J 15 | FC Metz – OM : faire bonne mine !

En cette fin novembre, l’Olympique de Marseille se déplace en terre lorraine pour y affronter le Football Club de Metz, bon dernier de Ligue 1. Cette 15e journée est une belle occasion pour les phocéens de consolider leur place en haut de tableau. Mais attention car c’est aussi l’opportunité pour les locaux de briller devant leur public !


La fête lorraine

Sans mauvais jeu de mot, le moins que l’on puisse dire c’est que le club lorrain est mal en point à l’approche de la mi-saison et de la trêve hivernale. Une seule victoire en quatorze journées de championnat, difficile de faire pire. Avec seulement quatre points au compteur, le FC Metz est logiquement lanterne rouge de Ligue 1.

A ce rythme la relégation directe est au bout du tunnel pour ce club emblématique de notre championnat. En effet, les Lorrains fêtent leur 60e saison dans l’élite du championnat de France, preuve d’une belle régularité sportive pour ce club, professionnel depuis 1932.
Seulement, cette année, les performances ne sont pas au rendez vous, et pour cause, les Grenats sont à la fois la pire défense du championnat et la moins bonne attaque !

« Invoquer une meute de loups ?
Moi je veux bien, mais je vous préviens : s’ils se retournent contre nous pour nous bouffer les miches, vous viendrez pas pleurer ! »

Le changement d’entraîneur fin octobre n’a pour le moment aucun effet positif sur les résultats de l’équipe. Frédéric Hantz n’a toujours pas trouvé la bonne formule pour sublimer un effectif pourtant composé de vieux briscards expérimentés tels que Bisevac, Assou Ekotto, Cohade, Jouffre ou Roux. Certes il ne s’agit pas de joueurs à stature internationale mais ce sont des éléments habitués aux joutes de la Ligue 1 depuis de nombreuses années.

Face à cette situation désespérée et malgré une confiance proche du néant, l’équipe lorraine jouera son va-tout contre l’OM. Ne serait-ce que pour sauver un honneur bien entamé par les mauvais résultats et pour satisfaire un public d’ordinaire affluant, surtout quand il s’agit de recevoir un club du standing de Marseille. Ainsi les olympiens auront tout intérêt à se méfier de l’engagement et de la motivation du club hôte.

Il convient donc à l’équipe marseillaise de faire en sorte que ce match ne soit pas une fête lorraine dans le noir cauchemar que traversent les locaux du soir.

Pour ce faire, un minimum de sérieux, de concentration, de bonne volonté, d’application mais surtout de Zambo devrait suffire.


Le manège en chantier

Tournicoti Tournicoton, l’ami Zambo lion (indomptable) est titulaire ! Mais pourquoi ? La question me taraude personnellement l’esprit depuis le début de saison. Si une bonne âme veut bien me venir en aide en m’apportant un début de réponse, il sera récompensé de toute ma gratitude. Sinon je me résoudrai à consulter un expert médiatique de la trempe d’un Ménès ou d’un Domenech.

Objectivement chaque supporteur considère un ou plusieurs joueurs de son équipe favorite comme des OVNIS footballistiques. Subjectivement, mon E.T marseillais se nomme André-Frank Zambo Anguissa.

« J’ai glissé chef ! »

Je précise que cela n’a rien à voir avec sa bouillie bordelaise, caractérisée par une sublime passe décisive à l’adversaire. Des imprécisions techniques, Dédé Francky nous en gratifie à chacune de ses sorties. Le problème ce soir là, c’est que Luiz Gustavo n’était pas présent sur la pelouse du Matmut Atlantique pour rattraper la bourde de l’international Camerounais. Plus généralement, je trouve que l’énorme volume de jeu du brésilien est proportionnel aux lacunes du camerounais.

Je n’ai absolument rien contre l’homme en lui-même et je tiens à louer son état d’esprit irréprochable depuis son arrivée sur les bords de la méditerranée. Simplement je m’interroge sur ma capacité d’analyse et sur la véracité de mon jugement tant ils vont à l’encontre de nombreux observateurs.

La plupart des commentateurs considèrent Zambo comme un joueur indispensable. Je le trouve lourd, lent et parfois peu impliqué dans la récupération. Il me semble très juste techniquement et tactiquement. Laissant Luiz Gustavo compenser ses errements défensifs, ceux-ci deviennent moins visibles.

Il serait bien trop facile de focaliser les problèmes de l’équipe sur un seul joueur mais à l’image de Mitroglou, Zambo handicape le bon fonctionnement collectif. Pour le moment ces deux joueurs ont une place dans la rotation de l’effectif, pas dans le rôle de titulaires indiscutables.

Cependant je suis lucide et les résultats positifs de l’équipe olympienne me donnent tort tant la dynamique comptable est réelle.

Par contre le jeu développé me laisse un goût amer et certains ne sont pas étrangers aux prestations indigentes des pensionnaires du Vélodrome.


Objectif lune

Que Rudi Garcia fassent des choix qui peuvent être contestables n’est guère dérangeant en soi. Il est établi qu’il ne réussira jamais à contenter l’intégralité des supporteurs marseillais. Ce qui est plus problématique, à mon sens, c’est l’expression récente d’une forme de renoncement.

J’avoue que c’est agaçant de l’entendre dire que la troisième place sera difficile à atteindre. Premièrement c’est une Lapalissade car le championnat est disputé et les trois premières places sont toujours chères. La ligue 1 malgré ses défauts, ça n’a jamais été le Club Med !

Ensuite ce discours risque d’être interprété de manière défaitiste par les fans mais aussi par les membres de l’effectif. Que signifie le message de l’entraîneur ? Bon les gars, laissez tomber, nous sommes trop faibles ! Paris, Monaco et Lyon sont indélogeables. Défendons la quatrième place puisqu’elle correspond à notre niveau.

Fox McCourt

Personnellement je me faisais une autre idée de l’OM Champion Project porté par un nouveau propriétaire. Notamment j’aurais aimé qu’il soit défendu par entraîneur croyant en ses capacités et en celles de son équipe.

La place de l’OM est sur le podium et non ailleurs et le rôle de l’entraineur est d’inculquer à son groupe des valeurs de combativité pour atteindre cet objectif annuel.

Le match de ce mercredi ne souffrira d’aucune excuse telle que la fatigue. Les trois points sont indispensables et il est temps d’imposer à chaque adversaire un jeu léché et efficace. Les joueurs ont démontré face à Caen l’étendue de leur niveau. Rééditer ce type de prestation n’est pas un doux rêve, il s’agit de gagner en régularité avec un seul but : vaincre à chaque sortie. Ainsi la troisième place ne sera jamais un mythe.

Allez l’OM !

A lire également...
Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Guib


Passionné par l’OM depuis environ… toujours et j’aime tout autant les abeilles ! Les deux sont parfois piquants, souvent incontrôlables mais toujours attachants… En bref, j’attends la renaissance de l’OM comme la récolte annuelle de miel. Du coup, j’exorcise mon impatience en vous infligeant mes articles !


Article lu 290 fois, écrit le par Guib Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , , . Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *