’avais pris la défense de Longoria quand il avait déclaré qu’il n’y avait pas de modèle de jeu français, que les coachs de notre beau pays n’avaient pas une identité de jeu bien défini. Et bien, j’avais tort, c’est n’importe quoi. Le coach français a une identité de jeu facilement reconnaissable, une identité de jeu qui fait que la Ligue 1 est le seul championnat au monde qui permet de lutter contre ce fléau qu’est l’insomnie. Et ce brave Thierry Laurey, entraineur de Strasbourg, en est le digne représentant. Le coach Strasbourgeois avait donc décidé d’aligner un ambitieux 8-0-2 au coup d’envoi et d’utiliser le bus des joueurs pour prêter un coup de main à sa défense.

Fort de cette identité de jeu à la française, on passe une grosse partie du match, comme souvent en Ligue 1, à se faire chier. L’OM domine mais n’arrive pas à conclure, bref, dirait une soirée Sado-Maso où les gestes barrières sont scrupuleusement respectés. Strasbourg ne nous fait pas peur même si Ajorque, l’animal de 3 mètres et 150 kg qui leur sert d’attaquant, essaie d’impressionner les joueurs phocéens en poussant des cris de bête à chaque fois qu’il demande la balle.

Balerdi et Milik manquent deux belles occasions d’ouvrir le score et il arrive alors ce qui arrive souvent dans ce genre de match : Mitrovic, sur corner, marque de la tête contre le cours du jeu et contre le jeu tout court pour les Strasbourgeois (0-1, 73e). Et comme souvent, les Olympiens vont montrer qu’ils savent réagir. Luis Henrique, sur son côté gauche, adresse un super centre (encore) pour un Benedetto fraichement rentré et gainé comme CR7 qui s’élève grosso modo à 10m au dessus de la muraille de l’Est pour égaliser d’une superbe tête (1-1, 86e). Pipa, encore les doigts plein de gras de « Bife de chorizo » ne célèbre pas, visiblement contrarié que son coach argentin ne lui ait pas laissé finir son énième asado improvisé sur le banc olympien.

L’OM ne pourra pas espérer mieux que ces 2 points de perdus dans la course à l’Europe. Thierry Laurey et Raymond Domenech peuvent exulter et chambrer Longoria qu’il considère juste comme un danseur de Flamenco vu qu’il n’a jamais eu (au contraire d’eux) le privilège de faire une causerie d’avant-match à base de « On reste bien en place, l’essentiel c’est de pas prendre de buts ! ». Laurey, d’ailleurs tout fier de déclarer après la rencontre en conférence de presse : « On n’est pas là pour faire les beaux et pour plaire au public ». T’inquiète Titi, te fatigue pas, on avait à peine remarqué. Finalement, ne pas pouvoir aller au Stade en cette période de pandémie, c’est quelque part un soulagement.

Samedi 1er mai : Lens ne gagne pas

– 11h20 –
On apprend que la LFP souhaite passer la Ligue 1 de 20 à 18 clubs dès la saison 2022-2023. La majorité des coachs (pour avoir moins de matchs) et des présidents de club (pour avoir une plus grosse part de gâteau en droit TV) y sont favorables. Une voix discordante cependant en la personne d’Antoine Kombouaré qui est contre. Et moi, je le comprends Antoine. Déjà qu’il a du mal à maintenir son club dans une ligue 1 à 20 clubs, imaginez à 18 !

– 17h –
Paris reçoit Lens au Parc des Princes. Dans la nuit, le bus des Nordistes avait été vandalisé avec des tags par des supporters parisiens. Le monde du foot, très vite s’en est ému. Non, je déconne, comme c’est Paris, personne n’a rien dit, c’était bon enfant. Alors que bon, clairement, ces voyous se sont attaqués à un patrimoine cher à notre république : l’orthographe.

Certains journalistes avancent que les Marseillais vont tous être derrière Paris puisque Lens ne doit pas marquer des points dans cette lutte acharnée pour la 5ème place. Quoi ? Choisir entre une défaite de Paris ou une défaite de Lens ? A l’heure où j’écris ces lignes, l’idéal pour tout supporter marseillais, ce serait qu’une gigantesque comète ou un énorme astéroïde s’écrase sur le Parc et décime toute forme de vie dans un rayon 200m. Cela ferait d’une pierre deux coups : ça règlerait le problème de la rivalité pour la course à l’Europe et par la même occasion, de la rivalité tout court.

– 19h30 –
Paris bat finalement Lens 2-1. Hélas pour nous, aucune pluie de météorites n’a eu lieu. Mais Lens, n’a pas marqué de points et l’OM revient à égalité au classement, c’est déjà ça.

Dimanche 2 mai : Turpin encore décisif

– 14h51 –
Les Bordelais au fond du trou battent Rennes sur leur pelouse. Le seul gars de la région Aquitaine qui a parié sur la victoire des Girondins, dans cet improbable match, a multiplié sa mise par 2500. Fort de cette nouvelle rentrée d’argent, il serait dès lors pressenti pour racheter le club au scapulaire et le faire rentrer dans une nouvelle dimension. Bon, en tout cas, ça fait nos affaires puisque Rennes qui pouvait nous passer devant, reste derrière nous. On est 5ème de Ligue à égalité parfaite avec Lens et on a, comme on aime bien le dire en Liguain, notre destin entre les pieds. Bon, on ne va pas se mentir, les pieds de certains de nos joueurs cette saison n’ont pas été un gage d’assurance et de sérénité. On ne va donc pas tirer de plan sur la comète (déjà qu’elle ne s’est pas écrasée sur le Parc la veille).

– 16h05 –
Les supporters de Manchester United décident d’envahir le terrain d’Old Trafford pour protester contre leur propriétaire américain. Au CFC un peu plus tard sur Canal Plus, ils se féliciteront de cette reprise en main des clubs par le « foot populaire ». Bizarrement, au mois de janvier, quand c’était les supporters de l’OM qui envahissaient la Commanderie pour les mêmes raisons, ils parlaient de « terrorisme ». Encore deux poids, deux mesures et pourtant Pierre Ménès ne fait plus partie de l’équipe.

– 23H05 –
Monaco perd à domicile contre 3-2 contre Lyon dans les dernières minutes. C’est Clément Turpin, arbitre de la rencontre et 12ème homme lyonnais, qui a comme trop souvent été encore décisif quand il s’agit de remettre l’équipe de Jean-Michel Aulas dans la course en Ligue 1.

Et cela n’a pourtant pas été facile pour ce brave Clément. Il a essayé de reculer l’échéance au maximum mais il a bien été obligé d’expulser un joueur Lyonnais au bout de 3 tentatives qui méritaient rouge. Déjà qu’il avait fermé les yeux sur un attentat de Kadewere qui lui aurait valu une suspension de 6 mois s’il s’était appelé Dimitri Payet.

Le moment le plus drôle du match aura été le moment où après un uppercut de Antony Lopes Balboa sur le pauvre monégasque Pelligri, Turpin ne siffle rien. La VAR l’appelle alors pour lui dire « Heu… Clément, ça va se voir que t’es fan de MMA si tu siffles rien là ? ». L’arbitre préféré de Jean-Michel Aulas se déplace alors à contre coeur vers l’écran de contrôle en mode « Gilbert Montagné » et revient dégoûté de devoir siffler un pénalty pour Lyo… pour Monaco. J’ai d’ailleurs jamais vu au passage un mec aussi triste de devoir siffler un pénalty. Le portier Lyonnais s’en tirant au passage avec seulement un carton jaune vu que le monégasque a pu se relever avant les 10 secondes réglementaires et la fin des 12 rounds. La suite est aussi prévisible qu’une fin de saison de Game of Thrones : provocation des Lyonnais, bagarre générale et Aulas, en bon président du FC Ouin-ouin qui vient pleurer en interview sur ses rancoeurs passées et sur le fait que ses joueurs ont été agressés malgré l’arme de catégorie 4 retrouvée sur Anthony Lopes et Marcelo à la fin de la rencontre.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Le Décrassage


Supporter insupportable du club phocéen depuis plus de 40 ans. Recordman de titres de champion du monde interdépartemental de la Ligue 2 du LOL. Et désormais plus gros salaire bénévole de MassaliaLive (Prends ça F. Thauvin !)
Article lu 954 fois, écrit le par Le Décrassage Cet article a été posté dans Decrassage et taggé , , , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour Le décrassage de la semaine

  1. avatar De Coach Vido le 4 mai 2021 à 8h17

    J’en peux plus @Le Décrassage !!!
    Je suis plié de rire avec tes décrassages, on en veut ENCORE et ENCORE !!!
    Merci de m’égayer ma journée 🙂