L’OM à un carrefour ? J’optimisme !

À l’heure où la sinistrose frappe en masse les supporteurs, où même la vieille garde de la PG sombre dans l’amertume et la dépression présaisonnière, fixons-nous désormais pour but de revenir aux bases du supportérisme et de maintenir en vie la vacillante flamme contre vents et marées, dans un moderne avatar de « La guerre du feu »… sacré.

Oui, amis ! Voyons désormais résolument le verre à moitié plein… euh, je reformule : au quart plein plutôt qu’aux trois quarts vide ! Bon, OK… un dixième, neuf dixièmes ?

Verre à moitié plein

De toute façon, après une saison entière passée à vilipender et moquer équipe, staff et dirigeants mêlés, la seule alternative serait la répétition ad nauseam. Or la nausée a déjà été atteinte devant le spectacle offert par notre club sur le terrain comme en coulisses, puis les vomissements et la diarrhée profuse, la déshydratation et nous frôlons désormais la mort par hypovolémie : plus assez de sang dans les veines.

Alors, injectons cette année un tiers d’optimisme béat, un tiers de mauvaise foi assumée, un tiers d’autopersuasion à la mode Coué et un tiers de bienheureuse inconscience. Oui, je sais, ça fait quatre tiers. Mais comme vous l’expliquerait si bien le César de Pagnol, « ça dépend de la grosseur des tiers ».

104069199Pour faire un Picon – citron – curaçao…

Après déjà deux matchs entiers dans ce championnat, et prenant modèle sur un entraîneur directeur sportif conseiller employé fictif recruteur à grosses gonades capable en trois minutes de juger des capacités d’un joueur, nous allons projeter les enseignements de ces premières rencontres sur le reste de la compétition pour en tirer des prévisions totalement fiables et que nous allons nous efforcer de ne pas rendre inutilement alarmistes.

 Sur quelles farces, euh pardon, forces peut donc compter l’OM 2016/17 ?

Nul-times remparts

Pelé

Qu’il est grand ! Ça ne lui sert guère, tant il semble à la peine dans les airs même en ayant le droit d’utiliser ses interminables bras. Et il ne faut pas trop compter sur lui pour plonger sur les frappes à ras de terre. N’empêche, il est grand. Et au vu de la polémique anglaise autour de la taille de Mandanda, on ne peut que s’en féliciter.

D’ailleurs, si les rosbeefs accordent tant d’importance que cela à la taille des gardiens, on veut bien refaire un échange sec, hein, sans compensation financière, Labrune style. On ne plaisante pas avec le service après-vente, à l’OM.

2L’albatros gardant ses cages

Escales et Samba

Rien que les deux noms accolés, ça fait déjà croisière au Brésil. Et ça, c’est bon pour le moral, c’est bon, bon !

Les tâches défonce-ives

Certains, ici même, auraient vendu leur grand-mère pour un retour de Renato Civelli dit « l’équarrisseur argentin ». Pour quoi faire ? On se le demande, puisque nous avons à disposition trois machines à découper les jambons redoutablement efficaces.

Cette saison, on devrait moins se lamenter sur les penalties imaginaires sifflés contre nous par ces salauds d’arbitres à la solde d’Aulas, et c’est bien. Ils auront tout loisir d’en siffler de pleinement justifiés.

Doria

Il a quand même belle allure, une élégance balle au pied… tant qu’il est seul et tranquille pour sa relance. Bon, dès qu’il a un adversaire qui le presse, c’est autre chose. Et s’il doit gérer en même temps son placement défensif… là, ça devient rigolo. L’humour est trop rare dans le sport, demandez à Ménès…

Rekik

A prouvé qu’il n’est pas plus mauvais en latéral gauche qu’en charnière. C’est un point positif. Si, si.

Hubocan

Se montre d’emblée totalement au niveau de ses compères de la charnière centrale. Et l’homogénéité, c’est important dans une équipe.

Rolando

Va bientôt s’en aller, paraît-il. Et c’est une bonne chose, même s’il est notre défenseur le plus rassurant. Pourquoi, me direz-vous ? Mais parce qu’il est moche, pardi !

Je ne connais que deux Cap-verdiens : lui et Cesária Évora. Et Dieu ! Que les deux sont laids ! Je ne sais s’il faut en déduire que c’est un trait commun aux natifs de cette île, mais au moins on évitera sa bouille d’Ewok hébété sur l’écran lors des retransmissions télé, et ça c’est bien.

L’atterrant latéral

Sakaï

Est-ce un ninja ? Est-ce un samouraï ? Non, c’est… un Nakata, le roi du centre au quatrième poteau. Il suffit donc de placer un joueur au quatrième poteau pour pleinement exploiter les talents du japonais au casque Lego®.

3

Bedimo

Ou la caution expérience de la défense. Tellement expérimenté qu’il ne tient plus un match sans se blesser. En contrepartie, il nous a prouvé la solidité de notre affichage publicitaire, ce qui va sans doute nous ramener de nouvelles recettes via des annonceurs rassurés sur la pérennité de leur investissement.

Aloé

Verra… si on fait appel à lui. Tout en douceur, un joueur lénifiant qui connaît la valeur d’une bonne hydratation.

La loi du milieu

Diarra

Contrairement au capitaine du Titanic qui a sombré avec son navire, notre tout nouveau porte-brassard ne devrait pas attendre l’issue du naufrage pour sauter dans un canot de sauvetage et ramer en direction du Bosphore. Ce qui devrait permettre un ou deux autres recrutements judicieux pour venir garnir notre écurie de compétition.

Diaby

Il a largement atteint puis dépassé son quota de blessures. En toute logique, il devrait désormais monter en puissance et redevenir l’indiscutable titulaire international qu’il était, pour le plus grand bonheur des fans de l’OM. Ah, on me signale dans l’oreillette que suite à une collision avec un moustique tigré, il a contracté le chikungunya.

Machach

 À vos souhaits.

Ils sont d’attaque

Thauvin

On doit lui reconnaître une qualité : il est constant. Saison après saison, on peut compter sur lui pour retrouver le chemin de la maison. Plus difficilement celui du but. Mais pour cet exercice, notre nouveau standing et notre projet de jeu qui devraient lui rappeler ses plus belles heures avec Bastia lui permettront certainement de retrouver l’éblouissant niveau qui était le sien en Corse.

Khaoui

A largement fait ses preuves en obtenant un statut de presque titulaire en L2, ce qui cadre parfaitement avec nos ambitions affichées. La clairvoyance de nos dirigeants frôle parfois le surnaturel. Cela dit, ses facilités techniques pourraient en faire une assez bonne surprise.

Cabella

Le ballon est son ami. Tellement qu’il refuse jalousement de le laisser à ses partenaires même mieux placés. Du coup, lui confier les clés du jeu offensif de l’équipe fait sens… pour Passi.

MessidriniPetit jeu : un seul de ces footballeurs n’est pas complètement ridicule, saurez-vous deviner lequel ?

Alessandrini

Même remarque que pour son compère de « co-cervelage », avec qui il partage donc un unique neurone en alternance et selon les besoins. C’est la raison pour laquelle il vaut mieux éviter de les aligner simultanément, mais autrement tout va bien.

Sarr, N’Koudou ou Njié

La surprise des chefs. On ne sait pas quels « tout-droit » nous pourrons admirer dans leur tentative de record du 200m toute la saison le long de la ligne de touche gauche. Un brin de suspens pour corser l’excitation de cette magnifique saison.

Gomis

La panthère noire au fessier Kardashiesque ! Rien que pour le voir exécuter sa célébration à quatre pattes avec son petit string qui ressort sous son short blanc, je suis sûr que les gardiens adverses vont le laisser marquer, les arbitres siffler des penalties en sa faveur ! On s’en régale d’avance.

kim-kardashians-ass-mentionsDa ya think i’m sexy ?

Lopez

Il a du ballon, c’est clair. S’il développe un jour une musculature lui permettant de résister aux déplacements d’air causés par les courses des adversaires, on peut espérer tenir là un meneur de jeu à fort potentiel, notre futur leader d’attaque.

Iseka

Mini Michy semble avoir de grandes dispositions. Un vrai sens du placement, de la feinte pour se mettre face au but, une intelligence de jeu qui fait cruellement défaut dans notre secteur offensif, bref, tout pour être la vraie satisfaction de ce début de saison malgré son jeune âge. Ce qui serait logique, vu que c’est le seul que nous ayons reçu en prêt sans option d’achat et qui donc repartira pour son club dès ses premiers faits d’armes, ne nous laissant que des regrets.

Mais ça n’est pas grave, car notre cellule de recrutement semble disposer d’une liste sans fin de pépites que nous pouvons ramasser rien qu’en nous baissant. D’ailleurs, ils commenceront la saison prochaine, inutile de se fatiguer tout de suite.

Alors je sais bien que je ne les ai pas tous cités, mais on a dit qu’on allait rester optimistes, hein !

Va te faire encadrer

Passi

A fait montre d’à peu près autant de qualités à son poste d’entraîneur que le grand Michel, l’élégance en moins, c’est dire. Parce que le haut de survêt’ sous le veston, il faut lui dire que ça n’est pas un style, juste le signe d’un goût atroce.

Il paraît qu’il n’a toujours qu’un contrat d’entraîneur adjoint (sûrement de Jean-Michel Dégun). Il réserve son meilleur coaching pour le jour où il aura un contrat et une rémunération d’entraîneur principal. Sauf que ça, ça n’entre pas dans les plans d’Igor et Margarita.

1Un grand Monsieur du football

Gunter Jacob

Auteur d’un parcours étonnant dans des clubs de football (enfin, c’est ce qu’on croit savoir en haut lieu, mais ils n’ont pas l’air très sûrs), il a été intronisé pour la deuxième moitié du mercato et de la préparation, soit pile au moment où il ne servait plus à rien. Ce qui tombe bien, puisque c’est à peu près ce qu’on attend de lui dans les hautes sphères du club.

Ciccolunghi

Dans un club au bord du gouffre, on a nommé pour sauver ce qui peut l’être en dernier recours un homme – que dis-je, un roc – aux compétences indiscutables pour reprendre immédiatement en mains le navire à la dérive. Soit un ex-gérant de pizzeria en semi-retraite qui avoue candidement ne rien connaître au monde du football et « être là pour apprendre ». Mais tout va bien, il a une plus belle moustache que Thiriez et devrait donc bénéficier de forts appuis au sein de la LFP.

Le jeu

Bon, ne nous voilons pas la face, l’indéniable manque de talent intrinsèque de cette équipe ne permet pas de rêver à une glorieuse campagne européenne. D’autant que nous sommes bien loin d’avoir été qualifiés, ce qui rend la tâche nettement plus ardue.

Cependant, et c’est sans doute à mettre au crédit de Franck Passi même si ça fait mal aux fesses, le jeu proposé a paru jusque là aussi cohérent que celui développé sous l’ère Michel. Il eut en même temps été difficile de faire pire que l’indigente parodie de football concoctée par le technicien – de surface, sûrement – espagnol.

Ainsi, on a quand même vu par moments des intentions de jeu collectif en passes répétées, un pressing coordonné par intermittence, et enfin des passes dans la course ce qui est selon moi la base absolue quand on veut pratiquer un jour quelque chose ressemblant au football. Mais jamais les trois à la fois, hélas !

The french plan

Ce sera évidemment bien mieux quand les passes seront réussies et les intentions réalisées, ce qui ne saurait tarder, n’en doutons pas, avec un tel cador aux commandes de l’équipe. Néanmoins, en l’état, on a plus eu droit à des purges moyennes de L1 qu’à l’infâme et désespérante bouillie à laquelle on s’était habitué la saison dernière. Ah, on me dit que j’ai par erreur assisté aux premiers matchs des féminines de l’OM.

Au temps pour moi.

N’empêche, nous ne sommes pas à l’abri d’une bonne surprise, telle qu’un maintien aisé dans l’élite, voire même une place sur le podium… de Domino’s Ligue 2.

Hardi, les fans, haut les cœurs et droit au but ! Ou pas très loin à côté…

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de selfmade footix

Artiste sur le terrain, viril mais correct dans la vie. Ou le contraire, ça dépend. Amoureux de la vie, de l'amour, du beau jeu et de l'amour du beau jeu. Accro aux parenthèses et autres digressions. Loisir : Lapins crétins spotting sur les pelouses de France et de Navarre.
Article lu 744 fois, écrit le par selfmade footix Cet article a été posté dans Edito et taggé , . Sauvegarder le lien.

5 Réponses pour L’OM à un carrefour ? J’optimisme !

  1. On lâchera jamais rien de toute façon car comme le dit shyriu, un dragon ne meurt jamais seul ! Excellent mon petit SMF, le milieu médical a encore frappé 😉

  2. C’est comme on se répète en lisant les papiers @MassaliaLive ! Encore du très bon parmi l’angoissant profil de la saison à venir. Pouce levé pour selfmade !

  3. Toujours ce ton décalé qui fait du bien au moral. Très bon travail, comme toujours. 🙂

  4. C’est bien, il y en a qui on encore assez de courage pour rédiger de beaux articles!

    Pour ma part, j’en suis presque rendu à me forcer à les lire tellement je déprime : sur les quatre tiers conseillés, je n’arrive à avoir que la mauvaise foi assumée, et elle ne me va pas pour suivre les matchs…

  5. Un début de saison en fanfare mon p’tit Selfix ! 😉