J 14 | OM – Guingamp : repartir en avant ?

La malédiction affectant les Marseillais en terre girondine n’a pas été levée. Un constat amer qui nous accable année après année. Mais rassurons-nous, seul le PSG a accentuer son avance l’OM à l’issu de cette journée. L’OM s’apprête à recevoir un ogre breton qui n’a gagné qu’une seule fois en championnat au stade Vélodrome. C’était lors de la saison 2002/03, grâce notamment à l’illustre Didier Drogba. Alors, après une série de rencontres alambiquées, on repart en avant ?

 

Tout n’est pas parfait, mais…

Tout n’est pas parfait. Loin de là, diraient les plus acariâtres. Ce n’est pas si mal, objecteraient les plus optimistes. Certes, l’équilibre dans le jeu est toujours précaire, on attend toujours de la part de quelques-unes des premières recrues de l’ère McCourt qu’elles soient à la hauteur des attentes placées en elles. Cela dit, mine de rien, l’Olympique de Marseille n’a perdu que deux fois en championnat cette saison. Qui l’eût cru ? Ce n’est pas une célèbre marque de pâtes, mais c’est peut-être Rudi Garcia. Quoique le bonhomme n’est pas toujours rassurant, aussi bien sur le banc qu’en conférence de presse :

« A quoi ça sert de se mettre une pression supplémentaire ? Il faut être mesurés. Si on est quatrième, intérieurement on ne sera pas content, extérieurement on sera dans l’objectif. Ça va être dur de finir dans les trois, mais on va tout faire pour y arriver. » 

« Muscle ton jeu, Bouna ! Muscle ton jeu !  »

Sachant que les écarts seront certainement faibles, il préfère se montrer prudent et ne pas faire naître de faux espoirs. Toutefois, il y a peut-être des raisons de rester optimiste. La dernière défaite des Phocéens en L1 remonte au 10 septembre face au Stade Rennais (1-3), un match qui est resté gravé dans nos mémoires comme l’exemple de ce que personne ne voulait voir. Tout de même, ils auraient pu perdre à Strasbourg, voire même à Lille. Mais les joueurs se sont serrés les coudes pour ne pas revenir bredouilles de ces déplacements, en apparence seulement, faciles. Une victoire dimanche et l’équipe aurait 28 points, ce qui lui permettrait de comptabiliser une moyenne de deux points par match. Pas parfait, mais pas si mal que ça, en fait.

On peut dormir sur nos deux oreilles, Luiz Gustavo est de retour ! Leader sur le terrain, l’équipe affirme son caractère. Cet homme qui ne demande qu’à endosser le rôle de capitaine symbolise à lui seul les valeurs de solidarité et de cohésion dont le groupe fait preuve. À défaut d’éblouir les admirateurs par la verticalité fatale de son jeu, l’OM trouve les fondements qui lui permettent d’exister et de croire en la concrétisation de leurs objectifs.

« Coach, si tu ne me sors pas, je vais finir par tacler Frank ! » 


Qu’attendre de cette rencontre ?

Ainsi, on peut se dire que les Bretons seront plus frais que les Marseillais (qui ont joué jeudi en Europa League), mais Rudi Garcia risque de nouveau de procéder à une rotation de son effectif jeudi soir. On peut donc en déduire que les Phocéens seront d’attaque pour recevoir les Guingampais et les retourner comme des crêpes. Après avoir fait boire jusqu’à la lie le calva à des Normands complètement dépassés pour le dernier match à domicile, l’occasion n’est que trop belle pour conforter sa place dans le quatuor de tête : Monaco souffle le chaud et le froid et donne l’impression qu’il n’est pas hors de portée, alors que Lyon semble être le plus proche rival de l’OM.

Pour cela, il faudra peut-être miser sur l’émergence de Kostas Mitroglou, l’attaquant grec peinant toutefois à trouver ses repères. Les critiques qu’il essuie ne l’aident pas forcément à progresser. Néanmoins, jusqu’ici, il a marqué une fois toutes les deux titularisations. Si les comptes font les bons amis, on devrait pouvoir espérer le voir marquer contre les Armoricains. Pour assurer le coup, Rudi Garcia  devrait peut-être penser à l’autoriser à avaler un trait de potion magique. Il n’est d’ailleurs pas le seul à en avoir besoin, Dimitri Payet, qui a eu l’occasion de retrouver du rythme à Konyaspor. Le meneur de jeu a affiché un déchet inhabituel et supérieur à son rendement supposé. Clairement, il n’est pas tombé dans la marmite étant petit.


« Non, on te l’a dit Obélix ! Je l’ai préparée exprès pour Dimitri ! »

En tout cas, il n’est pas le seul qui aurait besoin de boire un peu de la cervoise spéciale du druide Panoramix. Si Antoine Kombouaré avait parfois fait briller son équipe la saison dernière, notamment pour la réception du PSG (victoire 3-1), son équipe semble plus en difficulté cette saison. L’EAG n’a gagné qu’une seule rencontre lors des sept dernières journées. Cette panne de succès commence à se faire ressentir au classement puisque l’équipe morbihannaise pointe désormais à la quinzième place.

Aussi sympathiques soient les Bretons, il ne faudra cependant pas hésiter à leur enfoncer la tête sous l’eau. Tous les critères semblent réunis pour que l’Olympique de Marseille poursuive sa série de matches sans défaite. On pourrait presque même espérer que Valère Germain trouve le moyen de débloquer son compteur buts en championnat face à la troisième plus mauvaise défense du championnat. Pour l’instant, les milieux de terrain marquent plus que les attaquants à Marseille. La réception de Guingamp (qui sera suivie d’un déplacement à Metz) représente donc une opportunité à ne pas manquer pour les joueurs de surface qui veulent engranger de la confiance.


Soyons fous !

Dans la lignée de la victoire solide contre Caen, rêvons d’un match où les joueurs marseillais canaliseront les quelques velléités de Bretons survoltés mais rapidement étouffés. Ces derniers temps, les supporters de différents clubs français se sont illustrés dans les travées de leurs stades et ont donné du grain à moudre à certains de leurs détracteurs, notamment dans les médias. Que les joueurs leur offrent un spectacle digne de ce nom et on retrouvera peut-être un Vélodrome chantant et bouillant ! Comme au bon vieux temps… Le public Lyonnais a affiché publiquement son soutien à Nabil Fékir, pointé du doigt pour avoir taquiné un kop de supporteurs verts de rage. Qu’on aimerait retrouver des virages ciel et blancs unis derrière les représentants de l’emblème de l’OM !

Jusqu’ici la relation entre le public marseillais et l’ensemble du staff, qui oeuvre sous la bannière de Frank McCourt, est plutôt contrastée. Le souvenir d’un président qui « n’avait pas d’argent », en témoignaient les trous qui ornaient ses vêtements de luxe, est encore bel et bien présent dans l’esprit des aficionados de l’OM. Seulement, les choses pourraient changer si les joueurs parvenaient à procurer un peu d’émotions fortes à un public qui ne demande que ça. Oui, il veut être renversé et chahuté comme s’il était expédié à toute vapeur sur des montagnes russes dont les virages donneraient la nausée à Sébastien Loeb.

Des buts, du jeu et du spectacle ! En plus de la hargne et de l’agressivité qu’insuffle petit à petit Luiz Gustavo à ses partenaires. Il faudra bien tous ces ingrédients pour que la magie reprenne et que le stade Vélodrome redevienne un jour l’antre peuplée par d’irréductibles Gaulois qui résisterait encore et toujours à l’oppresseur Qatari.

Allez l’OM !

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Chris Red


Rédacteur pour le plaisir et passionné de l’OM, je suis également auteur de romans et de nouvelles SF/Fantastique et traducteur novice dans le même domaine.


Article lu 259 fois, écrit le par Chris Red Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *