Lihadji Gate ou « l’affaire Lihadji pour les nuls »

Depuis hier soir et un tweet d’un média de foot, relayé par de nombreux suiveurs, l’affaire Isaac Lihadji enflamme les réseaux sociaux. Chacun y va de son avis ou de sa punch line et on voit se définir deux camps. 

Pour celles ou ceux qui auraient connaissance de l’histoire biblique, le prénom Isaac revêt une importance capitale dans l’ancien testament et serait le prénom donné au fils « légitime » d’Abraham et Sarah. Cette dernière l’ayant eu à un âge très avancé, on utilisa l’expression de fils prodigue. Et c’est ce que tous les observateurs disent d’Isaac Lihadji et lui promettent tous un très grand avenir.

Petit aparté, depuis que je suis en âge de suivre et comprendre le monde du football, on a tous connu des nouveaux Platini puis des nouveaux Zidane. Ce qui est une aberration sans nom que de comparer un jeune à des monuments du football, avant même qu’il ait foulé les pelouses d’un monde professionnel sans pitié où tout peut s’arrêter du jour au  lendemain. La parenthèse se referme mais elle me permet d’avoir une transition toute trouvée à ce qui va suivre.

Quelques vérités

Tout d’abord, il est important de rappeler à certains que le football dont nous parlons est professionnel. Ce qui signifie – au risque de paraître très lourd en le précisant – que footballeur est un métier au même titre que boulanger, garagiste ou encore dentiste. Je ne vais pas vous faire la liste de tous les métiers du monde. Et donc cela implique des avantages et des inconvénients. Là où certains –  sans doute les mêmes que nouveau untel ou untel – n’y voient que des avantages : « Et ouais, avec les salaires qu’ils ont, moi j’y vais en rampant jouer au foot », « Quoi ? Tout cet argent pour courir après un ballon ! Mais mon chien pour trois croquettes il va chercher la balle ». Je m’arrête là pour les réflexions café des sports de Montluçon.

Il y a aussi des inconvénients. Déjà t’as jamais un week-end. T’as peu de semaines de congés dans l’année et tu ne les choisis pas. Ta carrière, dans le meilleur des cas, dure entre dix et quinze ans. Avant de devenir pro, il aura fallu passer tellement d’obstacles et une fois que tu l’es, pour rester à un niveau acceptable, tu te dois d’avoir une hygiène de vie assez stricte et peu de gens y pensent mais il y a des joueurs de football professionnel au chômage. Et je ne vous parle pas des périodes loin des siens si jamais le joueur a la chance de représenter son pays en sélection. Donc c’est loin d’être aussi rose que ne le pensent certains et devenir professionnel c’est énormément de sacrifices, à un âge où on a plus envie de s’amuser que d’en faire. Et encore une fois, bien entendu que les joueurs de football ne sont pas à plaindre, mais à l’inverse, ils ne sont pas à stigmatiser non plus.

Ils ne sont en rien responsables des salaires qu’on leur propose. Ils « subissent ou profitent » du fait que le football est une économie florissante dans laquelle beaucoup d’investisseurs sont venus déréguler un marché qui était déjà élevé en terme de rémunération. Ce n’est pas leur faute à eux si des diffuseurs sont prêts à donner des milliards pour s’arracher des droits de transmission. Eux, ils participent au spectacle et bien souvent sont les « victimes » de cet aspect que prend le football professionnel en étant obligé de suivre des cadences qui sont à la limite de la mise en danger. Là où vous, avez du mal à soulever vos fesses de supporteurs de vos canapés.

La négociation pour les nuls

Avant tout, il convient de définir le mot négociation, car c’est bien de ça dont il s’agit. La négociation est la manière dont deux parties discutent afin de trouver un accord qui paraît aussi avantageux à l’une qu’à l’autre partie.  Exemple :

– Chérie ce soir ça te dirait de… ?
– Oui, à condition que demain tu fasses la vaisselle.
– Ok.

Les deux parties ont trouvé un accord et sont persuadées d’avoir gagné.

Et là il s’agit donc de trouver un accord dont l’objet est le premier contrat professionnel d’un joueur -prometteur- formé au club. Il est donc normal que chaque partie tente de tirer le meilleur lors de cette discussion. Et la complication est que l’accord doit être tripartite. Il y a le club, le joueur et les représentants du joueur. La capacité des agents à négocier les meilleures conditions pour leurs joueurs va construire une partie de leurs propres rémunérations. Bien souvent, ils perçoivent un pourcentage sur le transfert ou la prime à la signature. Je vais faire plus simple, car je sens bien que j’en ai perdu certains.

  1. le club
  2. le joueur dont le métier est de jouer au foot, pas de négocier.
  3. le négociateur embauché par le joueur dont le métier est de représenter au mieux les intérêts du joueur, pas de jouer au foot.

Il n’y a donc, de la part du négociateur, aucune considération sentimentale ou quoi que ce soit de cet ordre-là. Par conséquent les : « Ouais mais en tant que Marseillais son club c’est l’OM » ou encore les « si c’était un vrai supporteur, ça fait longtemps qu’il aurait dû signer » n’ont rien à faire là-dedans. On n’est pas dans football manager là, on est dans la vraie vie.

Bien entendu que les désirs du joueur sont à prendre en considération. Donc si le joueur souhaite signer avant tout avec son club formateur pour des raisons « sentimentales » il peut en faire part à son représentant, mais si jamais son représentant estime que ce n’est pas dans ses intérêts, que ceux-ci soient sportifs, financiers ou autres, il lui en fera part également et tentera même de le convaincre du contraire. Encore une fois, on parle de professionnalisme.

Le cas Lihadji 

Depuis les révélations de La Provence il y a deux jours, concernant un accord qui serait en passe d’être trouvé sur les bases d’un salaire avoisinant les 40 000 euros et une prime à la signature dépassant le million d’euros – assez étrangement le quotidien régional ne connaît pas la durée du contrat éventuel – puis sur les questions que se poseraient l’entourage du joueur sur le judicieux de signer à Marseille, les commentaires se sont déchaînés sur les réseaux sociaux. Notamment les commentaires haineux comme ceux-ci :

Je suis assez abasourdi par la violence de certains commentaires et surtout l’ignorance. Evidemment que je comprends la déception des supporteurs de voir un jeune en devenir (et encore sur tous ceux qui en parlent ils sont quatre à l’avoir vu jouer régulièrement) ne pas signer avec son club formateur et du moins essayer d’en obtenir le meilleur contrat possible. Je comprends l’éventuelle frustration des supporteurs de voir partir un jeune formé au club, mais ça ne justifie pas de tels comportements envers un gosse de dix-sept ans.

Ce que je trouve dommage, c’est que ces négociations lui fassent perdre du temps, car clairement, en l’absence de Florian Thauvin, il aurait eu sa carte à jouer en faisant des entrées et en grattant du temps de jeu chez les pros, ce qui lui aurait fait prendre de l’expérience du haut niveau. Son entourage et le club en ont décidé autrement, c’est comme ça et nous en tant que supporteurs n’avons strictement rien à dire sur les choix d’un joueur pour sa carrière.

Je ne sais pas quelle mouche a piqué les supporteurs mais avant – attention minute vieil emmerdeur – on ne commentait jamais qu’untel avait signé chez l’ennemi ou le rival et même on était plutôt fier de voir débarquer chez nous des joueurs emblématiques venant de chez l’adversaire. Les transferts entre Paris et Marseille n’étaient pas rares et c’est comme ça, c’est le monde pro. Aujourd’hui on a l’impression, en lisant, les réseaux que le joueur doit faire attention à son plan de carrière en fonction des supporteurs. On marche sur la tête tellement c’est absurde.

Quoi que décide Isaac Lihadji, je lui souhaite de réussir sa carrière de bout en bout et si c’est avec l’OM, on en sera fier et si ce n’est pas avec l’OM, on sera fier qu’un minot réussisse, qu’il en soit assuré !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Tacle Glacé


Supporteur de l'OM depuis sa naissance et même avant j'étais un spermatozoïde engagé !
Article lu 2201 fois, écrit le par Tacle Glacé Cet article a été posté dans Edito et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Les commentaires sont clos.