J 20 | Rennes-OM : God, don’t save the Rennes

Ah Rennes ! Sa rue de la soif, sa cathédrale Saint-Pierre (il n’y a pas de vanne, là), Sa… lma Hayek ! J’ai eu la chance de me rendre dans cette très jolie ville d’Ille et Vilaine et j’ai pu visiter seulement deux de ces trois monuments de la capitale bretonne. Pas que je n’aurais pas aimé visiter le troisième, mais la rue de la soif est plus accessible et tellement plus facile à trouver.

Passé ce petit instant touristique, c’est pour le compte de la vingtième journée que l’Olympique de Marseille se déplacera au Roazhon Park afin d’y affronter le Stade Rennais, actuel troisième de Ligue 1. Et ce n’est vraiment pas pour les charmes et les beautés de la cité bretonne que nos Marseillais se rendront là-bas. Il s’agira de revenir avec quelque chose de ces terres non loin du fameux village qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Mais que les petits Bretons se rassurent, nos origines sont grecques… pas romaines. Nous, on vient, on gagne et on s’en va…

Résolution 2020 : Tous les troisièmes, tu battras !

Avec ce championnat totalement décousu, l’OM affrontera pour la troisième fois son dauphin. « Encore un gros poisson pour les sardines » titrerait l’Equipe. Mais le dauphin est un mammifère ! Je me permets de dire dauphin, car nous savons tous que le PSG n’ayant aucune concurrence sérieuse ne peut pas être considéré (j’avais tellement envie de mettre un point après considéré) comme un participant de notre championnat.

Souvenez-vous ! Nous avions affronté Angers alors qu’ils étaient nos poursuivants, puis Bordeaux qui étaient aussi nos poursuivants et cette fois c’est Rennes. Cela étant, le club du président Pinault (si si !! ça s’écrit qu’en un mot) est, le plus difficile et le plus « sérieux » des troisièmes à affronter.

Les hommes de Julien Stéphan – dont le papa a été champion de France 2010 avec l’OM – ne sont potentiellement qu’à trois points de leurs adversaires du soir et ils seront sans doute sur-motivés dimanche soir, poussés par un public prompt à s’enflammer à la moindre étincelle. Potentiellement, car ils comptent un match en retard. Ils doivent se rendre dans le Gard pour affronter des Nîmois mal en point, mais il ne faut jamais présager de rien.

Et c’est assez déroutant de constater à quel point le football peut aller vite, puisqu’il y a un mois environ, la presse envoyait le coach rennais pointer à Pôle emploi pour cause de résultats insatisfaisants. Puis, à la suite d’une campagne peu glorieuse en Europa League, il faut l’avouer, les Bretons ont enclenché une série (toujours en cours) de cinq victoires dont une fondatrice, à Lyon, au terme d’un match plein à tous points de vue.

Au match aller, c’est un OM décimé, privé de Kamara, Payet et Gonzalez, qui avait accueilli les bretons au vélodrome et malgré cela, nos olympiens avaient réussi à arracher un math nul un partout, non sans avoir pris la bagatelle de quatre cartons jaunes dont trois en moins de dix minutes. La discipline sera encore un problème lors de ce mach puisque plusieurs joueurs risquent une suspension en cas de nouvel avertissement. Jordan Amavi, Morgan Sanson et Dimitri Payet, avec dans le temps additionnel à Trélissac.

Soldes : fin de série ?

Comme je l’écrivais un peu plus haut, Renne est sur une série de cinq victoires. L’OM de son côté est sur une série de huit matchs sans défaite. Quel que soit le résultat, l’une des deux équipes verra sa série s’interrompre.

Les deux clubs sortent d’une qualification peu glorieuse pour les seizièmes de finale de Coupe de France. Rennes face à Amiens et Marseille face à Trélissac. Cent vingt minutes de jeu et une séance de tirs au but dans les deux cas. Les trajectoires respectives sont tellement similaires qu’il ne serait pas étonnant d’assister un partage des points dimanche soir. Partage qui n’arrangerait personne.

Ce match sera quoi qu’il advienne, un tournant dans la saison de ces deux clubs, même si après rien ne sera acquis pour aucun des deux. Mais il est certain que si l’OM gagne et met les Bretons à huit longueurs, ça laisserait une marge d’erreur un peu plus grande et quand on connait le calendrier retour des Olympiens, on se dit que ça serait une vraie bonne idée de s’imposer dimanche soir au Roazhon Parc.

À contrario si c’est Rennes qui sort vainqueur de ce duel, ils seront en mesure, sous réserve d’une victoire contre Nîmes pour leur match en retard, de rejoindre et dépasser leurs adversaires du soir. Nul doute que les vingt-deux acteurs seront logiquement surmotivés et on pourrait même assister à un match de coupe dans le scénario, ce qui ajouterait encore un peu plus de saveur. Les supporteurs des camps en salivent à l’avance.

Les forces en présence

Côté Olympien, comme d’habitude depuis le début de saison, Florian Thauvin sera absent des débats mais se rapproche petit à petit d’un retour. Suite à son carton rouge reçu à Trélissac, Hiroki Sakai devrait être logiquement suspendu. AVB enregistrera tout de même les retours de Sanson, Amavi, Kamara et Mandanda par rapport au match de Coupe de France.

La logique voudrait donc que Kamara prenne la place de Strootman au milieu, qu’Amavi reprenne son côté gauche et que Sarr supplée Sakai à droite de la défense. Sanson remplacera poste pour poste Maxime Lopez dont la prestation en coupe était loin de ce dont il est capable à mon avis.

Reste la question de qui sera aligné dans le couloir droit devant Bouna Sarr. Germain dimanche a été fantomatique. AVB pourrait être tenté par la solution la moins pire, à savoir aligner le jeune Serbe Radonjic d’entrée à droite, même si on sait qu’il est meilleur à gauche. Si j’étais l’entraîneur de cet effectif, je positionnerai Radonjic d’entrée, mais à gauche, là où il est le plus à l’aise. Je ferai passer Payet à droite, car le maître à jouer olympien peut jouer partout, tant physiquement cette saison, il est concerné et techniquement capable de tout à n’importe quel poste de l’attaque.

Côté Rennais, Julien Stéphan pourra compter sur un effectif quasi complet à l’exception de Jonas Martin blessé. Le jeune Camavinga sera, une fois n’est pas coutume, le joueur à surveiller et l’une des clefs sera, sans doute, de couper la relation entre lui et l’attaque bretonne. M’baye Niang et Raphinha seront les atouts offensifs à surveiller. D’ailleurs l’attaquant brésilien commence à trouver sa place au sein de l’effectif et son intégration semble être désormais quasi faite.

La défense centrale composée de Morel et Da Silva (je l’aime pas Da Silva, chef) et Mendy en dernier rempart sont à mon humble avis le point faible de cette très bonne équipe bretonne.

Voilà, nous sommes tous impatients d’être à demain pour assister à ce duel et découvrir la saveur de cet OM 2020 (je mets de côté le match de Coupe, c’est un peu à part) en espérant que la sauce ne soit pas douce-amère comme lors de la saison Bielsa.

En attendant God, don’t save the Rennes et…

Allez l’OM !

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le...
avatar

A propos de Tacle Glacé


Supporteur de l'OM depuis sa naissance et même avant j'étais un spermatozoïde engagé !
Article lu 5223 fois, écrit le par Tacle Glacé Cet article a été posté dans Avant-match et taggé , , . Sauvegarder le lien.

Une Réponse pour J 20 | Rennes-OM : God, don’t save the Rennes

  1. Yeah ! on va trembler, à moins de mettre la jolie nana en bikini devant la cage du goal de Rennes , prions pour les 3 points , merci.