D1 féminine 2019-20 : présentation des équipes (1/2)

Samedi 24 août, débute le championnat de France de D1 féminine, désormais dénommé Arkéma. Afin que vous puissiez suivre au plus près cette saison qui voit l’OM revenir dans l’élite, nous vous offrons une présentation complète de ses adversaires. Un guide à consulter toute l’année ! Premier volet avec Reims, Metz, Fleury, Dijon, Guingamp et Soyaux…

Rappel : les deux premières équipes sont qualifiées pour la Ligue des Championnes, et les deux dernières reléguées en D2 féminine.

REIMS
METZ
FLEURY
DIJON
GUINGAMP
SOYAUX

Club : REIMS (STADE DE)

Entraîneuse : Amandine Miquel

Qui ne le sait aujourd’hui ? C’est à Reims que le football féminin français a ressuscité après une trentaine d’années de mort cérébrale. Avec la création du FCF Reims en 1968, vite absorbé par le Stade de Reims l’année suivante, l’équipe participe au premier championnat officiel en 1974 et remporte dans la foulée les trois premiers titres (5 en 8 ans). Puis l’équipe décline, avant de disparaître progressivement… et de revenir en 2014-2015 en DH. Cinq ans plus tard, revoilà les Champenoises dans l’élite, après avoir été sacrées championnes de France de D2 à la fin de la saison dernière. Comment ne pas saluer à juste titre ce retour d’une des équipes les plus mythiques de la discipline dans l’hexagone ?

Maintenant, le SDR a pour objectif de pérenniser sa place en D1. Et ça n’ira pas de soi. Non seulement, car il existe toujours un grand fossé entre D2 et D1 – les deux divisions progressant conjointement –, mais aussi, car on peut s’interroger sur le recrutement a minima des Rémoises. Si l’effectif n’a perdu qu’une seule titulaire (Aurore Paprzycki), il n’a embauché que trois nouvelles joueuses. Cela parait bien juste pour pouvoir tenir la distance, et il est difficile de se montrer optimiste pour les mois à venir… Le bon côté de la médaille ? Une homogénéité certaine dans un groupe qui se connaît bien. Les Rémoises en auront besoin dès le début du championnat avec un déplacement à Montpellier, puis la réception des ogresses lyonnaises…

Les 5 dernières saisons en championnat :

– 2014-2015 : 1er (DH)
– 2015-2016 : 5e (D2)
– 2016-2017 : 5e (D2)
– 2017-2018 : 2e (D2)
2018-2019 : 1er (D2, gr. A) – Champion de France de D2 -> promu.

Départs (en gras, les joueuses avec un minimum de 7 matchs la saison dernière) : 4

Claire Jacob (Charleville)
Charlotte Noël (Yzeure)
Aurore Paprzycki (LOSC)
Marie Percebois (Stade Auxerrois)

Arrivées : 3

Rachel Corboz (Fleury)
Grace Rapp (Angleterre – UMF Selfoss, Islande)
Jessy Danielle Roux (Lyon, prêt).

Anciennes Olympiennes dans l’effectif: aucune.

 Équipe type possible :

Moitrel (Tullis-Joyce) – Simon, Devleesschauwer, Spinelli, Deslandes (Doucouré) – Herrera (David), Corboz, Romanenko, Joly – Gomes, Feller.

Matchs de préparation :

Vs Fleury (1-2), Dijon (0-2), Gand (Belgique, 0-0), Metz (3-3).

Objectif présumé : le maintien.
Prono de MassaliaLive : entre 10e et 12e. Relégation possible.

Recrue principale : Rachel Corboz

Retour sommaire


Club : METZ (FOOTBALL CLUB DE)

Entraîneur : Manuel Peixoto

Les Messines en ont marre. Marre de faire l’ascenseur entre D2 et D1 ! Profitant de la promotion dans l’élite de l’AS Algrange à la fin de la saison 2013-2014  (1er de son groupe), le FC Metz créée sa section féminine et la fusionne aussitôt avec l’ASA… enfin, l’absorbe, comme toujours. Mais la suite se révèle sous forme de montagnes russes. 10e l’année suivante pour ses débuts en D1, le FCM est relégué, avant de remporter à nouveau son championnat de D2 et de retrouver l’élite… avant d’y terminer dernier ! Nouvelle relégation ! Le yoyo se poursuit avec une remontée instantanée à l’été 2018… Et il s’en faut d’un rien – un tout petit point – pour que les Lorraines reprennent une troisième fois d’affilée l’ascenseur en position descente… L’arrivée au club de la (désormais ex-) buteuse des Bleues Marie-Laure Delie s’était révélée un échec (3 buts en 22 matchs seulement..)
Alors, cette saison, on bouge l’effectif avec 7 départs (dont 5 importants) et autant d’arrivées très internationales, puisque comprenant 3 États-Uniennes, une Écossaise, une Portugaise et le retour de prêt de la Turque Pekel.
Sera-ce suffisant ? Metz parviendra-t-il à s’éviter les frayeurs d’une lutte permanente et jusqu’au bout pour le maintien ?

Les 5 dernières saisons en championnat :

– 2014-2015 : 10e (D1) -> relégué.
– 2015-2016 : 1er (D2) -> promu.
– 2016-2017 : 12e (D1) -> relégué.
– 2017-2018 : 1er (D2) -> promu.
2018-2019 : 10e (D1).

Départs (en gras, les joueuses avec un minimum de 7 matchs la saison dernière) : 7

Pauline Dechilly (Dijon, D1)
Marie-Laure Delie (Madrid CFF, Espagne)
Marina Fedorova (Russie)
Adeline Janela (Thionville, R1)
Léa Khelifi (PSG, D1)
Simone Gomes Jatoba (Brésil, arrêt de carrière)
Joanna Viollaz (Montauban, D2).

Arrivées : 7

Sydney Drinkwater (USA – Pierrots Vauban Strasbourg, D2)
Shina Gordon (USA – Université West Virginia, USA)
Christy Grimshaw (Écosse – Aberdeen, Écosse)
Charlotte Lorgeré (Guingamp)
Melike Pekel Turquie – retour de prêt de Bordeaux)
Kristen Ricks (USA – Université Central Arkansas, USA)
Josiane Vasconcelos Costa (Portugal – Benfica, Portugal),

Anciennes Olympiennes dans l’effectif : Morgane Belkhiter (2019).

Équipe type possible :

Lerond – Bigot, Ricks, Lorgeré, Kaya – Gavory, Grimshaw, Vasconcelos, Fercoq – Delabre, Rougemont (Gordon, Pekel).

Matchs de préparation :

Vs Bettembourg (Luxembourg, 12-0), FFC Francfort (Allemagne, 0-0), Paris FC (0-1), Reims (3-3)

Objectif présumé : le maintien.
Prono de MassaliaLive : entre 9e et 12e. Relégation possible.

Principale recrue : Charlotte Lorgeré

Retour sommaire


Club : (Football Club) FLEURY (91 Cœur d’Essonne)

Entraîneur : Habib Boumezoued

Le FC Fleury entame sa troisième saison à la fois sous ce nom (suite à la fusion/absorption du FC Val d’Orge) et en D1. Le club ne cache pas son ambition d’y supplanter le grand rival départemental essonnien, à savoir le Paris FC (ex-historique Juvisy). Jusqu’ici, les floriacumoises ont appris leur partition et répété leurs gammes en se frottant aux durs combats pour le maintien, évitant la relégation de 2 points la première saison, de quatre l’année dernière. Il est temps désormais, semblent penser les dirigeants de la section, de progresser dans la hiérarchie. Pour ce faire, ils ont sérieusement dégraissé l’effectif – 10 départs, dont quelques joueuses importantes (Clémaron, Amani, Rachel Corboz, Ali Nadjim, Léger, Lamontagne, Roy…) –, renouvelé en plus grande partie avec 8 arrivées intéressantes. Parmi celles-ci trois internationales danoises vice-championnes d’Europe avec leur sélection (2017),  qui apporteront leur expérience du très haut niveau, ainsi que du physique. Arrivées importantes également de l’ancienne gardienne du MHSC Laetitia Philippe,de l’attaquante Marina Makanza et de Marine Dafeur, toutes passées plus ou moins brièvement par les Bleues.
Avec un tel effectif – même si une ou deux attaquantes supplémentaires ne seraient sans doute pas un luxe… –, Fleury a les moyens de bien figurer en visant un maintien moins stressant que celui de la saison dernière. Mais il faudra être au top dès le départ, car le MHSC, l’OL et le PSG l’attendent dans les cinq premières journées. Avec en bonus un début à Bordeaux, 4e l’an passé…

Les 5 dernières saisons en championnat :

– 2014-2015 : 8e (D2, FC Val d’Orge)
– 2015-2016 : 3e (D2, FC Val d’Orge)
– 2016-2017 : 1er (D2, FC Val d’Orge) -> promu en D1
– 2017-2018 : 8e (D1)
2018-2019 : 9e (D1)

Départs (en gras, les joueuses avec un minimum de 7 matchs la saison dernière) : 10

Nadjma Ali Nadjim (OM)
Salma Amani (Issy, D2)
Madeline Bauer (Canada)
Maeva Clemaron (Everton, Angleterre)
Rachel Corboz (Reims)
Blandine Joly (OM)
Alexandria Lamontagne (Canada)
Marie-Charlotte Léger (Montpellier)
Sarah Palacin (OM)
Mélissa Roy (Canada).

Arrivées : 8 + 2

Marine Dafeur (Lille)
Hannah Diaz (Lille)
Stine Larsen (Danemark – Brøndby, Danemark)
Marina Makanza (Paris FC)
Claudine Falonne Meffometou Tcheno (Guingamp)
Laëtitia Philippe (Rodez)
Cecilie Sandvej (Danemark – FFC Francfort, Allemagne)
Rikke Sevecke (Danemark, Brøndby, Danemark)
+ Adrien Boissonnot (entraîneur adjoint, Palaiseau)
+ Florian Cance (préparateur physique, Verrières le Buisson).

Anciennes Olympiennes dans l’effectif : Kelly Gadéa (2016-2018).

Équipe type possible :

Philippe – Fernandes, Larsen, Haupais, Dafeur – Sandvej, Corboz, Gadéa – Machart-Rabanne, Diaz, Makanza.

Matchs de préparation :

Vs Reims (2-1), Soyaux (1-0), Dijon (3-2), Standard de Liège (Belgique, 2-0)

Objectif présumé : aux alentours de la 5e place.
Prono de MassaliaLive : entre la 5e et la 9e place. Maintien.

Principale recrue : Stine Larsen

Retour sommaire


Club : DIJON (Football Côte d’Or Féminin)

Entraîneur : Yannick Chandioux.

Le DFCO entame sa deuxième saison dans l’élite, ayant réussi à éviter l’effet ascenseur. Après une honorable 8e place, les Bourguignonnes ambitionnent de confirmer et, pourquoi pas, de faire un peu mieux. Il faudra pour cela que la mayonnaise prenne au sein d’un effectif pas mal renouvelé, neuf joueuses – dont les deux tiers titulaires – ayant quitté la région, tandis que sept autres ont débarqué dans la cité de la moutarde… Le principal départ est celui de l’internationale Kenza Dali qui ne sera restée qu’une saison au club. Les recrues sont de qualité, avec notamment trois joueuses venant de Bordeaux et ayant terminé à la 4e place du championnat l’an passé. Deux bonnes meneuses de jeu (Solène Barbance et Rose Lavaud) et une attaquante-buteuse puissante, la Brésilienne Carol Rodriguez… 5e attaque l’an passé, mais seulement 10e défense, le DFCO sait où il lui faut progresser afin de pérenniser sa place en D1. L’équipe de Yannick Chandioux a les atouts pour réussir.

Les 5 dernières saisons en championnat :

– 2014-2015 : 5e (D2)
– 2015-2016 : 2e (D2)
– 2016-2017 : 2e (D2)
– 2017-2018 : 1er (D2) -> promu en D1
2018-2019 : 8e (D1)

Départs (en gras, les joueuses avec un minimum de 7 matchs la saison dernière) : 9

Camille Arpin (Rodez, D2)
Fatoumata Baldé (Nantes, D2)
Allison Blais ( ?)
Kenza Dali (West-Ham, Angleterre)
Lalia Storti (Saint-Etienne, D2)
Coline Gouineau (arrêt)
Agathe Maetz (OM)
Laura Magnin-Feysot (Nancy, D2)
Lindsey Thomas (fin de prêt, retour à Montpellier).

Arrivées : 7

Solène Barbance (Bordeaux)
Élise Bonet (Rodez)
Océane Daniel (Anderlecht, Belgique)
Pauline Dechilly (Metz)
Lena Goetsch (Vendenheim, D2)
Rose Lavaud (Bordeaux)
Carol Rodrigues (Brésil – Bordeaux).

Anciennes Olympiennes dans l’effectif : aucune.

Équipe type possible :

Manguy ou Chavas – Goetsch, Trévisan, Cuynet, Carage – Solanet, Barbance, Bussaglia – Declerq, Bouillot, Rodrigues (Lavaud).

Matchs de préparation :

Vs PFC (1-1), Reims (2-0), Grenoble (D2, 4-0), Fleury (2-3), Standard de Liège (Belgique, 4-1).

Objectif présumé : Entre 5e et 7e places.
Prono de MassaliaLive : 8e.

Principale recrue : Solène Barbance

Retour sommaire


Club : (En Avant) GUINGAMP

Entraîneur : Frédéric Biancalani.

Après avoir frôlé la relégation la saison précédente, l’EAG a connu une nouvelle année difficile lors du dernier exercice, sa 7e place finale étant un peu un trompe-l’œil. Comme chaque saison ou presque, le club breton voit son effectif très modifié à l’intersaison. Mais cet été ce sont 9 joueuses qui sont parties voir ailleurs. Parmi elles 4 internationales dont les départs risquent de peser très lourd : la meneuse de jeu Léa Le Garrec, les deux défenseures Julie Debéver et Charlotte Lorgeré, ainsi que la jeune attaquante des Bleues Emelyne Laurent qui retourne à l’OL par qui elle était prêtée. Pour compenser ? Seulement qiatre arrivées qui ne semblent guère en mesure de rétablir la balance. Alors ? Guingamp parviendra-t-il encore une fois à éviter le pire ou le Président de la FFF devra-t-il se résoudre à voir la section féminine de son ancien club sombrer, après les garçons ?

Les 5 dernières saisons en championnat :

– 2014-2015 : 5e
– 2015-2016 : 8e
– 2016-2017 : 6e
– 2017-2018 : 10e
2018-2019 : 7e

Départs (en gras, les joueuses avec un minimum de 7 matchs la saison dernière) : 9

Amandine Béché (Nantes, D2)
Julie Debever (Inter Milan, Italie)
Elodie Dinglor (Nantes, D2)
Maévane Drozo (Vannes)
Emelyne Laurent (fin de prêt, retour Lyon)
Léa Le Garrec (Brighton & Albion, Angleterre)
Léonie Le Moing (Nantes, D2)
Charlotte Lorgeré (Metz)
Claudine Falonne Meffometou Tcheno (Fleury).

Arrivées : 4

Héloïse Mansuy (Lille)
Luna Noergaard Gewitz (Danemark – Fortuna Hjorring, Danemark)
Léa Sotier (VGA Saint-Maur, D2)
Jeannette Grace Yango Ngock (Saint-Malo).

Anciennes Olympiennes dans l’effectif : aucune.

 Équipe type possible :

Durand – Jezequel, Gewitz, Mansuy, Hoarau, – Tyrishkina, Le Garrec, Daoudi, Robert – Fleury, Oparanozie.

Matchs de préparation :

Vs Le Havre (D2, 2-1), EAG U16 H (1-5), La Roche s/Yon (D2,6-1), Brest (D2, 3-0).

Objectif présumé : le maintien.
Prono de MassaliaLive : entre 9e et 10e. Relégation possible.

Principale recrue : Luna Noergaard Gewitz

Retour sommaire


(Association sportive jeunesse) SOYAUX-CHARENTE

Entraîneur : Sébastien Joseph.

Bien que plus petit budget de D1 (surtout depuis les relégations d’Albi et Rodez), le club « historique » et 100% féminin de Soyaux (prononcez So-yaux, et non Soie-yaux), créée dès 1968, continue à bien se comporter dans l’élite. Avant de fusionner la saison prochaine avec ACFC Angoulême (Soyaux se situe dans la banlieue de l’agglomération angoumoisine), les Sojaldiciennes auront à cœur de terminer leur dernier championnat « indépendant » à une honorable place. Constamment situé entre 5e et 7e place depuis sa remontée en D1 il y a six ans, l’ancien club de la sélectionneuse nationale Corinne Diacre peut s’appuyer sur son expérience, son savoir-faire, un effectif qui n’a quasiment pas bougé depuis la saison dernière, et un entraîneur sachant tirer le meilleur de ses joueuses. Soyaux est aujourd’hui le dernier représentant de « l’Ancien Monde », celui des clubs « 100% féminin » et du fier amateurisme. En attendant de savoir si l’ASJ est capable d’emprunter à terme la voie du professionnalisme, on suivra avec attention cette nouvelle saison de Charentaises qui n’ont pas l’intention de jouer en pantoufles…

Les 5 dernières saisons en championnat :

– 2014-2015 : 6e
– 2015-2016 : 7e
– 2016-2017 : 7e
– 2017-2018 : 5e
2018-2019 : 6e                                                                                                                                   

Départs (en gras, les joueuses avec un minimum de 7 matchs la saison dernière) : 1

Pamela Babinga (Saint-Malo, D2 )

Arrivées : 3 +1

Kimberley Cazeau (Rodez)
Charlène Farrugia (Rodez)
Sarah Magnier (Limoges)
+ Anissa Lahmari (prêtée la saison dernière par le PSG, transformé en contrat).

Anciennes Olympiennes dans l’effectif : Hawa Cissoko (2017-2018), Anaïs M’Bassidjé (2012-2018).

Équipe type possible :

Munich – Cissoko, M’Bassidjé, Couturier, Boudaud – Tandia, Lahmari, Clérac – Bourgouin, Dumont, Cambot (Cazeau).

Matchs de préparation :

Vs PFC (1-1), Fleury (0-1), Athletic Bilbao (D1 Espagne, 1-4), Montauban (D2, 6-2).

Objectif présumé : 5e
Prono de MassaliaLive : entre 5e et 8e. Maintien.

Principale recrue : Kimberley Cazeau

Retour sommaire

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Philippe Serve


Supporter de l'OM depuis sa finale victorieuse en Coupe de France en 1969. Tombé amoureux du foot féminin, un peu d'abord en 2007 et 2008, définitivement en 2011. Ai suivi pendant 4 ans au plus près l'OM féminin via mon site Olympiennes et Marseillaises. Assume complètement d'être supporter à la fois de l'OM ET de l'OGCN, club de ma ville natale ! Informe au quotidien sur tout le foot féminin, mais aussi sur l'actualité la plus diverse via mon compte perso Twitter @Olympiennes
Article lu 1463 fois, écrit le par Philippe Serve Cet article a été posté dans Dossier, Féminines et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.